Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Annexes

Annexe 3

L’affaire Albert Londres vue du côté de l’autorité militaire

Texte intégral

Source : SHAT, 16N 1596.

Le 3 juin 1918

Le chef de la Mission de Presse Française

au Chef du Service des Missions.

J’ai l’honneur de demander que le Général en Chef décide le retrait du permis de Correspondant de Guerre de Monsieur Albert LONDRES pour les faits suivants et conformément à l’article IV, paragraphe A de l’instruction générale réglant le fonctionnement de la presse aux Armées du Ministre de la Guerre en date du 12 mars 1918.

Le Chef du Service des Missions m’ayant prescrit d’éviter les retours à la nuit des Correspondants de Guerre se rendant à proximité du front, j’ai donné ordre au Lieutenant de FONTARCE accompagnant le 1er juin MM. TARDIEU, LONDRES, et HELSEY, de revenir à 21 heures. Les Correspondants ont alors demandé l’autorisation d’aller protester auprès du Chef de la Section d’Information, autorisation qui leur a été accordée. Le Capitaine de GUERRY a téléphoné au Capitaine d’ARENBERG qui a remis au Chef de la Section d’Information une note demandant que les ordres donnés par le Chef de Mission soient confirmés.

Le 2 juin le sous-lieutenant FAUVAGE, MM. LONDRES et HELSEY se sont rendus à la Montagne à REIMS. Pour éviter un retour tardif, j’ai fixé le départ à 11 heures 30 et le retour vers 20 heures.

A la fin du dîner et en présence du Lieutenant SURCHAMP, du sous-lieutenant MOMMEJA, de MM. BABIN, GINISTY, HELSEY, d’un ordonnance, Monsieur TARDIEU a protesté contre l’heure de départ qui gênait son travail. Comme je lui parlais de l’inconvénient des phares et de la fatigue inutile des hommes, il a déclaré qu’ils avaient des domestiques pour les servir. J’ai fait observer qu’à la Mission, il n’y avait pas de domestiques mais seulement des Militaires. J’ai ajouté que je n’avais pas à discuter, mais à donner des ordres. Monsieur LONDRES a dit qu’on travaillait contre la Mission et qu’il avait la preuve que j’avais menti. étant militaire, j’ai coupé court et déclaré que je rendrais compte. Le maintien de ce correspondant me paraît incompatible avec l’ordre ou la discipline.

Je demande en outre qu’une enquête soit faite sur la nature de cette soi-disant preuve.

Signé : G. de Mirepoix.

***

Transmis.

Il me paraît impossible de conserver un Correspondant qui se permet d’avoir une pareille attitude vis-à-vis du Chef de Mission. Monsieur Albert LONDRES me paraît d’ailleurs moins qualifié que quiconque pour élever la voix, étant donné l’irrégularité de sa situation militaire sur laquelle j’ai déjà eu l’occasion d’attirer l’attention.

J’ai l’honneur de demander que toute la lumière soit faite sur l’origine de la prétendue « preuve » dont il est question.

Au GQG, le 3 Juin 1918

Le Chef du Service des Missions

Signé : MOULIN.

***

GQG, le 5 juin 1918

Le Chef d’Escadron GONZALèS

Chef de la Section d’Information du GQG

à Monsieur le Chef du Cabinet Civil du PRéSIDENT DU CONSEIL, MINISTRE DE LA GUERRE.

PARIS

Par télégramme en date du 3 juin, j’ai eu l’honneur de vous rendre compte de l’incident provoqué par M. Albert LONDRES, Correspondant du « Petit Journal », et de son renvoi de la Mission de Presse Française accréditée auprès du Grand Quartier Général.

M. LONDRES, ayant traité de « menteur » le Capitaine de MIREPOIX, Chef de la Mission, devant des Officiers, des Correspondants de Guerre et un soldat ordonnance, a, non seulement manqué aux principes de la plus élémentaire correction, mais encore aux prescriptions régissant les rapports qui doivent exister entre des Officiers chargés d’un service et une collectivité soumise à une réglementation militaire même largement comprise.

Une sanction immédiate s’imposait, sinon la situation et surtout l’autorité du Chef de Mission devenaient impossibles.

J’ai donc soumis aussitôt le fait au Cabinet du Général en Chef et le Major-Général, (conformément à l’Instruction sur le fonctionnement de la Presse aux Armées, chapitre IV), a décidé l’exclusion tout au moins provisoire de M. LONDRES.

