Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiques en création

 | 
Philippe Albèra

Franck Krawczyk

Réponses

Texte intégral

1. Le compositeur

1Posez cette question à des compositeurs « plus développés » que moi !

2(Votre évolution a-t-elle été déterminée par des influences, des découvertes, des circonstances extérieures importantes ?)

3Oui. Les lectures de trois compositeurs, Schumann, Debussy, et Louis Couperin.

4À mon sens, ces trois grands créateurs sont les maîtres incontestables du point, de la virgule, du mot, de la phrase. Ils ont compris l’importance de l’exclamation, de l’interrogation, de la suspension dans le discours musical. Ce sont les derniers prosodistes de l’histoire de la musique. Ils sont les « maîtres du silence ».

5(Quelle direction envisagez-vous pour l’avenir ?)

6Écrire. Quant à « pour l’avenir », tant que je serai vivant, la question n’aura pas lieu d’être.

2. Le sérialisme

7Le sérialisme n’est qu’un concept et rien d’autre. Il repose sur des bases aussi indéfendables que celles de l’harmonie et, comme tout concept, il ne possède pas d’esthétique propre.

8Ce sont les compositeurs qui créent, à partir d’un concept, une esthétique. Dubois n’est pas plus créateur que Leibowitz. Nos oreilles s’habitueront un jour aux mauvaises compositions sérielles comme elles le sont aujourd’hui pour certaines œuvres classiques si insipides qu’on ne leur trouve plus pour défense le simple fait qu’elles soient écrites dans un langage harmonique.

9Je ne pense pas qu’il faille codifier systématiquement un langage afin qu’il devienne universel. Je crois davantage en l’individu, en sa capacité expressive, en son sens du théâtre, en son génie. Si une note contient tous ces messages, alors elle n’a pas à se préoccuper de la valeur du langage dans lequel elle est écrite et encore moins de sa codification. Elle sera comprise, voilà tout.

3. Le concept de musique pure

10Une des erreurs sur lesquelles nous vivons aujourd’hui repose sur une totale incompréhension de cette corrélation entre la musique et les autres arts. La musique peut tout à fait se passer au stade de la réalisation finale d’une chorégraphie, d’un texte ou d’un jeu de scène, mais parce qu’en elle, elle est justement un geste, un mot ou bien encore un masque. Elle est son propre théâtre.

11(Quels domaines artistiques, autres que la musique, vous intéressent ?)

12Tous.

13(Quels artistes contemporains - écrivains, plasticiens, hommes de théâtre, cinéastes, etc. - alimentent votre réflexion artistique ?)

14J’ai beaucoup d’admiration aujourd’hui pour un homme comme Claude Helffer. Pour reprendre une anecdote connue, « à défaut d’être le plus grand, il est le seul ».

15Quelques partitions contemporaines m’ont fortement impressionné pour de multiples raisons, techniques ou philosophiques, mais j’aurais du mal à dégager un nom car cela me semblerait aussitôt incomplet.

4. Fonction de la musique d’aujourd’hui

16La musique n’a pas de fonction prédéterminée dans la société, et les gens n’ont pas à recevoir de leçons musicales de « pseudo-musiciens » qui feraient mieux d’en prendre avant de parler. En revanche, il faut donner tous les moyens à la société de s’imprégner d’art. Pour cela, Gould a ouvert une voie qu’il ne faut pas négliger. C’est par l’image que la communication s’établira entre le compositeur et le public.

5. Technique et pensée musicales

17Voir réponse à la question précédente.

18L’ordinateur est là, présent ; il faut au moins le connaître et, s’il s’avère qu’il peut aider le compositeur dans son travail, alors pourquoi pas !

19Ce qui me gêne dans la composition électro-acoustique, c’est de voir des gens contrôler des machines qu’ils ont engendrées d’un point de vue strictement musical. Il sera nécessaire d’apprendre à s’en servir comme d’un instrument acoustique. À mon sens, très peu de compositeurs y sont parvenus.

6. Musique contemporaine et institutions

20...

7. Musique d’aujourd’hui et tradition

21J’ai une véritable passion pour le jazz. Je sens cette musique comme une évidence vitale aujourd’hui. Quant au rock ou autres formes de musique populaire, je dois observer qu’il parvient à toucher beaucoup plus le public que toute autre forme de musique. Ce qui veut dire que la musique contemporaine échoue indiscutablement dans sa fonction communicative. J’aime le rock et je ressens le besoin d’écouter ce que les rockers ont à nous dire, car je me rends compte alors davantage des désirs du public d’aujourd’hui. À nous de ne pas tomber à partir de là dans le piège qui nous est tendu.

8. L’œuvre

22Tant qu’une œuvre ne s’impose pas à moi dans sa totalité, je ne l’écris pas. Elle n’a pas le choix, elle est tout ou rien. J’écris très vite, mais l’œuvre est déjà composée lorsque je me mets à la table, il ne s’agit plus alors que de la recopier.

23Sa naissance coïncide presque toujours avec sa mort. Il faut tuer une œuvre pour en écrire une autre : c’est ce cycle qui entretient l’équilibre du créateur. Je peux ainsi vivre, manger, dormir en composant. Si je pense à Rimbaud, mon œuvre est un « vertige » que je tente de fixer.

24Il faut tout donner à la création, jusqu’à la dernière goutte de son sang, sans se poser la moindre question ; si ce n’est pas le cas, alors la musique n’est rien qu’une carte postale sonore.

© Éditions Contrechamps, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540