Version classiqueVersion mobile

Luigi Nono

 | 
Philippe Albèra

Correspondance

Luigi Nono, Hermann Scherchen et Karl-Amadeus Hartmann
Traduction de Dominique Rosset et Jurg Stenzl

Texte intégral

Hermann Scherchen, Paris, Avril 1958 (Photo Jean-Pierre Leloir)

1Luigi Dallapiccola, Karl Amadeus Hartmann, Bruno Maderna, Luigi Nono, Hans Werner Henze, Iannis Xenakis : quelques noms, un choix seulement parmi les jeunes musiciens dont la formation, la vie même, ont été profondément marquées par la personnalité de Hermann Scherchen (1891-1966). Nous commençons enfin à saisir l’impact de ses activités dont témoignent ses écrits, correspondances et souvenirs, ses enregistrements. Un symposium à Lugano en 1984, un film de TV réalisé par Hansjörg Pauli et surtout l’exposition de Berlin en 1986 (et son catalogue, édité par Pauli et Dagmar Wünsche) ont esquissé un tableau plus complet de cette fascinante personnalité.

2Etudier l’intense activité de Scherchen revient à une révision permanente de l’histoire musicale du deuxième tiers de notre siècle, à une mise en question de maintes idées, certes pratiques et maniables, mais inaptes à rendre compte d’une réalité complexe et contradictoire. Complexe et contradictoire – deux qualificatifs propres aussi bien à l’époque qu’à la personnalité de Scherchen.

3Les lettres de Luigi Nono à Scherchen, son « Caro Maestrissimo », démontrent l’influence du maître, une influence qui ne s’est pas limitée aux seuls domaines musicaux. Aucun hasard si Nono utilise souvent le terme d’« homme-musicien ». « Homme-musicien » rejoint l’expression de Hansjörg Pauli : « homme de la Renaissance, l’encyclopédiste Scherchen, un musicien engagé dans tous les domaines de l’activité musicale, de la production à la réception ». « Homme-musicien » souligne en même temps l’éthique dont Dallapiccola parlait : « Tout ce qu’on a dit de son caractère, de sa dureté, correspond à la réalité. On avait parfois l’impression qu’il ne prenait absolument pas en considération les autres. Mais, souvent, ce n’était qu’une apparence : il agissait ainsi parce qu’il ne pouvait pas agir autrement. [...] A d’autres, il posait de très hautes exigences, et cela souvent d’une manière brusque, presque brutale. Mais peu de gens savaient ce qu’il exigeait de lui-même. »

4La plupart des lettres écrites par Nono à Scherchen et à l’autre ancien étudiant de celui-ci, le grand compositeur Karl Amadeus Hartmann, fondateur et directeur de la légendaire série de concerts de musique contemporaine Musica Viva à Munich, sont en très grande partie écrites en allemand, un allemand sur fond d’italien (saufs les nos 1, 4, 6-8 qui sont en italien). Ce langage est presque intraduisible ! Telle la traduction d’un poème, une version française ne peut que rendre le contenu du texte, au détriment de sa structure linguistique, pourtant souvent tout aussi significative de la pensée musicale de Nono.

5Il s’agit ici d’un premier choix qui comprend 6 des 10 lettres adressées à Scherchen, et 10 des 54 lettres et cartes adressées par Nono à son ami Karl Amadeus Hartmann. Chaque document est traduit intégralement. Les notes et commentaires se limitent au strict minimum à la compréhension du contenu et de son contexte. Les éditions complètes des correspondances de Nono avec Scherchen, Hartmann, Maderna et Steinecke vont un jour donner lieu à un des portraits les plus fascinants des années 50 et 60.

6Pour faciliter l’orientation du lecteur, les documents se suivent en ordre chronologique, complétés par quelques dates importantes dans la carrière du compositeur italien.

7• 27 août 1950 : Scherchen dirige à Darmstadt (Kranichstein) « l’opus 1 » de Luigi Nono, les Variazioni canoniche sulla serie dell’opus 41 di Arnold Schœnberg (1950).

1 A HERMANN SCHERCHEN

8[Venise 2-6. 51 Zattere]

9Très cher maître,

  • 1 Eunice Catunda (* Rio de Janeiro, 4 mars 1915). Pianiste et compositeur brésilienne, étudiante de (...)

10je vous ai envoyé à Zurich une copie de la partition et les calques de ma musique pour Darmstadt : Polifonica-Monodia-Ritmica. Dans ce travail j’ai essayé d’exprimer trois rapports avec la nature : Polifonica, construit sur un rythme nègre original que Catunda1 m’a montré à Venise pendant votre cours, est une manière de s’approprier graduellement la nature. Dans Monodia, c’est une manière d’écouter directement les silences, les chants, les échos qui sont suggérés en elle et qui me poussent à participer à sa vie essentielle, clarifiant encore mieux en moi l’indestructible force-rythme qu’est la vie-histoire.

11Vous ressentirez dans mon travail la présence de Catunda : avec l’Eunike j’ai particulièrement ressenti la nature.

  • 2 Julius Fučík (* Prague, 23 février 1903, exécuté par les nazis le 8 septembre 1943 à Berlin). Crit (...)

12Dans Fučík2 la force de la nature s’identifie à la fermeté de l’homme.

  • 3 Il est question de la [Prima) Composizione per orchestra, créée le 18 février 1952 à Hambourg par (...)

13J’ai terminé le I° episodio : il cerne les limites que l’homme cherche à forcer en les niant presque : arrestation – cruautés – violences – et l’état consécutif de semi-agonie3.

14Dans le II° episodio, le souvenir de la lutte bien réelle agit, permettant de vaincre l’important risque d’isolement. Dans le III° episodio, l’homme, en dépit de l’exécution proche, est fort et serein dans sa certitude ; que « la vie arrachée à l’un croît dans cent autres, la vie qui est plus forte que la mort » ; que « le devoir humain ne s’arrête pas à cette lutte : être homme sera continuer à exiger de soi-même un cœur courageux, tant que les hommes ne seront pas entièrement des hommes ».

  • 4 Karl Liebknecht (*Leipzig, 13 août 1871, assassiné à Berlin le 15 janvier 1919). Avec Rosa Luxembu (...)

15Témoignage serein de la pensée de K. Liebknecht4 « qui sait si nous vivrons encore quand il sera rejoint, mais notre programme vivra pour toute l’humanité libre ».

16J’apporterai à Darmstadt la partition du I° episodio, ainsi vous pourrez juger – dans le cas où vous penseriez à Fučík pour la Biennale de Venise. Je vous assure qu’il sera sûrement prêt.

  • 5 Probablement la Composizione in tre tempi pour orchestre de Maderna.

17Bruno travaille au 35 – il doit absolument venir à Darmstadt parce qu’il a besoin de votre compagnie – il est sur la mauvaise pente de compromis dangereux pour son avenir – je lutte durement contre sa façon de vivre.

18Si vous pouvez, appelez-le.

  • 6 Pia Andronescu, la future femme de Scherchen dont il avait fait la connaissance en 1950 ; elle éta (...)

19Bien des vœux à la Mathématique6.

20Je vous embrasse

21Votre

22Gigi

2 HERMANN SCHERCHEN A PIA ANDRONESCU

23[Darmstadt, entre le 4 et le 11 juillet 1951]

  • 7 La [Prima] Composizione per orchestra (1951).
  • 8 La « Danse autour du veau d’or », extrait de Moses und Aaron de Schœnberg que Scherchen avait prés (...)

24[...] le pauvre Nono pleurait hier soir quand il est devenu évident qu’il s’était perdu dans des spéculations beaucoup trop abstraites (pas uniquement dans cette nouvelle pièce7 mais, d’une manière générale, dans sa manière de faire de la musique) en cela l’œuvre de Schœnberg8 a eu un effet purifiant et une importance énorme : les jeunes (et les médiocres) ont saisi qu’il ne s’agit pas d’une affaire de technique ni d’« originalité », mais uniquement d’être pénétré et gorgé de l’esprit matière. Ils en sont profondément effrayés, arrachés à leurs autosatisfactions orgueilleuses de jeunes et enfin jetés vers l’essentiel. [...]

