Version classiqueVersion mobile

Poésies sonores

 | 
Vincent Barras
, 
Nicolas Zubrugg

Vocalyses — Vocarhizes — Vocaschizes

Jean-Louis Houchard

pour Anne Gillis, Jean-Pierre Espil et David Moss

Texte intégral

N’allez pas vous imaginer que sur la musique nous découvrirons un secret jusqu’alors bien caché : vous le savez, la musique échappe de toutes parts ; lorsqu’on l’analyse, on la quitte ; et si on l’évoque, on fait de la poésie, parce que c’est le seul acte de langage qui lui ressemble d’assez près pour ne pas la déflorer. (Catherine Clément)
S’il y a unité, c’est l’unité d’un point d’intersections innombrables. (Edgar Morin)
[...] parvenue au terme de ses possibilités de signification, la musique s’ouvre à la jouissance. Comme la science. Alors, rien n’est terminé, tout est indéterminé : chaque jour, tout commence. (Daniel Charles)
Faire œuvre poétique, c’est se livrer à des manipulations génétiques dont on est le premier cobaye. (Michel Thévoz)

1En pleine expansion, la voix émancipée (se) fraye de multiples voies rhizomatiques, et défraye toute chronique — tout chronos (géométrique), tout logos, tout nomos — métamorphique, métaphonique, (mét) asémique — ou proliférante, et non pas proférante, mais proerrante —, elle effraye cension et sension — le censeur qui établit le sens unique, le bon sens, exsangue, l’univocération, la monovoierie académique (patriarchate). Quoi ? ! Cette voix émancipée tendrait à transmuer le « cercle vicieux » de la définitivement définie belle voix en « spirale vertueuse » ! (Morin, Eloy). Voulez-vous bien réintégrer la ronde sénile, et sans aucune forme de procès ! !

2Education vocale = éradication.

