Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Karlheinz Stockhausen. Montag aus Licht

 | 
Philippe Albèra

Avant-Propos

Philippe Albèra

Texte intégral

Montag aus Licht
Répétition, Acte I
Alain Louafi, Karlheinz Stockhausen, Kathinka Pasveer, Nicholas Pace-Isherwood
Scala, Milan - Mai 1988
(Photo Henning Lohner)

1Karlheinz Stockhausen occupe, depuis le début des années cinquante, une position dominante dans le mouvement de la nouvelle musique. Il en a été l’une des figures les plus radicales et les plus puissamment imaginatives. Dans tous les domaines, il a ouvert des voies nouvelles, audacieuses et fécondes : au cours des années cinquante, par un renouvellement fondamental des concepts compositionnels et par son travail de pionnier dans le domaine électro-acoustique ; puis, dans les années soixante, par le développement de nouvelles conceptions formelles et par la recherche d’une synthèse stylistique mêlant des matériaux historiques et les influences de musiques extra-européennes aux moyens nouveaux ; c’est ainsi qu’il développa l’idée d’une “musique universelle” et d’une “musique cosmique” débouchant sur le vaste projet d’un opéra étendu aux sept jours de la semaine, Licht, auquel il travaille depuis 1977.

2La démarche de Stockhausen est avant tout prospective : “... je me suis posé des problèmes qui ne pouvaient pas être résolus sur le moment, qui étaient des problèmes du futur et qui remettaient en cause la formation des musiciens, jusqu’à la construction et à l’utilisation des instruments.” ? Elle est basée sur quelques principes fondamentaux qu’il n’a jamais reniés au cours de son évolution créatrice, mais qu’il a au contraire approfondis, élargis et enrichis. Pour Stockhausen, la musique repose sur le concept d’un ordre sonore, fondé sur un riche tissu de relations, où matériau, langage et forme sont en parfaite adéquation. Ainsi a-t-il développé toutes les potentialités du sérialisme post-webernien, dont il fut avec Pierre Boulez le théoricien le plus important : chez lui, la structure de base, cellule première ou noyau originel, contient potentiellement l’ensemble des relations structurelles et formelles d’une oeuvre ou d’une série d’oeuvres. Ce qui était, dans les années cinquante, la série, deviendra, à partir de Mantra (1970), la “formule”. Pour Stockhausen, ce noyau d’origine est déjà un tout, il contient toutes les virtualités de l’oeuvre. L’unité entre les dimensions du microcosme et celles du macrocosme est garantie par les mêmes critères de proportions et les mêmes valeurs qualitatives.

3L’oeuvre abandonne les concepts traditionnels de développement ou de variation, rejetés dès ses débuts par Stockhausen ; elle n’est pas narrative, ni même, au sens traditionnel du terme, dramatique. Elle exclut les schémas de tension traditionnels, et demeure indifférente aux notions conventionnelles de début et de fin. Forme en perpétuelle expansion, elle conduit à la méditation, selon les termes mêmes de Stockhausen dans ses textes. L’oeuvre tend à un absolu - en tant qu’ordre sonore cohérent, rigoureux et nécessaire - et elle entraîne l’auditeur dans sa contemplation. En ce sens, même si elle utilise des styles historiques (le plus souvent d’ailleurs extra-européens), des matériaux connus (comme les hymnes nationaux dans Hymnen, 1966-67), elle demeure toujours une écriture du présent, d’un présent élargi à l’infini, sublimé. De cette conception du moment autonome naît une conception de l’espace : la forme en croix du dispositif instrumental dans Kreuzspiel (1951), les trois orchestres de Gruppen (1955-57), les quatre choeurs et orchestres de Carré (1959-60), la musique cosmique et en plein air de Sternklang (1971) ou de Sirius (1975-77) en sont des exemples significatifs.

4Toute l’oeuvre de Stockhausen, depuis sa position radicale des années d’après-guerre jusqu’à aujourd’hui, se rebelle contre les déterminations de l’histoire. Elle est tendue par l’utopie d’un langage reconstruit, renouvelé, inouï, qui a débouché, dans les années soixante-dix, sur l’idée d’un monde et d’un homme nouveaux (que Stockhausen n’hésite pas à décrire comme un “surhomme”). Tous ses textes, toute sa pensée sont obsédés par ce concept de la “nouveauté”, de l’inédit, du “non encore apparu”, d’une Histoire recommencée. L’opéra Montag aus Licht (1985-88) illustre parfaitement et presque naïvement cette thématique. C’est la force des oeuvres de Stockhausen - une dimension visionnaire - et leur limite. Stockhausen ruse avec l’Histoire et avec le récit par une sorte de bricolage mythologique tout à fait personnel. Ses références ne plongent pas dans l’histoire, mais dans une analyse scientifique du matériau et dans une imagination intérieure visionnaire, soutenue par une confiance illimitée dans la vérité de l’intuition.

