Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Annexes

Annexe 2

Le rôle joué par deux journalistes dans l’entrée en guerre des États-Unis

Texte intégral

Source : SHAT, 16N 1623.

Monsieur BERRY (Américain)

(à la Mission du 25 sept. 1916 au 8 août 1918)

Associated Press (US) 1 800 journaux

Bonnes tenue et éducation ; vit en France depuis de nombreuses années ; est Écossais de naissance ; manque de franchise dans ses rapports avec les officiers de la Mission.

Paresseux pour le travail et manque de résistance physique ; fort intelligent et madré mais bluffeur.

A fait du bon travail au début de la mission et a beaucoup prêché l’intervention de l’Amérique dans la lutte. Ses articles ont eu du succès à ce moment. Sentiments pro-alliés ; s’est laissé aller vers la fin à sa paresse.

A eu quelque temps avant de quitter la mission une discussion avec le Chef de la Section d’Information dans laquelle son attitude a laissé à désirer au point de vue franchise.

RéSUMé – Semble avoir fourni son effort maximum en contribuant fortement à l’intervention des états-Unis ; a toujours fait preuve de sentiments francophiles ; intelligent mais indolent.

Monsieur WOOD (Américain)

(à la Mission du 25 sept. 16 au 3 juil. 18)

United Press (US) 800 journaux

Exchange Telegraph (Londres)

Quelques grands journaux de l’Amérique du Sud dont la NATION.

Bonne tenue mais manque de correction et d’éducation vis-à-vis des officiers de la Mission. Cette attitude semble un principe ; ce correspondant se figurait devoir obtenir ainsi plus facilement satisfaction dans ses desiderata.

Intelligent, journaliste avisé, très à l’affût des nouvelles intéressantes, pousse à l’excès le désir d’annoncer du sensationnel, exagère même sur le genre américain à ce point de vue.

A fait à la Mission de la très bonne propagande en contribuant à l’intervention des états-Unis dans la lutte ; avait une influence sérieuse dans l’Amérique du Sud. Sentiments pro-alliés ; a de nombreuses amitiés en Italie où il a longuement séjourné ; ne se cache pas de son affection pour l’Italie.

à diverses reprises a eu avec des officiers de la Mission des discussions dans lesquelles il a manqué de correction ; a eu également de nombreuses discussions professionnelles avec les autres correspondants. Il a fallu faire preuve envers lui de beaucoup de patience parce qu’on tenait à le garder, n’ayant pas de remplaçant en vue.

RéSUMé – Journaliste adroit ; exagère le bluff américain dans sa manière de présenter les faits ; peu maniable dans une Mission de presse ; a fortement contribué à l’intervention américaine ; ententophile ; préférence marquée pour l’Italie.

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search