Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Luigi Nono

 | 
Philippe Albèra

Prometeo

Prometeo : un guide

Jürg Stenzl
Traduction de Vincent Barras

Texte intégral

Luigi Nono
Schéma pour Prometeo

1Le Prologue est basé sur celui du Prometeo 84, mais il a été en grande partie composé pour les représentations du Prometeo 85 ; terminé le 29 avril 1985.

2Les 2 voix créent une aura grecque, en récitant des parties de la cosmogonie d’Hésiode ; le chœur lointain (souvenir-échos) reprend des noms de la cosmogonie ; les soli et le chœur chantent les fragments poétiques I et II tirés du Maître du Jeu de Massimo Cacciari (texte de W. Benjamin « Zum Begriff der Geschichte ») qui apparaît ici, comme d’ailleurs dans tout le Prometeo, « comme une ligne ou une pensée qui interroge la structure tout entière » (M. Cacciari).

1. PROLOGUE

2. PREMIERE ÎLE

3Réélaboration et agrandissement des parties orchestrales déjà présentes dans la version de 1984 et ajout de nouvelles parties chorales ; terminé le 6 mai 1985.

4Le base de la première île est constituée par le trio à cordes, à peine audible, avec un tempo lent comme dans le prologue (♩ = 30). Les groupes d’orchestre le recouvrent à intervalles irréguliers. Le texte (récit par Prométhée de ses actions pour l’humanité et paroles d’Héphaistos sur le châtiment infligé par Jupiter à Prométhée) n’a pas été mis en musique. Nono le dispose ici et là dans la partition entre le texte musical des groupes orchestraux.

5Prométhée – Héphaistos : surtout ne pas lire le texte écrit sur la partition mais « l’entendre », « l’écouter » par les quatre groupes instrumentaux en « l’exécutant » avec une profonde participation technico-humaine, en « le diffusant » dans les espaces acoustiques différenciés – Prométhée : ses révélations – inquiétudes – présages – déchaînements intérieurs. Silence – roches – air – déchaînements de la nature. Héphaistos : l’enchaîneur. Le chœur intervient par 6 fois a cappella, sauf la première et la dernière fois ; c’est la mythologie qui pose des questions à Prométhée.

3. DEUXIEME ÎLE

a. Io – Prométhée

6Les parties orchestrales ont subi une réélaboration complète par rapport à la version de 84. Le trio à cordes a été ajouté ; les parties de flûte et de clarinette ont conservé les coupures opérées en 1984. Les diverses composantes sont davantage superposées.

7Véritable « mise en scène » des paroles de Io, fille d’Inachos : elles apparaissent simultanément ou en alternance avec la prophétie de Prométhée sur les souffrances à venir de Io. A chaque personnage correspond un groupe vocal – instrumental déterminé, alors que le chœur appartient à tous les deux. Les groupes orchestraux, dont la formation varie, sont soit liés aux parties vocales, soit ils symbolisent des « personnages » autonomes. Le tempo change souvent, sauf celui, toujours lent (♩ = 30), du trio à cordes.

b. Mythologie

8Il faisait déjà partie de Io, frammento del Prometeo (1981).

9Presque tout le texte est un fragment du célèbre « Hyperion Schicksalslied » de Hölderlin. En même temps que le texte italien, les voix récitent d’une manière « très articulée » le texte de Hölderlin. L’indication d’accentuer et de bien articuler les consonnes vaut aussi pour les chanteurs : il en résulte un « chœur » en continuelle expansion spatiale.

4. PREMIER STASIMON

10(Stasimon = chant du chœur dans la tragédie grecque)

11Une suite continuelle de brefs fragments (de 1 à 10 mesures), dont le tempo et la dynamique varient : a) chanteurs et groupes orchestraux : « tous les instrumentistes chantent et jouent » ; b) groupes orchestraux de formations variables ; c) chœur avec « souvenirs lointains ».

5. PREMIER INTERLUDE

12Il a été refait par rapport au Prometeo 84.

13Le texte est composé des vers du « Maître du Jeu » de Cacciari V (1-3) et IV (2-6) avec ajouts de texte grec du Premier Stasimon. Ce Premier Interlude est un tournant dans le déroulement du drame Prométhée : c’est un des mouvements les plus brefs et tous chantent ou « toujours le plus pppppp possible à la limite de l’audibilité ou de l’inaudibilité » ; seuls trois instruments et une voix chantée dans une tessiture extrêmement transparente, les instruments jouant souvent « colla parte » ou soutenant les notes du chant. Mouvement pianissimo, sans rupture ou contraste dramatique – c’est lui qui parle justement de la « faible force messianique »... (W. Benjamin).

