Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Conclusion

Texte intégral

  • 1  « Visé » pour la première fois par les Américains, juste après l’intervention à la Grenade en 1983 (...)
  • 2  Maurin Jean-Louis, « Des missions de presse aux pools de journalistes », Journaliste Infos, n°19, (...)

1Au moment de conclure, il n’est sans doute plus besoin de convaincre de l’importance du sujet que nous venons de traiter. C’est pourquoi nous orienterons cette conclusion dans une autre direction, à savoir les « redondances » qui, au fil de l’Histoire, semblent caractériser les relations armée-médias, quel que soit le temps considéré : temps de paix, de crise ou de guerre. Ainsi, les pools de journalistes de la guerre du Golfe (1991), qui semblaient être l’expression d’un nouveau concept 1, sont finalement apparus, à soixante-quinze ans de distance, comme la copie quasi conforme des missions de presse de la première guerre mondiale, les quelques différences que nous avons pu relever 2 étant en grande partie imputables à la nature de ces deux guerres.

2Autre exemple : le célèbre SIRPA (Service d’information et de relations publiques des armées) voulu par Michel Debré. Il n’est jamais, lui aussi, que l’héritier du bureau de la presse créé en 1883 au ministère de la Guerre par le général Thibaudin (ministre de la Guerre de janvier à octobre 1883) pour renseigner les journalistes, sa création étant en grande partie liée à l’instauration du service militaire (1872) et au fait que la presse est en train de devenir une puissance incontournable.

  • 3  Leser Charles, Le soldat, Maison Quentin, 1887, Paris, pp. 120-121.

3À propos de ce bureau, Charles Leser écrit : « chaque matin, chaque soir, des journalistes viennent là ; on leur communique les dépêches, les nominations officielles ». Et d’ajouter : « Dans maintes circonstances, le bureau de la presse a été fort apprécié ; par exemple, au mois de septembre 1886, quelques accidents se produisirent pendant les manœuvres ; la chaleur était telle que des troupiers, des réservistes tombaient, inanimés ; deux d’entre eux succombèrent même des suites d’une insolation ; on devine l’inquiétude provoquée par ces tristes nouvelles ; tous ceux – et ils étaient nombreux – qui comptaient un parent ou un ami sous les drapeaux, vivaient dans de perpétuelles alarmes. Or, l’officier qui dirigeait alors le bureau de la presse eut l’idée de donner chaque jour aux journalistes, copie des dépêches que le ministre recevait des commandants d’armée et qui contenaient les noms des militaires atteints ; cela suffit pour rassurer tout le monde » 3.

4Aujourd’hui, l’armée française cherche plus que jamais à maintenir le lien avec la nation – lien qui auparavant existait « naturellement » à travers le service militaire – et a besoin pour cela des médias. Mais le passage à l’armée de métier a induit de « nouvelles » relations avec ceux-ci. Plus précisément, les relations armée-médias ont pris un tour nouveau. Désormais, elles se font sur d’autres bases. Les relations armée-médias n’en restent pas moins d’abord tributaires d’un contexte : la paix, la crise ou la guerre.

Notes

1  « Visé » pour la première fois par les Américains, juste après l’intervention à la Grenade en 1983, le terme pool a resurgi lors de la guerre du Golfe.

2  Maurin Jean-Louis, « Des missions de presse aux pools de journalistes », Journaliste Infos, n°19, décembre 1994, pp. 9-11.

3  Leser Charles, Le soldat, Maison Quentin, 1887, Paris, pp. 120-121.

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search