3En tant que sélection, épuration, registration — en-registrement —, le raffinement est un appauvrissement. L’apprentissage est l’alignement, la canalisation, la réduction, l’entrée dans les ordres de l’arborescence, le rapport ombilical à la (belle) mère mimesis qui annihile toute velléité libertaire — Conservatoire, c’est mise en conserves (à consommer avec modération) — Dès lors, considérer les musiques du passé, qu’elles soient occidentales et/ou extra-occidentales, tels des supports-repoussoirs pour la surrection des musiques actuellesindividuelles — et non tels des re-pères-reposoirs où, par l’encodage institutionnel d’une scolastique réactionnaire (pléonasme), s’établit la perpétuelle perpétration de la mortifère voix sans issue (parce que voix d’unique issue). Permettre ainsi le passage de la dépendance à l’indépendance, de l’inventaire (modélisation grégaire, pa(t)ternisation) à l’invention (poïesis individuelle). Mais y a-t-il pour autant assomption du sujet, propension à l’égotisme ? Y a-t-il amnésie ? Ne serait-ce pas plutôt hypermnésie, clairvoyance ? L’ère élitiste-épigonale semble effectivement exténuée ; inscrite dans le processus vital, s’ouvrirait l’ère contingente des fluctuants solitaires — solidaires..., induite par un être-au-monde lytique — à l’opposé d’une lithologie, du grippement mécanique (stochastique, numérique, binaire) qui cire les tympans (surdité physique et intellectuelle : on n’entend plus, on ne s’entend pas) — ; spécifiquement même et autre — en tant que fondamental alter-ego, ego-alter (Abeille, Morin), le vocalysant considère, traite le socius (de façon intempestive, souvent) — Ce n’est pas : chaque voix pour Soi (chaque voix pure soie, poor soi). C’est, en toute équivoque : plurivoque, plurivoce. Une rhizomatique (en tous) chiasmante et (par-tout) schizante, lysante, qui destitue la voie-voix royale et son ilôt tonal (Deleuze-Guattari, Cage, Dufrenne, Charles, etc.). Se dérobant à l’arborescence, à la verticalité logotique, robotique, il ne s’agit pas plus d’installer la désolation d’une horizontalité égalitaire — cette autre usine produit une culture planétaire uniformisante qui accule dans un réduit à clonage — l’homme monomorphe : amorphe, l’homme monophone : aphone, etc., mais de laisser libre cours au ludisme erratique et ses menées traversières, labyrinthiques : le jeu (en) vaut (le) playing plus que (le) game — anarchique plus qu’archique (Bateson, Winnicott, Atlan, Fonagy). C’est justement la condition néoténique de l’homo sapiens-demens-ludens qui, assumée, persévérante, dynamiquement investigatrice, joue alors à pleine poïesis — déliant, (re-) liant, n’élisant plus (Morin, Cage, Delalande, Dubuffet, Thévoz, Virilio). Même si elle semble avoir été précédée par une praxis percussive, la vocalysaction est un médium primordial de l’expansion de l’homme multiple ; voicyférant et non pas inférant, conférant, etc.., l’homme métamorphique est fondamentalement noisy (Cage, Attali, Morin, Serres, et mon article : Divergences/Divisions IV : Noises and Voices, in Kanal Magazine 35-36 — 1re série) : la tumultueuse plasticité identitaire — signifiant (impliquant) la singulière multipersonnalité évolutive, le bruit de l’émetteur humain fonctionne (également) en tant que brouillage capable de moufler (de réserver un camouflet à) toute tentative récupératrice (composition, représentation). Parodoxale (paradoxe : « un énoncé surprenant, voire très surprenant, mais peut-être vrai », Costa de Beauregard), la voix-metastasis est contradictoire, une contre-diction, un contre-diktat, un para-sémantisme ; elle est aussi, pataphonique (rencontres avec la pataphysique, pata-physis, phonogonie et patagonie de la dialogique ego-alter/alter-ego — qui ne porte pas la parole de l’altier ergot (eur) — où (se) joue, flue, floue l’identité, différentielle et différendienne (Morin et Lyotard). Concertante (performante), indéniablement figurale, la vocalysaction émancipée est toujours (avant-tout) ob-scène, déconcertante, parce que somptueusement in vivo (Vachey, Lyotard, Bateson — « D’autres artistes, peut-être plus réalistes, insistent sur le fait que l’art n’est pas représentationnel... », — Cage — « C’est l’art en tant que vie ») ; unitaire parce que plurielle — singulier collectif, singulier collectant... — Poïesis (vocale) s’affranchiraitelle bientôt (déjà) de toute composition-représentation ? Par et par delà, en deçà de la persistance de leur inscription spectaculaire — (encore) représentationnels, ils ne sont jamais en représentation : ils ne se mettent pas en scène, ne (se) sacrifient pas à la mise en scène ; bien plutôt en pré (sen)tation (la prêtation de la présence), — c’est ce que laissent entendre David Moss, Anne Gillis et Jean-Pierre Espil, laissant travailler la dialogique décomposition/(re) composition : composite Moss, mosaïque vocale qui ne cesse de traverser kinêma et akinêma ; Gillis miroitant pour mieux s’autolyser en (par) cette même spirale dialogique (scintillation de la promesse ?) ; Espil, schizo-compostal et macrolyseur (esthésique, esthétique et éthique de la décomposition : ce n’est pas nihilisme radical) ; car le temps de l’auto-poïèse transcende la symbolique historique, et, dans des conditions essentielles de ludicité — lucidité, en tant qu’autorhization (la seule qui fasse autorité ?), elle est une maïeutique de l’évolution humaine : gage de la véritable naissance de sapiens (-ludens-demens) ? — ou : l’homme est-il encore à naître, auto-et-socio-catalyseur ? L’inter-vocalysaction est une intermaïeutique. En (ré) création, le rhizo-schizo-lysant promeut alteraction et se meut dans altercation, faisant altercaution, ce qui ne signifie guère qu’il érige (consomme) consensus. Ce ne serait plus : voix en (de) concert (ou concertantes, concertées, concentrées, habiles, consentantes, abdiquées), mais un procès de voix (discordantes, déconcertantes, labiles, dissidentes) : le consensus et ses limites (sa stérilité), le différend et sa fertilité (Lyotard, Lévi-Strauss, etc...) ?

4Avec Gillis, Espil et Moss, l’imago perd de sa superbe (dominance), ne transparaît aucune stylisation narcissique et/ou mercantile (paralysante) — cette fixation auto-plagiaire (Hitchcock) ; alors, jaçant (et non pas : jactant) : le singulier métamorphique, qui s’invente en inventant, qui découvre en se dé-couvrant (et non pas : qui, inventoriant, le plus souvent s’évite). Gillis, Espil et Moss s’oublient, ce qui ne signifie pas qu’ils s’absentent, mais qu’ils se révèlent, s’augmentent, se multiplient, se transforment : dans l’état second c’est le primaire qui sourd (Virilio et la picnolepsie. Clément et la syncope, et d’autres états « altérés » de la conscience que l’on trouve, notamment recherchés dans (par) le ludisme enfantin). Le plaquage de la misérable identité (apparente, transparente, monolithique) ne résiste pas à l’accomplissement de la perversité polymorphe. Comme l’univers s’avère multivers, l’individu s’avère dividu — et/ou : individu et univers, dividu et multivers —... Ce qui importerait encore, ne serait-ce pas cette rebondissante spirale du questionnement (« Il n’y a plus de bonnes réponses, il y a parfois de bonnes questions » — Série d’émissions sur France-Culture — Janvier 1985, Bohr, Cage : « composer » égale « poser des questions », n’égale pas « poser avec »). Il ferait beau voir ( :) la voix.

5Certes, si (cam) isolé, monovocalisé, d’abord se mettre à l’écoute d’autres voix, le plus souvent traditionnelles, c’est-à-dire bien spécifiques — spécifiées, canalisées, codées, peu évolutives, plus gamiques que playantes, mais ô combien différentes (de la voix imposée) ! — parmi d’innombrables, telles les plus étonnantes, déroutantes, inconvenantes : koomij et kattajaq, respectivement chant de gorge diploet triplophonique des Mongols (qui est aussi hoomi, kkoomii, xoomi, xoomii, xoomij, etc...) et jeu(x) de gorge des femmes inuit (mon article : Le kattajaq des Inuit, un chant, un jeu, in Kanal Magazine 19-20 — 1re série) ; ou, cosmopolites et idiolectales, celles des quelques contemporains occidentaux qui comptent. Mais, soit qu’ils pêchent par systématisation (stylisation, thèse, analyse), soit que leur expression vaille davantage comme synthèse (trop historiquement ancrée, donc encore hiérarchisée — hiérarchisante, électrice), de toutes façons valant encore (trop) comme langage, soit que par leur notoriété (justifiée) ils bénéficient d’une abondante biblio-phono-graphie, soit que, mégalomanie affleurant et les écartant peu à peu de poïesis, leur statut de quasi-stars ne m’invite guère à l’apologie, soit enfin que, pêchant encore par méconnaissance envers d’autres, j’ajourne toute étude les concernant, j’aurai préféré ici tenter de promouvoir les trois voix (encore) presque inouïes (dans les deux acceptions) de David Moss, Anne Gillis et Jean-Pierre Espil.

6Gillis opère toujours seule (en scène-cène) ; rarissimes, les performances espiliennes sont, le plus souvent, anachorétiques ; Moss alterne les expériences collectives (Dense Band, John King Electric Band, divers duos — dont celui qui l’allie et l’oppose à Fred Frith, etc.) et soloperformances, et c’est bien lors de celles-ci qu’il se mon(s)tre protée. Solitaires, ils sont les plus nombreux. Innombrables ils sont innommables.

7Leur vocalysaction est un para-langage (entendre le préfixe dans les deux sens), une palinodie, un pré-ou un post-langage, au pire une parodie (en) jouée de la langue, (vraisemblablement) une activité cognitive, intelligente et — ou intuitive qui n’émerge pas à la conscience (im)médiate, qui n’émarge pas le logos — outre qu’elle est, ou parce qu’elle est, savoureuse sensualité ouvrageant-outrageant l’œuvre : désœuvrant — (Cage, Zen).

8Jeu plus machinique qu’étymologique (Lacan, Deleuze-Guattari) : MOSS = mousse — y entendons-nous celles du jardin de pierres du Ryoan-Ji ? (Charles) —, mycélium, micorhize, rhizome — ça lyse (marécageusement, coulée marécageuse ?) — Moss, certes moussu, moussant, compostai, et non pas archonte. Mossy is not rooty (not treesy, not transi). He’s rather birdy than beardy (though he sometimes is...). The mossification is never massification nor ossification.

