Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avant-garde et tradition

 | 
Philippe Albèra

Notes biographiques

Texte intégral

1DAHLHAUS, CARL : Musicologue allemand. Thèse sur le développement de la tonalité. Professeur à l’Université de Berlin dès 1967. Participation aux Darmstädter Musik-tagen. Editeur de la Richard-Wagner-Gesamtausgabe, du Musik-Lexikon de Riemann de la Neue Zeitschrift für Musik et de l’Archiv für Musikwissenschaft. Ses écrits, centrés sur la théorie, l’analyse, l’esthétique musicale couvrent la période allant du 15e siècle à l’époque contemporaines. Principaux écrits : Musikästhetik (Cologne 1972), Studien zur Trivialmusik des 19. Jahrhunderts (Regensburg 1967), Klassizität, Romantik, Modernität. Die Ausbreitung des Historismus über die Musik (Regensburg 1969), Die Bedeutung des Gestichen in Wagners Musikdramen (Münich 1970), Richard Wagners Musikdramen (Hanovre 1971), Richard Wagner, Werk und Wirkung (Regensburg 1971), Schönberg und andere (Mainz 1981). A collaboré au numéro 2 de la revue Contrechamps sur Schoenberg et Kandinsky.

2DECARSIN, FRANÇOIS : Assistant agrégé à l’Université de Tours. Poursuit des recherches sur les aspects du langage contemporain. A soutenu sa thèse sur La directionnalité de l’énoncé musical depuis 1950 sous la direction de P. Boulez et de O. Revault d’Allones.

3DINKEL, PHILIPPE : Assistant à l’Université de Genève (Département de Musicologie), professeur au Conservatoire de Genève (histoire de la musique), pianiste. A publié La tentation atonale de Béla Bartók dans la Revue Musicale de la Suisse Romande (sept. 82).

4RIETHMULLER, ALBRECHT, Etudes de musicologie et de philosophie à l’Université de Freiburg i. Br. Thèse en 1974 : Die Musik als Abbild der Realität. Zur dialektischen Widerpielungstheorie in der Ästhetik (Wiesbaden 1976). Assistant à l’Université de Freiburg i. Br. Prépare un essai sur la poétique de Ferruccio Busoni.

5SCHUBERT, GISELHERR : Etudes de musicologie, de philosophie et de sociologie aux universités de Bonn, Berlin et Zurich. Thèse en 1973 : Schönbergs frühe Instrumentation Untersuchungen zu den Gurreliedern, zu op. 5 und op. 8, publiée chez Körner, Baden Baden, 1975. Rédacteur au Reimann Musiklexikon, responsable de l’édition Hindemtih à l’Institut Hindemith de Frankfurt. Nombreuses publications sur l’esthétique musicale et sur la musique du XXe siècle.

6STENZL, JÜRG : Musicologue suisse. Thèse en 1968 : Die vierzig Clausulae der Handschrift Paris, Bibliothèque Nationale, latin 15139 (Saint-Victor Clausulae). Professeur de musicologie à l’Université de Fribourg (Suisse). Editeur de la Schweizerische Musikzeitung. Spécialiste de la musique médiévale aussi bien que de l’histoire musicale suisse et de la musique contemporaine. A publié entre autres : Luigi Nono : Texte-Studien zu seiner Musik (Zurich 1975).

7ORTIZ, PABLO : Compositeur argentin. Etudes musicales à la Faculté des Arts et des Sciences Musicales de l’Université Catholique Argentine. Elève de G. Gandini pour la composition.

