Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le parti pris des sons

 | 
Philippe Albèra

III. Parcours de l'œuvre

Lignes

Due voci, Tornasole

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La concentration sur des sons travaillés par des modes de jeu et des dynamiques en mouvement s’inscrit dans une continuité, les points formant des lignes qui dans certains cas les dissolvent. La première pièce de Due voci présente ainsi une ligne qui s’enroule sur elle-même tout en produisant des nœuds. C’est une ligne tressée, hachurée, tremblée, agitée par des traits nerveux. La voix du violon, qui naît du souffle de la flûte, erre tout en étant reliée à une note-pivot ; fragile et incertaine, elle semble chercher son chemin. On ne peut parler d’une forme mélodique, car elle reste en deçà d’un contour chantant, s’apparentant plutôt à la modulation d’un son qui s’étendrait ou se rétracterait à l’intérieur d’un espace réduit, comme un animal progressant par reptations. Vient aussi l’image d’un fil patiemment noué à lui-même et tendu à travers l’espace. Cette ligne ne forme pas une phrase, quand bien même il est possible, dans la première partie surtout, de dessiner un contour chroma...

© Éditions Contrechamps, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540