9ESPIL = en basque : 1) prairie sur laquelle a été construite une maison ; 2) taillis auprès duquel une maison a été construite (Thankyou, Jean-Pierre). Déjà ce glissement, cette dérive, pour ainsi dire cette mutation de l’archétype arborescent, de la demeure (plantation verticale), vers une aventure proliférante et dégénerante — régénératrice, en verticalité sapée (de l’arbre à l’herbe, au taillis, la maison déjà secondarisée, en arrière-plan, voire ruinée, étalée — et lorsqu’on sait qu’aux « Campots », lieu-dit où habite ledit Espil, les bâtiments sont dans cette situation d’éboulement (Parant) sis au milieu des marais (comme les pierres du Ryoan-Ji, ceintes par le sable et les mousses ?), l’on peut encore (en) rhizer, lyser et schizer... Mais également : ès = dans les..., en matière de.. ; et pil(e)s = poils. Où l’on rejoint le taillis basque. Et encore, puisque la déviance et la défiance s’autorisent réciproquement (s’auto-rhizent et s’inter-rhizent) : Espil, reptile, morphologie arborescente, mais déplacement horizontal et louvoyant en les lézardes des « Campots », tout à fait espiègle, rhizocarpé, lysoïde... et insaisissabilité et mutations — Espil et le I Ching ?...

10GILLIS is gill = ouïes (branchies), pour sa perspiration-respiration-spiration en milieu aqueux — Gillis sirène, syrène (de syrinx, de syrène et sphinx ?) —, et tout autant par la macrophonie libidinale (Kagel), souvent vocale, ou métavocale, qui se désaltère à l’origine — s’y délétionne ?... But gill is lierre too, pour mieux se dégager — se désaliéner — de Γ origine — la découvrant, l’éradiquer —, en la parasitant, para-citant (la recouvrant). Adventif, le lierre advient... Never gillie (= valet, page ; et s’il est une artiste qui n’est pas à la page, c’est elle) nor gille, but gillyflower (= giroflée, ou, glissant encore, gyrofée, pour le sens osmique (et magique) de sa démarche).

11Tel serait le jeu spiral, vivant : au départ, l’individu est un chiasme bien localisé, placentaire, qui tend à la stabilité (sous l’action du contrôle éducatif), point d’interférences, certes, bouillonnement, mais circonscrit, circonvenu, s’ouvrant, (s’auto-) lysant, (s’auto-) schizant, se désovant (Michaux), (se) désœuvrant, (se) nomadisant, il devient chiasme évolutif (schize, corpuscule et onde), et bientôt rhizome (prolifération, enchevêtrement de lignes-flux). Quittant la sclérose pour les métamorphoses, l’individu devient dividu (Lacan : « Ici c’est de sa partition que le sujet procède à sa parturition »). L’homo dé-rivé, dé-rivant succède à l’homo rivé... Ob-scène le dividu, parce qu’extra-et translimes, ainsi donc, et seulement alors, sublime. (Se) décomposant, se déployant (s’expansant, se multipliant), le vocalysacteur (comme tout homme émancipé : poïète) dé-compose, en ce sens qu’il n’édifie plus, ne solidifie plus, ne fixe plus, n’accumule plus ; il dé-(com) pose, pausant la pose (ek-stase), il expérimente — dé-(com) poser et l’« expérimenter » cagien — Avec sa partition génésique, il se départit de toute partition-déposition — inscription — (dé) finitude de l’œuvre — Posant naturellement des questions (le « composer » cagien) — somptueuse humilité —, il ne s’installe plus. Le tracé, la trace, le dépôt, selon l’exercice de la mémoire : ce qui n’a pas lieu (n’est pas lieu) d’être ; la conservation ; le fractionnement du temps... Ce que poïèsis requiert : la dé-composition du temps — Charles : « laisser être le temps » ; une délégation de l’être au silence (cagien). Et si dépôt il y a, c’est par débarras des diverses peausseries coercitives qui engonçaient, immobilisaient. Restes.

12Donc, de compositeur devenir dé-(com)positeur, d’habile devenir labile, de virtuose devenir bricoleur : bris-colleur, d’agent devenir agenceur, de paranoïaque devenir schizophrène, d’arborescent devenir rhizomatique, de spécialiste trans-disciplinaire, de yang yin, etc. Cela ne signifie pas passer de l’idiomation à une idiolection. Car l’assomption de la poïesis précipite le déclin de la suprématie discursive. Ce n’est pas de la com-préhension qui circule entre les agenceurs d’intensités, mais une arkhê-empathie qui fonctionne extra-communication, et procède de l’analogie fondamentale — anonyme — du laisser (se) produire, sans cette visée qui opérerait la régression représentatoire des intensités en intentions (Lévi-Strauss, Deleuze et Guattari, Descamps, Lyotard, Charles, Klossowski, etc.). Si ce n’est pas babéliser, voicyférer n’est pas davantage labéliser — grégariser et mercantiliser — Ce n’est pas (d’) après une arkhê-théorie, une arkhaïo-logique, qu’il y a arkhéo-phonie dans (et par) la lyse vocale ; et elle ne livre aucun archétype. Ainsi fluctue le paradoxe : anomique, anarchique, alogique, hyper-personnalisée, la voix émancipée ; mais aussi, dialogiquement anonyme... D’où pourrait convenir « original ». Au fond du jeu, « au fond du Je : l’anonyme et l’innommable » (Morin).

