Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Moments musicaux

 | 
Theodor W. Adorno

Les contes d’Hoffmann à travers les motifs d’Offenbach

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour expliquer ce qui a pu attirer Offenbach, le magicien de la parodie et le parodiste des mythes, dans le romantisme tardif d’Hoffmann, on pointe traditionnellement une affinité élective avec le côté démoniaque. Difficile de répliquer grand chose à cela, même si cette affirmation ne dit vraiment pas grand chose. La figure formée par l’écrivain et le premier opéra d’Offenbach, qui restera aussi son dernier, est d’un caractère bien plus précis ; ce n’est pas pour rien que l’écrivain y est lui-même convoqué sur scène : le cadre dramatique qu’il a fourni, les fables qu’il a conçues, il doit les habiter physiquement. Car le pouvoir démoniaque dont le nom obscur est invoqué ici par la musique n’est pas celui des puissances abstraites du monde inférieur, il sourd au contraire de l’appartement lui-même, tout comme Mirakel12 se détache soudain des murs pour sauter dans la chambre de Crespel. Alors que les esprits et les fantômes avaient toujours été liés au lieu et à l’heure, ici, le lieu ...

© Éditions Contrechamps, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540