Version classiqueVersion mobile

Poésies sonores

 | 
Vincent Barras
, 
Nicolas Zubrugg

Erns Jandl : cas unique - idées subites

Ecrire sous le signe de Saturne

Eríka Tunner
Traduction de Paule Paparou-Laplace

Texte intégral

  • 1 Das Oeffnen und Schliessen des Mundes, Frankfurter Pœtik-Vorlesung (L’ouvrir et le fermer de la bou (...)
  • 2 Jeu de langage intraduisible en français ; « Einfall » signifie idée subite, inspiration soudaine, (...)

1Durant le semestre d’hiver 1984/85, Ernst Jandl donna cinq conférences de poétique à Francfort. Dans la quatrième, il mentionne qu’il s’est acheté, avec ses honoraires, le Dictionnaire allemand de Grimm, dans « son édition complète en 33 volumes »1. Immédiatement il se met à y puiser, à la manière jandlienne, entre « hüm », « hüm, hüm » et « humlich », qui se trouvent effectivement, comme il l’indique, dans le 10e volume, à la page 1903. Ensuite vient « Hummel » (bourdon), ce qui lui a manifestement moins plu, bien que « Hummelhirn » signifie « plein d’idées saugrenues ». Que donnent Jacob et Wilhelm sous « Einfall », pour lequel il ne s’est pas trouvé de « Zweifall », ni de « Mehrfall », ni de « Vielfall »2 ? Un cas unique et un cas unique, et encore un cas unique, cela fait trois cas uniques, même les frères savants ne le voient pas autrement. Pourtant, il est possible que chez Jandl, du fait de sa préférence toujours croissante pour les formes potentielles, trois cas uniques donnent un cas triple, et, dans un mouvement répété d’ensemencement, génèrent à nouveau un cas triple, une série de cas triples donc, pour laquelle le célèbre dictionnaire ne donne pas encore d’exemples : ils ne se sont en effet que récemment réalisés, pour ainsi dire programmatiquement, dans l’atelier d’Ernst Jandl, en l’an 1981, avec l’opéra parlé Aus der Fremde (De l’étranger). Grimm le Jeune et Grimm l’Ancien mentionnent « Einfall » au sens de « ruina », « Einsturz » (écroulement), quelque chose qui s’effondre. Plus loin comme « subita cogitatio », comme inspiration subite, laquelle peut à son tour se révéler être un « Glücksfall » (cas heureux) ou devenir un cas contraire, et qui donne naissance à de l’inattendu et à du comique ou occasionne une peur ordinaire. De cas en cas, tout cela est le cas chez Ernst Jandl. Il œuvre avec un allemand régressif, avec une langue « déchue », où la syntaxe double systématiquement l’ordonnancement préétabli :

  • 3 Schreiben und reden in einen heruntergekommenen sprachen
    sein ein demonstrieren, sein ein es zeigen,
    (...)

Ecrire et parler dans une langue déchue
être une démonstration, être un étalage de jusqu’où
c’en est arrivé avec une telle langue3.

2Par ailleurs, il rassemble en un éclair ce qui semblait écroulé et le constitue en de nouvelles possibilités de parler, ou bien il engendre de l’acoustique et du visuel, qui, pour paraître puéril et périmé, n’en est pas moins sérieux :

  • 4 wenn vor sich hin
    er ein wort stelle
    und sei es auch
    das gewöhnlichste
    wort von alien
    wie rasch habe
    er e
    (...)

boîte à musique
quand il poserait
un mot devant lui
et fût-ce même
le plus ordinaire
de tous
combien vite
l’aurait-t-il retourné
fuyant à tire d’ailes augmentant
son potentiel
de cendres4.

  • 5 Das Öffnen und Schliessen des Mundes, loc. cit., p. 124.
  • 6 Allusion au Faust de Goethe. (N. d. T.)

3Les situations quotidiennes peuvent constituer, dans la langue de tous les jours, les facteurs déclencheurs d’idées subites qui à leur tour vont être stylisées en une langue artistique où, pour ainsi dire en un tournemain, le conditionnel vient aussi couramment qu’ailleurs l’indicatif, et où la troisième personne devient la première, ou bien la première la troisième, puisque la première personne est de toute façon aussi exactement une troisième, et que la troisième est bien plus exactement une première que la première ne saurait l’être. « Que je me nomme je, ou que je me nomme il, ou que je me nomme, en tant que femme, elle, ou que je me nomme, en tant que femme ou homme, tu — cela fait toujours un, eu égard à den. »5 Il est naturellement difficile de rétorquer quelque chose à cela. Un (je) et trois (il/elle) et deux (tu) ne font pas six, mais bien un, et un devient rien — et cela reste un Einfall au sens de « ruine », par quoi le calcul et le livret de sorcière6 disparaissent aussi.

  • 7 die schone kunst des schreibens, Darmstadt et Neuwied, Luchterhand, 1983, p. 27.

