Version classiqueVersion mobile

Poésies sonores

 | 
Vincent Barras
, 
Nicolas Zubrugg

Quelques notes

Henri Chopin

Texte intégral

1D’évidence nous devions la faire, la poésie électronique — ou sonore — parce que l’électronique a permis des voyages fabuleux, a permis la voix envolée en d’innombrables voyages, avec le verbe, aussi sans lui.

2Ou au-delà de lui, ce qu’il ne pouvait pas désirer, sans les moyens de le graver.

3Si l’on se permet un vaste panorama de toutes les découvertes de notre siècle (toujours mal connu, peu enseigné, voire ignoré, nos critiques n’ayant pas soupçonné que les mots étaient fatigués, impuissants à éclairer sons et visions), on découvrira les éclatements de toutes les écritures, les refus des sujets descriptifs, les écrits musicaux multiples en tous sens, et non plus les partitions avec quelques notes, etc. Pendant ce temps, nos doctes professeurs penseront toujours poésie, musique, peinture, sculpture, comme cela fut jusqu’au pointillisme et Apollinaire inclus.

4Bref, on parle art sans penser que tout cela s’est achevé voici quatre-vingts ans avec les futuristes à partir de 1909.

5Comme si on allait demander en nos temps la bicyclette d’Alfred Jarry (papa pacifique des dictateurs sanglants qui auront pour modèle UBU) ou encore l’aéroplane du brave Blériot qui n’en demande pas tant, ce brave solitaire à l’engin heureusement dépassé, comme l’est le futurisme même.

6Mais laissons là ces propos plaisants que je livre à nos académiciens, à nos ministres, nos docteurs, et voyons au contraire combien les arts, les sciences et les techniques se sont passés d’iceux, pour la bonne marche de nos vaisseaux spatiaux, de nos TGV, de nos automobiles, de nos arts, qui ne sauraient se mouvoir à l’aide d’une brouette, comme en esprit elle fut au temps de l’estimable Blaise Pascal.

7Car nous sommes autres, depuis quatre-vingts années. En dépit de nos plaisirs anciens, nous n’avons plus — c’est un fait — l’écriture admirée d’un Gustave Flaubert, l’agréable musique d’un Georges Bizet, estimant fort « l’opéra fabuleux » que ne sut faire Arthur Rimbaud. Ces grands instants marquent la fin d’une ère ancienne, la liquidation des arts descriptifs utiles des passés, à usage des bonnes sociétés qu’il fallait libérer, et qui n’en pouvaient mais de devoir continuer à produire des chefs-d’œuvre, sempiternellement datés.

8Ces arts fleurissaient en un temps où l’on croyait le sang rouge — voire bleu — qui ne se savait pas porteur de milliards de cellules, tout comme la voix, poétique et musicale, ignorait ses milliards de sons, de variations sonores.

9C’est en appréhendant des milliards de nombres, de sons et de voix que nous saurons nous mettre à l’orée de nos arts dynamiques, car nous avons ouvert l’huis des plunels. Le chercheur de maintenant est multipliable. Rien à voir avec l’écrivain, avec le poète de naguère.

10C’est en voulant entrer dans les multiplicités d’être que nous mettrons à jour nos connaissances électroniques et spatiales qui n’ont pas eu d’équivalent dans les temps passés des écritures, des alphabets, idéographiques, pictographiques, voire géométriques avec le cyrillique et surtout le latin.

11Nous étendons les écritures, les verbes, les sons et les visions comme jamais l’on ne put les produire, faute de moyens techniques, certes, mais surtout parce que toutes les sciences littéraires, artistiques et techniques vibrent leurs désirs humains, où rien n’est comparable à nos connaissances de l’ère dite judéo-chrétienne.

12On ne peut comparer une calèche à la fusée Ariane, et pourtant, dans l’art on travaille en souvenir de Mozart et de Rousseau, qu’on se permet d’analyser, quitte — c’est un comble ! — à les reproduire en quadriphonie, comme souvent c’est le cas à la radio ! ! !

13Et, comme bien d’autres, je suis stupéfait.

