Version classiqueVersion mobile

Musiques nord-américaines

 | 
Philippe Albèra

… collages…

Texte intégral

1Je pense qu’il faut être conscient du fait que vous ne pouvez plus vous rattacher à une seule tradition historique (F.R.).

2Durant ma formation académique au début des années soixante, il était implicite que les seuls compositeurs décents étaient européens et que des gens comme Cage, Partch, même Ives et Ruggles soit étaient fous soit ne valaient pas la peine qu’un étudiant s’en inquiète (J.M.G.).

3Je suis revenu de l’Europe en disant : « Je suis tout seul au monde. Je ne peux pas me rattacher à Stockhausen ? Est-ce que je peux me rattacher à Cage ? » (P. C.).

4Et puisque j’aime me considérer comme un anarchiste, je n’en vois pas assez autour de moi (J.C.).

5Nous devons être conscients que le futur de notre musique ne réside pas seulement dans la continuation du mode de pensée européen classique (F.R.).

6Je ne pense pas qu’il soit plus facile ou plus ou moins dangereux de tenter une imitation d’une autre culture que de tenter une imitation de Bach ou de Beethoven ou de Schoenberg ou de quiconque dans le passé... ou de quiconque qui semble être à l’avant-garde actuellement, que ce soit Stockhausen ou Cage (P.C.).

7Il y a bien sûr beaucoup de merde culturelle, soutenue par les Rockfellers et autres Fords. Et bien qu’il y ait très peu de gens comme nous qui essaient de s’opposer culturellement à cela, je crois que notre existence est assez importante (F.R.).

8J’ai le vague sentiment que le colonialisme artistique américain en Europe est en train de changer et que les Européens commencent maintenant à reconsolider leurs positions (G.L.).

9J’ai été élevé dans une situation où tout était parfait, très européen. Tout devait être absolument juste. Cette attitude était enracinée en moi jusqu’à ce qu’elle s’érode au contact des Indiens (C.M.).

10A un festival d’avant-garde, l’autre jour, plutôt que de l’intelligence et de la conscience, il y avait une sorte de GENTILLESSE générale (J.C.).

11Très souvent les gens ont essayé de sortir du mode occidental et d’être révolutionnaires, alors qu’en fait ils n’ont réussi qu’à être plus occidentaux (P.C.).

12Les institutions me frappent par leur manque d’intelligence et leur manque de conscience. Et je ne vois pas beaucoup de conscience chez les gens (J.C.).

13Nous commençons à penser en termes de « musique mondiale », de musique globale. Non pas à la manière dont Stockhausen parlait de la musique « globale », comme une sorte de concept impérialiste, mais plutôt comme une musique qui intègre, essaie de s’harmoniser avec quelques-uns des développements les plus révolutionnaires qui nous sont venus du tiers-monde, comme bien sûr en Amérique du Nord toute l’idée de l’improvisation jazz (F.R.).

14La seule chose vraiment importante, c’est l’intégrité de votre activité... (P.C.).

15Le problème avec notre pays est que les sentiments qui l’ont porté à l’existence ne l’alimentent plus, sauf pour quelques individus. Et ces individus ne peuvent rien faire contre les puissantes institutions (J.C.).

16Les leçons à tirer de la musique de Varèse sont inoubliables, mais beaucoup de ces « leçons », bien sûr, sont implicites dans la musique de Charles Ives et de John Cage, ne l’oublions pas ! (J.T.)

17Le problème avec nos définitions est que John Cage est un grand artiste et que Stevie Wonder n’est nulle part (G.L.).

18Pour moi, la conscience des sons de l’environnement sera toujours très importante (J.T.).

19Je crois que l’avant-garde des années cinquante et soixante a surtout travaillé à la réorganisation des êtres humains dans l’art (G.L.).

20Ce qu’Harry Partch fait, et qu’on ne voit pas chez Cage, c’est une sorte de musique directe (B.J.).

21Je pense que Feldman a des attachements émotionnels très forts et qu’il a aussi un sens très fort de cette période, lorsque lui, Cage, Earle Brown et moi-même vivions à New York. Il y revient toujours. Comme à un Jardin d’Eden... (C.W.).

22Ruggles développa une sorte de polyphonie dissonante différente de toute autre musique, sans aucun système qui aurait pu faciliter son processus compositionnel, mais simplement « d’oreille », pourrait-on dire (J.T.).

23Comment pouvez-vous être compositeur aux Etats-Unis et ne pas être influencé par le jazz ? (F.R.).

24Cage disait que s’il avait à choisir, même si la pilule était amère, il devait reconnaître qu’il était un compositeur noble. Il pensait que Partch était un compositeur folk (B.J.).

25Les années vingt sont pleines de compositeurs américains aigris, qui avaient des piles de partitions injouées sur leur piano (P.C.).

26Etre un expérimentateur, c’est aussi créer les conditions dans lesquelles vous pouvez faire des erreurs (F. R.).

27Ces citations de Frédéric Rzewski, John McGuire, Philip Corner, John Cage, Garrett List, Charles Morrow, James Tenney, Ben Johnston, Christian Wolff sont extraites du livre de Walter Zimmermann, Insel Musik (voir bibliographie en fin de volume).

© Éditions Contrechamps, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search