Version classiqueVersion mobile

Le Son et le sens

 | 
Philippe Albèra

III. Portraits

Walter Benjamin

Texte intégral

1Étrange destin que celui de cet intellectuel en marge de toutes les institutions, dont l’existence précaire ne tenait souvent qu’à un fil : cinquante ans après sa mort, il est devenu une référence majeure, notamment pour des compositeurs comme Nono et Ferneyhough, bien qu’il n’ait quasiment jamais parlé de musique. Sa pensée, à la fois dense et vagabonde, se déploie sous la forme d’un contrepoint serré dans lequel s’enchevêtrent les idées, les influences, les approches et les systèmes les plus inconciliables : le matérialisme et la théologie, Brecht et Hofmannsthal, l’œuvre d’art autonome et l’œuvre à l’ère de sa reproductibilité technique. Elle se tient sur le bord de l’abîme, aimantée par les déchirures secrètes du réel, le non-sens, et la perte de l’aura, par ce qui se dit pour la dernière fois.

2Il en est résulté une œuvre en fragments, ouverte et stimulante pour la pensée. L’indécision, alliée à l’acuité du regard critique et à l’idée de faire de la connaissance un enjeu politique, a conduit Benjamin à privilégier l’expérience concrète, dont on sent la palpitation dans sa langue, au détriment du caractère systématique et totalisant de la méthode philosophique. Sa prose est celle d’un poète. Ses objets d’étude ne sont pas réduits à des concepts, leur part d’innommable ou de merveilleux n’est pas supprimée par le travail de la réflexion ; elle est au contraire exaltée, révélée par un patient et minutieux travail de déchiffrement. La raison critique, dont il fut l’un des premiers à dévoiler la part obscure, n’étouffe pas le moment magique, cette dimension sacrée dont Georges Bataille, qui préserva ses manuscrits à la Bibliothèque Nationale, fit un thème central de son travail.

3La pensée, chez Benjamin, fait corps avec sa personne. Il y a quelque chose de romanesque dans ses errances – celles de sa vie comme celles de sa pensée-, et jusqu’à sa fin tragique. En tant que juif, il a vécu de façon très concrète les sentiments d’exclusion et de négation ; tel l’ange de Klee, dont il fit une allégorie de sa vision de l’Histoire, il se tenait dos au mur, emporté par la tempête du Progrès. Mais ce n’est pas un regard nostalgique qu’il dirigeait vers le passé, y compris celui de sa propre enfance ; en faisant l’archéologie du présent, il voulait sauver du passé ce qui était porteur d’espérance. D’où l’idée de la « faible force messianique » que Nono mit au cœur de son Prometeo ; d’où aussi la plénitude de sens relevée dans les objets, même les plus anodins, et dans les écrits, dont il fait entendre les résonances infinies En partant toujours des détails les plus infimes, Benjamin laisse parler les textes et les choses ; cet ennemi du verbiage et de la fausse subjectivité ne rêvait-il pas d’un livre uniquement fait de citations ? Sa langue sans pathos et sans enflure, d’une précision et d’une probité extrêmes, est illuminée par des images et des métaphores qui lui confèrent un caractère d’insurrection permanente : celle d’une conscience insoumise, marquée par l’expérience surréaliste, et qui laisse percer, sous les formes d’aliénation et de réification généralisées, la possibilité d’un ultime enchantement du monde.

4Paru dans le programme du Festival d’Automne à Paris à l’occasion de la création française de l’opéra de Brian Ferneyhough, Shadowtime, 2004, p. 9.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search