Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karlheinz Stockhausen. Montag aus Licht

 | 
Philippe Albèra

Témoignage

Brian Ferneyhough
Traduction de Jacques Demierre

Texte intégral

1Je n’ai jamais rencontré Karlheinz Stockhausen. Je n’ai jamais suivi les cours de Darmstadt alors qu’il y enseignait et je n’ai pas vraiment eu connaissance de ce qu’il a composé ou écrit durant les vingt dernières années. Si j’emploie autant de négations, ce n’est pas pour me distancer du phénomène historique, mais plutôt, pour souligner aussi clairement que possible, l’impact énorme qu’eurent ses premières oeuvres sur de nombreux compositeurs éloignés des centres du pouvoir musical. J’ai pour la première fois rencontré Stockhausen (celui des pochettes blanches et brillantes...) à une époque où les innovations techniques et spéculatives des Klavierstücke I-IV, Kreuzspiel et Kontra-Punkte m’échappaient complètement ; je me souviens principalement de la vive émotion, résultat d’un choc bénéfique, engendrée par leur hardiesse et leur force additionnées - quelque chose de manifeste surtout viscéralement, et une source importante de motivation (plutôt que d’imitation) pour mes propres recherches. Aucune autre musique à cette époque, autant que j’en étais conscient, n’offrait un projet aussi radical et faisant autant de bien, aussi nettement au point et pourtant mystérieusement voilé. Je n’étais pas en position d’écrire (d’essayer d’écrire) une telle musique et je n’ai pas essayé ; cependant, c’était quand même quelque chose vers quoi j’ai senti la possibilité constante de me tourner durant les années qui suivirent avec le même sentiment de choc familier et salutaire, bien que mon propre développement se soit fait dans d’autres directions. Une des expériences principales de mes années de formation fut la création britannique de Gruppen : j’ai écouté de nombreuses fois l’enregistrement de cette exécution, en essayant de pénétrer son secret - comment elle semblait toujours être sur le point d’exploser, mais en parvenait pourtant à se retirer indemne de son noyau central à peine l’avait-on saisi. Rétrospectivement, il est clair que de cette confusion est né mon intérêt pour les questions formelles qui s’est perpétué jusqu’à aujourd’hui. Comme Varèse, Stockhausen a lancé un défi, d’abord à la sensibilité et ensuite à l’esprit, que je ne sous-estime aucunement. Mon premier contact avec le théoricien Stockhausen eut lieu bien plus tard, et je n’ai pas vraiment trouvé de rapports avec sa pensée à ce niveau-là. Encore que la formulation d’une contre-proposition constructive et utile pour moi était fondée - du moins en partie - sur une réflexion à partir de ses thèses. Plus récemment, il a été intéressant de lire la correspondance Stockhausen-Goeyvaerts depuis les premières années de son aventure, et de sentir là aussi cette même ambition première et cette vision qui caractérise les compositions de cette période. Je n’ai jamais réussi à comprendre les accusations “cérébrales” élevées contre nombre de ces objets magnifiques ; rien en eux ne témoigne d’une brutale imposition de l’extérieur de normes et de schèmes arbitraires. Dans la mesure où les techniques dites “sérielles” étaient employées pour leur création, elles ont permis de couper les liens les unissant aux canons usés de l’expression et de s’élever à la fois au-dessus de ces derniers et au-dessus d’une confiance acoustique aveugle dans les mécanismes de leur production. Ils survivent en tant que musique. Peut-être, à l’inverse de la majorité des compositeurs de ma propre génération, n’ai-je jamais souscrit (quelle que soit la distance personnelle inévitable) à la thèse suivant laquelle les nombreuses transformations de vocabulaire caractérisant le développement de Stockhausen sont le signe évident de son incapacité à réaliser la vision primitive de l’ordre rigide qu’il avait dans sa jeunesse. Au contraire, il me semble que la reconsidération constante de ses prémisses a abouti au maintien d’un fil de conscience historique remarquablement tenace qui deviendra plus clair avec le temps. Face aux remarques précédentes, il n’est pas contradictoire que ce bref moment d’intersection ait fait place à une distance esthétique grandissante : après tout, cela devrait être ainsi. Toutefois, je doute qu’il y ait eu un seul compositeur de la génération intermédiaire qui, même pour une courte durée, n’ait vu le monde de la musique différemment grâce à l’oeuvre de Stockhausen.

© Éditions Contrechamps, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540