4Ernst Jandl a lui-même proposé une sorte de classification de ses poèmes : poèmes dans la langue quotidienne ou normale (comme par exemple : donnerstag [jeudi]), poèmes parlés (comme par exemple : bestianum), poèmes sonores, qui ont un pied dans la poésie et l’autre dans la musique (comme par exemple : Dogling/fuckly/wockling/fruggly/wugling), et poèmes visuels, qui se combinent avec des éléments graphiques (comme par exemple : erschaffung der eva [création d’ève]). Cependant, tout mode de classification produit ses métastases, et l’on trouve ainsi dans la production lyrique de Jandl des formes mélangées et des formes intermédiaires, et des exceptions notables sortant de tout ordre ou désordre. Jandl en est bien entendu tout à fait conscient et il est à la recherche de l’« indice d’une certaine continuité », qui se signale pour lui dans le poème zeichen... (signes). Ce poème apparaît effectivement comme une sorte de « repérage » : bien qu’il ait été créé en 1953 déjà en Angleterre, Jandl y voit, plus de trente ans après, un « programme »7 :

  • 8 zerbrochen sind die harmonischen krüge
    die teller mit dem griechengesicht,
    die vergoldeten kopfe der
    (...)

cassées les cruches harmonieuses
les assiettes à visage grec,
les bustes dorés des classiques —
mais la glaise et l’eau poursuivent leur tour
dans les cabanes des potiers8.

5Il est question des objets brisés d’une production passée (« Einfall » au sens de « Einsturz », de « ruina »). Mais, parallèlement, l’accent est mis sur la continuité : « la glaise et l’eau poursuivent leur tour » (« Einfall » au sens d’« inspiration »). Ce que l’on a à dire n’est peut-être justement pas durable, mais en ce qui concerne la façon de le dire, il existe un nombre indéfini de possibilités, ce qui fait que, paradoxalement, la durée est à nouveau engendrée.

6Les commentaires d’Ernst Jandl à propos de ses propres poèmes sont relativement nombreux. On peut lire les plus importants dans Die schöne Kunst des Schreibens (Le bel art d’écrire) ainsi que dans les conférences de Francfort sus-mentionnées. En outre, à chaque lecture publique d’Ernst Jandl, on peut entendre une auto-interprétation : comme presqu’aucun autre poète, Ernst Jandl possède « le bel art de parler », et son art exceptionnel de l’exposé enrichit considérablement la compréhension de ses textes ainsi que le plaisir qu’on y prend. Les interprétations que d’autres ont données des œuvres de Jandl sont, comme on peut s’y attendre, encore plus nombreuses que ses auto-interprétations et, ce qui est révélateur, n’émanent pas seulement de la plume de critiques littéraires, mais aussi de celle d’écrivains, parce que la production lyrique de Jandl a le pouvoir de libérer les forces imaginatives et de pousser à l’écriture créative.

  • 9 Sprachwitz signifie à la fois « jeu de mot » et « esprit de la langue ». (N. d. T.)

7Les commentateurs partent souvent d’une analyse de la langue et se concentrent sur les clowneries linguistiques, parmi lesquelles des distorsions (Verballhomungen), des contrepèteries, des calembours, — l’académie allemande pour la langue et la poésie a cependant décerné en 1984 à Ernst Jandl le Prix Büchner pour son « inépuisable esprit de la langue » (Sprachwitz9). On discute également la question des modèles possibles, comme Joyce ou Christian Morgenstern, celle de la tradition, de Mallarmé à Schwitters. On pourrait ajouter Queneau et mentionner aussi les limericks (Ernst Jandl est familier de la littérature française et anglaise). La poésie concrète et expérimentale, que l’on étudie assez souvent en relation avec Ernst Jandl, est plutôt le fait de l’espace germanophone ; un de ses plus grands centres de gravité (il vaudrait mieux dire : centre de légèreté) se trouve indéniablement à Vienne. Mais aussi la magie de la langue, le mysticisme et le scepticisme de la langue, qui déterminent sans aucun doute le travail artistique de Jandl, passent, au moins depuis Hofmannsthal, pour être une obsession autrichienne ; la critique littéraire sur Jandl tire profit des écrits de Fritz Mauthner, de Ludwig Wittgenstein ou d’Oswald Wiener. Bien que la magie et le scepticisme de la langue déterminent largement la littérature autrichienne, ils ne sont cependant pas exclusivement, et peut-être pas même spécifiquement, un phénomène autrichien. On trouve quelque chose de tout à fait semblable, ou de très apparenté, chez les romantiques allemands. Pensons ici à Clemens Brentano, car Ernst Jandl lui-même a pensé à Clemens Brentano. Il a réuni ses « Brentano-Gedichte » (Poèmes sur Brentano) dans le volume serienfuss (pied de série) :

ligne se rattachant
à 1 ligne
de clemens brentano
se rattachant
à 3 lignes
de clemens brentano
raccourcir un sonnet
de clemens brentano
avec des bananes,

8et finalement :

  • 10 zeile an 1 zeile
    von clemens brentano
    sich anschliessend
    an 3 zeilen
    von clemens brentano
    sich anschlies
    (...)

se rattachant
à une strophe
de clemens brentano10.

  • 11 Ein Fischer sass im Kahne,
    ihm war das Herz so schwer,
    Sein Lieb war ihm gestorben,
    Das glaubt er nimm
    (...)

9Ce dernier poème reprend le célèbre quatrain de Brentano : « Un pêcheur était dans sa barque/Il avait le cœur si lourd/Son amour était mort/Il ne le croira plus jamais »11 et pleure ensuite la mort de l’aimée d’une façon unique, originale, à la façon précisément inimitable qui est celle de Jandl.