25Lettre publiée partiellement dans Hermann Scherchen 1891-1966, éd. par H. Pauli et D. Wünsche, Berlin, Hentrich, 1986, p. 130.

3 HERMANN SCHERCHEN A PIA ANDRONESCU

26[Darmstadt, II. 7. 51]

  • 9 Michel Ciry (* La Baule, 31 août 1919). Graveur et compositeur, ancien élève de N. Boulanger et A. (...)
  • 10 Peter Racine Fricker (* Londres, 5 septembre 1920). Ire Symphonie, p. 9 (1948/49) ; Concerto pour (...)
  • 11 Serge Nigg (* Paris, 6 juin 1924). Ancien élève de R. Leibowitz, un des premiers compositeurs dodé (...)
  • 12 Polifonica-Monodia-Ritmica pour cinq instruments et percussion.
  • 13 Armin Schibler (* Kreuzlingen, 20 novembre 1920 ; † Zurich, 7 septembre 1986). Symphonische Vanati (...)

27[...] Dans le programme de hier : Ciry – Symphonie (un jeune Français9), Fricker – Concerto pour violon (l’Anglais qui a eu ce grand succès quand j’ai dirigé sa symphonie10 dans le dernier concert de la BBC) / Nigg – Pour un poète captif (un franco-russe11 qui a abandonné la dodécaphonie pour raisons politiques en 1949 et qui, de ce fait, est particulièrement suspect aux radicaux de Darmstadt) – Entracte / Nono12 (Italien / Schibler-Suisse13…).

  • 14 Scherchen pense probablement aux réactions hostiles à l’œuvre de Nono présentée à Darmstadt une an (...)
  • 15 La maison d’édition Ars Viva de Scherchen, fondée en 1950 à Zurich, incorporée en 1953 dans le cat (...)
  • 16 Tournée de Scherchen en août 1951.

28Nono a été fêté comme presque aucun autre jeune – à la fin de la pièce tout a éclaté en « Bravo » et jubilations envers lui – contre son œuvre parle sa vraie cérébralité que j’avais adoucie au minimum – que j’ai ensuite raccourcie à un tiers (!) – un fait qui n’est pas une recommandation quant à la Nécessité d’une telle manière de créer. Tout le monde criait : « rejouer » – je ne l’ai pas fait. Heureusement Nono me semble suffisamment lucide, grâce à ses expériences14, pour renoncer à tirer de ce succès de fausses conclusions. Il est de la plus grande importance pour notre Maison d’édition15 d’être de retour à Darmstadt avec un tel deuxième triomphe. Il semble que j’ai Raison avec ma conception de l’édition et je vais jouer Nono aussi au Mexique16.

29Lettre oubliée partiellement dans Hermann Scherchen 1891-1966, op. cit., p. 130 s.

30• 18 février 1952 : création de Composizione per orchestra à Hambourg par Bruno Maderna.

31• 21 juillet 1952 : création de España en el corazon, la première partie de l’Epitaffio per F. García Lorca, à Darmstadt, sous la direction de Bruno Maderna.

4 A HERMANN SCHERCHEN

32[printemps 1952]

  • 17 La première page de cette lettre manque.

33[,..]17 il [Karlheinz Stockhausen] travaillera encore pour un [temps] au studio de la Radio française de musique concrète à Pans.

  • 18 Stockhausen composait à cette époque Formel et Spiel pour orchestre.

34Sa musique n’est pas encore claire en ce qui concerne sa réalisation constructive et ses timbres, il est en plein développement –18

35humainement Stockhausen est splendide –

  • 19 Deuxième partie de l’Epitaffio per F. García Lorca, créés effectivement le 17 décembre 1952 à Bade (...)
  • 20 Représentant de la maison Schott.

36il a 23 ans et il est déjà marié à une jeune femme de Hambourg, simple et humainement belle – sur invitation de Strobel j’ai apporté ma nouvelle partition Y su sangre ya viene cantando (sur la mort de F.G. Lorca)19 pour flûte solo, cordes, vibraphone, célesta, xylophone, harpe, 3 cymbales et tambourin basque et je l’ai montrée à Rosbaud : elle sera exécutée à la radio de Baden-Baden le 17 décembre – je me suis déjà mis d’accord avec M. Pilz20 (il a été avec M. Schneider à Donaueschingen) : d’ici au 15 novembre j’enverrai le matériel et la partition à Mayence et ils enverront le tout selon l’habitude à Baden-Baden – le Dr Hübner de Hambourg m’a dit qu’il veut vous inviter pour un concert « das neue Werk » à la radio de Hambourg au printemps, programme Casanova – Searle – Maderna et ?

  • 21 Nando Ballo, directeur de la Biennale musicale de Venise.
  • 22 Nino Sanzogno (* Venise, 13 avril 1911), ancien élève de G.F. Malipiero, enseignait également à Da (...)

37encore à Venise, Ballo21 parlait avec Bruno et moi de son idée : il veut faire, probablement en juin 1953, un festival de musique de jeunes à Rome : 4 concerts symphoniques, 4 de musique de chambre – un opéra – chefs : vous – Sanzogno22 – Bruno – mais Ballo ne connaît pas les jeunes musiciens – pour cela il nous fait confiance, à vous, Bruno et moi – nous avons dit clairement : également des jeunes de Hongrie, Pologne, Russie – vous les connaissez et pouvez les signaler – nous vous prions, Maestrissimo, de vouloir déjà penser à leurs noms.

38Bruno a bien dirigé à Rome (Brahms !). Le maître Corti était content et appellera Bruno bientôt – Brahms surtout fut un grand succès.

  • 23 Wolfgang Steinecke (1910-1961), fondateur et directeur des cours de Darmstadt.

39Maintenant Bruno est à Darmstadt et s’amuse (?) avec les Carmina Burana – il ira à Oldenburg – ensuite à Barcelone – ensuite en Italie – il est irrité par la fausseté et le vide qui régnent à Darmstadt (à l’exception de Steinecke23) – mais il travaille bien –

40Quand nous verrons-nous pour le concert de Venise ?

  • 24 Oeuvres de musique ancienne éditées par Scherchen chez Ars Viva.

41si vous avez quelque travail urgent24, envoyez-le moi (Pergolesi, p.ex., avec le matériel tellement bourré de fautes)

42actuellement je travaille à Legrenzi partition et matériel

43Maderna Improv[isazione per orchestra]

44Nono pour Baden-Baden

45j’attends Frescobaldi

46et Pergolesi (au moins pour corriger)

47Maître, j’embrasse toute la famille

48Votre Gigi

49Je vais faire le permis pour conduire une voiture !

Luigi Nono et Karlheinz Stockhausen
Darmstadt, 1955 (Photo Mathilde Höke)

50• 17 décembre 1952 : création de Y su sangre ya viene cantando.

51• 16 février 1953 : création de Memento. Romance de la guardia civil española, troisième partie de l’Epitaffio per F. García Lorca avec la soliste Christa Ludwig sous la direction de Bruno Maderna à Hambourg.

52• 11 octobre 1953 : création à Donaueschingen des Due espressioni per orchestra (1953) par Hans Rosbaud.

5 A KARL AMADEUS HARTMANN

53[Venise 12. 12. 53 Zattere 1486]

54Karl et Elisabeth, mes chers !

  • 25 Y su sangre ya viene cantando était joué à Munich le 4 décembre 1953 dans le cadre des concerts Mu (...)

55il apparaissait encore plus évident, à Munich25, ce qui dans le fond nous lie tous : musique-vie (ou vie-musique : c’est égal).

56Que ça, mais comment !

57C’est encore plus fort que l’amitié. Et ce n’est pas par hasard que chacun de nous a d’abord été avec Scherchen (ce qui veut dire : comprendre vraiment !) et tous ensemble aujourd’hui dans cette merveilleuse famille, parfois folle, dans notre famille.

58Le plus important aussi est que nous ne sommes pas seuls. Cette terrible solitude qui détruit aujourd’hui beaucoup d’artistes. Nous sommes des hommes parmi les hommes, et c’est uniquement ainsi que nous sommes nous-mêmes.

59C’est cela, surtout, comprendre aujourd’hui.

