Version classiqueVersion mobile

Poésies sonores

 | 
Vincent Barras
, 
Nicolas Zubrugg

Notes sur la poésie sonore de Carlfriedrich Claus

Christian Scholz
Traduction de Paule Paparou-Laplace

Texte intégral

1La recherche sur la matérialité de la langue a commencé avec le futurisme et le dadaïsme ; mais c’est à partir des années cinquante, avec la « poésie concrète » — à laquelle se rattache Carlfriedrich Claus et son œuvre littéraire — qu’elle s’est radicalisée, en ceci que les matériaux décomposés dans ces mouvements d’avant-garde précoces furent alors travaillés pour leur valeur esthétique et présentés comme une réflexion sur leurs possibilités de fonctionnement sémiotique.

  • 1 Sauf mention contraire, les citations placées entre guillemets proviennent d’une correspondance éc (...)
  • 2 Carlfreidrich Claus, in Schumann, Henry : Ateliergespräche (Conversations d’atelier), Leipzig, 197 (...)
  • 3 Cf. Raab, H. H. : Phonetisch-instrumentale Poesie, émission de la radio RDA 2, 31 octobre 1985.
  • 4 Claus, Carlfriedrich : Klangtexte Schriftbilder (Textes sonores, images écrites), in NOTA 3, 1959, (...)
  • 5 Claus, Carlfriedrich : Notizen zwischen der experimentellen Arbeit — zu ihr (Notices à propos du t (...)
  • 6 Cf. Claus, Carlfriedrich : Antonia Dietrich in Annaberg, in Volksstimme, 16 février 1954.

2Les « figures sonores » et « textes sonores », les « processus de parole » contenus sur la bande Sprechexerzitien 1959 (Exercices de parole 1959), dont on traitera ici, montrent que Claus s’efforçait de transformer les essais poétiques de ces « années pré-expérimentales »1 en « textes sonores » complexes. Ils sont, selon l’expression de Claus, « justement l’amorce papillaire d’une existence expérimentale ». Comme Franz Mon et d’autres poètes concrets, Carlfriedrich Claus réduit le mot à ses composantes phonétiques. Au début des années cinquante, les premiers poèmes lèvent déjà les frontières de la syntaxe et de la morphologie en direction d’un domaine musical : « J’ai commencé à faire de la littérature expérimentale en 1951 [...]. J’essayais alors d’enclencher dans la langue des processus qui correspondent à la musique et à l’art du XXe siècle. [...] Par exemple le principe du montage, ou de l’isolation et de la mise en place à l’intérieur de nouveaux rapports. »2 La première ligne de son poème Turmdohlen (Choucas de tour) passe du sémantique à l’a-sémantique : les différentes sonorités sont isolées, se combinent en un nouveau champ sonore qui, en raison du rythme et de la dynamique de la parole, mène une vie autonome et détachée du contenu sémantique originel, et qui peut être, du fait de sa structuration spécifique, reçu comme une pièce musicale3. Les trois « champs vocaliques » contenus sur la bande Sprechexerzitien, dans lesquels Claus articule des voyelles isolées en plusieurs strates avec le procédé de l’enregistrement multipistes, se basent sur les principes de l’isolation et de la constellation : « L’ARTICULATION ISOLANTE/ : c’est : la mise en évidence de la forme propre à chaque son ; CONTRE le timbre de sens global ; la dissection des mots ; le mouvement circulaire EN SOI de chaque son. [...] DE NOUVELLES MANIÈRES DE PARLER [...] constellatives (isolant les sons les uns des autres) se font jour DANS LES TEXTES SONORES INTÉGRAUX. »4 Les « champs, ou plutôt les stratifications vibratoires “constellatives” de voyelles isolées (i-e-i-a-i...) » accentuent la signification de chaque son particulier, qui se rattache au silence, à l’absence de son. Ainsi, les sons, ici les voyelles, sont « consciemment perçus en tant qu’émetteurs de sons, ou de bruits, distinctifs, dans leurs attirances et rejets mutuels sur-et soussémantiques, dans leur vie pulsionnelle quasi musicale »5. Les voyelles n’apparaissent plus en rapport avec une langue communicative qui veut transmettre une information verbale, mais dans un contexte d’« événement sonore » autonome, qui éveille la sensibilité de l’auditeur à la plasticité et à la coloration de la langue6. Ces « champs vibratoires de voyelles » correspondent aux modèles de phases et aux champs de lettres que Claus réalisa en 1959 avec une machine à écrire.

3Grâce à différentes techniques (en particulier la superposition et la répétition) le poème sonore tongtong, créé dans les années 1954-56, subit, sur la bande Sprechexerzitien, une transformation : sa structure rythmique, fixée dans sa version écrite par des signes prosodiques de longues, de brèves et d’accents toniques, est doublée et triplée ; en même temps, l’action rythmico-musicale est contrariée par l’articulation à demi-vitesse d’un (ou de plusieurs ?) phonème (s). Cela provoque un sentiment d’irritation chez l’auditeur, puisque l’articulation se passe comme allant à l’encontre d’un discours normal. Ce « texte sonore » rend ainsi le récepteur conscient de la matérialité de la langue au niveau de son articulation et élucide le « nouveau parler » en tant que processus dialectique.

  • 7 Claus a traduit la « Deklaration der sa-umnischen Sprache » de A. Krutchonych, qui a selon lui un (...)
  • 8 Claus, Carlfriedrich : Sicht-, hörbare Phasen umfassenderer Prozesse (Phases visuelles, auditives (...)

4C’est de nouvelles sphères affectives que visent chez l’auditeur les « deux stratifications “dynamiques” de cris-paroles très rapidement dites » avec lesquelles la bande Sprechexerzitien débute et prend fin, et qui forment le pôle opposé aux champs vocaliques. Reproduits très fort à travers plusieurs haut-parleurs, ces « sonorisations d’affects » produisent — comme toute production de sons consciente et intensive — des effets à différents niveaux : changements dans l’économie psychique et physique, activation des forces curatives, prises de contact subliminales dans le domaine par exemple des infra-et des ultrasons, variations de l’irrigation cérébrale et phénomènes engendrés par celles-ci, « processus qui conduisent aux vastes sphères du pas-encoreconscient ». Claus vise ici l’aspect chamanique de la poésie sonore, auquel se référait déjà Alexei Krutchonych7, et il renvoie à certaines traditions de la poésie sonore qui ont été reprises par différents poètes, comme par exemple Bob Cobbing : « Les “Korrobori” des Australiens, ces chants et ces danses de masse extatiques, exécutés lors des cérémonies totémiques [...], les cris « inarticulés », par lesquels l’extase advient chez les chamans de Sibérie ou de Mongolie ; les juxtapositions de sons sans signification, formules-murmures de méditation dans le monde lamaïste (en particulier chez les " bonnets rouges "). »8 Claus pense que ces incursions dans les régions archaïques de la conscience, toujours présentes, mais demeurant masquées et dans l’ombre, devraient être intégrées dans le développement du processus d’humanisation visé par le communisme. Cette intention est encore « perceptible » dans les processus sonores des années quatre-vingt.

  • 9 Schmidt, Werner : Ansätze zur Erläuterung der Sprachblätter von Carlfriedrich Claus (Essais d’inte (...)
  • 10 Cf. interview de Carlfriedrich Claus, in Raab, H. H. : Phonetisch-instrumentale Poesie, émission d (...)

5Les impulsions du travail poétique expérimental de Carlfriedrich Claus, en particulier dans le domaine de la poésie sonore, sont de diverse nature. C’est en 1951 qu’il s’occupa pour la première fois de phonétique et de phonologie ; il en traduisit les découvertes scientifiques « à un autre niveau et (les transposa) à un autre domaine du vécu humain, à la perception sensuelle et à la sensation »9. Les découvertes de la phonétique lui permirent d’avancer dans les strates du verbal et de mettre à nu celles d’entre elles qui sont masquées par l’emploi quotidien de la langue. Claus voulut pénétrer dans les domaines élémentaires de la production linguistique ; il tenta d’analyser la situation psychique à partir de laquelle on crée, et de tout redécouvrir pour ainsi dire d’un point de vue enfantin, de réinventer le monde de l’articulable10.

  • 11 Carlfriedrich Claus, in Schumann. Henry : op. cit., pp. 23 sq.
  • 12 Claus, Carlfriedrich : Zwischen-Bemerkungen (Digressions), in De Tafelronde 4, Anvers, 1967, p. 14
  • 13 Claus, Carlfriedrich : Notizen zwischen der experimentellen Arbeit — zu ihr, loc. cit., p. 9.
  • 14 Cf. ibid., ainsi que Claus, Carlfriedrich : Klangtexte Schriftbilder, loc. cit., p. 14 (« EXERZITI (...)
  • 15 Claus, Carlfriedrich : Geschehen in einem Satz. Für Otto Muneles (Evénement dans une phrase) (1966 (...)
  • 16 Ibid.

6Grâce à la poursuite obstinée de ses expériences poétiques, Claus parvint en 1956-57 à deux découvertes d’une importance décisive pour ses essais à venir : « Premièrement : [...] l’écriture n’est pas seulement un véhicule d’information ; en tant que véhicule, elle émet aussi des signaux, des informations structurelles. Je me rendis compte que cela valait aussi pour la langue parlée. Les sons émettent également leurs propres informations au-dessus et au-dessous du seuil sémantique. »11 Les « textes sonores » réalisés en 1959 reflètent les possibilités dans la langue parlée : la langue y est déconstruite en sons isolés, qui « [n’obéissent] plus au diktat de la langue naturelle »12. En lieu et place, l’auteur essaie de travailler et de renforcer au moyen de certaines manipulations les « signaux matériels propres »13 des différents sons utilisés dans les actes communicatifs quotidiens, même si cela a lieu de façon à peine perceptible14. Claus recourt à des « processus inconscients dans la conversation », à un « événement subliminaire dans une phrase »15, qu’il résume ainsi dans une note datant des années 1966-72 : « Chacun en fait de temps à autre l’expérience : un mot prononcé en passant, sans importance pour celui qui parle, touche profondément le destinataire. Peut-être est-il, à ce moment-là exactement, dans une situation psychique ayant augmenté sa sensibilité pour l’aura qui fluctue autour de la signification centrale du mot irrégulièrement approfondi. Peut-être ce mot est-il un mot-clé, non pas pour celui qui parle, mais pour le destinataire, ou peut-être produit-il un champ magnético-affectif. Mais ce qui est certain, c’est que tout échange verbal, si court, si secondaire soit-il, peut devenir mouvement vers l’inconnu dans le “toi” et dans le “moi”. Ici : une phrase sans intention précise, se formant non seulement grammaticalement, mais aussi sémantiquement au moment même où elle est parlée, membre après membre. Encore en pleine élaboration, évoqués par une claire expression hébraïque, naissent des procès dont celui qui parle, ou continue de parler, ne sait rien ; la phrase progressant : brusquement entourée et traversée d’événements bouleversants. »16

  • 17 Claus, Carlfriedrich : Notiz zur Realität unterschwelliger Wechselwirkungen beim Gespräch (Notice (...)
  • 18 Claus, Carlfriedrich : Die Sprech-Organe zugleich Wahrnehmungs-, Hör-Organe ! (Les organes de la p (...)

7Ces processus inconscients dans la conversation, que l’auteur étudia de plus près encore en 1980 afin d’en fixer de façon plus précise le point de départ théorique, forment le fondement des « textes sonores ». Dans sa « Notice sur la réalité des interactions subliminaires dans la conversation », Claus écrit : « Différencié, différenciable selon le degré de conscience, se situant toutefois à l’intérieur des limites fluctuantes de la langue naturelle : un sensorium qui s’active à chaque rencontre, lors de chaque conversation, qui transmet des antipathies et des sympathies apparemment injustifiables, mais qui est avant tout un système — encore largement subliminaire — de réception et d’émission du non-verbal dans, entre, par dessous, par dessus le verbal. Les processus communicatifs inconscients accompagnent le moindre échange verbal, aussi court, aussi fortuit soit-il. Les informations non verbales, qui sont échangées en même temps que les informations verbales, et assez fréquemment en contradiction avec ces dernières, signifient pour le moins qu’entre les corps parlant, se taisant, parlant à nouveau, avec leurs biorythmes asynchrones et synchrones, leur conscience, leur attitude politique sociale, leur activité, il se passe plus de choses qu’on n’en connaît. »17 L’activation des processus non-verbaux dans les « textes sonores » conduit à une révélation de l’inconnu. Les organes de la parole sont à la fois — ou deviennent — des organes de l’audition et de la perception : « Leur entrée en action est surprenante : “ça” exprime alors quelque chose qu’on ne soupçonnait pas, qu’on savait moins encore, quelque chose qui saisit d’étonnement celui aussi dont le rayonnement les avait peut-être déclenchées, une sorte de conversation prend forme, à partir de beaucoup d’inconnues, qui se manifestent ici, et seulement ici : à cet instant ; entre deux mondes de larynx. »18

  • 19 Citation de Carlfriedrich Claus, in Ramm, Klaus : Fortschreitende Rander. Über die offenen Grenzen (...)

8Klaus Ramm souligne à juste titre que ces travaux, malgré leur problématique quasi théorique, ne sont pas des essais de laboratoire. « Les premiers processus de parole, écrivait Claus à Ramm, furent précédés de nombreux essais, notamment en “pleine nature”, dans la forêt, entre des rochers, dans différentes conditions climatiques (pluie, tempête, brouillard, jour, nuit). Concrètement : je me déplaçais ou m’arrêtais, seul, dans des « territoires de pierres » ; après le dépassement — ou mieux encore : l’oubli — du « seuil de gêne » qui au début se reformait sans cesse, naissait, à travers cette parole a-sémantique, subliminairement dirigée, avec des accélérations rapides, des engorgements, des cris, un contact avec la nature parfois tout à coup totalement autre, quelque chose comme un couplage réactif qui, à la fois, n’était déjà plus et pas encore conscient. »19

  • 20 Claus, Carlfriedrich : Antonia Dietrich in Annaberg, in Volksstimme, 16 février 1964. A propos de (...)

9Ce n’est pas seulement le « producteur », mais aussi l’auditeur qui doit s’investir — au bout du compte en tant que « co-actant » (Claus) : Claus rend attentif au fait que « chacun [peut] se rendre réceptif à des expériences de ce genre, s’il essaie simplement de se concentrer sur ce qui est représenté [par le texte sonore, C. S.], c’est-à-dire de ne plus rien laisser pénétrer d’autre dans sa conscience. On ressentira alors à quel point le cercle de l’expérience vécue, le domaine de ce qui peut s’éprouver s’étend, s’agrandit de façon insoupçonnée. Et l’on acquerra aussi très vite un regard critique sur ce que l’on recevait jusqu’alors sans recul critique. »20

  • 21 Claus, Carlfriedrich : Offener Brief an Ilse Garnier, 6 septembre 1964, manuscrit.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.

10La révélation du caractère musical de la parole n’est pas la moindre visée des « textes sonores », « textes parlés » et « processus sonores » de Carlfriedrich Claus ; ils créent « un territoire organo-énergétique dans le “multiversum” de la musique »21. Comme Ilse et Pierre Garnier, Claus veut détacher les sons parlés de leur rôle de supports pour la communication orale et les intégrer à de nouvelles structures ou systèmes acoustiques pas encore, ou déjà plus « linguistiques »22. Ce qui l’intéresse dans le mélange d’information et de bruit que constitue le signal linguistique, c’est précisément le « bruit » et les autres informations ou courants d’information qui y sont enchâssés et qui, lors de la formation et de la réception des signaux linguistiques, sont largement étouffés par nos organes effecteurs et récepteurs, ou n’ont d’effet que secondaire ou subliminaire23. Dans ce contexte, Claus met à juste titre en évidence le fait que le concept « parler » est « refonctionnalisé » en vertu de cette activité, et qu’une « langue » déjà constituée ne sous-tend plus le « nouveau parler ». Bien plus, les sons de la langue, les éléments du système de signes linguistiques commencent à se nommer et à devenir autonomes. Ils entrent dans de nouvelles relations, ils deviennent les éléments d’« autres » messages. Cela peut se produire soit au travers de processus dialectiques dissociants à l’intérieur de systèmes linguistiques existants, soit au travers de processus sonores qui s’enclenchent a priori à l’extérieur de la sémantique linguistique et produisent de purs espaces de bruit, soit encore par la synthèse des deux possibilités. D’après Claus, ces structures ou systèmes acoustiques, ou formations d’espaces sonores, si différents entre eux, se propagent dans « l’univers humain le plus intense » (Ernst Bloch) : dans la musique. Ils forment un territoire nouveau, relativement autonome, une sphère naissante de relations autour de cette source dense et vaste de l’inconnu qui résonne à travers l’homme24.

  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.

11Pour l’avenir, Claus envisage « l’émergence des sons parlés “objectifs” hors de leur tissu sémantique, et leur re-formation, c’est-à-dire par exemple la fabrication de spectres pour chaque son isolé, par transformation mécanique graduelle du son en question, etc., ainsi que l’émergence du facteur nettement « subjectif » de la parole, c’est-à-dire du paysage affectif changeant et traversé de lignes papillaires qui s’élabore à partir de la couleur de la voix, du rythme de parole, de la fluctuation de hauteur, de la mélodie parlée, de la dynamique, etc., et son montage, comme un processus conduisant à la formation de messages qui deviennent une musique de plus en plus organique, existentielle et universelle »25. Au-delà, Claus envisage la formation de « combinaisons », « constituées de vibrations, d’énergies produites organiquement et inorganiquement et mises en relation entre elles, qui, transformées en processus sonores par les “énergies spécifiques des sens” de l’oreille, provoquent chez l’auditeur, dans ces zones-limites vers le bas et vers le haut, des effets (par exemple des mouvements corporels et affectifs d’ouverture) qu’on n’atteint précisément que par des impulsions sonores »26. « Dans un futur plus lointain, les énergies organiques potentielles de la parole, qui deviennent (...) parties constituantes de la musique, [contribueront] à ce que la musique (...) devienne ce qui s’esquisse en elle comme une utopie, ce vers quoi elle tend depuis toujours : une langue. »27

  • 28 « A propos de Bewusstseinstätigkeit im Schlaf : le point de départ de la partie supérieure du feui (...)
  • 29 Carlfriedrich Claus, in Scholz, Christian (éd.) : LAUTPOESIE. Eine Anthologie, Obermichelbach, Ger (...)

12Ces réflexions théoriques, que Claus a formulées dans sa Lettre ouverte à Ilse Garnier (1964), il les a en grande partie réalisées dans son dernier « texte sonore » qui a pour titre « Activité de la conscience pendant le sommeil ». En 1981 naquirent quatre bandes d’un processus sonore qui furent soumises lors des étapes d’élaboration suivantes à diverses manipulations techniques. Ainsi les procédés articulatoires furent-ils rapprochés, grâce à la modification de la vitesse d’enregistrement, des états de conscience linguistique durant les différentes phases du sommeil : les différents tempi des quatre processus sonores indiquent ces phases. Un paysage affectif changeant se constitue par le fait que différents rythmes de parole, différentes mélodies parlées ainsi qu’une couleur de voix alternante sonorisent des affects de diverses sortes (« horreur » — « veille »28). La concentration des procédés articulatoires sur un seul niveau et la dynamique du nouveau processus dialectique de parole mettent en relief l’autonomie des sons émancipés qui deviennent les éléments d’« autres messages ». Le mélange de quelque chose de sémantique avec ce qui est massivement a-sémantique fait prendre conscience de ce qu’il s’agit ici encore de messages linguistiques. Dans une introduction à la reproduction sur disque du « processus sonore », Claus explique : « Le sommeil n’est pas seulement une phase de régénération, c’est aussi l’émergence de la conscience en d’autres lieux du cerveau, avec d’autres temps. Entre sommeil et veille, entre veille et sommeil, il existe différents effets d’alternance, en partie paradoxaux. La réalité qu’engendre l’activité de conscience pendant le sommeil est en rapport asymétrique avec celle qui est engendrée à l’état de veille. Le même « je », à la fois même et autre, est présent et absent dans plusieurs réalités réciproquement irréelles. Avec le processus de parole, j’expérimentai quelques possibilités de commutation sur la zone mouvante de pulsations, située en dessous des mondes de la parole. Entre l’activité de parole à l’état de veille et l’activité de parole dans le sommeil, se trouve le potentiel de lallation pré-et postverbal, ouvert dans les deux directions. L’enregistrement reproduit ici propose à l’auditeur : d’exécuter des mouvements élémentaires avec ses organes de la parole, juste en dessous de l’appris, et donc de renouveler de fond en comble la formation des sons et ses stades préalables. Les exercices de lallation peuvent susciter un état-limite, qui touche aussi bien les phénomènes de communication dans le sommeil que les réalités conversationnelles intermédiaires de l’état de veille, et qui produit des relations inattendues. »29

  • 30 Cf. la description du lecteur-auditeur actif et du producteur chez Franz Mon : « artikulationen »,(...)
  • 31 Claus, Carlfriedrich : Subjektives zu Krutchonych (Remarques subjectives sur Krutchonych), in Clau (...)

13Dans ce « processus sonore », Claus recourt également à l’auditeur actif, qui est invité à effectuer quelques mouvements articulatoires élémentaires et, par là même, à éprouver de façon nouvelle la formation des sons et ses stades préalables30. Les « co-acteurs » (Claus) du processus sonore ne sont plus aujourd’hui une singularité, puisqu’aussi bien les auditeurs que les « producteurs » de poésie sonore, particulièrement dans ce qui fut jusqu’en 1990 la RDA, ont augmenté en nombre : si Claus pouvait encore écrire en 1974 que plus personne en RDA ne continuait de produire des sound poems, cette affirmation ne vaut plus guère aujourd’hui : la littérature expérimentale, c’est-à-dire « la révolution de la parole [...] est en correspondance avec la révolution communiste réelle du monde ; seule leur interaction pénètre l’inconscient comme le conscient, les mouvements du corps, de la société, de la nature. Crée de nouveaux rapports. De fond en comble. »31

Notes

1 Sauf mention contraire, les citations placées entre guillemets proviennent d’une correspondance échangée entre C. F. Claus et l’auteur. (N. d. E.).

2 Carlfreidrich Claus, in Schumann, Henry : Ateliergespräche (Conversations d’atelier), Leipzig, 1976, p. 21.

3 Cf. Raab, H. H. : Phonetisch-instrumentale Poesie, émission de la radio RDA 2, 31 octobre 1985.

4 Claus, Carlfriedrich : Klangtexte Schriftbilder (Textes sonores, images écrites), in NOTA 3, 1959, p. 13.

5 Claus, Carlfriedrich : Notizen zwischen der experimentellen Arbeit — zu ihr (Notices à propos du travail expérimental), in diskus 2, 1962, p. 9.

6 Cf. Claus, Carlfriedrich : Antonia Dietrich in Annaberg, in Volksstimme, 16 février 1954.

7 Claus a traduit la « Deklaration der sa-umnischen Sprache » de A. Krutchonych, qui a selon lui un caractère anticipatoire (traduction in figura 3 Zyklen, catalogue de l’exposition de l’IBA à Leipzig, Dresde, 1982, pp. 142 sqq.).

8 Claus, Carlfriedrich : Sicht-, hörbare Phasen umfassenderer Prozesse (Phases visuelles, auditives de processus plus globaux), in NOTA 4, 1960, p. 43.