8HÖLLER YORK : Compositeur allemand (Leverkusen 1944). D’abord autodidacte, il s’oriente ensuite vers la composition : ses premiers essais sont marques par Bartók, Stravinsky et Hindemith. De 1963 à 1968, il poursuit ses études à Ecole supérieure de musique de Cologne (Kölner Musikhochschule) : composition chez B.A. Zimmerman, musique électronique chez H. Eimert, piano chez Alfons Kon tarsky et E. Schmitz-Göhr, direction d’orchestre chez W.v.d. Nahmer. Parallèlement, il étudie la philosophie et la musicologie à l’université de Cologne. Ses œuvres des années 60 et 70, exclusivement pour ensembles de chambre, sont directement inspirées par la deuxième école de Vienne ainsi que par les théories et les pratiques de Boulez, de Stockhausen et de Zimmermann. Particulièrement intéressé par les problèmes de communication, Höller a écrit une thèse : Études critiques de la technique sérielle de composition (1967). Après le succès de sa pièce orchestrale Topic (1967) à Darmstadt en 1970, il est invite par K. Stockhausen à travailler au studio électronique de la WDR (1971-72). En 1972, il réalise un projet audiovisuel à l’occasion du centenaire de Scriabine lors du festival de musique contemporaine à Donaueschingen. Dans ses œuvres, il poursuit l’interaction des domaines acoustique et électronique, ainsi que l’intégration des technologies les plus avancées à la création musicale, et il attribue une importance considérable à la live-electronic. Invité à l’I.R.C.A.M., il y continue sa recherche dans le domaine de la technologie digitale en réalisant Arcus (1978), commande de l’I.R.C.A.M., pour orchestre de chambre et instruments avec transformation électronique sur bande où un programme d’ordinateur définit la transformation électronique des sons instrumentaux enregistrés. Chef d’orchestre et pianiste de musique contemporaine, Höller vit à Cologne et enseigne l’analyse et la théorie musicale à l’École supérieure de musique. (I. Stoianova Larouse de la Musique, tome 1, 1983).

9LOMBARDI LUCA : Compositeur italien (Rome 1945). Après un baccalauréat au lycée allemand et une licence ès lettre à l’université de Rome avec une thèse sur Hanns Eisler, il se consacre exclusivement à la musique, étudie la composition avec Roberto Lupi et Boris Porena au conservatoire Gioacchino-Rossim de Pesaro, et obtient son diplôme en 1970 ; de 1968 à 1973, il vit à Cologne, y étudie avec Bernd Alois Zimmermann et Vinko Globokar, y suit les cours de nouvelle musique de K. Stockhausen, H. Pousseur, M. Kagel et D. Schnebel et y découvre la musique électronique avec Herbert Eimertet G. M. König. Invité de l’Académie des arts de la R. D.A., il travaille avec Paul Dessau en 1973. De 1973 à 1978, il est professeur de composition au conservatoire Gioacchino-Rossini de Pesaro, puis au conservatoire Giuseppe-Verdi de Milan. On lui doit plusieurs livres et essais sur la musique (Hanns Eisler, Musica della rivoluzione, Milan, 1978 ; Musik im Ubergang, avec H. K. Jungheinrich, Munich, 1977 ; Conversazioni con Goffredo-Petrassi, Milan, 1980). Ses œuvres, d’inspiration marxiste, recherchent la communication d’un message politique, et, malgré certains traits caractéristiques de la musique postérielle, relèvent du concept de « nouvelle intelligibilité » (Neue Deutlichkeit).(I. Stoianova, Larousse de la Musique, tome 2, 1983).

10DUFOURT, HUGUES : Compositeur français Lyon 1943). Il a fait des études universitaires dans sa ville natale, a étudié le piano au conservatoire de Genève, et, de 1965 à 1970 a travaillé la composition avec Jacques Guyonnet et a collaboré avec ce dernier au Studio de musique contemporaine de Genève tout en participant, à Lyon, à l’organisation des concerts du groupe Musique du temps. En 1968 il eut la charge des concerts de musique contemporaine au théâtre de la Cité de Villeurbanne. Agrégé de philosophie en 1967, il a été maître-assistant à l’université Jean-Moulin de Lyon, et, depuis 1977, il est chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique. Il est un des responsables du groupe de l’Itinéraire, et a participé en 1977 à la fondation du Collectif de recherche instrumentale et de synthèse sonore (C.R.I.S.S.).

11Attiré à la fois par les problèmes de la grande forme dynamique et de la lutherie électronique, ce qui le fait s’intéresser en particulier, parmi les maîtres de la première moitié du XXe siècle, à Igor Stravinsky et à Edgard Varèse mais aussi à Jean Sibelius, Hugues Dufourt est de ceux qui considèrent que la composition musicale doit aller de pair avec la réflexion théorique, et qui refusent l’incompatibilité entre le parti-pris technologique et la capacité de créer et de raisonner. Entre autres tâches ambitieuses, il assigne à la musique d’aujourd’hui celle de maîtriser les nouvelles sonorités — pas seulement l’électroacoustique mais aussi, voire surtout, les sonorités nées de l’essor prodigieux de la pratique instrumentale — par le biais de l’écriture. (M. Vignal, Larousse de la Musique, tome 1, 1982).

