Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

György Kurtág : entretiens, textes, écrits sur son œuvre

 | 
György Kurtág

Quatre chants sur des poèmes de János Pilinszky

György Kurtág
Traduction de Peter Szendy

Note de l’éditeur

Ce texte a été réédité avec des modifications substantielles dans l’ouvrage « György Kurtág, Entretiens, Textes, Dessins » (Contrechamps, 2009). C’est cette dernière version qui doit être utilisée comme référence.

Texte intégral

  • 1 Nous traduisons ici une introduction à l’opus 11 que György Kurtág a prononcée le 16 novembre 1988 (...)

1Les Pilinszky-Lieder1 ont été très importants dans mon développement. Les quatre poèmes signifient pour moi quatre stations de la douleur (des Leidens), ou plus exactement de la souffrance (des Erleidens).

2Dans le premier poème, l'ivresse de l'alcool est postulée, aucun mot ne la mentionne. Dans mon interprétation, le sujet du poème cherche – sur une seule note, et depuis la bestialité de l'inarticulé – ses premières syllabes balbutiantes, ainsi que les premières images d'une réalité aride. L'apparition longtemps attendue d'une seconde, voire d'une troisième note, a été pour moi, dans la composition, une expérience bouleversante.

3Dans le second poème, ce sont des expressions tout à fait anodines qui représentent cette scène historique d'exécution que Dostoievsky a vécue avant son exil en Sibérie. Juste avant l'exécution, les condamnés ont été graciés. Comme vous le savez, cette scène est en partie à l'origine de l'épilepsie de Dostoievsky.

4Le portrait de Hölderlin dans le troisième poème – douleur de la vie, douleur de la folie – répond à la représentation du vieux Hölderlin par lui-même qui, si elle n'est pas paraphrasée, reste cependant clairement reconnaissable dans le texte original en hongrois ; chez Hölderlin :

  • 2 J’ai de ce monde goûté l’agrément.
    Les joies de la jeunesse ont fui, lointaines, ô ! si lointaines h
    (...)

Das Angenehme dieser Welt hab ich genossen
Der Jugend Freuden sind wie lang ! wie lang verflossen
April und Mai und Julius sind ferne
Ich bin nichts mehr, ich lebe nicht mehr gerne
.2

5Ici, pour la première fois, Pilinszky utilise aussi des expressions « rudes » ; c'est pourquoi je devais également élargir le caractère récité ou quasi parlé de la voix dans les deux chants précédents jusqu'à une mélismatique démesurée.

6Les « coups » dans le quatrième chant sont de nouveau construits uniquement autour de trois notes. Même dans les silences, dans les pauses générales – avant que cela ne devienne « insupportable », que le sujet du poème n'entende et ne ressente plus rien –, les coups continuent de pleuvoir. Jusqu'à ce que la voix, après tant de saccades, se décante (sich aussingt) finalement en une transfiguration épileptique : dans un quasi-arioso, elle répète les derniers mots (« que toi et moi »), qui se répercutent en écho dans les différents instruments et débouchent sur une sorte d'amère réconciliation.

7Paru pour la première fois en français dans le programme du cycle György Kurtág donné au Festival d'Automne à Paris en 1994.

György Kurtág (photo Guy Vivien)

Notes

1 Nous traduisons ici une introduction à l’opus 11 que György Kurtág a prononcée le 16 novembre 1988 au Konzerthaus de Vienne, dans le cadre du festival « Wien Modern ». Merci à András Varga Bálint de nous en avoir signalé l’existence et fait parvenir la transcription.

2 J’ai de ce monde goûté l’agrément.
Les joies de la jeunesse ont fui, lointaines, ô ! si lointaines heures.
Avril et mai, juillet aussi sont partis.
Je ne suis plus rien, je n’aime plus à vivre !
Traduction française de Robert Rovini (légèrement modifiée à la demande du compositeur), dans Hölderlin, Œuvres, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1967, p. 1022.

Table des illustrations

Légende György Kurtág (photo Guy Vivien)
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/1913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

Auteur

Peter Szendy (Traducteur)

© Éditions Contrechamps, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540