60Je pourrais vous remercier vous deux, mais ce serait peu : mes remerciements n’auront de sens que si, après ces importantes journées munichoises, je deviens meilleur musicien et meilleur homme. Car à Munich, grâce à Scherchen, à vous deux, au concert, au public (enfin un vrai public et pas uniquement un cercle !) j’ai compris quelque chose de nouveau.

61Va de l’avant, convaincu et avec joie, cher Karl !

62Je vous embrasse cordialement

63Gigi

64Comment pourrais-je avoir la photo avec toi et Scherchen ? Pourrais-tu m’envoyer l’adresse du bureau culturel ?

65Publiée en allemand dans Karl Amadeus Hartmann und die Musica Viva, Munich, 1980, p. 207.

6 A HERMANN SCHERCHEN

66[Venise 14. 12. 53]

67Très cher maître !

68la vraie joie de Munich a été, d’une manière encore plus simple et évidente, la très belle réalité de notre très forte union dans la vie et dans la musique. En train pour l’Italie, Bruno et moi avons parlé avec un enthousiasme particulier et nous avons constaté encore une fois l’importance fondamentale pour nous de vous avoir connu, de vous avoir rencontré à Venise en 1948 et d’avoir été tout de suite unis à vous. En 1948 tout a vraiment commencé pour nous.

69Ce que Bruno et moi sommes aujourd’hui, nous le sommes parce que nous sommes vos fils.

70Tous les deux sommes partis de Munich encore transformés, surtout Bruno qui a eu une mauvaise période, et maintenant il travaille avec joie comme un fou. Et cela, comme Bruno disait, parce que nous nous sommes retrouvés tous en famille.

71Le succès de Munich est le succès de la bande à Scherchen. Quand vous m’avez parlé, critiqué, enseigné, cela a été très important parce que cela précédait un nouveau travail. La toute dernière expérience m’aidera à faire mieux.

  • 26 Responsable commercial de Ars Viva.

72J’ai déjà écrit à Schott (Pilz) et tout demandé concernant les partitions et le matériel. J’ai écrit à Widmer26 et demandé d’autres calques pour terminer la copie de la partition des Due espressioni (un quart me manque encore) ; j’enverrai tous nos calques à Widmer.

73J’écris immédiatement à Bruno à propos de tout ça.

  • 27 Nicolas Nabokov (1903-1978), organisateur du Festival de musique du XXe siècle à Paris en 1952 et (...)

74Concernant Nabokov27 : encore à Munich nous en avons parlé avec Bruno à Karl Amadeus. Karl avait un programme général dans lequel votre concert (13 avril) est indiqué avec le même programme que dans votre lettre.

75La couleur politique y est peut-être, j’en ai parlé à Venise avec les camarades et ils m’ont conseillé d’accepter parce qu’il est aujourd’hui nécessaire d’être présents partout et de faire entendre nos voix.

76Nabokov est disposé à faire exécuter un travail de Bruno (nous en avons parlé ensemble à Munich), et Bruno pense à un travail pour peu d’instruments comme vous le lui avez conseillé. C’est peut-être aussi pour faire diriger un concert par Bruno parce que les programmes des concerts de chambre ne sont pas encore fixés.

  • 28 Heinz Schröter (1907-1974), pianiste allemand, responsable de 1953 à 1957 des émissions musicales (...)
  • 29 La création intégrale de l’Epitapbe n’aura lieu que le 4 octobre 1957 à Berlin.

77Heinz Schroeter28 m’avait déjà écrit au sujet du Francfort Modernes Musikfest. Je lui ai envoyé la liste de mes œuvres en lui suggérant de penser à la création de l’Epitaphe pour F. García Lorca (toutes les parties ensemble29). Pas encore de réponse.

  • 30 Scherchen a effectivement dirigé la création de La Victoire de Guernica d’après Paul Eluard le 25 (...)

78C’est la raison pour laquelle je m’étais mis d’accord avec Steinecke pour la création des Gesänge nach Eluard pendant les Ferienkurse dans le concert dirigé par vous (avec l’orchestre de la radio de Francfort)30. Qu’est-ce que vous en pensez ?

79Bruno et moi seront presque certainement à Paris autour du 10 janvier : nous viendrons sûrement mais nous ignorons encore exactement quand.

  • 31 Manna, Amann : surnom de la fille de Scherchen, Esther, avec « permutation »...

80Comment va Manna ou Amann ???31

81Des vœux et salutations affectueux particulièrement à Madame Pia : nous sommes avec vous tous dans l’attente et pour saluer le nouveau Scherchen3.

82Je vous embrasse

83Votre

84Gigi

7 A HERMANN SCHERCHEN

85[Venise 14. 2. 54]

86Très cher maître

  • 32 La Victoire de Guernica (P. Eluard) pour chœur et orchestre (1954).

87le nouveau travail32, pour chœur et orchestre, sur des textes de P. Eluard en est presque à la moitié et sera sans doute terminé en mars (j’en ferai tout de suite le matériel et les calques de la partition)

88Je me suis trouvé, et je me trouve toujours, face à de nouveaux problèmes d’expression et de forme et de sons ; cela aussi me demande de la concentration et de la tension au maximum. Et je travaille avec joie. J’ai déjà envoyé à Widmer les calques de la partition des Due espressioni. Maintenant j’ai déjà commencé sur calques la partition de la Guardia civil : j’attends de Widmer les calques déjà trois fois demandés, pour pouvoir continuer. Dès qu’ils seront arrivés, je pourrai copier la partition en dix jours. De cette manière le tout devrait être prêt.

89Je suis en train d’étudier le premier Brandebourgeois : ça va bien, très difficile. Je vous enverrai la lettre comme vous me l’avez dit.

  • 33 Gerhart von Westermann (1894-1963), organisateur de 1950-59 des Berliner Festwochen.
  • 34 Theodor Berger (*1905), compositeur autrichien.
  • 35 Le ballet Der rote Mantel n’a donc pas été composé en 1953 déjà, comme l’affirment tous les catalo (...)

90Westermann33 des Berliner Festwochen m’a écrit et demandé si je pouvais lui faire, pour le prochain festival de cette année, un ballet avec Tatiana Gsovsky pour une soirée de ballets (Berger, de Vienne34, Ravel et moi-même)35. Il assure au minimum deux représentations. Il m’invite, si j’accepte, comme hôte à Berlin, etc.

91Je lui ai déjà répondu en principe oui et que j’attendais seulement les propositions de Tatiana Gsovsky pour prendre une décision.

92Qu’est-ce que vous en pensez ?

93J’ai envie de faire un ballet, aussi pour m’approcher du théâtre.

94Bien des salutations à toute la famille.

95Je vous embrasse

96Votre

97Gigi

98Comment vont votre forêt et votre vin ?

8 A HERMANN SCHERCHEN

99[Venise 21.3.54]

100Très cher Maître !

  • 36 Nono avait assisté à la création concertante de Moses und Aaron de Schœnberg à Hambourg, le 12 mar (...)

101Moses und Aaron est vraiment grandiose !36 Avec une violence expressive incroyable. Elle m’est apparue comme l’œuvre la plus importante de Schœnberg : une œuvre dans laquelle se trouve tout son génie, une vraie synthèse de son développement créatif. Elle joint la tradition à laquelle elle reste liée par une pensée expressive et formelle d’hier, et développe cette tradition en menant la musique jusqu’à aujourd’hui où le vrai créateur saisit et réalise selon des exigences nouvelles.

102L’exécution a été bonne, mais pas à la hauteur de la conception grandiose de cette œuvre.

  • 37 Scherchen a été le fondateur et premier rédacteur de la revue de musique contemporaine Melos en 19 (...)

103Stuckenschmidt s’est montré un vrai ami, aussi bien à Berlin qu’à Hambourg. Il m’a beaucoup raconté de toute la période berlinoise lorsque vous tous flambiez la vie, hier comme aujourd’hui. J’ai vu vos premiers [numéros] de Melos !!!37 avec votre chant pour voix et piano.

104Je suis très reconnaissant à Stuckenschmidt.

105J’ai cherché Paul Dessau chez lui, à l’Académie des Arts, au théâtre de Brecht, je lui ai écrit, mais de toute évidence il ne devait pas être à Berlin.

  • 38 Le ballet Der rote Mantel fut joué pour la première fois, avec la chorégraphie de Tatjana Gsovsky, (...)

