Version classiqueVersion mobile

Karlheinz Stockhausen. Montag aus Licht

 | 
Philippe Albèra

Domaine musical et poésie sonore

Bernard Heidsieck

Texte intégral

1La poésie, dans les années cinquante, ça n’allait pas fort !

2D’ultimes flammèches surréalisantes n’en finissaient pas de s’éteindre. Il en était de même pour les derniers poèmes de la Résistance, récemment sortis de leur clandestinité. L’école de Rochefort, toute rurale, sévissait. Seul émergeait alors de cette grisaille Henri Pichette, disparu depuis. Dada, encore occulté, ne relevait que du mythe, ne devant émerger du fin fond de ses oubliettes, enfin, que dix ans plus tard. Le lettrisme se déclarait novateur et s’agitait. Ainsi n’étais-je pas loin de penser, en 1955, très isolé, que la poésie avait cinquante ans de retard, comme se plaisait à le dire et à le répéter Brion Gysin dont je ne devais cependant faire la connaissance qu’en 1962, lors de la première Manifestation du Domaine Poétique à l’American Center du Boulevard Raspail, à Paris, où je fus bouleversé par l’audition de son fameux poème sonore I am that I am.

3La publication donc, en 1955, d’un recueil, SITOT DIT, chez Pierre Seghers, acheva de me convaincre de l’urgente nécessité, me semblait-il, de transformer radicalement le poème, en sorte que de “passif” qu’il était jusqu’alors sur la page à attendre vainement d’être lu, il devienne “actif”, en s’en extrayant, et récupère oxygène et vitalité en utilisant de nouveaux moyens, sinon complémentaires, de circulation.

4La diabolique et parfois sublime partie de cache-cache, depuis un siècle, du poème avec le lecteur me paraissait avoir eu finalement raison de ce dernier, qui, face à la page blanche, étape ultime de ce jeu, n’avait pu, lassé, que baisser les bras et aller voir ailleurs. Un cycle me semblait donc, à l’époque, s’achever, le suivant devant se caractériser, pour le poème, par la reconquête d’un auditoire. Encore lui fallait-il pour cela redevenir oral, être de son siècle et en prime s’emmagasiner beaucoup d’énergie pour affronter cet objectif et remonter cette pente. L’apparition du magnétophone, même rudimentaire mais devenu financièrement accessible, à cette date, arrivait à point pour faciliter, et en quelque sorte justifier le besoin de reconversion du poème vers l’oralité.

5Le magnétophone, nous fûmes quelques-uns, à Paris, sans nous connaître, à l’utiliser dans les années cinquante, non seulement pour son pouvoir d’enregistrement, mais aussi pour ses facultés, alors modestes, de manipulation et de transformations.

6Ainsi en fut-il de Francois Dufrêne qui, en pionnier, et dès 1953, commença à enregistrer ses premiers Cris-Rythmes. De son côté, Brion Gysin, dans sa minuscule chambre du fameux beat-hotel de la rue Git-Le-Coeur, se mit à l’utiliser, en 1959, pour ses premières Permutations, en même temps qu’il y mettait au point sa technique du cut-up dont allait abondamment profiter son voisin de chambre, William Burroughs. Henri Chopin, la même année, commençait à enregistrer ses premiers poèmes sonores rêvant dès cette date de transformer la revue Cinquième Saison dont il s’occupait en une nouvelle revue devant comporter des disques. Le premier numéro de cette nouvelle série, sous le nom de OU, sortit en effet avec un disque en 1964. Ainsi plus de dix ans s’étaient-ils écoulés depuis les premiers enregistrements de Dufrêne. C’est ce laps de temps qui s’est avéré nécessaire pour que nous finissions, enfin, tous les quatre, bien que dans la même ville, par nous rencontrer, chacun ayant, isolément, et de façon différente et par le biais du magnétophone, travaillé à catapulter le poème hors de la page. Ainsi que précisé çi-dessus, c’est donc personnellement en 1955, mon SITOT DIT paru, que je me décidai à radicalement transformer mes textes, visant désormais à les rendre “audibles” plus que “lisibles” et les dénommant pour cette raison même POEMES-PARTITIONS. Cette appellation voulait concrétiser leur vocation sonore et le fait que leur nouvelle disposition sur le papier, à l’image simpliste d’une partition musicale, me fournissait certaines indications de Lecture, à savoir le rythme, les durées, la vitesse, les hauteurs de ton... Ainsi s’en trouvèrent facilitées les premières Lectures à haute voix que je commençais à pratiquer auprès de cercles très restreints d’amis.

7L’acquisition enfin d’un magnétophone, également en 1959, me permit alors non seulement d’enregistrer ces premiers Poèmes-Partitions réalisés depuis quatre ans, mais de découvrir aussi ma propre voix, et de commencer, enfin, à pratiquer sur la bande quelques menues transformations visant à modifier les textes par la suppression de certaines respirations pour en accélérer le rythme, par des cut-ups et collages divers, par l’introduction d’éléments extérieurs aux textes eux-mêmes, bruits de la rue, cris, etc...

8Ainsi la nature même de mes textes, leur consistance, se trouvaient-elles avoir totalement changé. Retransmis par les enceintes, de couchés qu’ils étaient précédemment sur le papier, ils se dressaient et circulaient dans l’espace. Devenus sonores, ils se savaient avoir vocation à l’occuper. Ils ne visaient cependant à aucun effet musical et ne souhaitaient rien d’autre que de demeurer dans le domaine de la poésie, quitte à en bousculer les frontières. Seule l’utilisation de deux vecteurs nouveaux, l’espace et la durée, propres à la musique, pouvait avec celle-ci leur conférer une parenté lointaine, à tout le moins un certain parallélisme.