12FERNEYHOUGH, BRIAN : Compositeur anglais (Coventry 1943). Né dans un milieu modeste, il reçoit une première formation musicale dans un contexte populaire et folklorisant — il joue dans les orchestres de fanfares ou brass bands avant de s’orienter très vite vers la composition. Il obtient les diplômes d’exécutant et d’enseignant à l’École de musique de Birmingham (1961-1963), poursuit des études de composition et de direction d’orchestre à la Royal Academy of Music de Londres (1966-67). Après avoir étudié auprès du compositeur Lennox Berkeley Brian Ferneyhough quitte la Grande-Bretagne (1968), effectue un bref stage à Amsterdam auprès de Ton de Leeuw, puis s’installe à Bâle pour y travailler avec Klaus Huber (1969-1971), dont il devient l’assistant comme professeur de composition à la Musikhochschule de Freiburg (Allemagne fédérale) — poste qu’il occupe toujours. Ferneyhough est titulaire de divers prix et bourses, dont le prix du concours Gaudeamus (Pays-Bas, 1969), celui de la fondation Heinrich Strobel (Allemagne fédérale, 1973), le premier prix au concours de composition de la S.I.M.C. (Rome, 1974). Il est invité à séjourner un an à Berlin-Ouest sous les auspices du Service allemand d’échanges académiques (DAAD 1976-77) Ses toutes premières compositions datent de 1963. Jusqu’en 1974, date de sa révélation soudaine au festival de Royan, la complexité de pensée et l’extrême difficulté de ses œuvres empêchent leur large diffusion. Cette situation s’inverse totalement à partir de 1974 ; Ferneyhough voit son importance peu à peu reconnue grâce à de nombreuses exécutions à Royan, Donaueschingen, Venise, Londres, Paris (I.R.C.A.M.), etc.

13La démarche compositionnelle de Brian Ferneyhough part d’une assimilation remarquablement complète et profonde de l’expérience de la musique sérielle généralisée telle qu’ont pu la vivre un Pierre Boulez, un Karlheinz Stockhausen ou un Luigi Nono durant les années 1950-1960. Ferneyhough adapte les impératifs de la pensée sérielle à son propre tempérament, véhément, expressionniste, et les exploite dans le sens d’une totale radicalisation. La complexité purement technique devient un élément de tension psychologique qui s’intègre de manière constitutive et particulièrement active dans le processus structurel de l’œuvre. (P. Szernovicz, Larousse de la Musique, tome 1, 1982).

14RIHM, WOLFGANG : Compositeur allemand (Karlsruhe 1952). A partir de 1968-69, il étudie à la Musikhochschule à Karlsruhe : théorie musicale et composition chez E. W. Velte, piano chez I. Slavin et H. Searle. Les conseils de W. sont d’une importance capitale pour ses recherches de compositeur. En 1970, il fréquente pour la première fois les cours d’été de Darmstadt et plus tard à la fin de ses études (diplôme de composition à la Musikhochschule à Karlsruhe), il est accepté comme élève par K. Stockhausen. Ses travaux avec Stockhausen en 1972-73 puis avec Klaus Huber à Fribourg-en-Brisgau constituent deux expériences décisives pour la formation de son style personnel. Parallèlement, il suit en musicologie l’enseignement de H.H. Eggebrecht à l’université de Fribourg. En 1973 il enseigne la théorie et l’analyse musicale à la Musikhochschule à Karlsruhe. Titulaire de nombreux prix, il séjourne en 1979-80 à l’Académie allemande, villa Massimo, à Rome. Il vit à Fribourg et à Karlsruhe.

15Wolfgang Rihm est le représentant le plus connu et le plus productif du mouvement de la jeune musique allemande appelé « Nouvelle simplicité ». Opposé à « l’avant-gardiste (des années 50-60) devenu l’académicien aujourd’hui », il se déclare « allergique au dilettantisme » et crée une « musique humaine », particulièrement expressive et directement adressée à l’auditeur, parce que « complexe et claire, troublée et passionnée, précise et étonnée comme l’existence humaine ». (I. Stoianova, Larousse de la Musique, tome 2, 1983).

© Éditions Contrechamps, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540