Versión clásicaVersión móvil

Schoenberg – Busoni – Schoenberg – Kandinsky

 | 
Arnold Schoenberg
, 
Ferruccio Busoni
, 
Vassily Kandinsky

Matinée Schoenberg

À propos du concert Schoenberg du 4 février 19121

Ferruccio Busoni
Traductor: Carlo Russi

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Le sentimentalisme serait-il en train de renaître ? On serait presque tenté de le croire, après avoir écouté (joué et étudié) les pièces pour piano et les lieder de Schoenberg. Larmes réprimées, soupirs, rafales secouant les arbres du deuil, bruissements de feuilles automnales ; – ça et là un sursaut de dépit ou le reflet d'un fugace rayon de soleil à l'aube du printemps. Entre deux, quelques espiègleries. Des voix solitaires évoluent, comme des récitatifs, à travers des intervalles inattendus dont on sent à peine le lien. Une harmonie hardie qui, par son insistance, atténue son propre mordant – brièveté des phrases – respirations extrêmement fréquentes et écoute tendue – naïveté qui atteint des proportions quasi barbares. Mais tout à la fois, tellement d'aisance, de lucidité et de droiture.

À la fin : trois pièces pour deux pianos à huit mains.

Devant les claviers sont assis quatre jeunes gens aux traits fins, caractéristiques : il est presque émouvant de voir avec quel dévouement et...

© Éditions Contrechamps, 1995

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search