Version classiqueVersion mobile

Poésies sonores

 | 
Vincent Barras
, 
Nicolas Zubrugg

Lyrisme et objectivité

De quelques paradoxes que suggère et déplace la démarche poétique de Bernard Heidsieck

Jean-Pierre Bobillot

Texte intégral

A chaque époque il faut tenter d’arracher derechef la tradition au conformisme qui veut s’emparer d’elle. (Walter Benjamin)

1« Poésie sonore » ?

2Désigner et, par là, résumer la démarche singulière, et les pratiques plurielles, de Bernard Heidsieck, de l’appellation, non seulement, certes, commode, mais, selon toute vraisemblance, pertinente — adoptée, même, par lui, et largement propagée par ses soins ou, du moins, sans que jamais (du moins, publiquement) il s’en désolidarisât —, de « poésie sonore », ne va pas sans difficultés, ni sans ambiguïtés.

3Nous laisserons de côté celles qui ont trait à l’effet trop connu d’école (gauchissement idéologique et représentation phantasmatique et donc, close, d’une réalité historique en ce qu’elle a d’immédiatement collectif, d’ouvert, de fuyant), et nous nous bornerons à celles qui nous semblent significatives.

4Effets pervers de l’épithète : le point de vue de la réception

  • 1 Un éloquent symptôme de cette durable occultation est l’absence de toute trace de « poésie sonore  (...)

5La première, et non la moindre, de ces difficultés est de l’ordre d’une exclusion. Elle surgit, comme naturellement, de la simple adjonction, au substantif (à valeur générique) « poésie », d’un adjectif, quel qu’il soit, en fonction d’épithète (à valeur, donc, déterminative, soit, en l’occurrence, subgénérique) : d’emblée, se disant « sonore » — mais, soulignons-le, il en sera de même, qu’elle se dise « phonétique », « concrète », « audio- » ou, selon une autre appellation (à valeur, également, déterminative) que revendiqua, et que ne désavoue pas, B. H. : « - action » (qu’il s’agisse, précisément, cette fois, d’un second substantif et, plus précisément, de ce substantif et de la valeur verbale à laquelle il se rattache, n’est certes pas indifférent) —, elle se trouve, contre toute attente, rejetée hors du champ de la « poésie »1.

  • 2 Proches parentes, la sonore et la visuelle — comme le souligne, volontiers. Bernard Heidsieck : ai (...)

6Notons seulement ici qu’il en sera de même, encore, de son étrangement proche parente, la « poésie visuelle »2.

7Pourtant, un tel phénomène — quasi immédiat, et quasi absolu — d’exclusion, n’allait certes pas de soi.

  • 3 Ce n’est évidemment pas le lieu, ici, de développer cette question ; disons seulement que notre po (...)

8Fort étendu, même s’il a perdu le caractère archigénérique et, au moins en droit, exclusif qui fut le sien aux temps classiques, le champ de pratiques spécifiques que continue à désigner le concept générique — plus ou moins clairement défini, et délimité — de « poésie », est également diversifié : il s’est depuis toujours — au moins depuis les origines de la Poétique, où il couvrait l’ensemble des pratiques esthétiques du langage — accommodé de déterminations subgénériques — elles-mêmes, plus ou moins clairement définies, et délimitées, variables en outre au cours des âges, où il se vit concurrencé par mainte autre pratique, génériquement hétérogène —, sans que de telles spécifications, internes ou externes, parussent mettre en péril ou seulement en doute l’unité globale du « genre » qui les subsumait3.

  • 4 Cf. Badiou, Alain : Manifeste pour la philosophie, Paris, Seuil, 1989. pp. 35-40.
  • 5 Cf. par exemple, Jauss : « L’œuvre d’art, même en tant que pure expression de l’individuel (ce que (...)

9C’est que, la « Poésie sonore » en tant que pratique singulière — et en tant que mouvement — apparaissait, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, en un temps où — passés les remous, oubliées les remises en cause inaugurées, ou inoculées, dans la poésie de langue française (pour s’y tenir), par le binôme Ducasse/Rimbaud, par Mallarmé, puis par Dada (mais il faudrait aussi, bien sûr, évoquer les futuristes russes, plus encore qu’italiens...) — l’unanime réception et l’exclusive audience réservées à la « Poésie de Résistance », réanimant une conception issue d’un Romantisme récurrent — opportunément relayé par l’esthétique individualiste d’un Croce, chez qui les « genres », disqualifiés, s’atomisent et s’effacent au profit des « génies inspirés » (et l’on voit bien le rôle, plus que de simple adjuvant, qu’a pu jouer, dans la transmission et l’absolutisation d’une telle idéologie, le Surréalisme, dont maints ténors de la Résistance se trouvèrent être des transfuges...) —, avaient précipité et légitimé un processus séculaire d’assimilation de toute « poésie » au « lyrisme », de tout « lyrisme » à la « subjectivité » et, d’une manière, certes, plus réductrice encore, à l’« expression » du Moi ou, par le Moi — promu, à la faveur de l’événement, et par la ferveur du moment, au rang de Chantre ou de Prophète —, des grands sentiments collectifs, retrempés aux « figures sacrées du lien », de longtemps mises à mal par le Capital et la modernisation culturelle4 : ainsi, surgit-elle, véritablement, « contre (ou hors) toute attente », au sens que la théorie de la réception et, particulièremnet, H. R. Jauss donna à ce terme — c’està-dire, précisément, contre toute attente générique5.

10En un mot, dans le cadre — historiquement déterminé — d’une poésie dont l’« horizon d’attente » était génériquement préstructuré et, peut-on dire, « homogénéisé » par l’exclusive prédominance de la « poésie lyrique » ainsi comprise, la « Poésie sonore » était manifestement de trop ; gageons, cependant, que même en ces temps marqués par l’existentialisme, ce n’était pas « pour l’éternité »...

11La seconde de ces ambiguïtés, symétrique de la précédente, est de l’ordre d’une dissolution.

12Elle surgit, comme naturellement, de la pure et simple assimilation de l’adjectif « sonore », en fonction d’épithète au substantif « poésie », à ce qui, s’agissant, précisément, de poésie, en apparaîtra volontiers comme l’impeccable — mais plus usité — synonyme : à savoir, l’adjectif « orale ».

  • 6 Bernard Heidsieck confie tous les secrets de fabrication de Démocratie I et II, assortis, comme il (...)

13C’est oublier, sans doute, un peu vite que notre univers « sonore » ne saurait aucunement se confondre avec la somme d’expériences, tant symboliques que sensibles, qui nous advient, de l’univers et de nous-mêmes, par la langue en tant qu’elle serait « orale » ou par ce qui, de l’« oralité », échappe, de droit ou de fait, à la langue. C’est négliger, aussi, dans mainte pièce de B. H., ces bruits enregistrés qu’il serait, certes, erroné — en l’occurrence, il s’agirait d’un véritable contresens concernant la spécificité que l’épithète « sonore » met en avant — de considérer comme venant en plus du texte lui-même : ainsi est-il clair que, dans Démocratie I (« Passe-Partout » n° 26)6, les cris, applaudissements et autres « mouvements divers » de l’Assemblée Nationale, lors du débat sur la Motion de Censure en mai 1968, qui se surimpriment, « à partir de la moitié environ de l’enregistrement, sur deux canaux, et avec une intensité croissante », à la lecture de la liste exhaustive des Présidents du Conseil, elle-même « incorporée » à d’autres éléments préalablement « montés », ne constituent en rien un « bruitage » à fonction décorative ou dramatique, mais participent, hautement et sans qu’on les en puisse soustraire, à l’œuvre, c’est-à-dire (si l’on veut bien nous accorder, un moment, cette appellation), au texte — au même titre, donc, que la suite exclusivement formée des composants de nature linguistique que l’on peut y entendre, et qui seule, ordinairement, reçoit le nom (la dignité ?) de « texte »...

  • 7 Bobillot, Jean-Pierre : Le ver (s) dans le fruit trop mûr de la lyrique et du récit, in Procope 1, (...)

14C’est, on le voit, oublier que le « texte » n’est pas le texte — autrement dit, que, contrairement à ce qui fut le credo, explicite ou implicite, des décennies où régnèrent Structuralisme et Textualité, la littérature n’est pas de nature linguistique et, en ce qui nous concerne, particulièrement, ici, que la poésie en tant qu’elle se définit comme le « genre » où s’accomplit, dans une visée esthétique, un travail spécifique d’inscription du sujet à travers et contre la langue (ce que nous avons appelé, ailleurs : travail du vers7) fait excès, fait pièce à la langue — fait fi d’elle plus qu’elle ne lui est fidèle, quand elle ne la met pas en pièces !

  • 8 Op. cit., p. 23.

15C’est, non moins, et non moins fallacieuse ment, inscrire cette poésie-là dans une longue et, certes, prestigieuse tradition que l’on fera, invariablement, remonter aux médiévaux trouvères, aux archaïques aèdes, ou — quoique Paul Zumthor, opportunément, souligne que rien « n’autorise à identifier populaire et oral »8 — aux folklores d’ici ou d’ailleurs dont, selon les cas, on regrettera le peu d’audience ou la quasi-disparition, ou dont on louera, en s’en félicitant, la remarquable pérennité ; c’est, ce faisant, admettre que, par exemple, d’Homère à Heidsieck ( !), il n’y ait qu’une évolution sans rupture, et que le rôle de celui-ci, sa posture de parole, la fonction de cette parole, de la voix qui la profère, du corps dont elle émane, dans la société occidentale moderne, démocratique, « désenchantée », puissent avoir quoi que ce soit de commun avec le rôle de celui-là, sa posture de parole, la fonction de cette parole, de la voix qui les proférait, du corps dont, censément, elle émanait, dans une société indo-européenne tribale, pré-classique, dont la vision du monde est exclusivement religieuse.

  • 9 Ainsi, Bernard Heidsieck évoque-t-il volontiers sa démarche en termes de poésie « engagée », dans (...)