13Toute poïèse est fondamentalement multimédia. Ainsi Gillis, Espil et Moss, métavocalysacteurs, métaphoniques : la première, développant des pratiques percussives élémentaires (tout objet sonore est instrument musical), disposant de l’électronique, poète calligraphiste ; le second électro-locuteur, électro-instrumentaliste, indissociablement poète (-écrivain) ; le troisième, irrésistiblement, inéluctablement percussionniste, et utilisant également les transformations électroniques, mais encore poète... Et les trois, performers — plasticiens, ou chorégraphes... — Où l’on pourrait convoquer Daniel Humair, peintre et percussionniste (qui chante, parfois, « ravi », comme les phonèmes des tablaïstes devenus mantras) ; ou Jean-Claude Gallotta, plasticien (exhaustivement), et vocalysateur brut (« Ces onomatopées sortent comme cela de ma bouche, toujours les mêmes, aux mêmes moments et dans les mêmes circonstances... Au-delà du sens, avant le mot, existait une relation que l’on a perdue et que l’on retrouve entre danseurs par l’écoute corporelle »).

14Pulsion élémentaire, la vocalysation n’est pas une exclusivité de l’espèce humaine. Parmi les musiques extra-humaines, les chants sont innombrables, notamment remarquables chez les oiseaux (Messiaen), les baleines et dauphins, les singes, les loups — auraient-ils inventé la fugue ? — Recouvrant corporéité, animalité, c’est comme si la voix humaine se renaturait (alors qu’elle était naturalisée, au sens taxidermique, par une culturation misonéiste et discriminatrice, angéliste...), récupérait sa potentialité première — Theophil Maier, d’ExVoco : « Quand un homme vient au monde, la voix et la respiration fonctionnent parfaitement. Et seulement ensuite, l’environnement casse tout... Quand on y réfléchit, un bébé peut crier durant des heures, et tout vient du centre du corps, tout est bien placé spontanément, naturellement... J’ai également observé comment les animaux produisaient le son... ; c’est tout le corps qui fonctionne..., le son coule de la bouche... » — L’une des instances du corps : la voix (Stratos, en particulier) ; le passage par le corps et le corps du passage, obligé, de toutes façons, si l’on veut s’accoucher, ne pas demeurer, aporétique. La fluidifiction voicyférante : chaque personne, frictionnée, mise en branle par ses voix, peut alors se mettre en fiction (s)... Et, en même temps, c’est comme si l’émission vocale abolissait le corps (dé) fini qu’elle traverse pour souffler son in (dé) finitude cosmique — le corps porte la voix de son évanescence ; les voies de l’être ?

15Il suffit de vouloir découvrir pour recouvrir, de vouloir recouvrer pour perdre. Il suffit de vouloir (h) apprendre la musique pour la quitter ; car c’est elle, advenante, qui, nous catalysant, nous ap-prend — Michaux : « il suffit de vouloir écrire un poème pour le tuer », le zen. Cage et l’écoute-faire ; Moss et la glossolalie...

16Moss et sa gestuelle préparatoire qui le libère de l’ego (de sa dominance) : se mettre en état d’extra-vacance pour laisser libre cours à l’extravagance, en disponibilité envers alter (multipotentialité personnelle et autrui) ; puis, Moss vocalysant, son geste balaye, coupe l’émission (la miction) orale, non pour la ployer, la diriger, mais pour la déployer — agençant le montage-démontage, qui n’est pas sélection ; ceci étant encore plus flagrant lorsque percussion et chant sont simultanés ; coulée et scansion inter-actives, inter-dépendantes ; Moss diluvien-hercynien — et il y a aussi cette dilection de la gestuelle, chorégraphique, rondeurs et spirales qui narrent la jouissance morphique de la genèse orante. En tant que processus vivant, la performance mossienne est quasi permanente, globale — holistic way ? — Sorte de synthèse synesthésique, occurrence monstrative plutôt que concertation — mise en concert —, la performance scénique ne peut être isolée du procès. Ecologique, la vacance de Moss (n’égale pas « occupation échologique »). A l’écoute du monde, d’autrui, éminemment curieux, attentif, spontanément chaleureux, fougueusement empathique, exubérant (débordant, mais jamais débondé), volubile, émoussant-émoustillant, ludique, David est superbement enfantin et mature — poïétique ? L’éloquence de son opulente intelligence ne se départit jamais de sa sensuelle, subtile et ironique débonnaireté. Taillé comme un haltérophile, David Moss est profondément alterophile.

