Version classiqueVersion mobile

Contrepoints

 | 
Philippe Junod

II. Fonction de l’analogie musicale dans les théories picturales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Phonismus photismi similis est... sonum lucis simiam esse
Athanasius Kircher1

Colours are to the eye what sounds are to the ear
Jonathan Richardson2

« Pourquoi, disais-je, en suivant le fil de cette analogie, pourquoi ne ferait-on pas des clavessins oculaires comme on en fait d’auriculaires3 ?» C’est ainsi que le Père Louis Bertrand Castel filait la métaphore en parlant de « couleurs diapasonnées » ou de « prismes auriculaires », et citait les « lunettes de longue ouïe » et les « microscopes d’oreille » de son prédécesseur Athanasius Kircher. Dès lors, le débat était ouvert, tant il est vrai que les critiques ne manquèrent pas4 Alors que Diderot acquiesçait et déclarait, dans son article « clavecin » de L’Encyclopédie, que « la musique oculaire a donc dans ses principes un fondement analogue à la musique auriculaire5 », Rousseau dénonçait cette « fausse analogie entre les couleurs et les sons » et lançait cette pointe perfide : « Faute de savoir peindre aux oreilles, on s’est avisé de c...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search