Version classiqueVersion mobile

L'idée de la musique absolue

 | 
Carl Dahlhaus

V. La contemplation esthétique comme recueillement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le panégyrique qui précède la monographie De la vie, de l’art et des œuvres de Jean-Sébastien Bach, Johann Nicolaus Forkel remarque qu’il s’est « persuadé peu à peu qu’on ne pouvait parler des œuvres de Bach, si on les connaissait vraiment, autrement qu’avec ravissement, et de certaines même avec une sorte d’adoration sacrée »1. Ce ton religieux que Forkel adopte, non sans hésiter, est tout à fait inhabituel en 1802 quand on parle d’œuvres d’art, et sans doute est-ce la lecture de Herder, Tieck ou Wackenroder qui a persuadé Forkel qu’il n’y avait rien de blasphématoire à parler « d’adoration sacrée » à propos de pièces musicales.

En 1793, après un séjour en Italie qui fut l’« occasion de réfléchir sur la musique liturgique mieux qu’on n’aurait pu le faire en Allemagne »2, Herder écrivait dans son essai « Cäcilia » : « Le recueillement est, me semble-t-il, le summum de la musique, l’harmonie céleste et sacrée, la dévotion et la joie. C’est par cette voie que l’art musical a conqu...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search