Version classiqueVersion mobile

Musiques nord-américaines

 | 
Philippe Albèra

... collages...

Texte intégral

1Dans cette culture, tout est associé à l’argent. A beaucoup d’argent. L’art, en général est un divertissement, non pas pour les artistes eux-mêmes, car c’est leur manière de vivre, mais pour les gens qui reçoivent l’art, que ce soit Jackie Kennedy-Onassis en train de regarder les boîtes de conserves d’Andy Warhol, quelqu’un en train d’écouter une chanson de Stevie Wonder dans un bar, Peggy Guggenheim en train d’écouter du John Cage ou encore quelqu’un qui écoute Bill Evans jouer du piano. Pour tous ces gens, c’est un divertissement (G.L.).

2Je ne veux pas écrire à nouveau des sonates. Je ne veux pas perdre le terrain que nous avons gagné ces vingt dernières années (C.W.).

3Je pense que toutes les musiques sont des musiques de propagande. La musique humaniste, la soi-disant musique universelle, une propagande pour ce genre de musique et pour la société qui la produit. Il faut en être conscient. Toute pièce de musique exprime quelque chose, même ces pièces qui essaient délibérément de ne rien exprimer, comme certaines pièces de John Cage (C.W.).

4Avec l’électronique, vous ne pouvez en rester aux douze sons, à moins d’être Pierre Schaeffer (J.C.).

5D’une certaine manière, la quintessence de la musique harmonique est pour moi dans la cadence... dans la cadence ! C’est le grand sujet de la musique du dix-neuvième (P.C.).

6Les gens stupides par exemple, peuvent aller à un concert et en ressortir aussi stupides qu’avant. Ils peuvent ignorer leur expérience. Et c’est justement cette incapacité de l’art à s’imposer par lui-même aux gens qui nous fait aimer l’art (J.C.).

7Il y a quelque chose de très fort chez les gens, une tendance à la communauté dans ce pays, une tendance à l’anarchie. L’anarchie est une autre manière d’organiser les gens (G.L.).

8J’aime autoriser les musiciens a employer leurs propres idées et leurs propres techniques, plutôt que de tout écrire complètement (J.B.).

9Ce serait merveilleux si l’on pouvait amener un changement chez les gens grâce à l’intelligence et à la conscience, et sans recourir à la force (J.C.).

10Il est difficile d’expliquer la venue de la répétition. Je pense qu’elle est surtout arrivée par accident (P.G.).

11Quelques-unes des idées sociales les plus profondes se sont développées dans ce pays à partir de la musique (G.L.).

12En imitant le naturel, la manière avec laquelle le monde naturel fonctionne, vous le découvrez et vous vous reliez à lui magnifiquement. Vous ne l’exploitez pas, alors qu’enregistrer les dauphins ou les chauves-souris, c’est en quelque sorte exploiter leur art (A.L.).

13Les artistes doivent écouter le son de la lutte s’ils veulent contribuer d’une manière ou d’une autre à l’harmonie (F.R.).

14Dans notre groupe, il y a un musicien japonais, un coréen, un américain, un indien, un arménien, chacun jouant à partir de sa base traditionnelle et essayant de communiquer musicalement. J’essaie de maintenir tout cela (R.T.).

15C est en fait la musique électronique et l’enregistreur qui nous permit d’enregistrer les événements naturels, et qui éloignent notre attention des théories de la musique vers l’expérience véritable de l’écoute de tout ce qui arrive (J.C.).

16Il ne faut pas craindre d’être influencé par les cultures orientales ou les populaire et les pénétrer aussi profondément que possible (P.C.).

17Si vous travaillez dans une direction politique, vous renoncez à cette idée. Vous ne voulez plus parler à chacun. Vous ne voulez pas parler aux capitalistes et à la bourgeoisie (F.R.).

18Ce que j’essaie d’apporter à la musique, c’est une sorte de regard à l’intérieur. Pour moi, il y a eu trop longtemps un regard à l’extérieur (C.P.).

19Je ne vois aucune contradiction entre les instruments électroniques et les instruments acoustiques. Il n’est pas nécessaire de faire cette coupure technologique (R.T.).

20La grande contribution de LaMonte Young a été de pénétrer profondément et avec une très grande intensité de perception dans l’intérieur, dans la structure interne du son lui-même (R.T.).

21J’ai observé des animaux de ferme, et j’ai découvert que ce n’était pas le fait de faire des sons, mais le silence qui portait l’essentiel de l’information (C.M.).

22Le phénomène de la nouveauté ou de l’importance potentielle historique d’attaquer tout ce qui est ancien n’a aucune importance. La seule chose importante est d’avoir quelque chose en laquelle croire et de la faire (P.C.).

23C’est ainsi que toute l’idée des structures additives développées dans ma musique vient de la structure rythmique de la musique indienne. Mais ma musique sonne différemment (P.G.).

24Faire des objets immuables et finis ne m’intéresse pas (J.B.).

25Voilà pourquoi je prends toujours en considération le rituel ou le contexte de la musique, non pas simplement le son lui-même. Je suis un artiste non-abstrait, entièrement non-abstrait. Je ne crois pas à l’abstraction (C.M.).

26Eliminer autant que possible tout contrôle par qui que ce soit. Il est presque impossible de diriger ma musique, par exemple (C.W.).

27Si l’on s’interdisait d’utiliser des styles familiers dans sa propre musique, on imposerait une limitation très sérieuse à sa capacité de communiquer (F.R.).

28Même John Cage tape du pied, vous savez. Il ne veut probablement pas l’admettre, mais il tape du pied (G.L.).

29J’ai soumis Thoreau à des opérations de hasard, car j’avais remarqué que Thoreau écoutait de la même manière que les compositeurs électroniques aujourd’hui. L’électronique a ramené notre attention à la nature (J.C.).

30L’auditeur peut ensuite se concentrer sur des aspects plus détaillés du son, parce qu’il sait qu’il ne sera plus surpris par la suite par un événement formel ou dramatique. C’est une manière d’éviter le drame, J’essaie de trouver des moyens pour éviter le drame (J.T.).

31Il y a tant de choses dans un monde si riche que même à l’intérieur d’un petit endroit comme celui-là tout le monde pourrait écrire une pièce de silence. Et elle ne ferait pas double emploi (P.C.).

32En art, lorsque vous créez un objet esthétique, vous le privez de son créateur dans la vie au sens rituel du terme, vous le privez de son contexte rituel et en faites une sorte de système fermés (C.M.)

33J’aime les choses très simples. Mes pièces sont très petites, elles s’occupent de choses très petites (A.L.).

34Je me suis rendu compte que ma musique est maintenant une sorte de combinaison plutôt étrange de Ives et de Satie (C.W.).

35Dans le bouddhisme zen, vous verrez que ce qui est nécessaire pour la tranquillité est d’être tranquille dans une situation qui n’est pas tranquille. C’est la même chose pour Thoreau et le zen et ainsi de suite en ville. Si nous pensions différemment, nous sérions en train de penser comme nos gouvernements. Ils pensent par exemple que nous devons utiliser du pétrole jusqu’au moment où les poules auront des dents (J.C.).

36Ces citations de Garret List, Christian Wolff, John Cage, Phil Glass, Jim Burton, Alvin Lucier, Frederic Rzewski, Richard Teitelbaum, Charlemagne Palestine, Charles Morrow, Philip Corner, James Tenney sont extraites du livre de Walter Zimmermann, Insel Musik (voir bibliographie en fin de volume).

© Éditions Contrechamps, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search