Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Luigi Nono

 | 
Philippe Albèra

Notes sur les œuvres

Risonanze erranti

Jürg Stenzl
Traduction de Carlo Russi

Texte intégral

1Celui qui connaît les dernières poésies d’Ingeborg Bachmann (1926-1973) et jette ne serait-ce qu’un regard fugitif à ces fragments que Nono a utilisés dans Risonanze erranti (créées le 15 mars 1986 à Cologne) se demandera, stupéfait : « Comment est-ce possible (Goethe/Dallapiccola ou Bachmann/Nono) ? » « La Poésie doit être exorbitante ou ne pas l’être du tout », écrivait Gottfried Benn. Mais comment un compositeur peut-il réduire une « poésie exorbitante », comme celle d’Ingeborg Bachmann, où il n’y a pas une syllabe de trop, à des bribes de vers, briser littéralement ce lyrisme ? Probablement le lecteur ne réagira pas différemment face au florilège tiré de sept poésies de Herman Melville (1819-1891) que le compositeur a combiné dans Risonanze erranti avec les fragments d’Ingeborg Bachmann.

2Les fragments d’Ingeborg Bachmann et de Melville comme pur matériau linguistique ? Des fragments de poésies comme phonèmes pour une cantatrice ? A l’instar des fragments de Hölderlin, cités par Nono dans la partition du quatuor à cordes Fragmente Stille, An Diotima avec l’indication explicite qu’ils ne devront « en aucun cas être dits pendant l’exécution », les paroles de Risonanze erranti ont, elles aussi, un rapport double à la musique. Ce que les deux poètes et le compositeur ont en commun se trouve en dehors de l’œuvre et en constitue en même temps le noyau. Cachées dans l’œuvre, ces paroles en sont les « résonances ».

3Dans son interprétation d’une des dernières poésies d’Ingeborg Bachmann, qui éclaire de manière pénétrante le processus d’introspection de la poétesse, Peter Horst Neumann cite des passages d’Ingeborg Bachmann sur Maria Callas écrits en 1956 qui s’appliquent aussi bien à Ingeborg Bachmann elle-même qu’à Luigi Nono : « Elle n’a pas interprété des rôles, mais elle a vécu sur le fil du rasoir. » « Vivre sur le fil du rasoir » signifie vivre des situations limites à chaque époque, de Melville à Bachmann - à Nono. « Deep abiss », « cloistered doubt », « lonliest deep » disent les fragments de Melville. Chez Ingeborg Bachmann, on trouve - selon l’expression de Peter Horst Neumann le témoignage d’une « histoire d’une visitation entendue comme processus individuel de salut, qui comme telle peut être promise à tous ceux qui sont son égal ». Ce qui est universellement valable doit d’abord passer par la porte étroite de douleur de l’ego.

4Durant les répétitions de Risonanze erranti, Nono ne cessait de rappeler à la cantatrice « Remember me » de Didon chez Purcell, « O, che morte gradita » de Gesualdo, les dernières phrases de Violetta Valéry dans la Traviata de Verdi : « Ah ! io ritorno a viver ! Oh Gioia ! » et le chant de la « Mort d’Iseut ».

5Des situations limites, des passages qui, dans l’œuvre musicale, trouvent leurs « résonances ». Cela rappelle encore les vers de Dante (Enfer III/72) mis en musique par Luzzasco Luzzaschi en 1576 :

Quivi, sospiri, pianti et alti guai
Risonavan per l’aer senza stelle
Perch’io al cominciar ne lagrimal.

  • * Plaintes, soupirs et clameurs et hauts cris / Résonnaient là, parmi l’air sans étoiles, / Tant que (...)

Diverse lingue horribili favelle
Parole di dolore accenti d’ira
Voci alte e fioche e suon di manconelle.*

6Différentes expériences convergent comme « résonances » dans cette œuvre : le XIXe siècle de la Guerre Civile Américaine (les poésies de Melville tirées de Battle-Pieces) et la période après La trentième année décisive d’Ingeborg Bachmann. Mais aussi des résonances cachées de musique ancienne, comme Lay de plour de Guillaume de Machaut, Malor me bat d’Ockeghem, et Adieu mes amours de Josquin.

7A la suite de la grandiose deuxième « azione scenica » Al gran sole carico d’amore (1972/74), Nono a composé ...sofferte onde serene... (1976), une pièce lyrique pour piano et bande dont le titre évoque déjà les poésies d’Ingeborg Bachmann et Herman Melville. Après le monumental Prometeo (1981/84), les Risonanze erranti présentent en effet une attitude analogue. Peu d’instruments, peu d’appareils également et de procédés live electronics pour créer et briser des sons continus. On assiste par contre à une différenciation extrême du chant et du tissu instrumental. A beaucoup d’égards - rapport musique instrumentale/texte, mais spécialement par la fragmentation du dis cours musical - les Risonanze erranti se rattachent au quatuor à cordes, le mot d’ordre étant fragment. Non seulement fragments de poésie, mais aussi paysage de fragments musicaux. Ce qui a été dit à propos de la poétique d’Ingeborg Bachmann vaut aussi pour Risonanze erranti : « ...incandescente et en même temps froide, enthousiaste et en même temps d’une pureté rationnelle » (Neumann).

8— « Comme ma chair dans les flammes ».

RISONANZE ERRANTI HERMAN MELVILLE
Misgivings (1860)
- - - tempest bursting - - waste - - Time
- - - behind - - we fell :
- - - my country’s is - - -
On - - fairest hope
Sweep storming - - -

The Conflict of Convictions (1860/61)
- - - wails - - long recall ;
- - - deep abyss,
On starry heights
Return, return, O eager Hope,
- - - ominous silence - - -
- - - Time’s strand with wrecks.
- - - (Long’twill wait !)

- - - stands - - -
- - - waits, - - -
- - Look hark !
- - - cloistered doubt
- - - cold - - - heaven
- - (olden times) - -
- - - trough - - pain crime
- - - Past,
- - - slave,

Apathy and Enthusiasm (1860/61)
So - - despairing,
- - - intensity - - frost - - -
- - - horror of - - calm.
- - - doubt - - every side,

Dupont’s Round Fight (1861)
- - - geometric beauty
- - - sailed
- - - stars - - time – measure - - - sailed - - - perfect

The Lake
- - - but look - - - hark !

To the Master of the « Meteor »
Lonesome on - - - loneliest deep - -

An Uninscrihed Monument
Silent as - -lonesome - -the land

INGEBORG BACHMANN
Keine Delikatessen (1963)
Nichts mehr - - mir.

Soll ich
- - Metapher - -
- - mit einer - - ?

- - - kreuzigen
auf einen - - ?
- - - Einsehen gelernt
- - Schande
Tränen
- - Finsternis.

- - - Verzweiflung
(- - verzweifle noch vor - -)
über - - Elend, - - -
- - sondera mich. - -
- - - gefangennehmen, - -

- - - ich du - - er sie es
wir ihr ?

Notes de fin

* Plaintes, soupirs et clameurs et hauts cris / Résonnaient là, parmi l’air sans étoiles, / Tant que, d’abord, je me pris à pleurer. // Langue de toute race et paroles horribles, / Mots de douleur et accents de colère, / Voix sourdes ou aiguës et bruits de mains frappées (Traduction Henri Lognon).

© Éditions Contrechamps, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter