Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de la musique absolue

 | 
Carl Dahlhaus

VII. Logique musicale et rapports avec le langage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tenter d’expliquer l’idée d’autonomie esthétique exclusivement du point de vue de l’histoire sociale, comme signe d’un retrait par rapport à la laideur et la froideur du monde industriel naissant, ce serait faire une hypothèse un peu courte du point de vue de l’histoire de la musique. Car cette idée d’autonomie, malgré de puissants motifs psychosociologiques, serait restée un pur mirage conceptuel sans l’existence d’un objet adéquat : soit, puisque la musique vocale est « liée », une musique instrumentale universellement reconnue. Il fallait à cette impulsion un objet propre sur lequel elle puisse se fixer.

Mais cela ne signifie aucunement que la musique instrumentale de la fin du XVIIIe siècle ait été conçue à l’origine comme une musique absolue au sens où l’entendra la métaphysique romantique. Les symphonies de Carl Stamitz et Haydn sont nées au contraire dans le contexte de concerts dont l’organisation visait non pas une autonomie esthétique ou une élévation métaphysique, mais une...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540