Version classiqueVersion mobile

Opéra

 | 
Philippe Albèra

Protagoniste et Tsar*

Theodor W. Adorno
Traduction de Vincent Barras et Carlo Russi

Texte intégral

  • * Paru pour la première fois sous le titre « Zur Musik der Dreigroschenoper » in : Die Musik, 20 oct (...)
  • * Au sens de refléter [Spiegelung], (NDT)

1Frankfurt am Main : peu avant la fin de la saison on remarque une activité intense dans la commande du répertoire moderne : nous en sommes redevables à l’influence du nouveau directeur de la mise en scène, Mutzenbecher, qui a promis dans un article programmatique de prendre sérieusement en compte la production contemporaine. Quelques semaines après Cardillac, les deux pièces en un acte de Kurt Weill d’après Georg Kaiser ont été produites. Il faut lui en tenir gré : ces deux pièces exposent des principes formels qui s’attaquent sans indulgence aux problèmes actuels, tant sur le plan de la composition que dans le choix de l’objet littéraire, et qui ont aussi peu à voir avec l’idéologie néoclassique qu’avec le drame musical romantique de jadis. En même temps, on peut créditer le compositeur d’une compétence musicale suffisante pour réaliser son projet. Il n’est pas facile de désigner un tel projet, qui, pour l’instant, ne se donne pas immédiatement dans la représentation. Avec l’idéal de jeu que Weill a conservé de l’école de Busoni et que les constructions de texte et leur jeu antithétique de la réalité de l’apparence suggèrent particulièrement, il n’est dit guère plus que le strict refus du psychologisme romantique. La musique de Weill se consacre à son objet scénique par un moteur spécifique, qui tient moins des courbes du déroulement psychique que du geste visible du moment théâtral, et qui ne se base pas sur les formes musicales données à l’avance, mais qui doit ses impulsions directement à la scène. Il y a donc un lien de Weill à Stravinsky, et comme les compositeurs qui s’inspirent de Stravinsky ont le choix, il suffit de savoir de quel Stravinsky s’inspire Weill pour attester son instinct sûr et heureux : le côté « terroir » du Sacre et le côté « dix-huitième » d’aujourd’hui sont délaissés et seul le Soldat est évoqué, à la surface musicale du Progatoniste, et de bout en bout dans son esprit. Voilà qui dégage l’accès aux intentions plus profondément enfouies de la dramatique de Weill. Il ne s’agit en aucun cas ici de la réflexion* du drame, mais de la dissociation en particules ; l’opéra de Weill n’est composé qu’à partir des fragments de l’action fermée. Lorsqu’il réclame aujourd’hui un théâtre de représentation et non un théâtre d’action, lorsqu’il cherche ces textes d’après ces exigences, il ne fait que tirer la conséquence littéraire de ses procédés musicaux. L’unité de la figure dramatique individuelle, qui jusqu’aujourd’hui encore avait presque toujours la fonction de force unificatrice de la musique dramatique, est brisée ; le jeu pantomimique devient alors plutôt le moyen de son anéantissement que la transposition dans la région soi-disant plus pure d’une seconde réalité, laquelle ne confère guère plus d’honneur à la musique. Cela transparaît particulièrement bien dans « Tsar » qui, malgré tous les mérites de la mise en scène, ne voulait pas vraiment plaire au public : ce chœur schizophrénique, qui, c’est une invention de Weill, accompagne « destructivement » l’action en oubliant à tout moment ce qu’il se voulait précédemment, est l’ingrédient puissant d’une destruction résolue de l’unité d’action et de personne, destruction vers laquelle la musique tend, à la suite de l’individu, et à laquelle le texte offre de surcroît les plus beaux arguments, en rendant les hommes échangeables comme des figures musicales.

2Tout ne paraît pas aussi réussi, en particulier dans le Protagoniste, et l’on est enclin à attribuer d’avance la faute à l’école : la méfiance de Busoni, en dépit de toute sa puissance imaginative, à l’égard de la construction musicale, et sa résistance à tout profilage plastique ont jeté quelque désarroi dans une génération qui ne se satisfait plus de la répétition esthétisante d’une serenitas perdue. Il existe avant tout le risque que la doctrine de Busoni soit un frein à une autodétermination technique énergique, lui dont la technique de composition ne s’est jamais totalement consolidée. C’est ainsi que l’on trouve dans le Protagoniste quelques solutions qui, d’un point de vue technique, ne sont pas de la plus haute dignité ; il manque parfois de caractères contrastants, opposés l’un à l’autre, et la partie orchestrale, en dépit de toute la propreté et de l’intelligibilité du décours des voix, n’est pas totalement convaincante dans sa fantaisie instrumentale. Dans Tsar, qui marque un progrès technique très évident par rapport au Protagoniste, il existe parfois le danger que la musique se perde dans le scénique et n’émerge plus que comme musique utilitaire, alors qu’elle allait s’employer à dissoudre le texte. Mais quelqu’un qui, comme Weill, est capable d’apprendre tant chez lui-même échappera d’autant plus sûrement à ce danger qu’il se distanciera énergiquement du théâtre traditionnel. On ne peut rejeter le Tsar comme l’une de ces « promesses » de mauvaise augure pour le futur ; au contraire, il s’engage et se légitime déjà ici et maintenant. Qu’on le compare au Soldat ou en tout cas au Renard de Stravinsky et il dévoilera son vrai visage : un visage devant lequel on risque de se sentir mal à l’aise.

3Les représentations, sous la direction vivante de Nettstreater, avec la mise en scène inventive de Mutzenbecher, sont tout à fait convenables ; cependant quelques chanteurs, comme le Protagoniste, qui se montre un habile interprète, auraient pu être plus généreux dans le chant.

Notes de fin

* Paru pour la première fois sous le titre « Zur Musik der Dreigroschenoper » in : Die Musik, 20 octobre 1928. Copyright : Suhrkamp Verlag, Frankfurt am Main.
La première représentation à Francfort des deux pièces en un acte de Kurt Weill eut lieu le 21. 6.1928. Weill fit à cette occasion la connaissance d’Adorno. D’autres rencontres se succédèrent jusqu’en 1933. (NDLR)

* Au sens de refléter [Spiegelung], (NDT)

© Éditions Contrechamps, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search