Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Essais sur la Nouvelle Musique

 | 
Carl Dahlhaus

Le concept de tonalité dans la Nouvelle Musique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I.

Dans une épopée en prose de l’année 1869, Les Chants de Maldoror de Lautréamont, il y a cette phrase : « Le système des gammes, des modes et de leur enchaînement harmonique ne repose pas sur des lois naturelles invariables, mais il est, au contraire, la conséquence de principes esthétiques qui ont varié avec le développement progressif de l’humanité, et qui varieront encore »1. L’idée selon laquelle la tonalité est un principe historique et non un principe naturel date donc du XIXe siècle, et l’affirmation2 selon laquelle Fétis, qui emploie le terme de tonalité pour la première fois, aurait pensé exclusivement à la tonalité majeure-mineure et y aurait vu un principe naturel, est inexacte. Fétis3 qualifie de « tonalités »4 certaines gammes exotiques aussi et parle d’une « tonalité du plain-chant »5. Aux yeux de Fétis6, la tonalité majeure-mineure est « un fait qui existe pour nous par lui-même » : « Pour nous » – donc il existe autrement pour d’autres. « Par lui-même » – donc il n’...

© Éditions Contrechamps, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540