Version classiqueVersion mobile

Textes, entretiens, écrits sur son œuvre

 | 
Heinz Holliger

Deux hommages à Sándor Veress*

Heinz Holliger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sans le regard profondément triste de Sándor Veress, sans ses lèvres minces, parfois pincées avec un air presque sarcastique, toute une génération de musiciens suisses est pour moi impensable. Il est vrai que le caractère taciturne de Veress ne faisait qu’accroître la solitude qui se dégageait de lui, mais sa manière de parler – douce, mesurée, proche du monologue – inspirait un profond respect et une grande confiance.

Lorsqu’en 1955, j’entrai pour la première fois dans sa petite salle de cours, je ne connaissais ni sa musique ni sa vie bouleversée par le fascisme et par le stalinisme. Je sentais seulement que je pouvais me confier sans réserve à cet homme secret. Bien qu’il parlât très peu de lui ou de sa musique, j’éprouvai immédiatement une proximité que rien ne saurait détruire.

Plus tard seulement, je me suis penché sur ses œuvres majeures des années cinquante – notamment le Trio à cordes, la Deuxième Symphonie – ainsi que le très surprenant Deuxième Quatuor à cordes, beaucoup pl...

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search