Je vous adresse ci-joint le rapport du Capitaine de MIREPOIX, dont le sang-froid et l’attitude irréprochables ont permis que l’incident ne prenne pas de plus graves proportions ; les marques de déférente sympathie par lesquelles la majorité des correspondants de guerre ont tenu à protester contre l’injure faite à cet Officier ont atténué en partie son juste ressentiment.

Après avoir pris connaissance du rapport, j’ai invité M. LONDRES à venir s’expliquer. Il m’a déclaré qu’au cours de l’entretien que j’avais accordé à deux de ses camarades et à lui même, son attention avait été attirée par une note écrite au crayon bleu très visible placée sur mon bureau et sur laquelle son nom était inscrit. Cette note émanait du Capitaine d’ARENBERG, Adjoint au Commandant Chef des Missions ; elle était à peu près conçue en ces termes : « Messieurs LONDRES et HELSEY viennent voir le Commandant GONZALèS et réclamer parce qu’on leur prescrit de rentrer à 9 heures. Je demande qu’on maintienne la décision ».

Elle était motivée par le fait suivant. M. LONDRES voulant profiter de la liberté donnée à la Mission de circuler très en avant vers le front, partait chaque après midi accompagné de quelques-uns de ses confrères vers 15 heures, et ne rentrait que tard dans la nuit entre 1 heure et 2 heures du matin. Le Chef de Mission, soucieux de ménager le personnel troupe de la Mission, avait signalé le fait au Commandant MOULIN, Chef des Missions de Presse, qui avait pris sur lui de prescrire le retour à la Mission vers 9 heures du soir ; la mesure était d’autant plus sage qu’il importe actuellement d’éviter la circulation de nuit des voitures automobiles dont les phares peuvent permettre aux avions ennemis de régler leur marche en révélant les routes s’ils ne les voient pas nettement.

Vexés de cette mesure, MM. LONDRES et HELSEY (du Journal) et TARDIEU (de L’écho de Paris) demandèrent à me voir pour protester contre elle. Je rappelais ces Messieurs à l’observation des ordres qu’ils avaient reçus et je profitais de leur venue pour leur donner quelques renseignements sur la situation militaire. C’est au cours de notre entretien que M. LONDRES apercevait sur mon bureau la note du Capitaine d’ARENBERG dans laquelle il était nommé. Il la lisait, commettant ainsi une indiscrétion blâmable ; il l’interprétait ensuite d’une façon inexacte puisqu’il croyait pouvoir en déduire que le Capitaine de MIREPOIX en avait téléphoné le texte complet et demandait à être couvert pour la consigne qu’il aurait personnellement donnée aux Correspondants de ne pas circuler de nuit en automobile. C’est ainsi que M. LONDRES estimait avoir la preuve que le Capitaine de MIREPOIX « travaillait contre la mission » et que cet Officier « mentait » en prétendant exécuter des ordres qu’il aurait donnés lui-même de sa propre initiative.

M. LONDRES est d’un tempérament exalté ; irritable et nerveux, il se laisse souvent aller à tenir des propos inacceptables et à considérer les Officiers de la Mission, dont le dévouement et la patience sont inlassables, comme mis à sa disposition pour exécuter ses moindres désirs. Son attitude est souvent inconciliable avec la discipline qui doit régner à la Mission ; elle va à l’encontre des engagements signés par les Correspondants de guerre à leur entrée en fonction.

La plupart des camarades de M. LONDRES ont nettement marqué leur réprobation. Toutefois, M. HELSEY semble ne pas vouloir se séparer de son confrère et j’ai dû prescrire, au sujet de certains propos tenus par ce dernier, une enquête dont je vous envoie les premiers éléments.

La faute de M. LONDRES était d’autant plus grave qu’elle avait été commise en présence de deux Officiers et d’un soldat. Dans l’intérêt du service et pour maintenir intacte l’autorité du Chef de la Mission auquel je ne pouvais rien reprocher en cette circonstance, j’ai estimé nécessaire de soumettre sans retard le cas au général en chef.

Sa décision m’a été notifiée le soir même, mais seulement vers 19h30. N’ayant pu obtenir à ce moment la communication avec le Commandant SCHALLER, c’est par message téléphonique que j’ai dû vous rendre compte de ce qui s’était passé et j’ai demandé au Commandant SCHALLER de vouloir bien prévenir officiellement le Directeur du « Petit Journal » de la décision prise au sujet de son Correspondant.

Le rapport ci-joint du Capitaine de GUERRY fait mention de menaces proférées par MM. LONDRES et HELSEY à l’égard des Officiers de la Mission de Presse et du GQG.

