Versione classicaVersione mobile

Contrepoints

 | 
Philippe Junod

II. Fonction de l’analogie musicale dans les théories picturales

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Phonismus photismi similis est... sonum lucis simiam esse
Athanasius Kircher1

Colours are to the eye what sounds are to the ear
Jonathan Richardson2

« Pourquoi, disais-je, en suivant le fil de cette analogie, pourquoi ne ferait-on pas des clavessins oculaires comme on en fait d’auriculaires3 ?» C’est ainsi que le Père Louis Bertrand Castel filait la métaphore en parlant de « couleurs diapasonnées » ou de « prismes auriculaires », et citait les « lunettes de longue ouïe » et les « microscopes d’oreille » de son prédécesseur Athanasius Kircher. Dès lors, le débat était ouvert, tant il est vrai que les critiques ne manquèrent pas4 Alors que Diderot acquiesçait et déclarait, dans son article « clavecin » de L’Encyclopédie, que « la musique oculaire a donc dans ses principes un fondement analogue à la musique auriculaire5 », Rousseau dénonçait cette « fausse analogie entre les couleurs et les sons » et lançait cette pointe perfide : « Faute de savoir peindre aux oreilles, on s’est avisé de c...

© Éditions Contrechamps, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search