17Les pseudo-palabres mossiens, s’ils engagent-dégagent le multivers du producteur, voyagent de par la planète sapientale (d’Italie en Russie, visitant les Amérindiens, par exemple) d’enfance en éternité, mais aussi à travers les voix para-et extrahumaines. Ubiquité de l’estuaire mossien. Nomadisme foncier.

18Gillis et le quasi-silence live de ses performances. Toutes ses machinations scéniques n’officieraient-elles que pour la lévitation de ses voix (désincarnées incarnantes) ? Celles qui seraient pré-(et post-) amnésiques, c’est-à-dire pré-(et post-) individuelles, de l’époque non-séparatiste — in l’aqua-morphose de la corporéité cybernétique ; ère liquide, neumes liquides, vapeurs et humeurs en plateaux balinais-batesoniens... —, où toutes les voix (voies) sont compossibles, effleurent, affleurent, et constitueraient la vue de l’être (Loreau : « Le voir pur et simple... Nous pourrions n’être que pure vue, lieu où défile ce qui défile et lui-même impensable comme lieu... »). La vocalysaction gillisienne procède d’une invagination-exvagination expérimentale, qui n’est pas une exploration du refuge matriciel. Elle restaure, restitue, ou plutôt instaure la génération sonore du corps — plus particulièrement celle des viscères, du double conducteur trachée-œsophage, et de la cavité buccale : macrophonisés à l’aide de microphones (Kagel), les attributs, substituts et épiphénomènes de l’appareil phonatoire, la plupart du temps indiscernables ou indéfinissables à l’oreille nue, et qui peuvent aussi bien se couler dans (avec) des (trans) formations prothétiques, technologiques et autres déviations — variations électroniques (comme le larsen) : complexification, amplification de l’émission. Immensité dynamique du corps sonore : poétique du corps cosmique rêvé (micro--et macroscopique). Aura gillisienne.

19Espil, pillard, pilleur de rhombes et pilifère — puissance indéniablement animale qui réintègre sapiens —, espèce de gigantesque grelot de chair en transe, sauvage geyser pulsionnel sécréteur de secrets, pilant tout « filet de voix », tout beau grain — bon teint monophonique, pileur de fond et fondeur de rut. Espil bouche de sang noir, bouche de sang blême, bouche libidinale, bouche d’ombre ludique et lubrique, bouche d’ambre et de musc (et non de myhrre et d’encens), bouche de cendres (et non de neige), bouche d’encre, bouche d’égoût (ante) en tant qu’elle expulse, restitue ce que la bouche de lumière, la bouche d’ange, avait confisqué, bouche issue des marécages des « Campots », irruptive, éruptive, et qui vit de-dans leur matière décompositionnelle, bouche souple et rauque, bouche ravie de raviner les mélodies et rythmes qu’elle consent, bouche où les mots claquent en cloques, où glougloutent les acidités stomacales, où persiflent et arrachent les flatuosités et les bourrasques du cri, bouche outrageusement triviale qui brûle brute — pneumatique de la forge —... Mais de l’idiolyse peut sourdre un soupir en suspens, une appoggiature abstraite, une longue incantation diplophonique. Tellurique, Espil est cosmique. De toutes façons voix-protée, extraordinairement perverse, inqualifiable, qui, délaissant la puissance de l’éjection, peut fonctionner presque imperceptiblement, imprédictiblement inoffensive, naïve : cantillations de fond de gorge ou nasards, habillements infantins et murmures de comptines, infimes mastications, simili-baisers et autres labialisations saugrenues, bulles... Elle peut aussi se dissoudre ou se vautrer dans les fastes nauséeux de l’électronique digitale — Chair et Chiffre, l’empreinte de l’homme mutant — Espil, être transitoire, transfini, shamane basque qui assume la condition médiumnique de l’homme.

© Éditions Contrechamps, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search