Version classiqueVersion mobile

Luigi Nono

 | 
Philippe Albèra

En souvenir de deux musiciens

Luigi Nono
Traduction de Carlo Lagomarsino

Texte intégral

1En novembre 1970, G.F. Malipiero me fit remettre le premier volume, à peine édité par la Fondation de l’île San Giorgio à Venise, des œuvres complètes de Giovanni Gabrieli. Dans un billet, le Maître me rappelait nos précédentes conversations sur l’importance du compositeur, sur notre amour commun pour les Gabrieli, et sur la rareté d’études disponibles et d’éditions « originales, sans déformations ni ajouts » comme l’était celle qu’il me présentait. (Bien sûr nous avions parlé de l’édition préparée par Denis Arnold pour l’American Institute of Musicology de Rome). Ce fut pour moi un véritable cadeau de son intelligence pleine de sensibilité, toujours prête à contribuer au développement de la connaissance musicale avec des suggestions, des indications et des conseils qui ont fait de lui un grand Maître.

2Maître bienveillant aussi : j’en eus la preuve lorsqu’il m’accueillit comme élève dans les années de brutale oppression fasciste (de 1943 à 45). Ses leçons et nos entretiens m’ouvrirent à la connaissance et à l’étude de ce courant musical qui était alors, en Italie, condamné à l’ostracisme : Schoenberg, Webern, Dallapiccola, et bien entendu, Monteverdi et la Renaissance musicale italienne.

3G.F. Malipiero me conseilla de faire la connaissance de Bruno Maderna, pour lequel il avait eu tout de suite la plus grande estime, et avec lequel j’allais continuer mes études. Ce fut encore sous son impulsion que Bruno, déjà un maître, et un groupe d’élèves dont je faisais partie, se mirent à « fouiller », à la Biblioteca Marciana, dans les manuscrits musicaux originaux, dans les Traités de composition (de Hucbald au Père Martini), dans les premiers imprimés de musique (réalisés par Ottaviano Petrucci à Venise dès 1501) pour pouvoir étudier historiquement et sur les documents originaux l’évolution de la musique européenne. Ce fut une période très heureuse d’études, de découvertes, de discussions, auxquelles Bruno, avec son enthousiasme maïeutique, nous faisait tous participer. G.F. Malipiero suivait notre travail avec une joie profonde et il se montrait heureux lorsque nous l’informions des progrès de nos études, ou lorsque nous lui en apportions les fruits concrets (transcriptions en notation moderne, instrumentations comme celle de l’Odhecaton A, études composées par nous-mêmes dans les différents styles), ou lorsque nous lûmes ensemble le livre de messes du Flamand tardif Jacobus de Kerle, retrouvé non catalogué dans les Archives d’Etat de Venise).

4Nous vivions alors dans une véritable ambiance de « boutique » artisanale de musique, où l’intelligence pénétrante de G.F. Malipiero, son expérience érudite et son humeur pleine d’entrain s’unissaient au talent que possédait Bruno pour découvrir la musique comme un objet toujours nouveau et pour nous la faire étudier comme un objet toujours vivant. C’est encore G.F. Malipiero qui nous conseilla de suivre le cours international de direction d’orchestre donné à Venise en 1948 par Hermann Scherchen, qui était son grand ami et qui l’appréciait beaucoup. Ce fut le début d’une longue collaboration – tant culturelle et intellectuelle que pratique – entre Scherchen et Bruno, surtout, et nous. Certes, les souvenirs que je livre ici ne sont que de brefs aperçus, mais ils ne sont pas moins riches de la profonde personnalité de G.F. Malipiero, qui ne se limitait pas uniquement à sa propre production musicale et, de plus, ils éclairent le rôle nettement déterminant joué par le Maître – et son œuvre – dans le mouvement de reprise, à l’échelle européenne, de la musique italienne.

5Bruno Maderna est l’incarnation de la plus noble générosité humaine. Preuve en est cette forte détermination dans sa manière de faire de la musique, d’être la musique, de communiquer aux autres la musique, toujours dans la gaîté, même aux moments difficiles et jusqu’à la tragique maladie. Et avec la musique, la vivacité et le dynamisme de son intelligence, toujours en prospection, toujours ouverte vers ces espaces où la musique, les nouvelles méthodes compositionnelles s’interpénètrent, résolue dans la mesure où l’homme vit en tant que sujet dans notre temps, toujours tendue vers l’homme. C’est ainsi que Bruno vivait et continue à vivre.

6Ces qualités naturelles l’ont amené à susciter et provoquer, au sein de la musique contemporaine, de grandes évolutions. Pour sa pédagogie de type maïeutique, qui incite tous les jeunes qui l’ont rencontré à aller de l’avant, pour sa manière de faire étudier la musique avec son pouvoir de la découvrir à chaque fois comme une nouveauté, pour son art unique et inoubliable de l’interprétation, Bruno Maderna continue à être aimé et apprécié par des orchestres, des solistes, des compositeurs et par des milliers de gens. Tous ont été, à travers lui, mis en communication directe avec la réalité vivante de la musique devenue intelligible quant à sa signification, sa structure et sa fonction.

7A Londres, une semaine avant sa mort, tout au long de ce concert qui devait être le dernier avec le London Symphony Orchestra, et jusqu’à l’interprétation palpitante et superbe du Premier concerto pour piano et orchestre de Bartók et du Concerto pour piano et orchestre de Schoenberg, Bruno s’est imposé à lui-même, contre sa maladie, et encore une fois avec une sereine lucidité et en forçant l’admiration du public, sa propre raison d’exister.

8Ainsi Bartók et Schoenberg étaient fermement, idéalement, humainement avec lui. Aujourd’hui, Bruno Maderna dort sereinement aux côtés de ceux qu’il a tant aimés : Andrea et Giovanni Gabrieli, Claudio Monteverdi et G.F. Malipiero.

© Éditions Contrechamps, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search