Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de la musique absolue

 | 
Carl Dahlhaus

IV. Esthétique du sentiment et métaphysique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 10 mai 1792, Ludwig Tieck écrit à Wilhelm Heinrich Wackenroder : « Longin dit que pour produire quelque chose de grand, il faut une âme grande et sublime ; j’irais pour ma part plus loin en affirmant qu’il faut aussi un esprit qui ait quelque grandeur pour comprendre ce qui est grand et sublime. Peux-tu expliquer autrement que l’agréable et le touchant produisent un effet sur bien plus d’esprits que le grand et le sublime ? Beaucoup ne le décèlent même pas ou ne le comprennent pas du tout. - Je puis bien davantage écouter un Adagio pour harmonica sans que me viennent les larmes, qu’un psaume de Reichardt ; les symphonies pour Hamlet et Axur me font à chaque fois venir les larmes aux yeux ; tout ce qui est grand me met dans une sorte de rage, mais il passe devant les oreilles de beaucoup de gens sans toucher leur âme. La femme de Reichardt m’a dit une fois il y a bien longtemps que ce qui est touchant était loin de produire sur elle l’effet du sublime, pour lequel elle ne pouvait ...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540