106Pour le ballet combiné : texte L’amour de Don Perlimplin et Belisa (F García Lorca), un hymne à l’amour. Début juillet, je dois envoyer à Gsovsky à Berlin la réduction pour piano. Partition et matériel début septembre. Exécution vers le 18 septembre38.

107J’ai dû travailler beaucoup, dans tous les sens du terme, les gens des Berliner Festwochen quant au livret (ils m’avaient proposé Sodome et Gomorrhe !!!!!!!!!!) et l’exécution. Ce n’est pas terminé. J’ai parlé avec Schroeter (Francfort) et tout est réglé pour le matériel. Guardia civil devrait être à Francfort le 25 mai, le matériel de Victoire de Guernica plus tard.

108Nous en parlerons à Rome.

109Environ deux mois après ma demande je n’ai toujours pas reçu les calques de Widmer !!!!!!!!!!!!

110Widmer me les avait promis pour le commencement de mars, depuis, Rien. Et je devrais pouvoir terminer la copie de la partition de la Guardia civil (3e partie de l’Epitaphe) pour pouvoir commencer immédiatement après la copie de la partition de la Victoire de Guernica (Eluard) et tout le matériel.

111La Victoire de Guernica vous est dédiée. Ce dernier travail précisément me semble le résultat le plus positif, jusqu’ici, de tout ce que vous m’avez donné et me donnez et de ce que j’ai compris et comprends. Je vous embrasse tous très fort

112Votre

113Gigi

9 A HERMANN SCHERCHEN

114[Venise 23.4.54]

115Très cher Maestrissimo !

116Rome a été assez beau et clair pour reconnaître, une fois encore, le côté pauvre et ridicule de « l’officialité » et « l’importance » des gens qui en ont besoin.

117Si je courais ce risque, je vous supplie de me battre rigoureusement.

118Tout le matériel d’orchestre de La guardia civil a été envoyé ici par Schott : je l’ai relu et maintenant il est en ordre et je l’ai renvoyé à Schott.

119J’ai copié la partition et je l’enverrai à Widmer bientôt.

  • 39 Festival des Jeunesses musicales, avec la participation de Scherchen. Le Liebeslied pour chœur mix (...)

120Pour Hanovre, j’écris une petite pièce chorale : Liebesgesang en allemand39. Vous l’aurez le 15 mai. Ici, il y avait le livret du ballet Le manteau rouge d’après le Don Perlimplin de P. C. Lorca ; je le commence. Le livret est très beau.

121Vous ne m’avez plus parlé de votre projet quant à la maison d’édition. Je ne connais personne pour cela ; je crois pouvoir le faire ; mais tout le travail devrait être précisé, c’est-à-dire comment et quoi.

  • 40 Suisa : Société suisse des droits d’auteurs.

122Suite à notre entretien sur la Suisa40 je n’ai rien reçu ou entendu de la Suisa.

123Avec mon cœur je suis déjà à Gravesano.

124Et très bientôt j’aimerais y être entièrement.

125Cordialement

126Votre

127Gigi

128• 25 août 1954 : création de La Victoire de Guernica par Scherchen à Darmstadt.

10 A KARL AMADEUS HARTMANN

129[Berlin 15.11.54]

130Très cher Karl

  • 41 La date de composition habituellement donnée est 1950.

131les Variazioni canoniche sont ma première œuvre (1949), Scherchen les a créés à Darmstadt41. J’ignore pourquoi Scherchen aimerait les imprimer aussi. Il y a quelque temps déjà, je lui ai dit non. Il a peut-être raison.

132A Paris, après ton départ, j’étais avec Boulez.

133Je lui ai tout raconté de ce que tu m’as dit au sujet de la S.I.M.C. Il partage tout à fait ton avis et il est prêt, comme Bruno et moi, à tout faire. Mais il m’a dit ce que je t’ai déjà dit : nous n’avons pas de voix dans la S.I.M.C. : la France est comme l’Italie [...]. Boulez, tout comme moi, n’avons rien à faire avec l’actuelle franco-ital-S.I.M.C..

  • 42 La partition de la Symphonie concertante pour piano et orchestre (1947) de Pierre Boulez a été per (...)

134Je te prie de faire l’impossible, en dépit du concerto pour piano42, pour jouer Boulez à Munich. Il était un peu triste à cause de la malchance qu’il a toujours avec ses exécutions.

135Pourrais-tu, à la place du concerto pour piano disparu, faire quelque chose d’autre de lui ?

136Jeudi 18 ou vendredi 19 je passe par Munich et viendrai te voir : cette fois malheureusement seul !!!!!!!!!!!!!!!!!

137Baisers amour et tout

138Ton

139Gigi

Edgar Varèse, Wolfgang Steinecke, Hermann Scherchen (Photo D.P.A.)

11 A KARL AMADEUS HARTMANN

140[avant mars 1955]

141Très cher Kaaaaaaaaaaaarl

142je te remercie, je te reeeemercie, je te reeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeemercie (chœur après la huitième scène du 1er acte des Noces de Figaro).

  • 43 Allusion à la Traviata de Verdi, 1er acte : « Libiam ne’lieti calici ».

143« buvez, allez buvez » (mais où et qui est Violetta ?)43

144« chaque fille, hélas, me fait rougir, chaque dame m’enflamme le cœur » d’après l’air de Cherubino, ou, mieux, l’air de Karl Amadeus !)

145!!! Bacchanale Bacchanale Bacchanale !!!

  • 44 Créée le 26 mars 1955.

146déjà terminé Canti per 13 pour 13 instruments, ma dernière œuvre avant celle que je fais maintenant. Boulez me l’a demandée, et elle sera créée fin mars à Paris, au théâtre de Marigny44.

147Aucune idée si c’est une œuvre VEKAHS ou EKAHS ou KAHS ou AHS ou HS ou S ou ??? comme tu me demandes.

  • 45 Incontri pour 24 instruments, créés le 30 mai 1955 à Darmstadt par Hans Rosbaud.

148Seulement j’ai appris beaucoup beaucoup de nouveau à travers elle. Et en ai oublié qu’il fallait écrire une autre œuvre, actuellement en cours, pour orchestre (Darmstadt)45.

149Je t’ai envoyé la partition des Canti per 13 pour que tu puisses voir toi-même.

150Comment va ton travail ?

151Henze a passé ici deux jours, après Londres et Paris. Il a été très calme, je ne l’ai peut-être jamais vu aussi plein d’idées et de projets. Pour moi c’était très beau parce que j’avais, pendant ce même temps, période toute noire et inquiète, temps de merde.

152Bruno est à Darmstadt, on a été brièvement ensemble avant son concert de Naples avec Mozart. Il a été très content de ses concerts à Hambourg et Stockholm.

153Moi ? Au travail, tu sais ce que c’est.

154Je t’embrasse toi et ta famille.

155Bientôt nous serons ensemble.

156Cordialement merci !

157Ton

158Gigi

159Publié en allemand dans Karl Amadeus Hartmann und die Musica Viva, Munich 1980, p. 210.

12 A KARL AMADEUS HARTMANN

160[30. 4.56 S. Giacomo 882 Giudecca-Venezia]

161Très cher Κ.Α.

162Tel est mon nouveau il canto sospeso :

  1. preludio (pour orchestre seul)
  2. choral (chœur a cappella)
  3. trio (soprano/contralto/ténor soli et orchestre)
  4. interludio (orchestre seul)
  5. ténor solo et orchestre de chambre
  6. chœur et cuivres 6a) chœur et cordes
  7. soprano solo et orchestre de chambre
  8. interludio (pour vents)
  9. Finale-Choral (chœur a cappella)

163durée environ 30’

164effectif de l’orchestre : 4 flûtes / 2 hautbois / 2 clarinettes / clarinette basse / 2 bassons // 6 cors / 5 trompettes / 4 trombones // 3 timbaliers // 2 harpes / xylophone, marimba, vibraphone, glockenspiel, célesta, 12 cloches, // cordes

165texte aussi en allemand.

166Maintenant tu peux te faire une idée du tout. Concernant le chœur, le plan te montre qu’il est indispensable et qu’il est impossible de penser le faire sans chœur ou sans orchestre.

