Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Schoenberg – Busoni – Schoenberg – Kandinsky

 | 
Arnold Schoenberg
, 
Ferruccio Busoni
, 
Vassily Kandinsky

Kandinsky et Schoenberg*

Documentation sur une amitié artistique

Jelena Hahl-Fontaine
Traduction de Vincent Barras

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Étapes de l’amitié

Le premier janvier 1911, Kandinsky, Franz Marc, Alexeï Jawlensky, Marianne Werefkin1, Gabriele Münter et d’autres collègues de la Neue Künstler Vereinigung [Nouvelle Association d’Artistes] assistaient à un concert au cours duquel furent joués le Quatuor à cordes opus 10 (1907-1908) et les Pièces pour piano opus 11 (1909) de Schoenberg. Ce n’étaitent pas les compositions les plus récentes de Schoenberg ; elles provoquèrent néanmoins – comme il arrive si souvent chez la plupart des auditeurs – des démonstrations indignées ; elles enthousiasmèrent pourtant Kandinsky.

Sans aucun doute, Kandinsky était doué pour la musique ; il jouait du violoncelle depuis son enfance et nous savons de son époque munichoise qu’il pratiquait le piano de façon suffisamment assidue pour jouer parfois dans des réunions amicales, mais pas au point de satisfaire à des exigences professionnelles2. Il n’a été conservé de lui qu’une seule partition de musique : quelques mélodies simples pour ...

Auteur

Vincent Barras (Traducteur)

© Éditions Contrechamps, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540