Version classiqueVersion mobile

Luciano Berio

 | 
Philippe Albèra

Avant-propos

Texte intégral

1Il n’y avait pas de revue consacrée à la musique de notre siècle. Aussi avons-nous décidé de créer un espace où l’on puisse rassembler les connaissances, susciter les réflexions et provoquer les échanges à son sujet. Les écrits des compositeurs ont en effet gardé, dans le monde francophone, une audience confidentielle, et les études critiques sont rares. Les idées qui sous-tendent les grandes aventures de l’art contemporain sortent peu des ateliers d’artistes, le code de l’écriture musicale étant, de surcroît, un obstacle pour ceux qui n’ont pas eu la chances de l’assimiler.

2La création qui nous met en jeu, qui est un moyen d’appréhender le réel au delà des apparences, peut-elle rester confinée au cercle restreint des « spécialistes » et des curieux ? Notre société ne saurait-elle plus réfléchir sur ses propres expériences, fussent-elles bouleversantes ? N’aurait-elle plus le goût du regard critique qu’au contact d’un passé souvent idéalisé ?

3Adorno, vers la fin de sa vie, en appelait à une théorie esthétique qui n’aurait « ni à se laisser dicter son contenu par la philosophie, ni à adopter la méthode empiriste des sciences. Son médium serait la réflexion de l’expérience musicale elle-même ». La musique, qui provoque aujourd’hui les penseurs et les chercheurs de diverses disciplines, ne peut en effet se passer du mot écrit et parlé pour engager tous ceux qui sont prêts à les prendre en considération dans un processus d’éclaircissement sans fin. » (Kagel)

4En consacrant le premier numéro à Luciano Berio, nous avons voulu combler une lacune bibliographique. Les textes de Berio, source première de toute approche du compositeur, n’avaient pas encore fait l’objet d’une édition : ils restaient éparpillés dans des revues aujourd’hui difficiles à trouver, et la plupart n’avaient jamais été traduits en français. Nous avons choisi ceux qui sont les plus développés et les plus importants. De même, il existe peu d’études approfondies de l’œuvre de Berio, notamment en langue française. Il nous a donc paru nécessaire, ici, d’en proposer une approche aussi rigoureuse que possible, liée à la relation fondamentale, chez ce compositeur, entre langage (littérature) et musique.

5Enfin nous avons regroupé toutes les relations actuellement disponibles pour obtenir un appareil critique aussi complet que possible.

6A l’issue d’un tel travail, nous mesurons à quel point l’œuvre de Berio demeure un champ fertile d’exploration, et nous souhaitons que ce numéro engage à d’autres approches, à d’autres recherches.

7Nous voulons enfin remercier tous ceux qui nous ont facilité l’élaboration de ce numéro : Luciano et Talia Berio, Eva Smirzitz et Frau Dr. Hift (des éditions Universal à Vienne), Elizabeth Davis et Anna Zenone (qui ont révisé nos traductions), Danièle Burgnone et Nadine Aliberti, James Sommers, Mireille et Jean-Marie Bergère, Dominique Python (pour la réalisation technique).

© Éditions Contrechamps, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search