Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le chemin vers la nouvelle musique et autres écrits

 | 
Anton Webern

Sur Arnold Schönberg chef d’orchestre

Anton Webern
Traduction de André Carruzzo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le moment est venu de parler d’Arnold Schönberg le chef d’orchestre, afin de montrer la grave erreur que les instances décisionnelles ont commises en ne l’ayant pas encore appelé aux postes les plus élevés.

Schönberg a déjà surmonté le problème le plus difficile qui se pose au chef d’orchestre d’aujourd’hui : l’interprétation de ses propres œuvres ! Aussi, qui donc pourrait être plus compétent que lui ?

Des villes étrangères ont déjà bien mieux rendu justice à Schönberg chef d’orchestre que leurs homologues germaniques, et surtout que les deux grands centres musicaux que sont Berlin et Vienne. Dans l’un comme dans l’autre, jamais un orchestre ni un chœur ne l’a appelé ne serait-ce que comme chef invité, alors que cela s’est déjà produit à Amsterdam, La Haye, Londres, Saint-Pétersbourg et Prague.

Mais il faut encore ajouter ceci : à Vienne, s’il est vrai que le Quatuor d’Arnold Rosé a joué à plusieurs reprises toutes les œuvres de musique de chambre de Schönberg, il n’en demeure pas moi...

© Éditions Contrechamps, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540