Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'idée de la musique absolue

 | 
Carl Dahlhaus

II. Détours terminologiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire du terme est bien curieuse. L’expression « musique absolue » n’a pas été forgée par Edouard Hanslick, comme on le dit toujours, mais par Richard Wagner, et la dialectique retorse qui se cache dans l’esthétique de Wagner derrière une façade de formules apologétiques ou polémiques marquera son évolution jusqu’au XXe siècle.

Dans le « Programme » expliquant la Neuvième Symphonie de Beethoven, réalisé en 1846 à partir de citations tirées de Faust et de développements esthétiques, Wagner écrit à propos du récitatif instrumental du quatrième mouvement qu’en « dépassant toutes les bornes de la musique absolue, insistant comme d’une voix forte et émue pour décider les autres instruments, il s’oppose à eux, et finit même par devenir un thème de chant »1. Cette « décision » dont parle Wagner, c’est le passage d’une musique instrumentale « indéterminée », sans objet, vers une musique vocale objectivement « déterminée ». Wagner assigne à la musique instrumentale pure une « expression ...

© Éditions Contrechamps, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540