Version classiqueVersion mobile

L'idée de la musique absolue

 | 
Carl Dahlhaus

VI. Musique instrumentale et religion de l’art

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La religion de l’art au XIXe siècle, cette croyance que l’art, quoique l’œuvre de l’homme, serait une manifestation du divin, a acquis la mauvaise réputation d’un « mélange impur ». Ceux qui la contestent, comme Igor Stravinsky par exemple, protestent à la fois contre la sacralisation de l’art et contre la sécularisation de la religion ; on se sent poussé autant à protéger la religion contre les abus de l’art que l’art contre ceux de la religion. Mais si l’on admet la religion du sentiment de Schleiermacher comme une étape autonome dans l’histoire de la piété et de la religion, au lieu de s’offusquer au nom d’une théologie dialectique ou du formalisme esthétique de ce « mauvais aspect du XIXe siècle », il apparaît que dans la religion de l’art, une certaine idée de l’art tendant vers le religieux rencontrait une certaine idée de la religion tendant vers l’art, sans que cette transposition soit obligatoirement abusive. Rien n’autorise l’historien à parler d’un phénomène « illégitime ...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search