Version classiqueVersion mobile

Le Son et le sens

 | 
Philippe Albèra

III. Portraits

Emmanuel Nunes

Texte intégral

1Emmanuel Nunes est l’un des compositeurs les plus inventifs de sa génération. Il a su créer un monde sonore qui n’appartient qu’à lui, mais où résonnent pourtant l’écho de passés proches et lointains. Ainsi a-t-il tôt réalisé la synthèse des deux démarches dominantes de la musique d’après-guerre, celles de Boulez et Stockhausen : chez l’un, il a appris la rigueur d’une écriture soucieuse de l’harmonie ; chez l’autre, le sens visionnaire de la grande forme et du phénomène acoustique dans toute sa complexité. Sa musique plonge ses racines plus loin encore, dans l’équilibre singulier entre la grande tradition polyphonique jusqu’à Bach et le romantisme d’un Schubert ou d’un Mahler. Ce mélange d’exacerbation expressive et d’objectivité constructiviste, on la retrouve spontanément à l’audition dans l’articulation de sonorités tout à la fois sensuelles et spirituelles et d’un discours construit degré par degré, avec des rythmes souvent abrupts, des ruptures, des mises en perspective parfois énigmatiques, et des répétitions qui tournent à l’obsession. La sonorité, comme la forme, visent toutefois au moment de la révélation. Elles tissent ensemble ce qui est donné de façon immédiate et ce qui se dévoile lentement dans le temps de la réflexion. La composition, pour Nunes, est un chemin initiatique – c’est ainsi qu’elle apparaît en retour à l’auditeur. Il y a chez lui du mystique et du Wanderer. Le sentiment de plénitude sonore que l’on éprouve physiquement dans sa musique – son caractère d’épiphanie – s’accompagne d’une inquiétude fondamentale, d’un sentiment tragique, d’un corps à corps avec l’Idée. On retrouve dans chaque œuvre de Nunes les images purement sonores de la nostalgie et de l’utopie ; elles s’incarnent notamment dans certaines combinaisons harmoniques quasi archaïques, ou dans des mélanges de timbres inouïs. Le chant se fait délivrance. C’est en raison même de ce mouvement à l’intérieur d’un temps et d’un espace si vastes – on voudrait dire infinis – que les œuvres de Nunes créent leur durée (généralement longue) et leur géographie particulières (beaucoup de ses œuvres réclament des dispositions spéciales). Point de miniatures ici, de ces tapisseries minutieuses qui s’épuisent en elles-mêmes, comme il n’y a pas l’ombre d’un ornement ou d’un effet, d’un moment inessentiel : l’œuvre est taillée dans le roc, elle est monumentale, tendue entre ciel et terre. Les œuvres de Nunes sont de véritables cathédrales. La lumière qui en émane et qui nous touche, captée du lointain, est à nulle autre pareille.

2Paru dans le programme du Festival d’Automne à Paris, 1992.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search