Il y a là une indication importante sur l’état d’esprit de certains correspondants et sur lequel j’estime devoir appeler respectueusement votre attention, car il serait regrettable, dans les circonstances actuelles, qu’une polémique contre le Commandement pût être engagée.

En tout cas, il me paraît difficile de laisser M. LONDRES revenir à la Mission avant longtemps. La bonne harmonie règne actuellement entre les Officiers et les Correspondants qui s’y trouvent. Le retour de M. LONDRES ne pourrait que rallumer des discussions pénibles.

Dans ces conditions, il serait désirable que le Directeur du « Petit Journal », prévenu de la situation, consentit à retirer lui-même son Correspondant et à le remplacer dans le plus bref délai. Il me semble qu’il serait préférable de ne plus faire intervenir le Commandement.

Si vous approuvez ma manière de voir, je vous demanderai d’en faire saisir le Directeur du « Petit Journal » et de lui demander un nouveau correspondant de guerre en remplacement de M. LONDRES. Ses intérêts pourraient ainsi être sauvegardés dans la mesure du possible.

***

Au GQG le 4 juin 1918

GRAND QUARTIER GéNéRAL DES ARMéES DU NORD ET DU NORD-EST

état-Major

SECTION D’INFORMATION

N°: 3736

Le Chef d’Escadron GONZALèS,

Chef de la Section d’Information du GQG.

à

M. Albert LONDRES, Correspondant de Guerre du « Petit Journal »

s/c du Commandant MOULIN

Chef du Service des Missions de Presse

au GQG.

J’ai l’honneur de vous faire connaître que le Général en Chef a été mis au courant de l’incident que vous avez provoqué et qu’il a décidé le retrait, jusqu’à nouvel ordre, de votre permis de Correspondant de guerre.

Le Ministre de la Guerre a été averti de cette décision.

J’ai fait prévenir officiellement le Directeur de votre journal.

Je vous prie de bien vouloir envoyer au Chef de la Mission votre permis de Correspondant de Guerre.

Signé : Ct GONZALèS.

Transmis à M. le Capitaine

Chef de la Mission de Presse Française

4 juin 1918

Signé : Ct MOULIN.

***

MISSION DE LA PRESSE FRANCAISE

Le 5 juin 1918

Monsieur LONDRES cesse le 3 juin de faire partie de la Mission de PRESSE FRANCAISE accréditée auprès du Grand Quartier Général ; il en quitte aujourd’hui le siège après 11 mois de présence du 28 juin 1917 au 3 juin 1918.

Le Chef de la Mission.

***

MISSION DE LA PRESSE FRANCAISE

GQG.

N° 317

Le Capitaine de LEVIS-MIREPOIX

Chef de la Mission de la Presse Française

à Monsieur le Chef du Service des Missions de Presse

au GQG.

J’ai l’honneur de vous rendre compte que le 4 juin à 19h30 j’ai été averti que M. LONDRES venait de rentrer par ses propres moyens.

Je suis allé le trouver dans sa chambre, lui ai manifesté mon étonnement de sa présence, et lui ai notifié l’ordre du général en Chef. Il m’a déclaré n’avoir pas eu connaissance de cet ordre, et n’avoir jamais eu de carte de Correspondant de Guerre. Voulant aller au GQG je lui ai fait observer qu’il devait quitter la zone des armées. Il s’est incliné et a demandé à repartir de suite ; puis se ravisant a déclaré désirer dîner. Je lui ai proposé de se joindre à la table générale et de repartir le lendemain à 9 heures ce qui a été convenu. « C’est une affaire personnelle, a-t-il ajouté, et je vous demanderai des explications après la guerre, maintenant toutes mes affirmations ».

Je lui ai répondu qu’en effet je ne pourrai régler la question personnelle qu’après la guerre.

Après le dîner il m’a demandé l’autorisation de réunir ses confrères, ce que je lui ai accordé.

Des Correspondants m’ont rappelé que le 3 juin après l’insulte qu’il m’avait adressée, je lui avais intimé de se rétracter aussitôt et qu’au contraire il avait maintenu ses propos. C’est à ce moment que j’ai arrêté la discussion en le prévenant que je rendrais compte.

M. LONDRES a été reconduit ce matin à la gare de NANGIS à 9 heures 30 par le Capitaine de GUERRY qui lui a remis sa carte provisoire de circulation au front anglais.

Le 5 juin 1918

Signé : G. de Mirepoix.

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search