Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le parti pris des sons

 | 
Philippe Albèra

III. Parcours de l'œuvre

Sémantique

Six Lettres à l'obscurité (und zwei Nachrichten)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si, dans Reconnaissance, la vie réelle et la vie imaginaire, l’existence prosaïque et l’existence poétique s’opposent, celles-ci sauvant celles-là, dans le deuxième quatuor à cordes, qui porte le titre intrigant de Six lettres à l’obscurité (und zwei Nachrichten), la vie réelle est littéralement transmuée dans les structures musicales. On pourrait reprendre pour cette œuvre l’expression d’Adorno à propos de la Suite lyrique de Berg, celle d’un « opéra latent », si le fait que Gervasoni s’exprime à la première personne ne conduisait pas davantage à l’intimité du lied, aussi présente d’ailleurs chez le compositeur viennois. Mais si, chez ce dernier, l’œuvre est la sublimation d’une passion impossible et se présente sous la forme d’un dialogue à distance – l’autre est la bien-aimée lointaine –, chez Gervasoni, elle est monologique, et ressasse une expérience amoureuse qui a échoué – l’autre est la figure de l’absente. Le cryptage fait néanmoins résonner la manie bergienne de sursaturat...

© Éditions Contrechamps, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540