9J’allais de découverte en découverte d’un texte à l’autre et c’est alors incontestablement, durant cette phase de recherches et de tâtonnements, que me furent d’un apport exceptionnel tous les Concerts du Domaine Musical auxquels je me précipitais dès le premier, au Petit Marigny, au début de l’année 1955, et que je suivis jusqu’au dernier avec une absolue fidélité. C’était avec une curiosité passionnée que je me rendais à chacun d’eux et qu’avec quelques amis nous nous pressions, cette première année, dans cette minuscule salle, bourrée à craquer, bien souvent assis par terre. Je découvrais à chacun d’eux une musique dont je ne soupçonnais pas l’existence et m’enthousiasmais pour elle : c’était celle tout d’abord des Viennois, bien sûr, dont Pierre Boulez se faisait l’ardent propagandiste, celle de Messiaen, celle de Varèse surtout que je connaissais par un disque, Ionisation, trouvé par hasard, et celle enfin de ces jeunes compositeurs qu’étaient à l’époque Berio, Nono, Stockhausen et Boulez lui-même.

10Je ressortais de chacun de ces concerts les piles rechargées, convaincu que, si la musique était ainsi parvenue à accomplir sa révolution, il était urgentissime que la poésie parvienne à réaliser la sienne. Ce que j’avais entendu me prouvait qu’un champ gigantesque de possiblités et d’ouvertures lui était à elle, la poésie, offert aussi. Que tout était faisable. Que tout était permis. Je trouvais là la caution de mes audaces et de mes désirs et je m’y chargeais d’énergie pour persévérer dans mes choix.

11Le succès même du Domaine Musical le conduisit à déménager assez rapidement dans un lieu plus vaste, la Salle Gaveau. De taille encore intime, son architecture, avec ses petites loges de côtés, paraissait quelque peu anachronique et désuète pour cette musique à l’époque d ‘“avant-garde” que nous venions y entendre. Notre curiosité et notre avidité n’en étaient pas moins vives. Et ce fut alors, dans cette salle, l’inoubliable concert du 15 décembre 1956 et dans son cadre l’audition du Gesang der Jünglinge [Chant des Adolescents] de Stockhausen, la première oeuvre de musique électronique qu’il m’était donné d’entendre. La surprise fut au niveau du choc ressenti. Situé, je m’en souviens, derrière un pilier qui m’empêchait de voir la scène - mais il n’y avait de toutes façons plus d’instrumentistes à regarder - je me suis senti physiquement pris, environné par cette musique qui circulait, tournoyait dans la salle, qui en occupait la moindre parcelle d’espace, et qui venait on ne savait d’où, flottante, céleste, aérienne. Un bond considérable sur le plan sonore me paraissait là avoir été franchi. Un autre univers musical s’ouvrait dont les développements possibles s’avéraient d’emblée révolutionnaires et gigantesques. Aussi ne cessais-je, le lendemain, de tenter d’expliquer autour de moi ce qu’était cette musique nouvelle, ce qui la différenciait radicalement de la musique instrumentale traditionnelle, quel que fût le degré de nouveauté de cette dernière. Il s’agissait là, réellement, d’autre chose. D’une autre discipline. D’un autre univers.

12Mais si la texture sonore de cette oeuvre m’a sur le coup stupéfié, le fait que ce Gesang der Jünglinge était en sus une oeuvre vocale, qu’elle charriait des mots, qu’elle les faisait tourbillonner dans l’espace de cette salle Gaveau, cela, oui, en sus, m’a fasciné, mes préoccupations du moment concernant la poésie se trouvant là directement concernées. Même si ce Gesang ne relevait incontestablement que de la musique, la poésie, telle que je la concevais, telle que je la rêvais, trouvait là subitement une technique opérationnelle élargie, la possibilité d’acquérir dans cette voie une certaine présence physique que je lui souhaitais, une vitalité totalement renouvelée.

13Il y avait là pour elle, et sans basculer dans la musique, - mais les années qui ont suivi ont montré après tout à quel point les frontières entre les deux disciplines sont devenues parfois poreuses - en restant donc dans son propre registre, un potentiel considérable à explorer. J’aurais mauvais grâce à ne pas reconnaître ainsi le choc que me fut l’audition de cette oeuvre. Et sans doute s’insinue-t-il encore quelque part dans les Lectures-performances telles que je les pratique qui associent Lecture en direct et retransmission simultanée par les enceintes des mêmes textes pré-enregistrés. Lecture et retransmission visent à une occupation non seulement de la scène mais de l’espace entier de la salle en sorte que le poème devienne une sorte de bloc autant sonore que visuel. Ce travail est certes fort éloigné de l’atmosphère céleste de ce Chant des Adolescents ; mais comment ne pas lui être gré, depuis ce concert de 1956, de la gigantesque bouffée d’oxygène reçue ce jour-là, de la masse d’énergie que j’ai puisée pour continuer à défricher le terrain sur lequel je m’étais délibérément aventuré. Forcer les portes et jouer les funambules.

14Février 1988

Karlheinz Stockhausen
Studio de Cologne, WDR (1958)
(Photo : D. R.)

Table des illustrations

Légende Karlheinz StockhausenStudio de Cologne, WDR (1958)(Photo : D. R.)
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/1120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 775k

© Éditions Contrechamps, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search