Version classiqueVersion mobile

Textes, entretiens, écrits sur son œuvre

 | 
Heinz Holliger

« Élu pour parcourir des lointains oubliés »*

En marge du cycle Beiseit de Heinz Holliger

Bernhard Böschenstein

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. Les poèmes

En 1912 – Robert Walser avait alors trente-quatre ans – paraît un petit texte en prose de sa main intitulé Die Gedichte [Les Poèmes], qui nous apprend ceci :

En été, je n’écrivais jamais de poèmes. La floraison et l’éclat étaient trop sensuels pour moi. J’étais triste en été. Avec l’automne, une mélodie se saisit du monde. J’étais amoureux du brouillard, de la tombée de la nuit qui commençait tôt, du froid. Je trouvais la neige divine, mais plus belles et plus divines encore m’apparaissaient les tempêtes sombres, sauvages et chaudes du printemps naissant. Pendant l’hiver glacé, les soirs brillaient et luisaient de manière à vous enchanter. Les sons me charmaient, les couleurs s’entretenaient avec moi. Je n’ai pas besoin de dire que je vivais dans une solitude infinie. La solitude était la fiancée à laquelle je rendais hommage, le camarade que je préférais, la conversation que j’aimais, la beauté dont je jouissais, la société dans laquelle je vivais. Rien de plus naturel,...

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search