Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de la musique absolue

 | 
Carl Dahlhaus

VIII. Des trois cultures de la musique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une lettre qu’il adresse à sa mère le 15 juillet 1850, Hans von Bülow rend compte des goûts musicaux à la cour de Berlin : « Meyerbeer m’a donné d’emblée le conseil de jouer une fantaisie sur un air d’opéra ; les mélodies italiennes célèbres auraient tout particulièrement la faveur de la reine et de la cour. Devant le roi seul je pourrais jouer ce que je voulais, Bach et même Beethoven »1. Or le goût du roi semble bien refléter celui qui s’était imposé dans la bourgeoisie quelques dizaines d’années auparavant. Schumann notait en 1833 dans « Meister Raros, Florestans und Eusebius’ Denk-und Dicht-Büchlein » : « Je ne trouve rien d’extraordinaire à ce que l’on commence à apprécier les œuvres de Bach et Beethoven à Berlin »2.

La formule « Bach et Beethoven », dont Schumann pouvait difficilement prévoir les énormes conséquences idéologiques, se distingue de regroupements tels que « Bach et Händel » ou « Haydn, Mozart, Beethoven » par une raison d’être qui n’est pas stylistique, mais ...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540