5Ce double geste fondateur de la pensée et de l’oeuvre de Stockhausen - le calcul et l’illumination - n’est pas dénué de connotations religieuses. Stockhausen effectue une synthèse très personnelle du catholicisme et des différentes religions orientales ; par là, il cherche à doter la nouvelle musique d’un contenu spirituel qui dépasse le jugement esthétique et le concept de l’art pour l’art. Dès ses premières oeuvres, il a voulu retrouver la dimension sacrée, voire magique, de la musique. En écrivant des pièces qui occupent le plus souvent toute une soirée, en travaillant de façon privilégiée avec des interprètes choisis, soumis aux exigences les plus élevées (comme de tout jouer par coeur notamment) et à un rythme de travail très poussé, Stockhausen a rejeté et dépassé le concept du concert traditionnel, cette forme qualifiée autrefois de “culinaire” par Brecht. Les concerts de Stockhausen ressemblent à des rituels où tout, depuis les notes écrites sur la partition jusqu’aux mouvements corporels, aux costumes et aux lumières, est structuré de façon homogène et réglé par le compositeur. Aussi était-il logique qu’il en vienne à la forme de l’opéra, qui s’inspire davantage chez lui des modèles orientaux, comme le kathakali indien ou le nô japonais, que des conventions occidentales.

6L’idée d’une ritualité de la musique, liée à sa fonction spirituelle met en crise toute approche dialectique, critique et purement rationelle, fondée sur des critères esthétiques. L’oeuvre est chargée de matériaux et de significations autobiographiques plus ou moins explicites, depuis le Gesang der Jünglinge de 1955-56 jusqu’à Licht ; elle cherche à briser les barrières entre son caractère d’artifice et l’immédiateté du vécu. Stockhausen fut d’ailleurs profondément marqué, à la fin des années cinquante, par l’exemple de John Cage et par le mouvement Fluxus (voir son oeuvre théâtrale Originale de 1961), ce que Boulez et Nono lui reprochèrent alors vigoureusement. De même, Stockhausen a signalé que plusieurs de ses oeuvres sont nées d’improvisations au piano (il en parle dans ses lettres à Boulez ou Goeyvaerts), de quasi hallucinations (comme Telemusik, 1966) ou de rêves précis (comme Trans, 1971) : les calculs méticuleux et complexes qui président au travail compositionnel croisent chez lui l’intuition immédiate - le sérialisme rigide de Zeitmasze est indissolublement lié à la “musique intuitive” de Aus den sieben Tagen. L’oeuvre cherche à capter l’inconnu, et se projette, entraînant l’auditeur avec elle, au-delà du connu.

7Licht est l’aboutissement monumental et la synthèse d’une telle pensée ; l’opéra est tout entier contenu dans une “formule” de base, et il veut contenir à son tour toute la culture universelle et l’histoire du monde.

8Nous avons conçu ce volume comme un programme élargi accompagnant les concerts Stockhausen organisés par le Festival d’Automne 1988. C’est pourquoi il comprend, pour l’essentiel, le livret de Montag aus Licht - précédé d’un entretien de Michael Kurtz avec le compositeur qui sert d’introduction à l’opéra - et les textes du compositeur sur les oeuvres jouées. A cela s’ajoutent des témoignages et des commentaires touchant à différents aspects de l’oeuvre de Stockhausen, ainsi que des lettres inédites à Pierre Boulez, datant des années cinquante. Les textes de Stockhausen mêlent éléments techniques, éléments descriptifs, et éléments symboliques dans une langue qu’il n’est pas toujours facile de rendre limpide en français. Nous avons choisi de rester au plus près de l’original, par souci de fidélité, au risque de sacrifier parfois l’élégance du style.

Table des illustrations

Légende Montag aus LichtRépétition, Acte IAlain Louafi, Karlheinz Stockhausen, Kathinka Pasveer, Nicholas Pace-IsherwoodScala, Milan - Mai 1988(Photo Henning Lohner)
URL http://books.openedition.org/contrechamps/docannexe/image/1115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 582k

© Éditions Contrechamps, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540