  • 12 Brentano, Clemens : Briefe, vol. 2, Friedrich Seebass (éd.), Nuremberg, Hans Carl Verlag, 1951, p. (...)

10Mais revenons-en à Brentano. Dans une lettre à E. T. A. Hoffmann, datant de 1816, il anticipe sur la problématique qu’Hofmannsthal formule en 1902 dans la lettre de Lord Chandos à Francis Bacon : « Cher Hoffmann, je suis malheureusement si vieux que les mots me sortent de la gueule avec mes sentiments, non pas comme des habitants légitimes, mais comme des souris, des fauves, des voleurs, des amants, et autres fugitifs » écrit Brentano à 38 ans12. Lui aussi a perdu la capacité de réfléchir ou de parler de quoi que ce soit d’une façon cohérente, comme ce sera le cas chez Hofmannsthal. Les mots ne « sortent » pas « de la gueule » de Lord Chandos, mais ils se décomposent dans sa bouche « comme des champignons pourris ».

  • 13 Ibid. p. 182.

11En plus du scepticisme de la langue, il y a chez Brentano cette magie de la langue que, plus que tous les autres romantiques, il a portée à son paroxysme artistique dans ses poèmes sonores. En outre, tout l’œuvre de Brentano est empreint de cette double activité du trait d’esprit et de la mélancolie, qui représente dans la vie et l’écriture de Jandl un fil conducteur, dont la mélancolie forme de plus en plus la note fondamentale ou, pour ainsi dire, la basse continue de ses poèmes. Dans une lettre de 1816 adressée à son amie Luise Hensel à Berlin, Brentano écrit : « Je saisis la plupart des choses, où qu’elles émergent de leur surface plane, avec ce qu’on appelle le Witz (trait d’esprit, sensibilité au trait d’esprit), qui est tout, au point qu’il ne peut hélas pas être un. C’est précisément parce que le Witz affuble de ce mépris de l’éphémère, comme d’une ironie, l’appréhension rapide, habile et affairée des choses, ou parce que l’ironie est l’ombre du Witz, que je passe souvent pour quelqu’un de spirituel et de bon vivant, alors qu’intérieurement mon cœur se brise, par mépris pour les choses passagères. »13

  • 14 Voir à ce sujet le travail mélancolico-spirituel de Ulrich Horstmann : Der lange Schatten der Melan (...)

12Il n’est point besoin d’apprendre à ceux qui se sont trouvés une fois en compagnie d’Ernst Jandl à quel point il peut être plein d’esprit et, en plus de cela, de bonne compagnie. Laissons en suspens la seconde moitié de la proposition de Brentano, tant pour lui-même que pour Jandl. Rappelons néanmoins que le trait d’esprit des hommes mélancoliques est le plus irrésistible qui soit. Ainsi, le 30 novembre 1807, après avoir lu l’ouvrage aujourd’hui encore le plus célèbre sur le thème, le traité de Robert Burton Anatomy of Melancholy, paru en 1621, Byron notait-il que c’était là le pot-pourri de citations et d’anecdotes classiques le plus divertissant qu’il ait jamais lu14. Dans une sorte de chapeau de sa pièce Aus der Fremde, Ernst Jandl déclare à propos des personnages, de la diction, de la bande préenregistrée et de l’ambiance : « L’ambiance de la pièce est proche du tragique. C’est pourquoi il faut absolument éviter, dans la parole comme dans le geste, toute ombre de comique ou de grotesque ; c’est justement par là que le trait d’esprit et l’ironie, où qu’ils apparaissent dans le texte, atteindront un effet particulier. »

13Dans les Problemata Physica, attribués à Aristote, la question est posée de savoir pourquoi toutes les natures exceptionnelles, et parmi elles les poètes et les artistes, sont des mélancoliques. En fait, la mélancolie semble précisément toucher les plus doués, pour qui (quand ils ont de la chance) elle devient une muse : la poésie-thérapie. La langue-thérapie : en elle, « celui qui est perdu au monde “gagne” son propre monde », comme Nietzsche le fait dire à Zarathustra.

  • 15 Le titre de ce poème est une contraction — toutes les voyelles sont supprimées — du mot « schützeng (...)
  • 16 Op. cit., p. 59. Das Offnen und Schliessen des Mundes, loc. cit., p. 121.

14De nombreux poèmes d’Ernst Jandl ont un thème qui concerne un large public, voire l’humanité entière. Par exemple le thème de la guerre : schtzngrmm15, ou encore Wien-Heldenplatz (Vienne : Place des Héros), texte maintes fois interprété, et notamment par l’auteur lui-même, sont devenus célèbres. En outre, on trouve chez Jandl un nombre frappant de traits autobiographiques, à ne saisir nullement sous le seul angle du « purement privé ». « Vous pouvez toujours me contredire en me renvoyant à des cas particuliers, mais dans leur grande majorité, mes poèmes ont chacun un lien avec des faits vécus, avec des expériences, avec des observations et leur souvenir », reconnaît Jandl dans Die schöne Kunst des Schreibens16. Certes, liton dans le poème hommentar,

que jamais
il n’écrirait
son autobiographie,

  • 17 Op. cit., p. 59. Das Offnen und Schliessen des Mundes, loc. cit., p. 121.

15pourtant Ernst Jandl parle de hommentar comme de l’« enregistrement d’un moment » ou comme d’un « autoportrait, avec grimace », et il ajoute : « en somme le concept d’“autoportrait” pourrait s’appliquer à bien des poèmes »17.