14Je le suis davantage lorsque j’entends de-ci de-là que la poésie sonore est dans un ghetto, avec ceux qui ne songent pas que la poésie du seul médium écrit est le ghetto, alors que poésie = créer obéit à elle-même en désirant de nouveaux médias en ses ouvertures. Conserver l’ancienne écriture équivaut à dire que l’actuelle Ariane est de peu de fumée, et qu’un lampion (faible lueur des verbes comparée aux maintenants) vu comme naguère est d’importance, quand bien même on l’amplifierait aidé d’un microphone.

15En somme, ce XXe siècle est toujours inconnu ; si tout va bien il prendra naissance au XXIIIe, avec la gentille bonté des Académies, entraînant leurs poètes et compositeurs.

16Il sera déjà tard, et le Père Lachaise en sera marri.

17Contre cette pesanteur du poids des passés, heureusement les temps vont vite.

18Et si de-ci de-là on nous casse les oreilles avec des rythmes primaires, rock and roll issu du jazz, et prosodies antiques marchant de pair (« balancer, rouler », deux ou quatre temps sur un rythme très marqué), au contraire nous nous sommes offerts tant de sons et de voix que nous avons touché l’indicible humain.

19Car tout humain est indicible, comme l’est la vie, qu’on ne devrait pas limiter aux temps pauvres de l’ancien emploi.

20Toute vie est vaste et rien ne peut limiter ses imaginaires, pas même les lois élémentaires, pas même les groupes poétiques qui se connurent dans la première moitié du siècle, eux aussi doctrinaires, en certains aspects.

21Il y a trop à faire avec la vie unique, et toutes les techniques nous convient à nous déployer, en chaque expression connue ou à découvrir.

22En nos débuts, nous voulions sortir des littératures, ainsi qu’on voulait aller au-delà des microscopes, sachant toutes particules des sangs concrètes.

23En nous, nous voulions aller loin des « mots en liberté » car ils ne se libéraient pas, loin de l’anti-art qui affirmait l’art, loin des couches abyssales surréelles nous renvoyant à des mystiques prétendues automatiques, nous voulions nous affranchir de l’édition racontée, au dialogue entre livre et lecteur. Nous pressentions que pour nous libérer il fallait trouver d’autres valeurs aux langages de l’homme, et qu’il fallait privilégier les sonorités des verbes, plutôt que leurs frontières.

24C’est en ayant cette pensée que par ma revue OU je donnais à entendre des parlers connus ou moins, sans souci d’en connaître les sens, pour peu que les voix soient présentes, soient des valeurs en soi.

25Puis, nous succédant, sont venus d’autres moyens, car depuis les années cinquante nous vîmes paraître les réverbérations, les synthétiseurs, les cassettes, les vidéos... tous moyens dangereusement faciles à ceux qui ne possèdent pas leurs œuvres.

26Entre 1950 et 1989 quel changement !

27Quel changement dans le verbe même ; il ne se contente plus de ses données écrites, de ses signes alphabétiques, de ses oralités dites, de ses performances, de ses théâtres, de ses dictions et déclamations puisqu’il est devenu une progression en exploration continue, plus jamais fixé à la parole bien venue.

28C’est ce qui explique la future exploration du verbe et de ses voix, qu’il faut déjà multiplier, afin d’éviter leur mort ; une langue monosyllabique comme le chinois devra s’inventer d’autres alphabets si elle veut aller à l’ordinateur, moyen certain de nos mémoires. Et tout est à l’avenant, comme la poésie même qui, mourante dans l’écrit, ne méritait plus que confidences secrètes, intimes, ne touchant que le seul poète.

29Poète qui ne parlait que de ses états d’âme, oubliant qu’ anima s’anime dans le corps.

30Il faut te ressaisir, humain, ne plus parler de toi, car tes milliards de données te dépassent, toi, l’ordinateur de chairs.

31Quant à tes futurs, ils sont irréversibles en de nouveaux médias, puisque les langues et sons sont à l’infini venus.

32Tu n’as plus le choix, tu dois « performer : accomplir, exécuter » et non faire une ou des performances allant n’importe où. Le mot ancien français est tout un programme, le mot nouveau anglais est aussi vague que le terme sound-poetry disant n’importe quelle parole entendue.

33Et puis, et puis, après tout, des milliers d’années inconnues furent orales, pourquoi conserver cinq siècles écrits, surtout que nous avons de redoutables véhicules, et des joyaux sonores incomparables.

© Éditions Contrechamps, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search