Version classiqueVersion mobile

Le Son et le sens

 | 
Philippe Albèra

III. Portraits

Hommage à Luciano Berio

Texte intégral

1Dans ces temps de médiocrité et de désillusion, où le néant ordinaire se fait si bruyant, le silence soudain d un homme de chair et d’esprit est une blessure supplémentaire. Luciano Berio est mort. Cet homme enraciné dans la culture italienne n’aimait pas les frontières : Proust, Joyce, Kafka, Cummings, aux côtés de Sanguineti et de Calvino notamment, furent ses plus proches alliés littéraires. H avait l’oreille des musiques populaires de tous les pays, et le fleuve de la tradition savante le traversait de part en part ; sa curiosité était insatiable, et il n’avait que dédain pour les fausses catégories : Monteverdi, auquel il s’était identifié, côtoyait les Beatles ; dans sa fameuse Sinfonia, Mahler entraîne avec lui tout le répertoire orchestral de la musique du XXe siècle. Berio était gourmand ; sa table était toujours ouverte. Mais derrière la profusion ensorcelante, il y avait le penseur, l’architecte des sons, l’artisan au tour de main magistral, capable de relier structurellement des phénomènes en apparence disparates et de donner unité à ce qui est hétérogène. Il avait trouvé la formule alchimique permettant de transformer la sourde rumeur du monde et le bruit de fond de l’histoire en joyaux sonores. Berio a été le grand humaniste de la modernité d’après guerre. Le mot semble appartenir à des temps révolus. Il éclairera un jour le chemin de ceux que des temps misérables inciteront à la révolte.

2Paru dans le programme de saison des concerts Contrechamps, 2003.

© Éditions Contrechamps, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search