6. TROIS VOIX A

14(le Maître du Jeu VII/VIII/IX)

15Repris tel quel du Prometeo 84.

16Un continuum sonore aigu mais à peine perceptible des cordes jusque peu avant la fin du mouvement. Grâce au computer et aux appareils de « delay », les sons de l’Euphonium subissent une continuelle amplification spatiale, dramatique en elle-même. Les trois solistes chantent des fragments du texte de Benjamin (in « le Maître du Jeu » VIII, 1-3, VII, 1-6, VIII, 4-9, IX, 1-4 et 8-9). L’invitation répétée : « Ecoute », ouvre et clôt la partie. Par sept fois, un « souvenir lointain » de la deuxième île (flûte basse, clarinette contrebasse) interrompt les chanteurs. Les différentes continuités sonores sont donc troublées uniquement par des « souvenirs ».

7. TROISIEME – QUATRIEME – CINQUIEME ÎLE

17Par rapport à la version de 1984, celle de 1985 a été reprise avec les coupures effectuées alors.

18« Il faut rompre les îles à l’intérieur. Non pas des îles complètes, mais des morceaux, des criques, des baies, des vallées, des monts... »

19Une succession continuelle de fragments des trois parties (ou îles), de 2 à 18 mesures ; chacune des parties a son effectif, les rapports entre chanteurs et instrumentistes étant complètement différents. Par six fois entre deux fragments, un chœur est inséré, accompagné de différents instruments, avec un « écho lointain » du Prologue (pour la cinquième île, la réalisation vocale est décidée pendant les répétitions).

8. TROIS VOIX Β

20Recomposition totale en 1985 sur la base de la version 1984.

21Comme au mouvement précédent, avec des extraits de 3 îles différentes qui alternent, ici s’échangent des fragments des 3 derniers textes de Benjamin. Aux 3 tempi (♩ = 30, 60, 120) correspondent 3 niveaux dynamiques (ppp, p, fff) qui à leur tour correspondent à 3 types de mouvements sonores dans l’espace (statique, poco mosso, molto mosso). Trois voix Β fait référence au Premier Interlude par l’expression, trois fois évoquée, de « la faible force (qui suffit pour faire sauter une époque) » : ECOUTE-LES.

9. DEUXIEME INTERLUDE

22Nouvelle composition pour Prometeo 85.

10. DEUXIEME STASIMON

23La version du Prometeo 84 est restée inchangée.

24Sous-titre : A sonar e cantar ». Les instruments doublent en grande partie les sons individuels des chanteurs. Ici, l’ancienne manière des « chœurs divisés » vénitiens s’est transformée en quelque chose de neuf : une fusion entre la continuité mélodique et une écriture fragmentée. Le texte aussi parle d’un « Nouveau Prométhée » ; à part 7 vers, il est entièrement mis en musique...

Ouvre de multiples voies
Nous demande de réveiller l’enfreint
De renouveler les silences
— puis avec un « écho lointain »
vers Prométhée, enchaîné à la roche : il est invincible dans le désert.

25Le drame musical Prometeo « Tragedia dell’ascolto », même s’il peut paraître à une première écoute méditatif, fermé sur lui-même, lyrique, est tout autre chose qu’un retrait dans la subjectivité, dans le privé, un retrait hors du monde. Dans le silence, l’à-peine audible, le jamais entendu ou le jamais entendu ainsi, dans la nouveauté de l’entendu se cache « la faible force », qui suffit « pour faire SAUTER une époque ».

26Prometeo est aussi un regard rétrospectif vers le mythe, vers Eschyle, et un regard sur le chemin qui mène de son époque à la nôtre : c’est le regard ouvert de notre présent vers des temps nouveaux, d’autres temps. Ainsi Prométhée représente l’expérience de vivre dans le temps, dans notre temps, l’expérience d’aimer et de changer ce temps.

27... de vivre en aimant le temps...

28ECOUTE-LES

Table des illustrations

Légende Luigi NonoSchéma pour Prometeo
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/1637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© Éditions Contrechamps, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter