Version classiqueVersion mobile

Textes, entretiens, écrits sur son œuvre

 | 
Heinz Holliger

Le « filtre onirique »

Heinz Holliger transcripteur du dernier Liszt

Kristina Ericson
Traduction de Virginie Bauzou

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ma seule ambition de musicien était et serait de lancer mon javelot dans les espaces indéfinis de l’avenir.1 »

Introduction

Le 12 février 1987 à Bâle, Heinz Holliger dirigeait en création mondiale ses propres transcriptions de deux pièces de Liszt écrites à l’origine pour piano : Nuages gris (1881) et Unstern ! (1880-1886)2 ; cette œuvre composée en 1986 est dédiée à son professeur Sándor Veress.

Les compositions que Liszt signa à la fin de sa vie ont suscité un intérêt croissant, surtout depuis le milieu du XXe siècle ; bon nombre d’entre elles n’ont été publiées qu’à ce moment-là. Brèves pour la plupart, elles ont d’autant plus surpris que l’on y a découvert un langage tout à fait singulier, doté de moyens d’une nouveauté surprenante. Depuis lors, on jauge différemment l’œuvre de Liszt dans son ensemble, et l’on en vient parfois à affirmer sans réserves que le Liszt des dernières années est bel et bien un « musicien de l’avenir ».

Abordons brièvement quelques caractéristiques de ce ...

Auteur

Virginie Bauzou (Traducteur)

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search