Version classiqueVersion mobile

Moments musicaux

 | 
Theodor W. Adorno

À propos de la partition de Parsifal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De toutes les œuvres de Wagner, Parsifal est celle que le public a le moins présente à l’esprit, et l’on a encore dit peu de choses quant à ce qui fait sa particularité, exception faite peut-être des analyses formelles d’Alfred Lorenz15. La lex Parsifal, qui devait protéger cette « représentation scénique sacrée » au-delà des trente années alors légales, n’a pu être votée ; en contrepartie, l’opéra est entouré d’une sorte d’écran protecteur, qui tient sans doute autant au respect de l’élément cultuel qu’à la peur de s’ennuyer. Cette peur en tout cas est sans fondement. C’est précisément dans le côté un peu balourd, qui effraie l’amateur d’opéra non prévenu, que se cache un élément de nouveauté toujours inquiétant. La musique de Wagner était caractérisée depuis toujours par ses manières un peu compliquées ; cela est lié à une gestique suggestive, un penchant à parler beaucoup pour faire taire l’auditeur. Le Crépuscule des Dieux, avec ses larges flots de musique, rappelle parfois le n...

© Éditions Contrechamps, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search