Version classiqueVersion mobile

Le parti pris des sons

 | 
Philippe Albèra

II. Le parti pris des sons

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sonorité

Ce qui frappe d’emblée dans la musique de Stefano Gervasoni, c’est la richesse de l’invention sonore, fondée sur des phénomènes fortement individualisés, des timbres rares, des alliages inouïs. Le son y apparaît dans sa réalité physique, comme une qualité, comme le résultat d’un dynamisme interne, mais aussi comme une forme expressive. Ce n’est pas un simple matériau, mais un corps vibrant, une énergie, une forme en devenir ouverte sur l’inconnu. L’évidence du résultat sonore, avec son caractère d’immédiateté, est toutefois voilée par un travail de transformation souterrain, presque imperceptible. Cette tension est au cœur de l’écriture.

Dès ses débuts, Gervasoni a fait le choix de travailler à partir de la nature acoustique du son, détaché de ses formes d’organisation traditionnelles, visant ce que Helmut Lachenmann a appelé l’« expérience empirique et immédiate » du matériau1. Au début de la première œuvre inscrite à son catalogue, Die Aussicht (1985), les sons fragiles de ...

© Éditions Contrechamps, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search