  • 18 Ibid., p. 103.

16Aus der Fremde et selbstporträt des schachspielers als tnnhende uhr (autoportrait du joueur d’échecs en horloge buvante) sont abondamment commentés par l’auteur dans la cinquième de ses conférences de poétique de Francfort. A la fin de la quatrième conférence déjà, les deux œuvres sont introduites par la remarque suivante : « L’auteur s’est réservé la dernière conférence pour sa propre vie. Pour quoi ? Pour quoi en fait ? Pour quoi donc ? »18

17Laissons de côté la question du « pour quoi ? », à laquelle de toute façon il n’y a pas lieu de répondre. Comment la « propre vie » de Jandl, dont il ressent manifestement le besoin de parler, apparaît-elle dans une sorte d’autoanalyse qui fait du matériau de la réalité une substance de la poésie ?

18Depuis l’opéra parlé Ans der Fremde et le recueil de poèmes der gelbe hund (le chien jaune), parus simultanément, le moi de l’auteur investit de plus en plus fortement le premier plan ; c’est un moi endommagé, qui crée à partir de l’échec, voire qui fait de l’échec l’objet de sa poésie. De fait, Jandl exprime par là une détresse personnelle, mais il participe en même temps aussi d’une grande tradition autrichienne, qui s’étend de Stifter à Thomas Bernhard, et qui est également perceptible dans des textes plus populaires, comme le Wiener Lied (chanson viennoise) par exemple, auquel des noms tels que Hans Moser, Paul Horbiger et beaucoup d’autres resteront indissolublement liés : on y chante inlassablement « un p’tit morceau de béatitude » et en même temps aussi l’adieu au monde, où l’on n’est pas vraiment devenu grand chose, peut-être parce qu’on ne l’a pas voulu, à quoi bon, les aiguilles de la vieille horloge continuent de tourner, on oublie dans le vin, ou on fait comme si, jusqu’à ce que tombe le « couvre-feu » dans chaque taverne et pour chacun d’entre nous, là tu peux rien y faire, ma foi c’est comme ça... le temps. « einziges kapital/die zeit » (capital unique/le temps) lit-on dans A us der Fremde. Ne sommes-nous pas invités dans la Bible à faire fructifier notre talent ? De le mettre à profit et de ne pas le gaspiller ? Bien sûr : qu’est-ce que « mettre à profit », qu’est-ce que « gaspiller » ? Là où tout est un, en regard de rien...

  • 19 Jean Paul : Werke, vol. 5, Norbert Miller (éd.), Munich. Carl Hanser, 1963. pp 135 sqq.

19Aus der Fremde se compose de sept scènes, dans lesquelles il est question du déroulement de la journée (de la vie) d’un homme, d’un soir au soir suivant. Trois personnages sont en scène ; ils parlent constamment d’eux-mêmes à la troisième personne et sont désignés par « il », « elle », et « il 2 ». A propos des possibilités de l’emploi de la troisième personne en allemand, Jean Paul, dans sa Vorschule der Ästhetik (Introduction à l’esthétique), se demande : « D’où vient ce suicide grammatical du “je” dans les seules plaisanteries allemandes, alors qu’il n’existe ni dans les langues modernes apparentées, ni dans les langues anciennes ? [...] Grâce à cette particularité il nous est incroyablement facile d’être plus comique que n’importe quel autre peuple ; parce que, dans la parodie humoristique, et précisément par l’abandon du " je ", nous rendons ce rapport au " je " non seulement plus clair, mais aussi plus ridicule. »19

  • 20 « er » :
    ausserdem alles
    in der dritten
    person
    was einige
    als sehr gekünstelt
    empfinden würden
    was es schl
    (...)

« il » : en outre tout
à la troisième
personne ce que quelques-uns
éprouveraient comme
tout à fait artificiel ce qui le serait finalement aussi
un triple moteur
strophe conditionnel troisième personne
[...]
où le conditionnel de même
que la troisième personne
atteindraient la même chose
à savoir l’objectivation
la relativisation
et la destruction de l’illusion
[...]
à l’objectivation
au sens de destruction de l’illusion
le conditionnel contribuerait tout autant
mais particulièrement
l’exclusivité
de la troisième personne
20.

20Les personnages de Jandl ne parlent pas seulement d’eux à la troisième personne, ils parlent aussi continuellement en tercets. « Les groupes de trois lignes forment des unités rythmiques pour la diction » est-il dit dans les instructions d’interprétation. « Trois », reconnaît-« il », serait « le chiffre auquel il veut s’en tenir », car

  • 21 eine dreizeilige strophe
    gelinge ihm fast jederzeit
    dadurch falle eine hemmung fort.

une strophe de trois lignes
lui réussirait presque à chaque fois
une gêne serait ainsi levée21.

21Dans les recueils de poésie également, Ernst Jandl s’en tient à des tercets, surtout dans der gelbe hund et dans selbstporträt des schachspielers als trinkende uhr, où certains poèmes signalent même de façon presque importune la forme dans leur titre : 5 dreizeiler (5 tercets) ou 3 andere dreizeiler (3 autres tercets).

  • 22 Littéralement « Rue du bien-vivre », où séjourne Ernst Jandl. (N. d. T.)

22Les personnages « il » et « elle » sont présentés comme des écrivains et sont facilement reconnaissables, du fait de leur apparence, leur habillement, leurs gestes, leur langue, leurs façons de tenir les objets, leurs habitudes, comme la transposition littéraire d’Ernst Jandl et de Friedricke Mayröcker. « il 2 » est introduit comme un « intellectuel (professionnellement indéfini) », « encore en plein développement », comme il est dit avec une légère ironie, et peut valoir pour tout intellectuel plus jeune, professionnellement et pour le reste aussi indéfini, qui compte parmi les visiteurs de la « Wohllebengasse »22 à Vienne. « il » est quelqu’un devenu étranger à lui-même : « Pendant deux ans et demi je tâtonnai dans le noir, avant d’entrer en contact avec la seule figure qui se laissât peut-être mettre sur scène par moi, et c’était un étranger, c’est-à-dire moi-même », disait Ernst Jandl à propos de Aus der Fremde, dans son discours de remerciement pour la remise du prix Büchner à Darmstadt en 1984.

  • 23 Sauder, Gerhard : Les « pièces » d’Ernst Jandl et l’opéra parlé « Aus der Fremde », in Drame et thé (...)

23Aus der Fremde est la représentation d’une dépression. Au centre il y a le thème de l’écriture, de l’impossibilité d’écrire, de l’interférence entre dépression et créativité. D’un côté, il y a le sentiment d’être dans un cul-de-sac, paralysé, insensible, indifférent au monde, fichu. L’alcool et la fumée anesthésient ce sentiment, et même les antidépresseurs ne sont pas forcément, et certainement pas dans l’immédiat, des « remèdes », bien qu’ils soient peut-être des soutiens dans cet état d’abattement et d’impuissance si immenses que le moi semble se désagréger. « Il est difficile de répondre à la question de savoir ce qui tient encore ensemble le moi », pense Gerhard Sauder dans son analyse de la pièce23. La réponse se trouve au fond dans la pièce elle-même :

  • 24 « er », sich an « sie » wendend :
    dass sie wohl wisse wie
    er seine depression
    zum schreiben nütze
    [...]
    (...)

« il » s’adressant à « elle » en disant :
qu’elle saurait bien comment
il utilise sa dépression
pour écrire
[...]
qu’il y a des décennies déjà
que du suicide il
aurait fait le thème de ses poèmes
et qu’il pourrait jurer
être immunisé aussi longtemps
qu’une ligne lui réussirait24.

24On retrouve ici bien sûr le point névralgique. Il est connu que parmi les changements qu’entraîne la dépression compte la conscience croissante d’une incapacité, celle de prendre des décisions, de transformer des pensées en actes. L’être dépressif a une tendance à tout différer. Même la lecture et l’écriture lui sont parfois difficiles, et l’on ne peut pas évacuer ce trait en le rationalisant comme simple diminution d’intérêt :

  • 25 ... immun zu sein, solange eine Zeile gelinge...
    was allerdings zuweilen
    völlig unmoglich scheine...
    [
    (...)

... être immunisé, aussi longtemps qu’une ligne lui réussirait...
ce qui d’ailleurs parfois
paraîtrait totalement impossible...
[...]
supposé du courage
qui pour lui parfois
paraîtrait perdu définitivement25.

  • 26 Flach, Frederic F. : Depression als Lebenschance. Seelische Krisen und wie man sie nützt (La dépres (...)

25Certains psychiatres pensent (et peut-être cela relève-t-il de leur fonction de le penser) que la plupart des créateurs pourraient attester « avoir traversé des phases importantes de dépression aiguë, à partir desquelles ils accédaient toujours à une créativité accrue »26. Ce qui est certain, quoi qu’il en soit, c’est qu’on ne sort pas « guéri » d’une dépression — quand on en sort — comme d’une méchante grippe.

  • 27 Cioran, E. M. : Ein Gespräch, geführt von Gerd Bergfleth, Tübingen. Konkursbuchverlag, Reihe « Rive (...)
  • 28 Das Öffnen und Schliessen des Mundes, loc. cit., p. 125.

26Cioran prétend que l’écriture est un suicide différé. Et à la question : « Vous êtes-vous sauvé par l’écriture ? » il répondit : « Oui. C’est absolument certain. L’écriture est le seul traitement quand on ne prend pas de médicaments. [...] L’acte d’écrire constitue en soi une guérison. (...) Tout ce que j’ai écrit a pour moi sans exception une valeur thérapeutique. »27 Ernst Jandl aussi ne cesse de renouveler cette tentative de sauvetage provisoire, cette tentative de coucher sur le papier « la stérilité de ses journées de papier ». La question du « pour quoi » doit, comme nous l’avons déjà évoqué, s’avérer superflue. C’est cela que Ernst Jandl représente d’une façon extrêmement a-dramatique, et la pièce ne fait ainsi que gagner en force de persuasion. Il y a les actions banales, comme se lever (assez difficile), il y a les dialogues banals (sur la nourriture), les solitudes banales, la monotonie de l’absence d’événements et de la répétition, l’acceptation de l’écoulement d’une journée, l’acceptation de l’écoulement... de la vie, formulés avec « cette légèreté en tant qu’absence complète de toute trace de ce qui remue le monde » et dont Ernst Jandl affirme qu’en tant qu’Autrichien il l’estime tout particulièrement28.

  • 29 dass er die Augen offne
    dass er das bettlicht lösche
    dass er die augen schliesse.

qu’il ouvrirait les yeux
qu’il éteindrait la lampe de chevet
qu’il fermerait les yeux29.

  • 30 Ibid., p. 126.

27Ainsi se termine Aus der Fremde. Naturellement, la dernière ligne fait penser à l’endormissement à la fin d’une journée, mais c’est justement aussi la dernière ligne, et il n’est pas question d’endormissement, et pas non plus de sommeil ou de rêve, et pas non plus de réveil. La pièce est finie. Certes, il n’est pas indispensable d’établir un rapprochement avec une remarque d’Ernst Jandl tirée des Conférences de Francfort, qui constitue quant à elle la fin de la conférence de clôture. Et pourtant, ce rapprochement naît dans la tête du lecteur et ne s’en laisse pas complètement écarter : « Qu’est-ce qui nous fait dire, écrit Ernst Jandl, “il a fermé les yeux pour toujours” pour exprimer sa mort, et non pas : “la bouche”, non, jamais “la bouche” — “Il a fermé la bouche pour toujours”, tous encore l’ont fait, tous le feront encore, mais personne ne le dit comme ça ; toujours seulement : “les yeux” —. »30

qu’il fermerait les yeux...

28Mélancolie et confession déterminent de plus en plus l’œuvre d’Ernst Jandl. Parallèlement, on trouve un besoin grandissant de ne plus s’adapter, de nommer les malentendus, non plus seulement en dénigrant et en maugréant, ou d’une façon moqueuse et satirique, comme c’est assez souvent le cas dans la littérature autrichienne, mais au contraire d’une façon véritablement éruptive, avec cette absence de ménagement qui naît du non-désir et du dégoût, et qui est également dirigée contre ses propres faiblesses. Il peut arriver et il arrive que l’on n’ait plus envie de participer à la foire aux vanités et de jouer avec ceux qui « s’arrangent », qui font des courbettes et sont d’accord, qui tressent de fines intrigues et chuchotent à chacun de secrètes perfidies :

  • 31 dass nicht längst sein him geplatzt sei
    schnattemder gifte voll
    eingeflösst ins ohr per telefon.
    [Aus
    (...)

que sous peu son cerveau serait éclaté
plein de poisons cancaniers
coulés dans l’oreille par téléphone31.

29Un exemple parlant en est le poème die freude an mir (le plaisir à moi-même), paru en 1988 dans le journal protokolle et le commentaire, jusqu’ici non publié, de Jandl lui-même s’y rapportant :

Le plaisir à moi-même
le plaisir à moi-même
laisse à désirer. Pour qui ?
pour ceux à qui je ne baise pas la main ?
ceux à qui je ne lustre pas les bottes ?
ceux à qui je ne lèche pas le cul ?
que je n’encule pas ?
ceux auxquels je ne rends pas le salut ?
aux lettres desquels je ne réponds pas ?
ceux dont je refuse l’invitation ?
ceux à qui je ne sers pas de poète-bouffon ?
ceux avec qui je ne vais pas aux manifestations ?
ceux avec qui je ne fais pas de l’opposition ?
auxquels je ne donne pas de textes ?
auxquels je ne donne pas mon nom ?
ceux que je ne mets pas en selle sur le cheval-poète ?
ceux à qui je ne sers pas de protagoniste ?
ceux à qui je dis : vos textes sont de la merde ?
ceux à qui je dis : bas les pattes de la littérature ?
ceux à qui je dis : vous me faites vomir ?
ceux à qui je dis : allez chier ?
le plaisir à moi-même peut bien disparaître pour tous,
à moi il doit me rester.

30Fatigabilité et excitation. La modérée troisième personne est abandonnée en faveur de la première, non pas parce qu’elle est plus narcissique : des poèmes sombres peuvent naître dans cette phase d’illumination de l’âme, où le moi n’est pas « à l’étranger ».

31A la question de savoir s’il éprouvait du plaisir à lui-même, puisqu’il prétendait que le plaisir à lui-même devait lui rester, Jandl me répondit ce qui suit, dans une lettre du 14 octobre 1988 :

  1. Mon rôle mélancolique est joué ; devant moi du moins le jeu offre-t-il des ouvertures au travers desquelles je peux regarder ; je mens, je me mens la plupart du temps également à moi-même ; le poème ne ment pas.

  2. Le poème ment, c’est-à-dire que je mens dans ce poème. Dans le tourbillon des 19 lignes terminées par un point d’interrogation est amenée, à la dernière ligne, une aspiration qui force le lecteur à un revirement subit, avec suppression de l’alternative mensonge-vérité. Ensuite il demeure évidemment incertain de savoir si le plaisir que prennent d’autres à moi (à mes poèmes) m’est vraiment aussi indifférent que l’implique le poème.

  3. Ça pourrait être aussi un poème-rôle, dans lequel le « je » du poème n’est pas le mien, mais celui de n’importe qui d’autre. Cela, je ne peux l’éliminer.

  4. Dans les lignes 3 à 20, le poème a pour fonction de dire ce que moi-même je crains de dire, par exemple « vos textes sont de la merde », « bas les pattes de la littérature », « vous me faites vomir », « allez chier ». Il a ensuite (également) pour thème ma poltronnerie en dehors de l’espace écrit (en dehors de l’espace écrit du poème, en opposition aux lettres par exemple ; ou pourquoi est-ce que je n’écris plus de critiques depuis longtemps ?)

  5. Le poème est né dans une phase d’écriture fructueuse, pendant laquelle je puis ensuite réellement ressentir quelque chose comme du « plaisir à moi-même ». On peut trouver un véritable arrière-fond à ce poème dans la discrépance entre le plaisir que je peux déclencher, bien entendu toujours en recourant à d’anciens textes, auprès du public d’une séance de lecture (et le public attend précisément cela et le montre souvent déjà au moment où je pénètre dans la salle), et ma capacité qui va toujours s’amenuisant à écrire des poèmes provoquant un plaisir de cet ordre.

32My own song (ma propre chanson) débute et se termine par les vers suivants :

  • 32 ich will nicht sein
    wie ihr mich wollt
    [...]
    nicht wie ihr mich wollt will ich sein
    ich will sein
    (selbs (...)

je ne veux pas être
tel que vous me voulez
[...]
pas tel que vous me voulez je veux être
je veux être32.

33Je veux être. Ma propre vie. Autoportrait, avec grimace. Witz et mélancolie, plaisanterie qui porte la douleur en plein milieu, comme Erich Fried l’a vu et écrit, et comme il est à peine possible de le voir et de l’écrire plus exactement. Inmitten (En plein milieu) touche le centre de la poésie d’Ernst Jandl, d’une poésie autrichienne, et cependant expression d’une problématique qui est bien plus que simplement autrichienne :

  • 33 L’axe du poème : « Inmitten » évoqué ici est l’absence/présence de la lettre « m », qui substitue l (...)

En plein milieu
pour Ernst Jandl
Que dans ses vers
il se torde
de plaisanterie
ils trouvaient cela tout à fait
à leur goût
et trouvaient dans chaque
mot tordu,
vaincu,
la plaisanterie
et la trouvaient drôle
et la goûtaient
et disaient avec jouissance
« m »
Et ça l’était aussi vraiment
(Seulement : ils ne le savaient pas)
la fine plaisanterie
qui lui entortillait
ses vers
qui pouvait se tourner
et se tortiller
et lui avec —
la plaisanterie
avec le « m »
en plein milieu33.

  • 34 Jeu de mot à la manière de Jandl sur « Mut », qui signifie littéralement courage, et « Schwermut », (...)

34« Mut » précédé de « schwer »34.

35On ne peut parler de gaieté sans nuage, mais bien de : sens du comique sous le signe de Saturne. Hosi-Anna ! Hosianna !

Notes

1 Das Oeffnen und Schliessen des Mundes, Frankfurter Pœtik-Vorlesung (L’ouvrir et le fermer de la bouche). Darmstadt et Neuwied, Luchterhand, 1985, p. 78.

2 Jeu de langage intraduisible en français ; « Einfall » signifie idée subite, inspiration soudaine, mais peut se décomposer en « Ein Fall » : cas unique, d’où la série : cas double, cas multiple, etc. (N. d. T.)

3 Schreiben und reden in einen heruntergekommenen sprachen
sein ein demonstrieren, sein ein es zeigen, wie weit
es gekommen sein mit einen solchenen
(« Von einen sprachen », in : die bearbeitung der mütze, Darmstadt et Neuwied, Luchterhand, nouvelle éd. 1981.)

4 wenn vor sich hin
er ein wort stelle
und sei es auch
das gewöhnlichste
wort von alien
wie rasch habe
er es umgedreht
fliegend vermehrend
sein potential
an asche.
(selbstporträt des schachspielers als trinkende uhr (autoportrait du joueur d’échecs en horloge buvante), Darmstadt et Neuwied, Luchterhand, nouvelle éd. 1986).

5 Das Öffnen und Schliessen des Mundes, loc. cit., p. 124.

6 Allusion au Faust de Goethe. (N. d. T.)

7 die schone kunst des schreibens, Darmstadt et Neuwied, Luchterhand, 1983, p. 27.

8 zerbrochen sind die harmonischen krüge
die teller mit dem griechengesicht,
die vergoldeten kopfe der klassiker —
aber der ton und das wasser drehen sich weiter
in den hütten der töpfer.

9 Sprachwitz signifie à la fois « jeu de mot » et « esprit de la langue ». (N. d. T.)

10 zeile an 1 zeile
von clemens brentano
sich anschliessend
an 3 zeilen
von clemens brentano
sich anschliessend
ein sonett
von clemens brentano
verkürzen, mit bananen
an eine strophe
von clemens brentano
sich anschliessend

11 Ein Fischer sass im Kahne,
ihm war das Herz so schwer,
Sein Lieb war ihm gestorben,
Das glaubt er nimmermehr.
(Brentano, Clemens : Werke, vol. 1, Wolfgang Frühwald, Bernhard Gajek et Friedhelm Kemp (éds.), Munich. Hanser, 1968, pp. 95 sqq.

12 Brentano, Clemens : Briefe, vol. 2, Friedrich Seebass (éd.), Nuremberg, Hans Carl Verlag, 1951, p. 164.

13 Ibid. p. 182.

14 Voir à ce sujet le travail mélancolico-spirituel de Ulrich Horstmann : Der lange Schatten der Melancholic (La grande ombre de la mélancolie), Essen, Die Blaue Eule, 1985.