167Ces prochains jours, j’envoie la partition à Schott/Mayence. Malheureusement je ne peux pas encore t’en envoyer une directement ; mais j’espère très bientôt.

  • 46 Il canto sospeso sera créé par Scherchen le 24 octobre 1956 à Cologne.

168La création devrait se faire à Darmstadt (Kranichstein) : pas encore de réaction directe de Steinecke (difficultés à cause du chef et du chœur)46.

169Je te raconte tout parce que tu dois le savoir.

170J’étais avec Scherchen à Florence et Gravesano et nous avons parlé de la création, surtout de l’endroit. Je te dis, comme je lui ai dit : aujourd’hui ce serait pour moi un grand honneur et plaisir dans deux villes : Munich chez Musica Viva, Turin à la RAI (dans mon pays !!!!!!!!!! enfin !!!!!!!!!!). A Munich aussi à cause du public de là-bas. Cela veut dire que là, il y a une relation directe avec la vie ; notre travail de mois ou d’années pendant lesquels nous étions seuls avec joies et angoisses, seuls ou pas seuls, avec enthousiasme ou colère, où tout semblait merveilleux et impossible, notre travail est présenté à des hommes qui n’aimeraient qu’écouter et comprendre, des hommes de toutes les classes.

171Turin : tu sais comment c’est dans mon pays, toujours !!! Ce serait tellement beau de voir mon travail créé ici, dans mon pays !!!

172C’est assez triste pour moi de ne pas être connu ici directement par mon travail. Parce que ce n’est qu’à travers le travail qu’on vit, qu’on peut connaître et reconnaître. Et parfois par conséquent, je me sens ici sans air et sans terre.

173Et j’ai besoin de cet air et de cette terre parce que je suis d’ici et, sans cet ici, je ne pourrais pas être et devenir. A Munich tu as des difficultés : on le sait, comme on sait comment tu luttes.

174Tu n’as rien besoin de dire, surtout à moi : ce que tu fais est très beau et important pour nous tous. Ce que tu peux faire là-bas, tu le fais ; chacun de nous le sait.

175Et c’est TOUT ! ainsi toi comme moi n’avons rien à ajouter à ce sujet. Scherchen m’a parlé du Dr. Faustus de Busoni chez toi : très beau !! Il m’arrive d’étudier Busoni en détail. J’ai reçu de Breitkopf les réductions de Dr. Faustus et Turandot que je suis en train d’étudier.

176Il canto sospeso est mon œuvre précédant celle prévue pour le théâtre. C’est aussi pour ça que je suis particulièrement amoureux de Busoni maintenant. Je pense qu’il est le seul en Italie qui a compris le théâtre. Dans ce siècle. Tous les autres jouent seulement sur l’équivoque et le faux et la bêtise (Pizzetti-Casella Malipiero : faux faux faux, contre l’histoire, contre le développement). Busoni est encore aujourd’hui sans terre ici ! Le temps viendra assurément ou l’on va enfin comprendre, après le siècle dernier (Verdi) que l’unique authentique est Busoni. La bêtise est encore très grande chez nous, aujourd’hui ! Dans ce pays on ne devrait pas faire une seule révolution, mais trois au moins !!!! C’est peut-être encore trop peu.

  • 47 Richard Hartmann (* 1935), le fils de Karl Amadeus et Elisabeth Hartmann.

177Si vous voulez passer quelques jours tout à fait en paix, venez donc ici chez nous ! Si Richard le doit ou le veut, il a toujours ici une chambre !47 Je reste encore ici : pour terminer il canto sospeso (seulement le chœur final).

178Mais je continue aussitôt (un quintette à vent) et le théâtre !!!!!!!!!!!!

  • 48 Concerto pour alto avec piano, vents et percussion, composé en 1955, créé le 25 mai 1956 à Francfo (...)

179Comment vas-tu ? Je ne viens malheureusement pas à Francfort (bêtises également là-bas !) ; ainsi malheureusement je ne peux pas encore entendre ton concerto pour alto48. A quoi travailles-tu maintenant ? Si tu as le temps, écris-moi s’il te plaît.

180Cordialement à toi, Elisabeth, Richard, de Nuria et moi

181Bon travail, santé, fermeté

182Ton

183Gigi

184• 24 octobre 1956 : création du Canto sospeso à Cologne, avec un très grand succès dans la presse internationale.

185• 20 octobre 1957 : création de Varianti. Musica per violino solo, archi e legni (1957) sous la direction de Hans Rosbaud avec Rudolf Kolisch comme soliste à Donaueschingen.

13 A KARL AMADEUS HARTMANN

186Cher Κ.A.

187Déjà écrit à Scherchen.

188Aujourd’hui réponse : il pense qu’on ne peut rien faire pour les répétitions au point de vue temps, comme je lui avais écrit et comme nous en avions convenu.

  • 49 Le 8/9 décembre, Nono, Kolisch et Scherchen travaillaient, à Gravesano, aux Varianti, en vue du co (...)

189Ainsi Scherchen est maintenant au courant des difficultés (divisions, etc.)49.

190S’il te plaît : donne-lui le maximum ! Il acceptera certainement.

191Sans doute es-tu déjà sans grippe.

192Dommage pour Munich quand nous y étions.

193En janvier nous aurons certainement le temps (et le calme – j’espère !!!!!!), parce que nous avons beaucoup à nous dire sur « Aujourd’hui dans la musique » et « les musiciens qui oublient d’être des hommes » ou, mieux : ceux qui agissent encore contre aujourd’hui, en se comportant comme aux vieux temps.

194« artistes ! surhommes ! courtisans ! et qui se disent hors parti ! » ou « ils sont au-dessus de tout ». « Anges », ou presque Dieu !

195Dommage que nous soyons tellement loin l’un de l’autre, il serait très beau de pouvoir te parler souvent dans ce désert ou, mieux, dans cette prison.

  • 50 Nono fait allusion aux difficultés pendant les répétitions des Varianti et aux résultats peu satis (...)

196Après Baden-Baden et Donaueschingen je saisis mieux la situation50.

197En relation directe avec ce qui se passe aujourd’hui dans le monde (restauration !!!!!! tant politique que culturelle). Et pour nous, ça devient ou commence vraiment maintenant à devenir difficile.

198C’est pour cela que nous devons, de toutes nos forces, ne pas faire ce que la société actuelle voudrait, c’est-à-dire nous isoler nous-mêmes, et en devenir plus faibles.

199Mais encore plus et enfin et vraiment quand nous serons ensemble. A Munich !

200Cordialement à toi, Elisabeth, Richard, de Nuria et

201Ton

202Gigi

203[Giudecca 4.11.57]

Luigi Nono, Nuria Schœnberg, Bruno Maderna
Darmstadt, 1955 (Photo D.R.)

204• 13 janvier 1958 : La terra e la compagna (C. Pavese) pour soli, chœur et percussion est créée par Hans Rosbaud à Hambourg.

205• 7 septembre 1958 : Les Cori di Didone (G. Ungaretti) pour chœur et percussion sont créés à Darmstadt.

14 A KARL AMADEUS HARTMANN

206Très cher K. Amadeus

  • 51 Nono venait de rentrer de l’Autome de Varsovie ’58.

207à peine de retour de Pologne !51

208Ma plus belle expérience à ce jour, comme homme-musicien.

209Très important là-bas : le grand espoir !!!!!!!!!

210Situation musicale : trrrrrrrrrrès belle.

211Là-bas de vrais amis, des amis fous-romantiques-vivants !

212et une base humaine, pas de cercle, pas de snoberie : on est comme on est dans le travail.

  • 52 Un survivant de Varsovie, op. 46 et Psaume moderne, op. 50c de Schœnberg, dirigés par Rowicki.

213Public, 2000 personnes, enthousiasmes pour Schœnberg et Webern : Survivor of Warshaw bissé et on voulait l’entendre trois fois, même chose avec le Psaume52, avec les 5 mouvements pour quatuor à cordes et les 5 pièces pour orchestre de Webern.

  • 53 Au programme : des œuvres de J. Ivanov, A. Petrov, D. Chostakovitch (11e symphonie) et O. Taktakis (...)

214En revanche assez froid devant l’insupportable fausse-impuissante musique officielle soviétique : vraiment aussi déprimant et triste, je ne l’aurais jamais imaginé !53

  • 54 La première œuvre de Hartmann jouée dans le cadre de l’automne fut la 6e symphonie, en 1962.

215Au prochain Festival ’59 tu seras aussi à Varsovie !54

216Pendant la saison ’58-59 ta musique sera jouée par la Philharmonie de Varsovie et aussi à Cracovie.

217Chefs d’orchestre : Witold Rowicki – chef attitré de l’orchestre philharmonique de Varsovie, très très bien !!!!!! (44 ans) orchestre également très bien !

218Jan Krenz (32 ans) chef attitré de l’orchestre de la Radio polonaise-Katowize également très bien !!!!!

219Andrzei Markowski (34 ans) chef attitré de l’orchestre national Silésie-Katowize, le meilleur pour la musique nouvelle !!! très grand musicien !!!!

220Ensuite Skrowaczewski aussi bon, mais déjà un peu influencé par la manière italienne.

221Tu pourrais inviter tout de suite à Munich Rowicki, Krenz et surtout Markowski !!!!!! A Musica Viva ou au Bayerischer Rundfunk.

  • 55 Markowski dirigeait les Pièces pour orchestre op. 10 et Das Augenlicht, op. 26, de Webern.

222Markowski a dirigé, pour la première fois en Pologne, Schœnberg et Webern55 avec un succès fou.

223tous trois sont vraiment des hommes-musiciens !

224et super comme amis !!!!!!!!!!

225Ils vont faire beaucoup en Pologne, et provoquer un grand développement musical,

226si tu peux, JE T’EN PRIE !!!!!!!!

  • 56 Ulrich Dibelius (* Heidelberg, 14 novembre 1924), musicographe et – à partir de 1957 – rédacteur m (...)

227Ci-joint une liste d’adresses : envoie, s’il te plaît, des programmes et des informations sur Musica Viva !!!! J’en ai également envoyé à Dibelius56.

228maintenant peut-être un plan pour théâtre-opéra !!!!!!!!!!!!!! nécessaire pour moi : finalement !!!!

229rien d’autre !

230en mai ’59 un petit Nono naîtraaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa merveilleuxxxxxxxxxx !!!!!!!!

231Cordialement à toi, Elisabeth, Richard, bon travail et toujours

232VIVA VIVA VIVA !

233Votre Gigi et Nuria

234[21.10.58 Giudecca 882 VE –]

235Publié en allemand dans Κarl Amadeus Hartmann und die Musica Viva, Munich 1980, p. 211 s.

15 A KARL AMADEUS HARTMANN

236Cher Karllllllllllll

  • 57 Jouées à Munich, Musica Viva, le 23 janvier 1959.

237voici les lignes pour la Victoire de Guernica57.

238en italien et dans « notre » allemand.

239Ainsi tu peux améliorer, s’il te plaît.

240Ça va comme ça ??

241Sinon écris-moi.

242Nous restons ici ! je dois travailler !!!

243deux idées, toutes deux très difficiles.

244L’une le théâtre, bien sûr.

  • 58 Italo Calvino (1923-1986), l’un des plus importants écrivains italiens de l’après-guerre.

245j’étais à Turin pour parler avec Calvino58, nous y travaillons ensemble.

246Calvino est superrrrrrrrrrrrrrrrr !!!!!!

247à Turin également avec Scherchen : la RAI m’a interdit d’assister aux répétitions de Schœnberg [op.] 16, de Webern IIe Cantate et Bach !!!!!!!

248J’ai demandé trois fois, comme dans la bible, et on m’a « interdit » trois fois !!!

Luigi Nono
Il canto sospeso, manuscrit

249Telle est l’Italie officielle de Pizzetti-pape-anticulture.

250Donc pas à Los Angeles, à cause de mon travail.

251Je travaillerai aussi à Milan au Studio di fonologia en février-mars.

252Je dois aller plus loin ! mais plus loin dans la bonne direction ! J’ai beaucoup beaucoup réfléchi au présent.

253J’espère avoir mieux compris pourquoi il y a aujourd’hui dans l’air, dans les œuvres de quelques-uns, une réaction, un retour au néoclassicisme, même si ce n’est pas à la manière de Straw[insky].

254parce qu’on est « rassasié », et « bien » et qu’on se sent « bien en sécurité » – demain ? peut-être sombre + diable + antipape.

255Regarde en France : ces COCHONS !!! très dur ! Parce qu’il faut

256construire !

  • 59 L’opéra Simplicius Simplicissimus d’après Grimmelshausen, livret de Hermann Scherchen (1934/35, no (...)
  • 60 Ettore Gracis (* La Spezia, 24 septembre 1915).

257nous avons entendu ton Simplicius59 à la radio, fait par la RAI : mon pauvre !!!!!!!!!!!!!!!!!! Les chanteurs tellement mauvais : et aucun sens du texte, avec un grand pathos à la Giordano. Là où p. ex. Simplicius et l’ermite doivent chanter très pur et simple, ça devenait, avec la traduction, une scène « catholique » typique, ce qui n’est pas dans ta conception. Simplicius surtout était une vieille femme avec une voix indécise !! Et le chef (Gracis60) !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Pourquoi on le fait comme ça au lieu de le faire vraiment bien, je le comprends de moins en moins. Pourquoi les gens de la direction de la RAI sont-ils si terriblement irresponsables ?????????????

258Il faut casser cela !!!

259et détruire !!!!

260que fait Richard ? nous sommes très curieux de voir sa nouvelle peinture, en janvier !!!!!!!!!!!!!!!

  • 61 Il s’agit de la septième symphonie (1957/58), créée le 15 mars 1959 par Hans Schmidt-Isserstedt à (...)

261As-tu terminé ta symphonie ?61

262ou continues-tu avec un nouveau travail ???

  • 62 [...] : jeu de lettres intraduisible : « Faulenzmitschreiberei – Frauenlenzmitaugenrerei » (avec t (...)

263(sans doute des questions sans réponses de toi – [...]62) !

264sois bon et bon et encore bon

265comme Elisabeth est un amour et un amour et encore un amour !

266comme Richard a raison et raison et encore raison.

267Cordialement de nous deux + 1/3

268Ton

269Gigi

270[Giudecca 882 VE – 3. 12.58]

16 A KARL AMADEUS HARTMANN

271Cher Karl

272tu sais quoi ?

  • 63 Evénement inconnu.

273je te suis reconnaissant parce que tu m’as prouvé, par ta réaction face à l’histoire de Venise63 de septembre 58, à quel point notre amitié est vraie.

274aujourd’hui cela compte énormément et c’est plus important que tout.

  • 64 Allusions à des responsabls musicaux de la radio (Heinrich Strobel, Herbert Hübner) et au chef Rob (...)

275si des relations existent, elles doivent être claires et pures. Sinon vive la Stroblerie la Huebnerie la Crafterie64. Et nous, sous terre.

276Dans un cas pareil mieux vaut vivre sous terre.

277Surtout quand il s’agit de terre italienne, parce que sur la terre italienne il n’y a presque que des cochons. Peut-être en as-tu appris quelque chose à Rome. Pourquoi, même si on écrit différentes musiques, doit-on absolument se dresser les uns contre les autres, et se comporter d’une manière cochonne ?

278nouvelles expériences avec la RAI et à Milan.

279nous allons très bien ! Je me rends de nouveau à Turin afin d’y fixer et décider, avec Calvino, notre projet théâtral.

  • 65 Le 23 janvier 1959.

280Je te remercie aussi de Guernica. Ça m’a fait un grand plaisir de voir Guernica joué à Munich65. Et merci aussi du programme.

281Cordialement de Nuria et moi à toi, Elisabeth et Richard

282Ton

283Gigi

284[2.2.59]

285Publié en allemand dans Karl Amadeus Hartmann und die Musica Viva, Munich 1980, p. 212.

17 A KARL AMADEUS HARTMANN

286[4.8.59 Venise]

287Karl

  • 66 Dimitri Mitropoulos (*Athènes, 1er mars 1896, † Milan, 2 novembre 1960). Chef d’orchestre, pianist (...)

288j’ai été aujourd’hui avec Mitropoulos66 et sa secrétaire. Il m’a raconté comment il a entendu pour la première fois mon nom et comment tu en as parlé – et c’était spécial parce qu’il me racontait aussi ce qu’il avait entendu sur moi en Italie. C’était spécial et naturel comme c’est toujours le cas avec toi. Une fois encore, tu mets en évidence ce qu’est l’amitié et l’esprit qui règne aujourd’hui dans les rapports entre les musiciens et les hommes. Il est à espérer que nous, les jeunes, puissions l’apprendre d’une manière précise.

289Je t’embrasse

290Ton

291Gigi

292Fac-similé dans Karl Amadeus Hartmann und die Musica Viva, Munich 1980, p. 208 s., transcription ibid., p. 213.

293• 2 septembre 1959 : Création à Darmstadt de la Composizione per orchestra n° 2 : Diano polacco ’58 (1958/59).

294• 3 novembre 1960 : Création de Ha venido, Canciones para Silvia à Londres.

295• 17 février 1961 : Création à Washington de Sarà dolce tacere.

296• 13 avril 1961 : Création tumultueuse d’Intolleranza 1960 au Teatro La Fenice à Venise sous la direction de Bruno Maderna.

297• 15 décembre 1961 : Ha venido est chanté dans le cadre des Concerts Musica Viva à Munich.

18 A KARL AMADEUS HARTMANN

298[février/mars 1962]

299Très cher Carlo Amadeo

300nous espérons que tu vas bien ! sans histoires de nez ou d’ailleurs. Ne peux-tu pas le donner pendant quelque temps à quelqu’un pour avoir enfin la paix ??? Ce sera peut-être mieux après.

301Traduction n° 1, sur papier blanc, est meilleure.

302Seulement quelques changements que j’ai écrits dessus. Et les deux dernières lignes comme sur le papier jaune.

303Fumata bianca –

304je devrais être à Cologne le 12, le 14 à Copenhague, le 17 ou le 18 de retour à Munich,

  • 67 Repétitions pour la mise en scène d’Intolleranza à l’opéra de Cologne, direction musicale : Bruno (...)

305je ne reste pas à Cologne pendant les répétitions67 – Bruno était ici. Nous avons longuement parlé et discuté. Tout est au clair,

306avec Chargesheimer : SUPER

307Lietzau : un idiot qui a peur de se compromettre avec Intolleranza.

  • 68 Le programme de la mise en scène d’Intolleranza (première représentation le 3 avril 1962) mentionn (...)

308j’espère que les trois – Bruno – Chargesheimer – Lietzau ne s’entendront pas, comme ça le dernier partira68.

309Je serai ainsi chez toi à Munich le 17 ou le 18. D’accord ?

310Travail : pour la première fois deux œuvres avancent en même temps !

3111) « SUL PONTE DI HIROSHIMA »

312pour soprano – ténor – orchestre

313texte d’après le livre de G. ANDERS : « Der Mann auf der Brücke von Hiroshima « [L’homme sur le pont d’Hiroshima]

3142) un cycle uniquement pour soprano solo + guitare et piano ; la première pièce est déjà terminée : pour soprano solo –

315il y aura y ou 6 pièces pour voix :

  • solo
  • + guitare
  • + guitare et piano

316et de petits interludes pour piano solo
pour guitare solo
pour piano + guitare

317enfin chez moi des pièces pour voix solo
Monodies –

318les deux œuvres vont ensemble, l’une intègre l’autre.

  • 69 Les deux œuvres décrites sont devenues Canti di vita e d’amore dont la pièce pour soprano solo, te (...)

319Les textes du cycle : jusqu’à maintenant J.L. Pacheco, un jeune Espagnol qui a souvent été en prison à Madrid ; en espagnol. – les autres : poètes actuels, sur l’amour – l’espoir de demain – l’espoir d’aujourd’hui69

320Encore rien des programmes du RIAS.

  • 70 Le chef d’orchestre Ferenc Fricsay (1914-1963) est resté jusqu’à sa mort chef attitré de l’orchest (...)

321Fricsay vient-il ou pas ?70

322Son agent dit : oui.

323est-il en bonne santé ?

  • 71 Mario Labroca (1896-1973) était, à partir de 1959, directeur du Teatro La Fenice de Venise et dire (...)

324Dans tous les cas, Labroca71 a déjà écrit à Berlin au sujet du programme, il aimerait avoir ta symphonie + Henze, Antiphone.

  • 72 Diego Masson (* Tossa, Espagne, 21 juin 1935), études chez Leibowitz et Boulez, percussionniste de (...)

325Diego Masson,72 le fils d’André Masson, était chez moi. Il a été deux ans en prison en Trance parce qu’il a collaboré avec le F.L.N., avec l’Algérie. – Super, il est vraiment super en tant que nature, tête. Etudie la musique. Longtemps parlé de la T[rance] et il m’a raconté beaucoup de choses.

326On devrait savoir – écouter – lire beaucoup plus sur ce qui se passe en F[rance] et en Algérie.

327Chez nous : avec le nouveau gouvernement il n’arrivera pas grand-chose de nouveau : seulement très rusé de la part des démochrétiens !!!

328Mon cher – très cordialement à toi, Elisabeth, Richard + femme et baiser

329De nous trois – à bientôt

330Ton

331Gigi

332Les lettres de Luigi Nono à Hermann Scherchen se trouvent dans les Archives Hermann Scherchen de l’Akademie der Künste à Berlin-Ouest.

333Elisabeth Hartmann, la veuve de Karl Amadeus Hartmann, a déposé les correspondances de son mari à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich.

334Nous remercions très sincèrement Luigi Nono, l’Akademie der Künste et Madame Elisabeth Hartmann de nous avoir donné accès à ces correspondances. Luigi Nono a généreusement accordé la permission de traduire ces lettres et d’en publier un certain nombre, encore inédit à ce jour (les nos 1, 4, 6-10, 12, 13, 15 et 18).

Notes

1 Eunice Catunda (* Rio de Janeiro, 4 mars 1915). Pianiste et compositeur brésilienne, étudiante de Scherchen qui a créé ses Cuatro cantos à morte pour orchestre en 1949.

2 Julius Fučík (* Prague, 23 février 1903, exécuté par les nazis le 8 septembre 1943 à Berlin). Critique littéraire tchèque. Membre du PC depuis 1921. Connu surtout par son témoignage de la prison nazie Reportaz psana na opratce, Prague 1945, que Nono cite et utilisera dans le livret de son opéra Intolleranza 1960.

3 Il est question de la [Prima) Composizione per orchestra, créée le 18 février 1952 à Hambourg par Bruno Maderna.

4 Karl Liebknecht (*Leipzig, 13 août 1871, assassiné à Berlin le 15 janvier 1919). Avec Rosa Luxemburg fondateur du « Spartakusbund » en 1918 et personnage principal de la révolution socialiste en 1918.

5 Probablement la Composizione in tre tempi pour orchestre de Maderna.

6 Pia Andronescu, la future femme de Scherchen dont il avait fait la connaissance en 1950 ; elle était professeur de mathématiques à Zurich.

7 La [Prima] Composizione per orchestra (1951).

8 La « Danse autour du veau d’or », extrait de Moses und Aaron de Schœnberg que Scherchen avait présenté en concert à Darmstadt le 2 juillet 1951.

9 Michel Ciry (* La Baule, 31 août 1919). Graveur et compositeur, ancien élève de N. Boulanger et A. Dieudonné. Il s’agissait de sa troisième Symphonie.

10 Peter Racine Fricker (* Londres, 5 septembre 1920). Ire Symphonie, p. 9 (1948/49) ; Concerto pour violon et petit orchestre, op. II (1949/50).

11 Serge Nigg (* Paris, 6 juin 1924). Ancien élève de R. Leibowitz, un des premiers compositeurs dodécaphoniques français. Pour un poète captif, poème symphonique pour orchestre (1950).

12 Polifonica-Monodia-Ritmica pour cinq instruments et percussion.

13 Armin Schibler (* Kreuzlingen, 20 novembre 1920 ; † Zurich, 7 septembre 1986). Symphonische Vanationen pour grand orchestre, op. 28 (1950).

14 Scherchen pense probablement aux réactions hostiles à l’œuvre de Nono présentée à Darmstadt une année auparavant.

15 La maison d’édition Ars Viva de Scherchen, fondée en 1950 à Zurich, incorporée en 1953 dans le catalogue Schott.

16 Tournée de Scherchen en août 1951.

17 La première page de cette lettre manque.

18 Stockhausen composait à cette époque Formel et Spiel pour orchestre.

19 Deuxième partie de l’Epitaffio per F. García Lorca, créés effectivement le 17 décembre 1952 à Baden-Baden par Hans Rosbaud avec comme soliste Severino Gazzelloni.

20 Représentant de la maison Schott.

21 Nando Ballo, directeur de la Biennale musicale de Venise.

22 Nino Sanzogno (* Venise, 13 avril 1911), ancien élève de G.F. Malipiero, enseignait également à Darmstadt.

23 Wolfgang Steinecke (1910-1961), fondateur et directeur des cours de Darmstadt.

24 Oeuvres de musique ancienne éditées par Scherchen chez Ars Viva.

25 Y su sangre ya viene cantando était joué à Munich le 4 décembre 1953 dans le cadre des concerts Musica Viva dont Hartmann était le fondateur-directeur.

26 Responsable commercial de Ars Viva.

27 Nicolas Nabokov (1903-1978), organisateur du Festival de musique du XXe siècle à Paris en 1952 et du Festival de Rome en 1954.

28 Heinz Schröter (1907-1974), pianiste allemand, responsable de 1953 à 1957 des émissions musicales du Hessischer Rundfunk à Francfort où il a fondé en 1946 les Semaines de musique nouvelle.

29 La création intégrale de l’Epitapbe n’aura lieu que le 4 octobre 1957 à Berlin.

30 Scherchen a effectivement dirigé la création de La Victoire de Guernica d’après Paul Eluard le 25 août 1954 à Darmstadt.

31 Manna, Amann : surnom de la fille de Scherchen, Esther, avec « permutation »...

32 La Victoire de Guernica (P. Eluard) pour chœur et orchestre (1954).

33 Gerhart von Westermann (1894-1963), organisateur de 1950-59 des Berliner Festwochen.

34 Theodor Berger (*1905), compositeur autrichien.

35 Le ballet Der rote Mantel n’a donc pas été composé en 1953 déjà, comme l’affirment tous les catalogues d’œuvres. – Tatjana Gsovsky (* Moscou, 5 [18] mars 1901) était depuis les années 20 à Berlin et depuis 1945 danseuse et choréographe à la Berliner Staatsoper.

36 Nono avait assisté à la création concertante de Moses und Aaron de Schœnberg à Hambourg, le 12 mars 1954, dirigée par Hans Rosbaud en présence de Gertrud et Nuria Schœnberg, la veuve et la fille du compositeur.

37 Scherchen a été le fondateur et premier rédacteur de la revue de musique contemporaine Melos en 1920.

38 Le ballet Der rote Mantel fut joué pour la première fois, avec la chorégraphie de Tatjana Gsovsky, dans le cadre des Berliner Festwochen, le 20 septembre 1954 sous la direction d’Arthur Rother.

39 Festival des Jeunesses musicales, avec la participation de Scherchen. Le Liebeslied pour chœur mixte et instruments (1954), dédié « à Nuria », n’a été créé que le 16 avril 1956 à Londres.

40 Suisa : Société suisse des droits d’auteurs.

41 La date de composition habituellement donnée est 1950.

42 La partition de la Symphonie concertante pour piano et orchestre (1947) de Pierre Boulez a été perdue en 1954 avant la création de cette œuvre.

43 Allusion à la Traviata de Verdi, 1er acte : « Libiam ne’lieti calici ».

44 Créée le 26 mars 1955.

45 Incontri pour 24 instruments, créés le 30 mai 1955 à Darmstadt par Hans Rosbaud.

46 Il canto sospeso sera créé par Scherchen le 24 octobre 1956 à Cologne.

47 Richard Hartmann (* 1935), le fils de Karl Amadeus et Elisabeth Hartmann.

48 Concerto pour alto avec piano, vents et percussion, composé en 1955, créé le 25 mai 1956 à Francfort, révisé immédiatement après la création.

49 Le 8/9 décembre, Nono, Kolisch et Scherchen travaillaient, à Gravesano, aux Varianti, en vue du concert du 24 janvier 1958 dans le cadre de Musica Viva à Munich.

50 Nono fait allusion aux difficultés pendant les répétitions des Varianti et aux résultats peu satisfaisants de la création.

51 Nono venait de rentrer de l’Autome de Varsovie ’58.

52 Un survivant de Varsovie, op. 46 et Psaume moderne, op. 50c de Schœnberg, dirigés par Rowicki.

53 Au programme : des œuvres de J. Ivanov, A. Petrov, D. Chostakovitch (11e symphonie) et O. Taktakiszwili.

54 La première œuvre de Hartmann jouée dans le cadre de l’automne fut la 6e symphonie, en 1962.

55 Markowski dirigeait les Pièces pour orchestre op. 10 et Das Augenlicht, op. 26, de Webern.

56 Ulrich Dibelius (* Heidelberg, 14 novembre 1924), musicographe et – à partir de 1957 – rédacteur musical à la radio bavaroise.

57 Jouées à Munich, Musica Viva, le 23 janvier 1959.

58 Italo Calvino (1923-1986), l’un des plus importants écrivains italiens de l’après-guerre.

59 L’opéra Simplicius Simplicissimus d’après Grimmelshausen, livret de Hermann Scherchen (1934/35, nouvelle version 1956, révisée en 1960).

60 Ettore Gracis (* La Spezia, 24 septembre 1915).

61 Il s’agit de la septième symphonie (1957/58), créée le 15 mars 1959 par Hans Schmidt-Isserstedt à Hambourg.

62 [...] : jeu de lettres intraduisible : « Faulenzmitschreiberei – Frauenlenzmitaugenrerei » (avec ta paresse à m’écrire).

63 Evénement inconnu.

64 Allusions à des responsabls musicaux de la radio (Heinrich Strobel, Herbert Hübner) et au chef Robert Craft.

65 Le 23 janvier 1959.

66 Dimitri Mitropoulos (*Athènes, 1er mars 1896, † Milan, 2 novembre 1960). Chef d’orchestre, pianiste et compositeur grec, élève de Busoni, devenu citoyen américain en 1946.

67 Repétitions pour la mise en scène d’Intolleranza à l’opéra de Cologne, direction musicale : Bruno Maderna.

68 Le programme de la mise en scène d’Intolleranza (première représentation le 3 avril 1962) mentionne pour la réalisation scénique : Chargesheimer, Hans Lietzau, Bruno Maderna et Rolf Scharre.

69 Les deux œuvres décrites sont devenues Canti di vita e d’amore dont la pièce pour soprano solo, texte de Pacheco, forme le mouvement central. Créés le 22 août 1962 à Edimbourg.

70 Le chef d’orchestre Ferenc Fricsay (1914-1963) est resté jusqu’à sa mort chef attitré de l’orchestre du RIAS à Berlin. On lui doit d’excellentes interprétations (et enregistrements) des symphonies de K.A. Hartmann.

71 Mario Labroca (1896-1973) était, à partir de 1959, directeur du Teatro La Fenice de Venise et directeur de la Biennale musicale.

72 Diego Masson (* Tossa, Espagne, 21 juin 1935), études chez Leibowitz et Boulez, percussionniste de 1955 à 1966, année de la fondation de l’ensemble Musique vivante. Chef d’orchestre qui a dirigé de nombreuses créations.

Table des illustrations

Légende Hermann Scherchen, Paris, Avril 1958 (Photo Jean-Pierre Leloir)
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/1602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Luigi Nono et Karlheinz StockhausenDarmstadt, 1955 (Photo Mathilde Höke)
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/1602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Edgar Varèse, Wolfgang Steinecke, Hermann Scherchen (Photo D.P.A.)
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/1602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende Luigi Nono, Nuria Schœnberg, Bruno MadernaDarmstadt, 1955 (Photo D.R.)
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/1602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Luigi NonoIl canto sospeso, manuscrit
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/1602/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 653k

© Éditions Contrechamps, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search