Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Musiques en création

 | 
Philippe Albèra

Expérience compositionnelle de musique électronique

Conférence, 26 juillet 1957, Internationales Musikinstitut Darmstadt

Bruno Maderna
Traduction de Marilène Raiola

Note de l’éditeur

Paru dans : « Bruno Maderna/Heinz Holliger », Paris, Festival d’Automne à Paris, 1991, p. 34.

Texte intégral

1La rencontre avec les moyens électroniques a véritablement bouleversé mes rapports avec le matériau musical. À tel point que je dus réorganiser totalement mon métabolisme intellectuel de compositeur. Tandis que la composition instrumentale procède, dans la plupart des cas, d’un développement de pensée de type linéaire – justement parce qu’il s’agit du développement d’une pensée qui n’est pas en contact direct avec la matière –, le fait que dans le studio électronique on puisse essayer concrètement les diverses structures sonores, que l’on peut manipuler et transformer à l’infini les images sonores ainsi obtenues, et, enfin, le fait qu’une très grande part de matériaux partiels puisse être mise de côté, place le musicien devant une situation totalement nouvelle.

2Le temps se présente désormais à lui comme le champ d’un nombre considérable de possibilités d’organisation et de permutation du matériau à peine produit. Nous éprouvons désormais une très forte inclination pour ce mode de pensée et de pratique également dans la musique instrumentale. Se demander si c’est l’expérience électronique qui a provoqué un tel renouvellement ou si elle ne représente pas plutôt elle-même le résultat d’un développement dans cette direction déjà présent dans la musique de ces dernières années n’a aucun sens. Incontestable, en revanche, est le fait que c’est justement la musique électronique qui permet de démontrer la validité de cette manière de concevoir la composition. Le point central réside en ce qu’une structure n’est pas une chose unique, mais peut assumer un grand nombre de fonctions suivant sa position par rapport à l’ensemble. L’écoute même de pièces électroniques ou de musiques instrumentales qui résultent de la pensée compositionnelle même est caractérisée par cette réalité : l’écoute ne s’effectue plus dans un temps linéaire, mais la conscience devient le lieu d’émergence de nombreuses projections temporelles qui ne peuvent plus être représentées par une logique unidimensionnelle.

3Il s’agit sans doute beaucoup plus que d’un renouvellement de l’image sonore ; c’est cet élément « étrange » de la musique électronique qui normalement dérange l’auditeur inexpérimenté.

4Lorsque j’ai commencé à composer avec les moyens électroniques, j’avais surtout peur de les utiliser de manière inadéquate ; j’ai décidé de m’abandonner à mon intuition musicale plutôt que de me laisser guider par des considérations rationnelles.

© Éditions Contrechamps, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540