16C’est, surtout, oublier que l’oral, pas plus que l’écrit, n’existe en dehors d’une histoire, en dehors de situations données, économiques, politiques, culturelles, de rapports de forces déterminés9, que l’« oralité » des aèdes et des trouvères se soutient (au même titre que les formes et que les sens qu’elle suscite et qu’elle véhicule) d’une fonction, d’une place, d’un mode de réception intégrés au système de vie, de domination, de valeurs, d’une société hiérarchisée, communautaire, et close — dont l’« oralité » des folklores indique, soit la perpétuation (planétairement menacée), soit l’impuissante et, au pire, lénifiante nostalgie (dans tous les cas, mythification du passé) —, et que le temps n’est plus où les « figures sacrées du lien », par quoi se manifestait l’immanence de l’Etre et de son Verbe au monde — toute « oralité », donc, des prêtres aux jongleurs, était là pour en témoigner —, réglaient d’avance, sur le mode de la Communion ou des « lieux communs », la question de la communication, qui, donc, ne se posait pas.

  • 10 D’où, fallacieuse réponse, cette surenchère idéologique, à laquelle on assiste aujourd’hui, sur le (...)

17C’est, autrement dit, négliger la situation radicalement nouvelle qui est faite à toute parole et, particulièrement, à la parole poétique (mais, non moins, parallèlement, à l’écrit), dans un monde où l’irruption, puis le triomphe aujourd’hui quasi indiscuté, du Capital et de la subjectivité critique a défait, dans le même mouvement, le lien communautaire et les amarres ontologiques, rendant, par là, possibles toutes les formes d’émancipation et toutes les formes d’aliénation, dont le surgissement dialectique est le propre des « Temps modernes », où la place de la parole et, singulièrement, de la parole poétique est de plus en plus problématique, et où (après l’esthétique, l’éthique) la question de la « communication » se pose avec un caractère d’urgence de plus en plus manifeste, angoissé, vital10.

  • 11 Lettre à Paul Demeny du 15 mai 1871.

18Rimbaud l’avait compris et, pour ce qui est de la « poésie », avait clairement diagnostiqué la rupture : « En Grèce, ai-je dit, vers et lyres rythment l’Action. Après, musique et rimes sont jeux, délassements. L’étude de ce passé charme les curieux : plusieurs s’éjouissent à renouveler ces antiquités : — c’est pour eux. » Et, aussitôt, il prescrit le remède : « L’art éternel aurait ses fonctions, comme les poètes sont citoyens. La poésie ne rythmera plus l’action ; elle sera en avant. »11 Retenons ce mot : « Action ».

19Or, soulignons-le, depuis « la Grèce », c’est par l’écrit, de plus en plus, puis par l’imprimé, que cette poésie, y compris celle d’Homère, s’est constituée en tradition ; c’est dans, et par, l’écrit, que cette poésie, que cette tradition, se sont continuées, perpétuées, transformées ; inversement, c’est dans leurs origines orales que cette tradition, que cette poésie, trouvent le principe du vers, du mètre, de la plupart de leurs ressources formelles : en d’autres termes, orale, ou écrite, c’est la même, tant qu’elle n’a pas subi l’épreuve de la « modernité » ; en d’autres termes encore, sa nature, si nature il y a, n’est pas tant son « oralité », que sa « traditionnalité » : orale, elle se transcrit, écrite, elle se récite, ses formes ni ses traits les plus caractéristiques ne s’en trouvent altérés.

  • 12 Rimbaud, Arthur : in Divagations, Paris, Gallimard, p. 124.

20Mieux, c’est dans l’écrit, dans la lettre, dans le silence obstiné de l’inscription, en sa « littéralité », d’un « je » qui se découvre « un autre », que Rimbaud, soumettant à l’épreuve de la « modernité » cette « vieillerie poétique » aux ficelles de laquelle — mètres, rimes, mots, figures, petites discordances — il était passé maître, l’exténue et, de toutes pièces, invente la poésie de « l’avenir ». Mallarmé, ne comprenant guère, témoigne : au « Dîner des Vilains Bonshommes », l’auteur, adulé et « narquois », du Bateau ivre et de tant de « beaux vers », contre toute attente (lui aussi !), « n’en récita aucun »12.

  • 13 Passim, par exemple, dans tous les textes à valeur, tout ou partie, de manifestes, que nous citons (...)
  • 14 Rimbaud, Marx et Freud, pour commencer (et pour simplifier)...
  • 15 Heidsieck, Bernard : Poésie sonore et musique, in Tartalacrème 21, Pontault-Combault, juin 1982, p (...)
  • 16 « Préface » à Un coup de Dés jamais n’abolira le hasard.

21Indiquons-le, seulement, ici : la « Poésie sonore », si elle participe, avant tout, d’un geste d’arrachement, polémique et émancipateur — en des termes proches, parfois, et avec une comparable virulence de propos et de ton13 —, à une comparable « vieillerie », à l’académique lyrisme d’un « Moi » entêté dans l’ignorance de sa propre altérité comme de sa propre aliénation14, à cette incurable « passivité » dont le signe le plus remarquable (mais si peu, jusqu’alors, remarqué !) était (est, bien souvent, encore...) une quasi-mystique, « fascination du papier »15, et par quoi, non seulement, les « vers » avaient depuis longtemps renoncé aux « lyres », ne songeaient, certes plus, à bondir « en avant » de « l’Action », mais semblaient avoir, définitivement, abdiqué toute prétention à la « rythmer », — si, donc, la « Poésie sonore » et, aux premiers rangs, Bernard Heidsieck, participe d’un tel geste, délibéré, violent — « révolutionnaire en soi, reconnaissons-le, reconnaissons-le » —, c’est qu’à la vérité, elle est, plutôt que du côté de la tradition, des aèdes, des trouvères, ou, moins encore, certes, des folklores, du côté des ruptures, de Rimbaud, de Dada, d’Artaud, de tous ces accoucheurs de la « modernité », par quoi, brusquement, se fissure notre expérience, notre connaissance, du monde et de nous-mêmes — sur « la Page », avec Mallarmé : « sans présumer de l’avenir qui sortira d’ici, rien ou presque un art »16, — ou, avec Heidsieck, « hors de la page » : « après un bon nombre de siècles d’intimité amoureuse, de jeux, connivences et complaisances, avec la typographie, c’était un peu comme procéder à une césarienne. Avec un risque — accepté — de bavures et de déchirures. Seule comptant la survie du bébé. » Nous voyons bien ce que peut avoir, de paradoxal, cette idée ; de choquant, même, à quelque égard. C’est que, nous non plus, ne sommes pas ennemi de quelque violence, théorique, d’un arrachement de la théorie, et de la poésie, à toute une récurrente « vieillerie » qui les cerne, idéologique, qui les mythifie — d’ordre essentialiste, anthropologique, structural.

22Linguistique, aussi, donc : on y arrive.

23Car, l’idée qui se fait jour, c’est que, si la « Poésie sonore » est « sonore », si, par là, elle est « poésie » — à moins qu’on le lui conteste —, ce n’est pas, certes, en tant qu’elle manifesterait une quelconque essence de « la Poésie » (la poésie, pas plus qu’aucune activité humaine, n’a d’essence : elle est, de part en part, historique) qui serait d’être « orale » — il devient, alors, si facile de lui opposer le caractère illusoire, ou fallacieux, de sa prétendue spécificité —, mais, précisément, en ce qu’elle actualise, dans les circonstances qu’on a dites, ce potentiel de rupture, polémique, « commotif », par quoi elle relève, non d’une tradition, mais de cette imprévisible, inconséquente, insaisissable succession — lignes de fractures — de séismes dans la langue, de postures de langue, inédites, excessives, qui sont autant de rappels de la Modernité à elle-même — bonds « en avant », de côté... « qu’importe ? »

  • 17 Ce n’est pas, certes, par hasard que nous rencontrons ici Baudelaire, initiateur de la Modernité..

24« Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! »17

25Effets pervers de l’épithète : risques théoriques

26Une troisième source de confusions, corollaire de la précédente, serait de l’ordre d’une confiscation — en même temps que (dans le sens, fallacieusement, le plus littéral de ce terme) d’un malentendu.

  • 18 C’est, précisément, le titre de l’ouvrage dans lequel Henri Lefebvre, la débusquant en tant que te (...)
  • 19 de Saussure, Ferdinand : Cours de linguistique générale, Paris, Pavot. 1972, p. 55.
  • 20 Ibid., pp. 51-52.
  • 21 Ibid., passim, pp. 45-55.
  • 22 “Notre” hémistiche, op. cit., p. 26. (Cf. note 2)
  • 23 Poésie sonore et musique, op. cit., p. 29. (Cf. note 15)

27Elle surgirait, comme naturellement, de l’exacte contemporanéité qui marque, historiquement, la prime apparition, d’une part, puis le développement — accompagné d’une prise de conscience toujours plus vive de sa spécificité — de la « Poésie sonore » comme mouvement, trop aisément assimilée cependant, comme pratique effectivement perçue ou non — et malgré cette prise de conscience —, à la Poésie-en-soi, en tant qu’elle serait, par nature, orale, et, de l’autre, l’irrésistible ascension, puis l’installation, non moins triomphale, au centre du dispositif intellectuel (université, édition, etc.), de « l’idéologie structuraliste »18 avec, au premier rang — première venue et « science-pilote » ou, du moins, auto-proclamée telle —, la linguistique post-saussurienne et, notamment, sa variété la plus « dure », la « théorie fonctionnelle » entièrement basée sur une conception systémique de la langue et sur sa fonction, supposée essentielle, de « communication » et qui — passant outre aux hésitations, aux repentirs, aux nuances qu’apportait à sa pensée le maître de Genève (ainsi qu’aux particulières conditions dans lesquelles nous est parvenu son Cours) — éleva au rang d’intouchables dogmes plusieurs de ses propositions, parmi lesquelles le postulat, à valeur épistémologique, selon lequel la langue écrite — l’écriture elle-même (la graphie), et, non moins, la langue littéraire et ses procédures spécifiques — serait le pire obstacle, tant à la conscience du locuteur qu’à la tâche du linguiste, lequel devrait tout au contraire, s’efforçant de « supprimer l’écriture par la pensée »19, dégager de cette gangue mensongère la Langue-en-soi, censément, par nature, orale — et dont, par conséquent, seule la « Langue parlée », correctement appréhendée, serait en mesure de lui fournir une véridique image ; car, « l’écriture voile la vue de la langue : elle n’est pas un vêtement, mais un travestissement. On le voit bien par l’orthographe du mot français oiseau, où pas un des sons du mot parlé (wazo) n’est représenté par son signe propre ; il ne reste rien de l’image de la langue. »20 Et, certes, à une lecture naïve — ou, au contraire, à une lecture non dénuée d’arrière-pensées restauratrices et, partant, liquidatrices —, la similitude paraît éclatante, entre ce souci du linguiste, de dénoncer le « prestige de l’écriture », « la tyrannie de la lettre », toutes « ces graphies irrationnelles » qui, censément, « ne riment à rien » dans la vraie langue — la parlée —, que l’on oppose — et qu’on se propose de substituer — à l’écrite comme « le naturel à l’artificiel »21, et celui du poète sonore, de fustiger la « fascination du papier », ce « cul-de-sac » d’une « page blanche » plus sacralisée que jamais22 où « le Poème », « se Gutembergrisant », perdant « la mémoire même de sa “musicalité” d’origine »23 — d’« origine » à « nature », il n’y a, certes, qu’un pas, décisif, à franchir ! — et faisant sien, plus que jamais, en l’hypostasiant, le trop fameux mot de Mallarmé (qu’il convient de restituer dans son contexte), semblait, résolument, « tourner le dos à la vie » — « s’assoupir », « ronronner », endormir son lecteur...

28Similitude des prescriptions, similitude des proscriptions, simultanéité de naissance et de croissance — 1953 : François Dufrêne, création de Γ Ultra-Lettrisme et premiers « crirythmes », Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture ; 1955 : Bernard Heidsieck, premiers « Poèmes-partitions », Claude Lévi-Strauss, Tristes tropiques, André Martinet, Economie des changements phonétiques... —, ne devraient pas, pour autant, dissimuler ce qui, plus fondamentalement, oppose « Poésie sonore » et « Structuralisme » — du point de vue de la conception de la langue et, singulièrement, du sujet (qui se définit, et se constitue comme tel, par et dans la langue), comme, plus spécifiquement en ce qui nous concerne ici, de la théorie esthétique et, singulièrement, de la conception de la poésie (qui se fait, bien sûr, dans la langue, mais qui n’est pas elle) que l’une et l’autre, diversement, de manière plus ou moins explicite, ou polémique, engagent.

  • 24 de Saussure, Ferdinand : op. cit., pp. 38-39.
  • 25 Ibid., p. 37.

29Et il faudrait, d’abord, clairement pointer de quel coup de force théorique ou idéologique, de quelle paradoxale exclusion se soutient le phonocentrisme déclaré de Saussure et des linguistes « fonctionnalistes », qui se veulent ses continuateurs — exclusion qui n’est autre, comme on sait, que celle de la « parole » (qui peut, « à la rigueur », donner lieu à « une linguistique de la parole »), distinguée de la « langue » elle-même (seul et « unique objet » de « la linguistique proprement dite »)24 : « L’étude du langage comporte donc deux parties : l’une, essentielle, a pour objet la langue, qui est sociale dans son essence et indépendante de l’individu ; cette étude est uniquement psychique ; l’autre, secondaire, a pour objet la partie individuelle du langage, c’est-à-dire la parole y compris la phonation : elle est psychophysique. »25 Car, s’il ne s’agissait que de séparer, à des fins d’analyse et, donc, dans le provisoire d’une méthode, tel « objet » de tel autre et, partant, les divers types d’approche (voire, les diverses « disciplines ») qui les constituent, précisément, comme objets et, dans le même mouvement, se constituent en tant que tel (le) s — pour, au bout du compte, croisant résolument et imbriquant, le plus étroitement, le plus diversement possible, points de vue et objets visés, donner lieu à une linguistique, non, certes, globalisante (et close), mais plurielle (et, par là même, ouverte aux éventuels apports des autres domaines de la connaissance, de l’esthétique, etc.) —, il n’y aurait, alors, rien à objecter, sinon le risque, toujours pendant, d’une hypostase de la « méthode » en système, en vérité a priori.

  • 26 Nous n’y reviendrons plus, mais nous ne voudrions pas, pour autant, qu’on nous taxe d’hostilité sy (...)
  • 27 de Saussure, Ferdinand : op. cit., pp. 37-38.

30Or, il est clair que pareille prudence — malgré les correctifs, les nuances qu’on a dits26 — n’est guère à l’œuvre, ni chez Saussure, ni, encore moins, chez la plupart de ses continuateurs : la dichotomie langue/parole y est bel et bien comprise comme théoriquement absolue, épistémologiquement nécessaire — et les irréfutables liens d’« interdépendance », que l’on constate de l’une et de l’autre, s’ils sont embarrassants (parce qu’en dehors de tout souci exclusif de cohérence interne de la discipline, et de la structure, ils s’imposent à l’observateur comme autant de phénomènes, de données ou de paramètres dont on ne saurait, pour une bonne appréhension de l’activité linguistique elle-même, faire l’économie), n’y changent rien : « Il y a (...) interdépendance de la langue et de la parole ; celle-là est à la fois l’instrument et le produit de celle-ci. Mais tout cela ne les empêche pas d’être deux choses absolument distinctes. »27

31Coup de force, donc, disions-nous, mais aussi, faudrait-il ajouter, tour de force — et tour de passe-passe : dans la linguistique structurale, la seule réalité — en vertu d’un premier décret d’exclusion, concernant l’écrit — sera la « langue parlée » (et le modèle cognitif en sera l’approche phonologique), mais dans le même mouvement — en vertu d’un second décret d’exclusion —, cette « langue parlée » se verra, sans appel, interdite de « parole » (et de « phonation »), même !

32Mais, l’argument ne serait pas encore véritablement décisif, ni, tel quel, recevable, si l’on n’examinait quelles autres exclusions (bien plus graves, s’agissant, n’est-ce pas, d’une « science humaine »...) emporte, sans crier gare, ce double décret fondateur. Or, on le voit, non seulement la dichotomie langue/parole exclut celle-ci au nom d’une hiérarchie des faits de langage (« l’une, essentielle... l’autre, secondaire... ») essentiellement fondée sur le postulat systémique, mais ce qui se trouve, par là même, exclu — et dont cette « langue parlée », interdite de « parole », se voit, dans son « essence », privée —, n’est autre, à travers « la partie individuelle du langage », que le sujet défini comme « sujet parlant » — et cela, non seulement dans son activité ordinaire de parole, mais, plus radicalement, dans ce qui le constitue, par interaction, à travers la parole de l’Autre, comme sujet : « Historiquement, le fait de parole précède toujours. Comment s’aviserait-on d’associer une idée à une image verbale, si l’on ne surprenait pas d’abord cette association dans un acte de parole ? D’autre part, c’est en entendant les autres que nous apprenons notre langue maternelle ; elle n’arrive à se déposer dans notre cerveau qu’à la suite d’innombrables expériences. »25

33« Par interaction », donc, c’est-à-dire : le sujet, non en tant qu’il serait la source unique, et close, d’une parole, certes, en principe, destinée à quelque autre, mais dont toute l’élaboration sémantique lui est indistinctement attribuée, à titre d’objet, — mais en tant que lieu d’un procès communicationnel infini ; c’est-à-dire — et l’ambiguïté, ici, de l’adverbe « historiquement » permet à Saussure ou à ses éditeurs de le suggérer et, aussitôt, de l’éluder — : le sujet, défini comme « sujet parlant », à travers ce qui le constitue, dans son historicité même, comme sujet : « Enfin, c’est la parole qui fait évoluer la langue : ce sont les impressions reçues en entendant les autres qui modifient nos habitudes linguistiques. » Mais il faut, encore, aller plus loin : car, exclure « le fait de parole » et, par là, le sujet parlant, historique, interactif et communicationnel, c’est, du même coup, exclure l’énonciation et son contexte — soit : la situation de parole — et prétendre, par conséquent ou par principe, que le « sens » d’un énoncé quel qu’il soit est entièrement déductible de l’agencement des seuls éléments « linguistiques » qui, censément, le composent, sans qu’à aucun niveau intervienne tel ou tel paramètre — voire, tel ou tel élément essentiel — fourni par le moment, le lieu, les circonstances, les conditions en général dans lesquelles il est élaboré, sans qu’y contribuent, en aucune manière, les intentions, les préventions, la complicité ou l’hostilité, les facultés de compréhension, le tour d’esprit, l’humour, propres aux sujets impliqués dans le processus d’élaboration de cet énoncé — qu’ils en soient plutôt l’« émetteur », ou le « récepteur »...

  • 28 Notre analyse recoupe en bien des points l’argumentation proposée par Roland Eluerd, La pragmatiqu (...)

34Bref, ce que le dispositif langue/parole, d’emblée placé sous le signe de la « communication », exclut de la langue ainsi conçue, n’est autre qu’une large part de ce dont est faite, précisément, la communication — et que se donne pour objet une linguistique ouverte aux approches ou aux préoccupations de type pragmatique28. C’est aussi, on y vient, ce que donne à voir, et à entendre, à travers sa pratique de la performance, la « poésie sonore ».

  • 29 Ainsi, André Martinet : « Une langue est instrument de communication selon lequel l’expérience hum (...)
  • 30 Le poétique et l’analogique, in Sémantique de la poésie, Paris, « Points » Seuil. 1979, pp. 166-16 (...)

35Encore faut-il bien préciser que, de cet énoncé, ainsi arbitrairement abstrait de son processus et de son contexte d’énonciation, les éléments relevant, censément, de la langue elle-même sont très restrictivement définis — au point que le dogme fonctionnaliste de la « double articulation », clairement rattaché, lui aussi, au postulat systémique comme à la fonction de la communication29, servira de caution positiviste à une autre exclusion, en forme de condamnation sans appel : celle de la poésie « phonétique », telle qu’elle fut pratiquée (selon maintes visées esthétiques dont la diversité, le plus souvent inaperçue, se voit, à la faveur de cet adjectif, assez commodément réduite) par Hugo Ball, par Hausmann ou Schwitters, par Bryen ou par Réquichot. Ainsi, rabattant le poétique sur le linguistique — et opérant, sur la langue, toutes les réductions qu’on vient de débusquer —, François Rigolot peut-il affirmer sans ambages, et sans remords : « Les divers bruitages du dadaïsme ou du lettrisme peuvent avoir un intérêt historique et anthropologique certain ; leur pouvoir d’incantation peut même être très grand et provoquer des réactions émotives intenses chez le lecteur. Cependant ils restent en deçà du seuil poétique proprement dit parce que le langage qu’ils utilisent n’a pas de valeur communicative identifiable. »30

36Outre le mépris et la méconnaissance profonde des ressources comme des effets propres à cette poésie, dont témoigne le terme : « bruitages », et (plus grave encore...) l’ignorance des conditions spécifiques qui président à sa divulgation, ou à ses manifestations, que trahit l’expression : « chez le lecteur », — outre, donc, ce qui est de l’ordre du préjugé, il est clair qu’un jugement aussi expéditif ne se soutient d’aucune espèce d’argument (relevant de la théorie esthétique), mais de préalables exclusions (concernant la langue). Surtout, il suspend également l’ensemble des pratiques esthétiques comme l’ensemble des activités langagières — et, notamment, l’ensemble des pratiques esthétiques du langage — à une improbable fonction de « communication », qui s’effectuerait sans le sujet, sans la parole, et hors de toute situation !

  • 31 de Saussure, Ferdinand : op. cit., p. 56.

37Car, la poésie « phonétique », ne travaillant la matière linguistique (admettons, du moins, cette hypothèse) qu’au niveau des « unités de seconde articulation », se condamnerait, par là, à être sémantiquement inerte, à rester en deçà de toute pertinence, tant du point de vue de la structure comme telle, et de son « économie », que de celui de la potentielle « valeur communicative » à laquelle, censément, prétend tout énoncé : on reconnaît là, transposée sur le terrain de la poésie, l’exclusion qui, paradoxalement, frappait, chez Saussure, la « phonologie » (qui « ne relève que de la parole »), au bénéfice de la « phonétique » (qui « est une des parties essentielles de la science du langage »)31.

38Et, certes, la « poésie sonore » n’est pas la « poésie phonétique », ou ne s’y limite pas. Mais il est sûr que, se fondant sur l’assimilation, d’une part, de « sonore » à « orale » et, de l’autre, sur la contemporanéité historique de l’apparition, puis du développement de la « Poésie sonore » (comme mouvement) et du « Structuralisme » (comme idéologie), et surgissant, enfin, de la subséquente assimilation de l’« oralité » à la « seconde articulation », un supplément de malentendu (tout idéologique, donc) n’a de cesse, ouvertement ou sourdement de rabattre celle-là (la « sonore », via l’« oralité ») sur celle-ci (la « phonétique », via la « seconde articulation ») — pour mieux la déconsidérer.

  • 32 Ce qu’admet fort bien Heidsieck qui, même lorsqu’il se démarque nettement d’une poésie purement «  (...)

39Dès lors, deux solutions : — ou bien, tâcher d’établir, avec la plus définitive netteté, la distinction « poésie sonore »/« poésie phonétique » et (à supposer qu’on y parvienne), débarrassant celle-là de l’encombrant soupçon de n’être qu’un avatar de celle-ci, la blanchir des tares et de toutes les mauvaises intentions qu’à l’une comme à l’autre, volontiers, l’on s’obstine, plus ou moins explicitement, à prêter ; mais c’est, par là même, adopter sans y prendre garde le point de vue systémique et « fonctionnaliste » qui n’aboutit pas seulement à la condamnation de la « poésie phonétique », mais au maintien pur et simple du dispositif langue/parole avec toutes les exclusions qu’on a vues et, au bout du compte, n’en doutons pas, celle, même, de la « sonore » ; — ou bien, relever le défi et, avec constance, s’attacher à fonder en théorie l’une et l’autre (ce qui ne signifie pas : les confondre), afin de suggérer — contre toutes les manœuvres d’exclusion ou de réduction — que l’une comme l’autre, chacune à sa manière ou, mieux, chacune à ses manières (et ces manières, quelquefois, se recoupent32), contribue à l’affirmation et à la mise en œuvre de toute une série de phénomènes et de réalités que rejette, certes, la conception systémique de la « communication » — parce qu’elle s’interdit, et nous interdit, de les penser —, mais qui sont tous, à des titres divers, constitutifs de la communication humaine telle que, pour peu qu’on s’y arrête, il nous est donné, dans chaque acte de parole, de l’appréhender.

40« Communication... communication... » : vers une pragmatique poétique ?

  • 33 De Canal Street... à Canal Street, in Colloque de Tanger, tome 2, pp. 159-167, passim.
  • 34 Point de départ : 1973, élaboration : 1974-1976, « performances » : 1978-..., Disque : 1986.

41Or, corollaire de la précédente, une ultime source de confusions, également de l’ordre d’une confiscation, pourrait bien, à ce stade, surgir, comme naturellement, d’une non moins exacte contemporanéité historique liant, d’une part, l’apparition, puis l’inflation médiatique du terme même de « communication » (au sens technologico-culturel, mais aussi, politique, et économique, qu’on lui connaît aujourd’hui) et, de l’autre, la gestation, les différentes phases de l’élaboration — « collages », « écriture », « enregistrement » (y compris le recours « à la plus large gamme [...] des possibilités techniques offertes par le magnétophone ») —, puis la divulgation publique — dans le cadre de « performances » qu’il préfère, plus explicitement, baptiser « lectures/actions »33 — d’une des œuvres majeures de Bernard Heidsieck : Canal Street34.

  • 35 Nous empruntons la notion, et le type d’argumentation, à Jean Ricardou, cf., par exemple, Le nouve (...)

42Mais il suffit, précisément, d’entendre comment — dans quelle visée, pour quels effets — il y recourt aux dites « possibilités techniques » et, précise-t-il, pour chacune des « lectures » qui, au bout du compte, constitueront Canal Street, comment il expérimente « outre la stéréophonie, les brouillages, superpositions et saturations, les variations de rythme, de vitesse, d’accélérations, déphasages et cut/ups, l’écho, l’espace, le champ, la profondeur, que sais-je... sans omettre parfois la suppression des respirations intercalaires... »33, pour, aussitôt, mesurer à quel point il s’éloigne, d’emblée, d’une conception de la « communication qui l’assimilerait au pur et simple transfert d’une « information » réifiée, « froide » — d’un « donné préalable »35, transcendant aux modalités de sa propre transmission, au « bruit » —, au moyen d’un « support » sémantiquement (et esthétiquement) inerte : de textes ainsi élaborés, le sens en aucun cas ne saurait s’épuiser dans le déchiffrement, suivant une grille offerte par la langue conçue comme un « code », d’un « message » consistant en un énoncé verbal, censément dénotatif — et dont la « signification » lui serait immanente...

  • 36 Jacobson, Roman : Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, 1963, p. 32.
  • 37 Nous empruntons, dans une perspective nôtre, cette notion à Jürgen Habermas ; cf. par exemple. Le (...)
  • 38 Notre « raison instrumentale » n’est autre, bien évidemment, que celle de Theodor W. Adorno ; cf. (...)
  • 39 Divagations, passim.
  • 40 Jacobson, Roman : op. cit., pp. 32-33.

43Ainsi, Jakobson ne craignait-il pas d’affirmer que « la réalité fondamentale à laquelle le linguiste a affaire, c’est l’interlocution » — position qui, certes, offrirait une chance d’échapper à l’impasse du dispositif langue/parole et, par là, d’appréhender ce qui a lieu, ce qui fait œuvre, dans une « performance » de « poésie sonore », si cette prétendue « interlocution » ne se ramenait, en fait à « l’échange de messages entre émetteur et receveur, destinateur et destinataire, encodeur et décodeur »36. Beaucoup plus qu’une authentique interactivité — dans laquelle s’impliquent, se constituent et se reconnaissent comme tels, des sujets exerçant leur liberté au sein d’un espace de parole désenclavé où ils réinventent, sans cesse, les termes de leur rapport à autrui et au monde, — plutôt, donc, que cette authentique raison communicationnelle qui est à l’horizon, peut-être utopique, de tout usage esthétique, ou émancipé, de la langue37, — c’est une raison instrumentale, calculatrice et aliénante, qui sous-tend et qu’appelle cette représentation de la langue, tellement conforme aux exigences d’une rationalisation accrue de l’espace public et privé — grâce à laquelle, plus que jamais, le réel tout entier, y compris la langue (et la poésie), tend à se soumettre à l’emprise inconditionnée de « la technique »38, ou à se démettre (à « se retrancher », comme disait Mallarmé39) —, par le truchement soft, et d’autant plus efficace, de « l’informatisation de la société ». Ainsi, encore, Jakobson ne craignait-il pas de répéter, non sans un enthousiasme (épistémologiquement parlant) d’assez mauvais augure, que « les linguistes ont beaucoup à apprendre de la théorie de la communication [...], tout comme la linguistique structurale est une école utile pour les ingénieurs de la communication »40.

44Autrement dit, l’effet de sens majeur de la « Poésie sonore » et, singulièrement, de l’obstiné travail de Bernard Heidsieck, serait de débusquer ce qu’il y a de répressif, et d’aliénant, dans une telle conception de la langue, de la communication et de la littérature, indûment confondues ; et sa visée esthétique serait, d’une part, négativement, d’en effectuer le retournement critique et, d’autre part, positivement, de suggérer les voies d’une émancipation — d’une authentique communication.

  • 41 Heidsieck, Bernard : Parition V, op. cit., p. 69.
  • 42 Ibid., p. 83.
  • 43 Ibid., p. 89.

45Tel est bien, aujourd’hui, « le véritable engagement » auquel peut — doit ? devrait ? — aspirer une littérature et, au premier chef, une poésie soucieuse, face à un climat de « désengagement général et progressif », « de se situer en tout état de cause au cœur même des conditionnements ambiants, de chaque jour, de chaque instant. Pour y accuser les coups. Y nourrir un esprit de riposte »41. En effet, ici, ce dont se soutient — et se justifie — le « poème/action », mais aussi bien le « crirythme » ou le « poème phonétique », c’est avant tout, sinon exclusivement, de l’urgence d’un tel « engagement » : « A quoi bon le Poème, tout court, s’il ne contribue, tant soit peu... au minimum, oui et pour si peu que ce soit, à déchloroformer, dessiller et au mieux à oxygéner, brûler, irradier, ce qu’il touche ou doit toucher et tente d’atteindre. »42 Or, il le sait, prendre ainsi à partie, et à rebours, une société où la Marchandise et la Loi de la Valeur ont, au terme de leur processus de main-mise, substitué, aux anciennes formes du lien communautaire, l’unique impératif consumériste — par quoi se trouve absolutisée l’insularité anonyme et passive des individus —, « c’est risquer, au mieux de jouer les trouble-fêtes, au pire de l’indifférer »43.

  • 44 Cf. Austin. J. L. : Quand dire, c’est faire. Paris, Seuil, 1970, passim.

46Car, nous l’avons dit, dans son surgissement historique comme dans la marginalité qui demeure, au sein du tohu-bohu « culturel », la sienne, la « Poésie sonore » ne répond — paradoxalement — à aucune « attente » : c’est que, précisément, de « lecture » en « performance » ou en « concert », elle la constitue ; tel est, au sens austinien, son caractère performatif44.

  • 45 Jakobson, Roman : op. cit., pp. 213 sq.
  • 46 Partition V, p. 66.
  • 47 Nous empruntons cette notion à Antoine Culioli ; cf., notamment, Eluerd, op. cit., pp. 114-122.
  • 48 Canal Street, disque II, pièce n° 13. Ici, comme pour les autres citations qui vont suivre, nous n (...)

47Mieux, déplaçant et bouleversant d’un coup tout le trop bel et trop fameux dispositif jakobsonien des « différents facteurs inaliénables de la communication verbale » et des « six fonctions de base » qui en découlent45, elle ne met pas seulement, ou non tant, l’accent sur le « destinateur » (« fonction émotive », assignable à la lyrique) ou sur « le message lui-même » (« fonction poétique » à proprement parler), mais, d’emblée, sur la réception — qui ne se réduit, certes pas, à la maigre et impérieuse « fonction conative » (centrée sur le « destinataire »). Et, donc, mettant l’accent, par le poème en acte — « Le poème visant à s’incarner dans son action même »46 —, sur la question, généralement éludée, de sa propre réception et, au-delà, de la réception de toute poésie et, au-delà, d’une authentique communication, elle produit ipso facto un effet de rupture et, à la fois, de commotion : « Eh. Que le poème éclate alors comme une bulle. Malgré tout. Ni plus ni moins. [...] Le poème fait ainsi sa rentrée dans le monde. Ou dans la foule. Avec le souci et le but de susciter une communication immédiate, physique et charnelle. »43 « Commotion », donc, pour une « communication » active et même, co-active — l’auditeur/spectateur n’étant plus rivé dans la situation du « récepteur »/« décodeur », mais, bien plutôt, promu, avec « le poète » et les autres, à la fonction, plus digne (mais moins douillette...), de co-énonciateur47 : « Cette participation requise de l’assistant, positive ou négative — il ne lui est pas demandé, d’emblée, d’approuver — résulte en définitive du climat quasi physique et concret dans lequel, de gré ou de force, il se trouve plongé, ses zones de sensibilité ou de réceptivité purement sensorielles ou émotionnelles devant être immédiatement touchées, concernées. Car le poème en se projetant doit agir comme un acide. Dessiller. Oxygéner. Thérapeutique en valant une autre. A effets... nuls ou bénéfiquement corrosifs. »46 D’où, chez Bernard Heidsieck plus spécifiquement et, plus particulièrement, dans Canal Street — où, par-dessus le marché, le poème ne cesse de désigner, verbalement et par maints procédés de « brouillage » ou de « saturation », la communication, tant comme bain technorationnel : « courant cen... tripète — ou... courant : centrifuge — pile... sèche — ou... pile... divergente — ou... transistor... in... connu [avec larsen et autres effets] »48, que, sous la pression de cet environnement dont le caractère aliénant se voit, ainsi, par ses propres moyens, exhibé (et principalement, à travers le sort qui y est fait à la langue et donc, au sujet : « communication... morte — ou : communication écartelée »48, c’est-à-dire, très explicitement :

  • 49 Ibid., disque II, pièce n° 16.

Mots... mots mots — mots : cernés — mots... mots : cernés — parqués — mots : parqués - mots... mots... coincés — parqués, coincés — mots... capturés — mots... mots mots — coincés, capturés — mots : contrôlés — capturés CAPTURES capturés — mots : contrôlés, contrôlés — fichés — mots... mots : contrôlés CONTROLES... mots — stockés — mots : stockés — mots, mots : miradorisés... ha ! !... ! mots — mots : CAPTÉS... [et ainsi de suite, avec échos de plus ou moins grande durée ou intensité, rapports de profondeur et de volume différenciés, etc., jusqu’à « statistiqués » et, au-delà, à ce commentaire final, stéréophoniquement dédoublé :] Ah ! ça suffit !... quoique ! Un four... Merde ! Communication — communication... Rigolade — et... rire jaune. Gangrène ou... l’hépatite généralisée : 1, 2, 3, nous y49

48Tant, donc, comme bain techno-rationnel que comme questionnement humain, avec tout ce qu’il peut comporter, charrier, de dérisoire :

  • 50 Ibid., dique I, pièce n° 1.

Mots — mots... spaghetti — des mots, des mots... — diarrhée — des mots, des mots... — vermicelle — des mots, des mots... — vermicelle... — des mots... — magnétique ! — des mots, des mots... — cascades — des mots, des mots... — flots, fuites, fleurs — des mots, des mots, des mots50

49ou de pathétique :

couler, couler, couler sans fin... et puis, et puis... se vautrer... dans l’ambiguïté... — faute de mieux ! ? jusqu’à l’extase ! ! ? — faute d’amarres, de pitons, de points fixes — faute... faute faute faute... — jusqu’à plus soif ! — aveuglément ! — non ! — pour ne rien dire ! — ah ! allez... allez... — rien ? — comment savoir ? — non... — tandis que cela... coule, n’en finit pas... de couler... [tout cela, d’une voix « coulante » que continue de scander, comme un battement, obsédant, le leitmotiv :] des mots, des mots, des mots, des mots, des mots, des mots, des mots —

50d’ou, disions-nous, chez Bernard Heidsieck, le recours — délibéré, à la fois critique et positif — « à la plus large gamme » des manipulations touchant, dans le concret de sa matière et de ses potentialités, au prétendu « support » (il s’agirait, dans la mesure où, comme on s’en rend compte, l’énoncé linguistique n’en sort pas indemne, d’une « fonction », non prévue par Jakobson, et orientée, précisément, vers le « canal »...) et, plus largement encore, aux expérimentations les plus diversifiées — tant au niveau de l’« écriture », que de l’« enregistrement », ou de la « réalisation » publique.

  • 51 Mais on peut la retrouver, à tout moment, en l’écoutant, dans Partition V, disque 2, face 2. et en (...)

51Nous avons déjà pu noter l’intérêt de ces bruits ambiants, directement prélevés sur le tissu sonore du monde urbain, politique, social, qui constitue notre environnement quotidien, et qui, après mixage, se surimprimant à la diction de la partie purement verbale (le « texte »), contribuent, non moins, à l’élaboration globale — à l’effet, au sens — du « poème sonore » tel qu’il demande à être perçu (le texte) : c’est le cas, respectivement, dans La poinçonneuse (ambiance de métro parisien), dans Démocratie (ambiance de débat à l’Assemblée), ou dans Convention collective (ambiance... indéfinissable !51).

  • 52 Ibid., disque 5, faces 1 et 2, et pp. 135-144.

52Il faudrait y ajouter ceux qui, — au même titre que les énoncés à « fonction métalinguistique » (tournée vers le « message », c’est-à-dire, ici, vers la question de la communication) qui font, essentiellement, la trame de Canal Street —, relevant des diverses techniques de « communication » et de nos habitudes en la matière, viennent encore surdéterminer celle-ci en tant que problématique majeure du poème : ainsi, « l’indicatif des PTT », la phrase : « ICI L’AUTOMA-TIQUE INTERURBAIN COMPOSEZ LES 8 CHIFFRES DU NUMÉRO NATIONAL DE VOTRE CORRESPONDANT », ou les différents bruits « de téléphone raccroché », « d’un numéro de téléphone en train d’être composé », « la sonnerie “occupé” », etc., dans Ruth Francken a téléphoné52...

  • 53 Ibid., p. 74.
  • 54 Ibid., p. 112.

53Mieux, à propos de La pénétration — mais gageons qu’il pourrait en aller de même de maint autre —, on lit, en guise de didascalie : « Ce mécano-poème n’est totalement achevé que lorsque se superposent à la charpente ci-après, dans un même enregistrement, les bruits ambiants, quels qu’ils soient, captés au hasard, au cours même de son audition. »53 Qu’est-ce à dire, sinon qu’il s’agit, dans tous les cas, de convoquer, au cœur même du poème, le plus grand nombre de composantes de Facte global dénonciation — à commencer par la situation d’énonciation elle-même ? Et tous les « co-énonciateurs » : n’est-ce pas, au-delà de l’anecdote plaisante et du flirt avec le « happening », ce qu’instaurent, performativement, la distribution de « langues de chat, rondes de préférence » et, pour « quelques participants », l’invitation « à venir sur scène, face au public, manger un gâteau », durant les « retransmissions publiques » de Bilan ou mâcher ses mots54 ?

54D’où, aussi bien, le travail spécifique dont fait l’objet le « texte », en tant qu’élément verbal — plutôt que linguistique — du poème. Le plus frappant, le plus décisif en est la non-linéarité — contraire au principe même de la « double articulation » ; obtenue par des procédés spécifiquement « textuels », mais surtout, on l’a vu, grâce aux ressources propres à l’enregistrement et à la manipulation directe des bandes enregistrées, elle combine, suivant des proportions variables d’un cas à l’autre, deux axes :

  • plusieurs voix, se chevauchant, entrent en occurrence, dialoguent, se brouillent, se cherchent, se fuient, en un mouvant puzzle de mots, de syllabes, où l’oreille, déboussolée, se perd, se retrouve, se perd encore, est incitée à faire l’épreuve de la multiplicité des énoncés possibles dans l’énoncé ;
  • chacune de ces voix, haletante, lacunaire, hésitante, s’interrompt, se reprend, s’interrompt encore, bondit, en avant, en arrière, fait sauter les maillons de la chaîne du sens, se répète, se répète, dérape, se répète !
  • 55 Ici, cette phrase de Gide, dans Les faux-monnayeurs : « Un peu d’invention le forcerait à bégayer. (...)
  • 56 Deleuze, Gilles/Guattari, Félix : Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980. p. 124. C’est nous qui soul (...)

55Ce n’est plus, dès lors, tel ou tel « texte » (telle « voix »), c’est un seul et même texte qui se prend à « bégayer » — soudain pris, et secoué, du démon de l’inventivité55 —, indiquant, par là, ce qu’il pourrait en être, pour le sujet, d’un usage de la langue émancipé de toutes les contraintes idéologiques et systémiques ; car, il s’agit bien de ce « bégaiement créateur » dont parlent Gilles Deleuze et Félix Guattari à propos, notamment, de Ghérasim Luca (mais aussi, de la partie verbale ou « textuelle » des films de Jean-Luc Godard), précisant : « Bégayer, c’est facile, mais être bègue du langage lui-même, c’est une autre affaire, qui met en variation tous les éléments linguistiques, et même les éléments non linguistiques, les variables d’expression et les variables de contenu. »56

  • 57 Ce n’est pas se prendre au piège de l’homonymie que de suggérer qu’Apollinaire avait entrevu cette (...)
  • 58 Nous empruntons ce terme, en nous l’appropriant, à Julia Kristeva, et à l’ouvrage auquel elle a do (...)
  • 59 Ainsi, précisément, dans Ruth Francken... ou, de manière, en quelque sorte, emblématique, dans Tu (...)

56A travers cette immense et perpétuelle « conversation »57 — dialogue, ou mieux : « polylogue »58 — que constitue « l’œuvre poétique de Bernard Heidsieck », dans laquelle la voix même du « Poète », ainsi pluralisée, conflictualisée, « émiettée », se trouve, en quelque sorte, aux prises avec elle-même (mais aussi bien, avec d’autres59), et, dans ce processus — ce « procès » —, se reconnaît « elle-même » autre — et cela, précisément, pour autant que l’énonciation de l’énoncé qu’infiniment elle module, intègre, de manière virtuelle ou actuelle, la totalité de son propre contexte (la « rumeur du monde ») et le caractère « immédiatement collectif » qui est, en acte (« en situation »), le sien —, c’est, radicalement, le statut de la langue, du sujet qui s’y constitue, de la poésie même — comme « genre », comme « pratique esthétique du langage » —, qui se voit, imparablement, irréparablement, bouleversé.

57Le sujet qui s’y donne à « lire » en effet — à entendre, à voir (et en cela, et hautement, la « Poésie sonore » relève du genre « lyrique ») — n’est autre (si l’on ose dire) que ce « sujet communicationnel », « interactif », originairement pluriel, non réifié, non clos — que nous tâchions de définir, négativement, tout à l’heure, par opposition avec celui qui ressortait, exsangue, de la conception structuraliste.

  • 60 L’expression, et la notion, sont empruntées à Christian Prigent, et à l’essai auquel il a donné ce (...)

58Dès lors — c’est clair —, « faire sortir le poème de la page »15, ce n’est pas, non, essentiellement, opposer « l’oral » à « l’écrit » : il y a une écriture « sonore », comme il y a une « voix-de-l’écrit »60 — et nous ne saurions décider de laquelle il s’agit (e), lorsque nous écoutons Artaud dans Pour en finir avec le jugement de Dieu. « Sonore », oui, historiquement, polémiquement, s’oppose à « silencieuse », mais au sens de « tacite », « vaine » : qui renonce à l’action — à tout son poteniel « illocutoire », ou « perlocutoire »44...

  • 61 On reste médusé — mais, n’est-ce pas, ce n’est là qu’un des effets (qui est en même temps une caus (...)
  • 62 Lautréamont : Poésies.

59Rimbaud arrache le poème à la « récitation », à la parole vaine, par la lettre : « voix-de-l’écrit », mutisme obstiné ; Heidsieck Farrache à l’écrit vain, à la « blancheur » — mais, aussi bien, à la « déclamation » —, par le « sonore » et par F « action » : écriture « sonore » — « à haute voix »61 —, « engagement ». La « Poésie sonore » de Heidsieck a les mêmes ennemis que la « poésie objective » de Rimbaud11 : ce sont les « Grandes-Têtes-Molles » que fustigeait Isidore Ducasse62 — les éternels tenants de la « vieillerie poétique », les ténors d’un frileux « lyrisme », réduit à l’expression d’un Moi hypostasié, ridicule ou odieux, et prétendant, quoi qu’il en soit, à la « maîtrise » ; ceux de Rimbaud parlaient trop, ceux de Heidsieck sacrifient aux prestiges du Silence — et en extraient la plus-value...

  • 63 Deleuze, Gilles/Guattari, Félix : Kafka, pour une littérature mineure. Paris, Minuit, 1975, p. 31. (...)
  • 64 Dans le « prière d’écouter » à Partition V’, op. cit., disque 6.
  • 65 Deleuze, Gilles/Guattari, Félix : op. cit., p. 33.

60En cela, et à travers cette lyrique polyphonique ou « dialogale » qu’elle inaugure, la « Poésie sonore » est bien, au sens deleuzeguattarien de ce terme, une forme, singulièrement représentative, de « littérature mineure » ; car, ici comme là, étant donnés les circonstances génériques de son apparition, et l’état présent du « marché de la culture », « les conditions ne sont pas données d’une énonciation individuée, qui serait celle de tel ou tel “maître”, et pourrait être séparée de l’énonciation collective »63. Et Fauteur s’en avise, affirmant, à l’adresse de son éditeur, que, « après tout ces textes auraient pu être faits par n’importe qui — par la foule, par tout l’extérieur qui est introduit sur la bande, sur le disque, et qui contribue habituellement, dans la mesure où je les ai utilisés, à constituer ces " passe-partout " »64 — ce qui n’est pas loin de prendre au mot ce vœu, généralement si mal compris, qu’inscrivait en ses Poésies le même Ducasse : « La poésie doit être faite par tous. Non par un. » Autrement dit : « Il n’y a que des agencements collectifs d’énonciation. »65

61« Poésie-action » : une lyrique pulsionnelle ?

62Nous voudrions, pour finir, esquisser une hypothèse.

  • 66 Heidsieck, Bernard : Canal Street, disque II. pièce n° 11.
  • 67 Auchlin, Antoine, cité, et glosé, par Eluerd, op. cit., pp. 194-195.

63Dans sa volonté de ne rien négliger des « usages ordinaires de la langue »28, la poésie de Bernard Heidsieck est volontiers, plus ou moins, saturée de ces « marqueurs de conversation » qui servent, aussi bien, à ne rien dire, à ne pas tout dire, à tout dire, et même plus, à converser, tout simplement, à se renvoyer la balle, en avant, en arrière, « de... l’un à l’autre »66 — c’est-à-dire, à la fois, à « délimiter les énoncés » et, « en les organisant les uns par rapport aux autres », à « les relier » : de sorte qu’au bout du compte — comme on Fa dit du « poème sonore » et des multiples voix dont il se compose — « une conversation produit un texte et un seul [texte signifiant ici énoncé oral] », lequel « se développe au cours de la conversation à des niveaux divers — [appelés] niveaux de textualisation »67.

64Il s’agit, on l’aura compris, de ces « « C’est comme ça c’est comme ça... » ou : « Hé ! » ou « N’est-ce pas ? » », dont il eût volontiers fait le titre de Partition V64, et qui, à la limite, peuvent constituer à eux seuls le tout de la partie verbale (le « texte ») d’un poème :

  • 68 Heidsieck, Bernard : Canal Street, disque I, pièce n° 8 ; « texte » dans Tartalacrème 3, p. 11.

bien que... sinon... après tout... et puis voilà... bien entendu... mais enfin... taratata... oh non... oui vraiment... non... de plus... à moins que... oui... oh... oh là là... [avec échos, et « mordant », plus ou moins l’un sur l’autre jusqu’à, quelquefois, se superposer]68.

65Il serait, dès lors, hasardeux de réduire ces formules, si insistantes, si envahissantes, à la très modeste « fonction phatique » (visant à accentuer le « contact ») que leur réserve Jakobson — et il est remarquable qu’à l’instar des « tenseurs » dont parlent Deuleuze et Guattari, elles n’aient, semble-t-il, aucun mal à entraîner dans leur sillage n’importe quel élément de la langue, même le plus fortement grammaticalisé : ainsi, précisément, la conjonction initiale de ce « texte ».

  • 69 Deleuze, Gilles/Guattari, Félix : Mille plateaux, op. cit., pp. 125-126. Il est clair que l’arrach (...)

66A propos d’une analyse quelque peu réductrice de quelques vers de Cummings, ils concluent, sans détour : « on évitera de croire que l’expression atypique soit produite par les formes correctes successives. C’est plutôt elle qui produit la mise en variation des formes correctes, et les arrache à leur état de constantes. L’expression atypique constitue une pointe de déterritorialisation de la langue, elle joue le rôle de tenseur, c’est-à-dire fait que la langue tend vers une limite de ses éléments, formes ou notions, vers un en deçà ou un au-delà de la langue. »69

67C’est l’« en deçà » qui, pour l’heure, nous retiendra. Nous souhaiterions qu’on y vît — qu’on y entendît — comme autant de manifestations, à la surface de l’énoncé, de cet indéfectible désir qui le sous-tend, et qu’il est permis de nommer : pulsion de communication.

  • 70 Freud, Sigmund : Esquisse d’une psychologie scientifique, in Naissance de la psychanalyse, Paris, (...)

68Manifestations, certes, volontiers douloureuses, car ce qui s’y joue, ce qui s’y répète, n’est autre que l’apprentissage, par l’enfant, du « principe de réalité », à travers une série de frustrations initiales dues à son incapacité, à ces « stades précoces », de réagir, de lui-même, à un « besoin de décharge » au moyen d’une « action spécifique qui ne peut être réalisée qu’avec une aide extérieure et au moment où l’attention d’une personne bien au courant se porte sur l’état de l’enfant. Ce dernier l’a alertée, du fait d’une décharge se produisant sur la voie des changements internes (par les cris de l’enfant, par exemple). La voie de décharge acquiert ainsi une fonction secondaire d’une extrême importance : celle de la compréhension mutuelle. »70

  • 71 Heidsieck, Bernard : Canal Street, disque I, pièce n° 5 ; « texte » dans Tartalacrème 7, pp. 6-7.

69N’est-ce pas, précisément, cela, qu’on entend, à travers ces deux voix, ces deux murmures de petites filles, embarrassées de leur langue, qui clapote, qui claque, de leur souffle, trop près, trouées d’effroi, d’espoir, de silence, de salive ravalée, de petits cris soudain, aigus, comme mal retenus, qui cherchent obstinément à se dire, à se fondre, au point, oui, de ne plus former qu’une seule « BOULE », qu’une seule « MASSE », de mots, de parole en gestation, en « travail », à peine, avec peine, dédoublée, décalée — au point, certes, de ne véritablement former qu’«  un texte et un seul », fait de deux « textes » identiques à l’exception de ce détail unique, vital, le nom de la « destinataire » : « Marie-Jacqueline », dans la bouche de Catherine, « Catherine », dans la bouche de Marie-Jacqueline ? Le poème — la voix même du poète — se fait, par l’écriture « à voix basse », bouche de petites sourdes-muettes — corps bruyant, qui s’efforce, douloureusement, espérément, vers le langage...71

  • 72 Freud, Sigmund : Esquisse d’une psychologie scientifique, op. cit., pp. 376-377. Le graphe Ψ y sym (...)

70Que les processus d’acquisition du langage dérivent, directement, de « l’épreuve de la satisfaction » qu’il décrivait un peu plus haut, c’est ce que Freud indique, maintenant, très explicitement : « L’innervation du langage est, originellement, une décharge qui se réalise au bénéfice de Ψ [...] ; c’est une partie de la voie aboutissant aux modifications internes, seul moyen de déversement tant que l’action spécifique n’est pas encore connue. Cette voie acquiert une fonction secondaire, elle doit attirer l’attention d’une personne secourable (qui est ordinairement l’objet désiré) sur les besoins et la détresse de l’enfant. Par ce moyen, qui va s’intégrer dans l’action spécifique, l’entente avec autrui se trouve assurée. » Puis il souligne, comme « un fait d’une extrême importance », que les cris suscités par l’objet qui est cause de souffrance, puissent « augmenter le caractère “hostile” de l’objet et servir à diriger l’attention vers une perception. Nos propres cris confèrent son caractère à l’objet [...]. Cette association fournit donc le moyen de rendre conscients des souvenirs pénibles et d’attirer sur eux l’attention : la première catégorie des souvenirs conscients se trouve par là créée. De là il ne reste que peu de pas à faire pour découvrir le langage. »72

71Et s’il fallait entendre toute l’œuvre poétique de Bernard Heidsieck comme une tentative obstinée — risquée, certes, infiniment — de ressaisir au plus près et, pour ainsi dire, de jeter sur le devant de la scène — quelles qu’en puissent être les conséquences — ce que nous aimerions appeler, détournant un titre célèbre : les bases pulsionnelles de la communication ?

Notes

1 Un éloquent symptôme de cette durable occultation est l’absence de toute trace de « poésie sonore ». non seulement dans l’Université et les canaux officiels ou. du moins, dominants (cela, on s’en doutait), mais dans la plupart — sinon la totalité — des anthologies ou numéros spéciaux, consacrés à la poésie française, ou francophone, contemporaine : ni mention, ni a fortiori textes cités, dans La nouvelle poésie française de Bernard Delvaille (Paris, Seghers, 1977), ni dans L’anthologie arbitraire d’une nouvelle poésie d’Henri Deluy (Paris, Flammarion, 1983) — bref article (de Michel Giroud), rejeté en fin de volume, dans la très copieuse Anthologie 80 publiée par le Castor Astral et l’Atelier de l’Agneau, Talence-Herstal, 1981 ; rien, non plus, lorsque l’auteur aborde la question de la « poésie orale », dans Jean-Marie Schaeffer, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ? (Paris, Seuil, 1989, pp. 84 sq.), ni. même lorsqu’il aborde la question de la « performance », de « l’oralité au présent », des « valeurs sociales de la voix », etc., chez Paul Zumthor, Introduction à la poésie orale (Paris, Seuil, 1983), où le point de vue adopté est à dominante anthropologique ; et lorsque, par extradordinaire, on lui accorde une place, ce n’est certes pas, voisinant en une stimulante confrontation avec les autres tendances de la poésie actuelle, parmi les pages d’un numéro, ou d’un volume, à caractère de bilan ou d’anthologie comme en publient, de loin en loin, revues ou collections à vocation littéraire affichée — pas une ligne, par exemple, dans le Magazine littéraire 247 (novembre 1987), pourtant titré : « 50 ans de poésie française » —, mais, à l’occasion de tel volume qui lui est alors, plus ou moins exclusivement (c’est-à-dire, moins ou plus inclusivement !), consacré : c’est évidemment le cas de Poésie sonore internationale d’Henri Chopin (Paris, Place, 1979) ou — dans une toute autre intention — de L’Acte pour l’Art d’Arnaud Labelle-Rojoux (Paris. Ed. Evidant, 1988) (et, on le voit aussitôt, le travail est alors fait, en quelque sorte, de l’intérieur et le support en est de moindre audience), ou encore, de tel numéro, où elle reçoit une large place, à l’initiative d’une revue ne traitant pas, par vocation, spécifiquement de littérature ou de poésie, mais d’autres domaines esthétiques, qu’il s’agisse de la musique ou des arts plastiques : ce fut le cas du précieux n° 40/41 d ‘Opus international (janvier 1973), qui réalisait, au moins partiellement, cette stimulante confrontation, comme l’indique assez bien le titre : « Poésie en question » ; c’est le cas aussi, bien sûr, du présent recueil...

2 Proches parentes, la sonore et la visuelle — comme le souligne, volontiers. Bernard Heidsieck : ainsi, récemment encore, dans un texte intitulé : " Notre " hémistiche, in Textuerre 63, Montpellier, hiver 1989 (p. 27) —, parce que leurs développements historiques, quoique spécifiques, maintes fois, se recoupent, que plusieurs pratiquent, simultanément ou alternativement, l’une et l’autre, et sans doute, surtout, parce qu’excédant les fonctions généralement dévolues à la signification linguistique (par la présence fortement signifiante du signe en l’un ou l’autre aspect de sa matérialité ou, plus significativement encore, en sa littéralité), loin de s’opposer l’une à l’autre, elles désignent l’une et l’autre deux tendances extrêmes où se manifeste l’intention proprement littéraire — c’est-à-dire, esthétique — de la littérature : telle est, on l’aura compris, l’idée dont se soutiennent les quelques réflexions qui vont suivre — et qui justifiait déjà, dans le numéro d’Opus précédemment cité, la juxtaposition de rubriques intitulées successivement : « Poésie visuelle », « Typoésie », mais aussi « Electric Generation », sans oblier la « concrète », comme autant de différenciations génériques mettant — de l’intérieur — la « poésie en question ».

3 Ce n’est évidemment pas le lieu, ici, de développer cette question ; disons seulement que notre point de vue dérive, ici, de celui que soutenait Gérard Genette dans Introduction à l’architexte (Paris. Seuil, 1979), repris dans Théone des genres (même éditeur, 1986).

4 Cf. Badiou, Alain : Manifeste pour la philosophie, Paris, Seuil, 1989. pp. 35-40.

5 Cf. par exemple, Jauss : « L’œuvre d’art, même en tant que pure expression de l’individuel (ce que Croce généralise à tort dans son esthétique du vécu et du génie), est cependant conditionnée par Γ " altérité ", c’est-à-dire par la relation avec l’autre comme conscience compréhensive. Même là où, pure création de langage, elle nie ou dépasse toutes les attentes, elle suppose des informations préalables ou une orientation de l’attente, à laquelle se mesure l’originalité et la nouveauté — cet horizon de l’attente qui, pour le lecteur, se constitue par une tradition ou une série d’œuvres déjà connues et par l’état d’esprit spécifique suscité, avec l’apparition de l’œuvre nouvelle, par son genre et ses règles de jeu. » (Littérature médiévale et théorie des genres, in Théorie des genres, op. cit., pp. 41-42. C’est nous qui soulignons). — On le sent bien, l’auteur conclura à l’impossibilité de l’œuvre surgissant contre (ou hors) toute attente ; ce n’est pas notre cas, mais c’est bien dans sa problématique que se trouvent liés la question de l’attente — et, par là, celle, plus globale, de la réception — et le point de vue générique — qui n’est donc pas seulement génétique.

6 Bernard Heidsieck confie tous les secrets de fabrication de Démocratie I et II, assortis, comme il le fait volontiers, de considérations plus générales sur sa démarche, dans L’Ennemi n° 1 (Paris, Bourgois, 1980) ; c’est de là (p. 51) que proviennent les quelques précisions techniques que nous citons un peu plus loin.

7 Bobillot, Jean-Pierre : Le ver (s) dans le fruit trop mûr de la lyrique et du récit, in Procope 1, Paris, éd. du Cerf, janvier 1990.

8 Op. cit., p. 23.

9 Ainsi, Bernard Heidsieck évoque-t-il volontiers sa démarche en termes de poésie « engagée », dans ses rapports, non dénués de violence, de rage, et en même temps d’humour, avec le « quotidien » : « Car l’horreur est à ce point incrustée dans le quotidien, qu’il en résulte une sorte d’érosion de la sensibilité générale. [...] Mais aussi, pour le poème, la brêche, la fissure par où s’introduire, s’engouffrer et plonger. Pour, au-delà du témoignage, tenter d’être efficace. » (Partition V, Paris, Le Soleil Noir, 1973, pp. 85-84.)

10 D’où, fallacieuse réponse, cette surenchère idéologique, à laquelle on assiste aujourd’hui, sur le thème de la « communication » : pub, intox et minitel rose...

11 Lettre à Paul Demeny du 15 mai 1871.

12 Rimbaud, Arthur : in Divagations, Paris, Gallimard, p. 124.

13 Passim, par exemple, dans tous les textes à valeur, tout ou partie, de manifestes, que nous citons ici.

14 Rimbaud, Marx et Freud, pour commencer (et pour simplifier)...

15 Heidsieck, Bernard : Poésie sonore et musique, in Tartalacrème 21, Pontault-Combault, juin 1982, p. 30 ; de même, les deux citations suivantes de Bernard Heidsieck.

16 « Préface » à Un coup de Dés jamais n’abolira le hasard.

17 Ce n’est pas, certes, par hasard que nous rencontrons ici Baudelaire, initiateur de la Modernité...

18 C’est, précisément, le titre de l’ouvrage dans lequel Henri Lefebvre, la débusquant en tant que telle, la dénonce (Paris, Seuil, repris des éd. Anthropos, 1971).

19 de Saussure, Ferdinand : Cours de linguistique générale, Paris, Pavot. 1972, p. 55.

20 Ibid., pp. 51-52.

21 Ibid., passim, pp. 45-55.

22 “Notre” hémistiche, op. cit., p. 26. (Cf. note 2)

23 Poésie sonore et musique, op. cit., p. 29. (Cf. note 15)

24 de Saussure, Ferdinand : op. cit., pp. 38-39.

25 Ibid., p. 37.

26 Nous n’y reviendrons plus, mais nous ne voudrions pas, pour autant, qu’on nous taxe d’hostilité systématique et de mauvaise foi réductrice à l’égard de Saussure : qu’il soit donc entendu, une fois pour toutes, que nous savons bien que la réflexion de Saussure ne se limite, ni à son Cours tel qu’il nous est parvenu, ni à l’idéologie qui s’en dégage et que d’autres se sont chargés de « durcir »... Renvoyons, pour toutes ces questions, à Louis-Jean Calvet, Pour et contre Saussure (Paris, Payot, 1975, passim), et, d’un point de vue plus polémique, à notre Momie de Roland Barthes (Montpellier, Cadex, 1989, passim, notamment pp. 45-67).

27 de Saussure, Ferdinand : op. cit., pp. 37-38.

28 Notre analyse recoupe en bien des points l’argumentation proposée par Roland Eluerd, La pragmatique linguistique (Paris, Nathan. 1985), notamment en ce qui concerne la question de « l’exclusion de la parole » et des « trois exclusions » en lesquelles elle se résoud : « l’exclusion des sujets parlants ordinaires », « l’exclusion du contexte ordinaire mondain », « l’exclusion des usages ordinaires de la langue », qui déterminent les grandes articulations de cet ouvrage.

29 Ainsi, André Martinet : « Une langue est instrument de communication selon lequel l’expérience humaine s’analyse, différemment dans chaque communauté, en unités douées d’un contenu sémantique et d’une expression phonique, les monèmes ; cette expression phonique s’articule à son tour en unités distinctives et successives, les phonèmes, en nombre déterminé dans chaque langue » (Eléments de linguistique générale, Paris, Colin, 1960, paragraphe 1. 14) ; mais aussi, plus récemment, dans un volume dont le titre, superbement, exclut de la discipline qu’il désigne toutes les tendances les plus novatrices que l’on peut, commodément, regrouper sous le terme de « pragmatique ». Mortéza Mahmoudian peut-il surenchérir, en précisant : « Double articulation et organisation sui generis » (soit : les deux composantes du postulat systémique) « sont, dans notre conception, des conséquences découlant de deux propriétés fondamentales du langage (soit fonction communicative et omnipotence sémiotique). » (La linguistique, Paris, Seghers, 1982, p. 74).

30 Le poétique et l’analogique, in Sémantique de la poésie, Paris, « Points » Seuil. 1979, pp. 166-167.

31 de Saussure, Ferdinand : op. cit., p. 56.

32 Ce qu’admet fort bien Heidsieck qui, même lorsqu’il se démarque nettement d’une poésie purement « phonétique » ou « du néo-phonétisme issu de Dada », dans l’idée que « le fait de sortir de la page n’implique pas obligatoirement l’abandon de la sémantique » (Entretien avec G. -G. Lemaire et Ph. Mikriammos. in Colloque de Tanger, Bourgois, Paris, 1976, tome 1, pp. 364 et 367), ne l’exclut pas pour autant de l’espace poétique où s’inscrit la « Poésie sonore », et en fait même l’un des « quatre courants » qui la « traversent » et qui. plus fondamentalement. « la constituent ». (Poésie action Poésie sonore 1955-1975, texte du catalogue de l’exposition, Atelier Annick Le Moine, Paris, 1976, pp. 5 sq.)

33 De Canal Street... à Canal Street, in Colloque de Tanger, tome 2, pp. 159-167, passim.

34 Point de départ : 1973, élaboration : 1974-1976, « performances » : 1978-..., Disque : 1986.

35 Nous empruntons la notion, et le type d’argumentation, à Jean Ricardou, cf., par exemple, Le nouveau roman, Paris, Seuil, 1973, pp. 32 sq.

36 Jacobson, Roman : Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, 1963, p. 32.

37 Nous empruntons, dans une perspective nôtre, cette notion à Jürgen Habermas ; cf. par exemple. Le discours philosophique de la modernité, Paris, Gallimard, 1988, passim et, notamment, pp. 348 sq.

38 Notre « raison instrumentale » n’est autre, bien évidemment, que celle de Theodor W. Adorno ; cf. à ce propos, Habermas, op. cit., pp. 128 sq. ; et notre « technique », non moins évidemment, est bien celle de Heidegger — mais sans l’assimilation pure et simple à la « modernité », et les conséquences fâcheuses qui s’y attachent ; cf. par exemple, Ferry, Luc/Renault. Alain : Heidegger et les Modernes, Paris, Grasset, 1988, pp. 124 sq.

39 Divagations, passim.

40 Jacobson, Roman : op. cit., pp. 32-33.

41 Heidsieck, Bernard : Parition V, op. cit., p. 69.

42 Ibid., p. 83.

43 Ibid., p. 89.

44 Cf. Austin. J. L. : Quand dire, c’est faire. Paris, Seuil, 1970, passim.

45 Jakobson, Roman : op. cit., pp. 213 sq.

46 Partition V, p. 66.

47 Nous empruntons cette notion à Antoine Culioli ; cf., notamment, Eluerd, op. cit., pp. 114-122.

48 Canal Street, disque II, pièce n° 13. Ici, comme pour les autres citations qui vont suivre, nous ne nous reportons pas à la « partition » de l’auteur, mais proposons une transcription qui voudrait, d’abord, rendre au plus près notre propre écoute de ces « textes », et même, dans la mesure du possible, de ces textes — tâchant, par là, de jouer à plein le rôle de co-énonciateur qui, dans cette situation, nous échoit...

49 Ibid., disque II, pièce n° 16.

50 Ibid., dique I, pièce n° 1.

51 Mais on peut la retrouver, à tout moment, en l’écoutant, dans Partition V, disque 2, face 2. et en mieux distinguer les ingrédients, à l’aide de la partition qui en est donnée, ibid., pp. 93-96.

52 Ibid., disque 5, faces 1 et 2, et pp. 135-144.

53 Ibid., p. 74.

54 Ibid., p. 112.

55 Ici, cette phrase de Gide, dans Les faux-monnayeurs : « Un peu d’invention le forcerait à bégayer. »

56 Deleuze, Gilles/Guattari, Félix : Mille plateaux, Paris, Minuit, 1980. p. 124. C’est nous qui soulignons.

57 Ce n’est pas se prendre au piège de l’homonymie que de suggérer qu’Apollinaire avait entrevu cette potentialité du poème, dans ses « poèmes-conversations ».

58 Nous empruntons ce terme, en nous l’appropriant, à Julia Kristeva, et à l’ouvrage auquel elle a donné ce titre (Paris, Seuil, 1977).

59 Ainsi, précisément, dans Ruth Francken... ou, de manière, en quelque sorte, emblématique, dans Tu viens chéri (e), publié dans l’album Ρ puissance B, Radiotaxi, « Vibrazioni del sonoro » n° 7, Lotta poetica & Studio Morra. Vérone-Naples.

60 L’expression, et la notion, sont empruntées à Christian Prigent, et à l’essai auquel il a donné ce titre (éd. Nèpe, 1987) ; c’est bien évidemment d’elle, aussi, qu’il est question, dans La langue et ses monstres (Montpellier, Cadex, 1989, passim).

61 On reste médusé — mais, n’est-ce pas, ce n’est là qu’un des effets (qui est en même temps une cause) de l’occultation dont nous parlions au début du présent article — de lire à l’irréel, sous la plume de Roland Barthes. ces considérations : « S’il était possible d’imaginer une esthétique du plaisir textuel, il faudrait y inclure : l’écriture à haute voix. Cette écriture vocale (qui n’est pas du tout la parole), on ne la pratique pas [ !], mais c’est sans doute elle que recommandait Artaud et que demande Sollers [ ?]. Parlons-en comme si elle existait [ !]. [...] l’écriture à haute voix n’est pas phonologique, mais phonétique ; son objectif n’est pas la clarté des messages, le théâtre des émotions ; ce qu’elle cherche (dans une perspective de jouissance), ce sont les incidents pulsionnels, c’est le langage tapissé de peau, un texte où l’on puisse entendre le grain du gosier, la patine des consonnes, la volupté des voyelles, toute une stéréophonie de la chair profonde. » (Plaisir du texte, Paris, Seuil, 1973, pp. 104-105.) — Quel dommage que Roland Barthes n’ait jamais eu vent de Bernard Heidsieck !

62 Lautréamont : Poésies.

63 Deleuze, Gilles/Guattari, Félix : Kafka, pour une littérature mineure. Paris, Minuit, 1975, p. 31. Aucune connotation péjorative, évidemment, chez eux, ne s’attache à l’épithète « mineure » : bien au contraire !

64 Dans le « prière d’écouter » à Partition V’, op. cit., disque 6.

65 Deleuze, Gilles/Guattari, Félix : op. cit., p. 33.

66 Heidsieck, Bernard : Canal Street, disque II. pièce n° 11.

67 Auchlin, Antoine, cité, et glosé, par Eluerd, op. cit., pp. 194-195.

68 Heidsieck, Bernard : Canal Street, disque I, pièce n° 8 ; « texte » dans Tartalacrème 3, p. 11.

69 Deleuze, Gilles/Guattari, Félix : Mille plateaux, op. cit., pp. 125-126. Il est clair que l’arrachement du poème à la page constitue, pour la poésie, aujourd’hui, la détenitorialisation par excellence — à condition, toutefois, de ne pas déboucher sur une quelconque reterritorialisation, qui ferait ressembler la « poésie sonore » à de la « poésie écrite », lorsqu’elle est « dite »...

70 Freud, Sigmund : Esquisse d’une psychologie scientifique, in Naissance de la psychanalyse, Paris, P. U. F., 1973, p. 336.

71 Heidsieck, Bernard : Canal Street, disque I, pièce n° 5 ; « texte » dans Tartalacrème 7, pp. 6-7.

72 Freud, Sigmund : Esquisse d’une psychologie scientifique, op. cit., pp. 376-377. Le graphe Ψ y symbolise une catégorie particulière de neurones qui ont pour trait spécifique d’être « imperméables (résistants et rétenteurs de quantité) » (ibid., p. 320). Rappelons que tout ce travail préliminaire aux grandes découvertes et aux grands textes de Freud repose sur le « principe de l’inertie des neurones » (ibid., p. 316).

© Éditions Contrechamps, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search