Version classiqueVersion mobile

Luigi Dallapiccola

 | 
Pierre Michel

Remerciements

Texte intégral

1Mes travaux et ce livre sur Luigi Dallapiccola n’auraient pas pu aboutir sans la régulière et généreuse contribution de la regrettée Laura Dallapiccola qui m’a aidé et conseillé à différents stades de mes recherches. Sa grande personnalité, son amabilité et son intégrité restent pour moi des souvenirs très forts, surtout depuis qu’elle a mis fin à ses jours. Qu’elle soit remerciée ici au titre des relations amicales que nous entretenions. La compréhension de sa fille Annalibera m’a aussi été très précieuse pour certaines procédures pratiques facilitées. De façon générale, je suis redevable à la fondation florentine du Gabinetto G. P. Vieusseux d’avoir pu trouver de nombreux documents de première importance, grâce à Mila de Santis et Gloria Manghetti (merci aussi à Luca Farulli).

2Ma femme Agnès, pour son soutien et son aide très efficaces, ainsi que mes « Maîtres » à l’Université de la Sorbonne (Serge Gut, Manfred Kelkel, Danièle Pistone), pour leurs conseils, doivent être remerciés chaleureusement.

3Au titre des aides de traduction, je tiens particulièrement à saluer le travail important effectué par Claire Pedotti (traductrice du livret du Prigioniero au Châtelet en 1992) et Catherine Deville. D’autres traducteurs plus épisodiques méritent aussi un hommage : Lucienne Thalmann, Anna et Laura Cerri, mes beaux-parents Nelly et Michel Daune. Pour les documents sonores inédits, je remercie Olivier Franck (de Luxembourg). Enfin, les exemples musicaux réalisés par les moyens informatiques n’auraient pas vu le jour sans les nombreuses heures que leur consacra Alain Sobczak.

4Les extraits de partitions sont reproduits avec l’aimable autorisation des éditions Suvini Zerboni de Milan, dont je tiens à remercier particulièrement Luisa Vinci pour son aimable collaboration.

5Au titre des informations qu’ils m’ont communiquées, je tiens aussi à remercier Fiamma Nicolodi, Martine Cadieu, Henri Dutilleux et Dietrich Kämper.

6Que Philippe Albèra soit enfin remercié ici pour l’intérêt porté à ce compositeur et pour les échanges fructueux précédant la version définitive de l’ouvrage.

7Je dédie ce livre à la mémoire de Laura Dallapiccola.

8Strasbourg, le 18 mars 1996.

© Éditions Contrechamps, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search