15 Le titre de ce poème est une contraction — toutes les voyelles sont supprimées — du mot « schützengraben » (tranchée).

16 Op. cit., p. 59. Das Offnen und Schliessen des Mundes, loc. cit., p. 121.

17 Op. cit., p. 59. Das Offnen und Schliessen des Mundes, loc. cit., p. 121.

18 Ibid., p. 103.

19 Jean Paul : Werke, vol. 5, Norbert Miller (éd.), Munich. Carl Hanser, 1963. pp 135 sqq.

20 « er » :
ausserdem alles
in der dritten
person
was einige
als sehr gekünstelt
empfinden würden
was es schliesslich auch sei
ein dreifacher motor
strophe konjunktiv dritte person
[...]
wobei konjunktiv ebenso
wie dritte person
ein gleiches erreichten
nämlich objektivierung
relativierung
und zerbrechen der illusion
[...]
zur objektivierung
im sinne der zerstörung von illusion
trage der konjunktiv ebenfalls bei
besonders aber
die ausschliesslichkeit
der dritten person
{Aus der Fremde, loc. cit., p. 62. C’est nous qui soulignons.)

21 eine dreizeilige strophe
gelinge ihm fast jederzeit
dadurch falle eine hemmung fort.

22 Littéralement « Rue du bien-vivre », où séjourne Ernst Jandl. (N. d. T.)

23 Sauder, Gerhard : Les « pièces » d’Ernst Jandl et l’opéra parlé « Aus der Fremde », in Drame et théâtre au XXe siècle, hommage à Walter Hinck, Hans Dietrich Irmscher et Werner Keller (éd.), Gottingen, Vandenhœck et Ruprecht, 1983, p. 454.

24 « er », sich an « sie » wendend :
dass sie wohl wisse wie
er seine depression
zum schreiben nütze
[...]
dass vor jahrzehnten schon
den selbstmord er
zum thema von gedichten gemacht habe
und dass er schwören konne
solang immun zu sein
als eine zeile ihm gelinge.
(Aus der Fremde, p. 85)

25 ... immun zu sein, solange eine Zeile gelinge...
was allerdings zuweilen
völlig unmoglich scheine...
[...]
mut vorausgesetzt
der für ihn zuweilen
verloren scheine endgültig
[ibid.
p. 85/69).

26 Flach, Frederic F. : Depression als Lebenschance. Seelische Krisen und wie man sie nützt (La dépression comme chance de vie. Crises de l’âme et comment on en tire profit), traduit de l’anglais par Nils Th. Lindquist. Reinbek, Rowohlt, 1987, p. 30. (Titre de l’édition originale : The secret Strength of Depression, Philadelphia et New Nork, J. B. Lippincott Col., 1974). (C’est nous qui soulignons.)

27 Cioran, E. M. : Ein Gespräch, geführt von Gerd Bergfleth, Tübingen. Konkursbuchverlag, Reihe « Rive gauche », 1985, p. 53, p. 41. (Trad. française : Cioran, E. M., Entretien à Tübingen. Paris, éd. de l’Herne, 1988).

28 Das Öffnen und Schliessen des Mundes, loc. cit., p. 125.

29 dass er die Augen offne
dass er das bettlicht lösche
dass er die augen schliesse.

30 Ibid., p. 126.

31 dass nicht längst sein him geplatzt sei
schnattemder gifte voll
eingeflösst ins ohr per telefon.
[Aus der Fremde,
p. 86)

32 ich will nicht sein
wie ihr mich wollt
[...]
nicht wie ihr mich wollt will ich sein
ich will sein
(selbstportrat des schachspielers als trinkende uhr, loc. cit.)

33 L’axe du poème : « Inmitten » évoqué ici est l’absence/présence de la lettre « m », qui substitue le mot Scherz (plaisanterie) au mot Schmerz (douleur) : voir les trois derniers vers « der Scherz/mit dem « m »/inmitten ». (N. d. T.)
Inmitten
pour Ernst Jandl
Dass er verdrehe sich
in seinen Versen
vor Scherz
fanden sie ganz
nach ihrem Geschmack
und fanden in jedem
verdrehten
verwundenen Wort
den Scherz
und fanden ihn lustig
und schmeckten ihn nach
und sagten genüsslich :
« m »
Und das
war es auvh wirklich
(Nur : Sie wussten es nicht)
der listige Scherz
der ihm seine Verse
drehsprüchig machte
der sich wenden
und winden konnte
und ihn mit sich —
der Scherz
mit dem « m »
inmitten
Erich Fried a écrit ce poème pour Ernst Jandl. à l’occasion de son soixantième anniversaire. Il a été publié in Für Ernst Jandl, Texte zum 60. Geburtstag, Werkgeschichte (Pour Ernst Jandl. textes pour son soixantième anniversaire, histoire de l’œuvre), Kristina Proser-Schewig (éd.), Vienne, circulaire, numéro spécial n ° 6. juillet 1985 (Centre de documentation pour la littérature autrichienne moderne), p. 16.

34 Jeu de mot à la manière de Jandl sur « Mut », qui signifie littéralement courage, et « Schwermut », qui signifie découragement, dépression. (N. d. T.)

Auteur

Paule Paparou-Laplace (Traducteur)

© Éditions Contrechamps, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search