9 Schmidt, Werner : Ansätze zur Erläuterung der Sprachblätter von Carlfriedrich Claus (Essais d’interprétation des feuillets parlés de Carlfriedrich Claus), in Carlfriedrich Claus, catalogue de la galerie ARKADE, Berlin 1975, n. p.

10 Cf. interview de Carlfriedrich Claus, in Raab, H. H. : Phonetisch-instrumentale Poesie, émission de la radio RDA 2, 31 octobre 1985.

11 Carlfriedrich Claus, in Schumann. Henry : op. cit., pp. 23 sq.

12 Claus, Carlfriedrich : Zwischen-Bemerkungen (Digressions), in De Tafelronde 4, Anvers, 1967, p. 14.

13 Claus, Carlfriedrich : Notizen zwischen der experimentellen Arbeit — zu ihr, loc. cit., p. 9.

14 Cf. ibid., ainsi que Claus, Carlfriedrich : Klangtexte Schriftbilder, loc. cit., p. 14 (« EXERZITIEN ») ; voir aussi du même auteur : Sicht-, hörbare Phasen umfassenderer Prozesse, in op. cit., pp. 42-44.

15 Claus, Carlfriedrich : Geschehen in einem Satz. Für Otto Muneles (Evénement dans une phrase) (1966-72), manuscrit.

16 Ibid.

17 Claus, Carlfriedrich : Notiz zur Realität unterschwelliger Wechselwirkungen beim Gespräch (Notice sur la réalité des interactions subliminaires dans la conversation) (1980), manuscrit.

18 Claus, Carlfriedrich : Die Sprech-Organe zugleich Wahrnehmungs-, Hör-Organe ! (Les organes de la parole en tant qu’organes de la perception et de l’ouïe) (1959), manuscrit.

19 Citation de Carlfriedrich Claus, in Ramm, Klaus : Fortschreitende Rander. Über die offenen Grenzen zwischen visueller und phonetischer Poesie (Marges en progrès. A propos des frontières ouvertes entre poésie visuelle et phonétique). Conférence du 11 décembre 1986 à Bielefeld : Coherence and the Interpretation of Poetic Works of Art, manuscrit, p. 17.

20 Claus, Carlfriedrich : Antonia Dietrich in Annaberg, in Volksstimme, 16 février 1964. A propos de l’activité du « producteur » et du « récepteur », voire les références de la note 14.

21 Claus, Carlfriedrich : Offener Brief an Ilse Garnier, 6 septembre 1964, manuscrit.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 « A propos de Bewusstseinstätigkeit im Schlaf : le point de départ de la partie supérieure du feuillet parlé éclairé par devant est constitué par une expérience de l’effroi vécue dans le sommeil ; celui de la partie inférieure par une incursion accomplie au même moment, avec l’énergie du rêve, vers le pas-encore-conscient, qui aboutit à un nouvel éveil radical. » (Carlfriedrich Claus, in Schumann, Henry : op. cit., p. 23.)

29 Carlfriedrich Claus, in Scholz, Christian (éd.) : LAUTPOESIE. Eine Anthologie, Obermichelbach, Gertraud Scholz Verlag, 1987, p. 7.

30 Cf. la description du lecteur-auditeur actif et du producteur chez Franz Mon : « artikulationen », Pfullingen, 1959, pp. 31 sq. ; Artikulationen, in Movens, Wiesbaden, 1960, pp. 111 sq. ; An eine Sage denken (Penser à une scie), in Akzente, Munich, 1968, pp. 429 sqq. ; Texte über Texte, Neuwied, Berlin, 1970, pp. 102 sqq. ainsi que chez Carlfriedrich Claus (cf. note 14).

31 Claus, Carlfriedrich : Subjektives zu Krutchonych (Remarques subjectives sur Krutchonych), in Claus, Carlfriedrich : Aggregat K. Korrespondenz, manuscrit, p. 9.

Auteur

Paule Paparou-Laplace (Traducteur)

© Éditions Contrechamps, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search