Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Troisième partie : Les missions de presse

IV. Le fonctionnement des missions de presse

Texte intégral

1On notera simplement que le fonctionnement des missions était tributaire des opérations militaires (qu’il y en ait et les correspondants pouvaient espérer couvrir l’événement) et des relations entre les correspondants et les officiers chargés de les encadrer. On peut dire que, d’une certaine façon, les missions de presse fonctionnèrent plutôt bien puisque, comme on va le voir, leur activité fut importante.

4.1. Les missions de correspondants étrangers

2À la mission de presse anglo-américaine, trois officiers étaient chargés d’encadrer les correspondants. Le capitaine de Courcel, les lieutenants de Liedekerke et de Chabannes, avaient été spécialement choisis par le ministre de la Guerre, non pas tant pour leur connaissance du monde de la presse, mais parce qu’on pensait surtout qu’ils étaient parfaitement aptes à contrôler l’activité des correspondants. Ces trois officiers dont l’un – le capitaine – portait le titre de chef de la mission anglo-américaine devaient notamment accompagner sur le terrain les correspondants de guerre et censurer toute leur correspondance, c’est-à-dire les articles destinés aux journaux bien sûr, mais aussi tout courrier ayant un caractère personnel.

  • 1  Mission de presse alliée, situation au 25 septembre 1917. SHAT, 16N 1620.

3L’activité de la mission anglo-américaine devait être importante. En effet, les sorties des correspondants de guerre furent assez nombreuses. Un premier bilan établi en septembre 1917, soit un an après l’installation de la mission à Senlis, fait état de soixante-quinze voyages d’une durée totale de cent dix-neuf jours 1. En 1918, les correspondants continuèrent naturellement à se rendre dans la zone des combats, sans que l’on puisse cependant se faire une idée précise sur le nombre de leurs sorties.

  • 2  SHAT, 16N 1623.

4Cette même année, l’officier chef de mission rédigeait un rapport sur « ses » correspondants 2. Ceux-ci étaient jugés sur trois critères : la compétence professionnelle, la francophilie, la confiance qu’on peut leur accorder. Campbell, Ashmead Bartlett et Wood par exemple faisaient l’objet des commentaires suivants : « Très bonne capacité professionnelle, grande loyauté, nettement francophile. Offre à tout point de vue une sécurité complète » pour le premier ; « Très grande valeur professionnelle et de propagande, francophile, utile mais à tenir en laisse et à surveiller dans une mission de presse » pour le second ; « Journaliste adroit, exagère le bluff américain dans sa manière de présenter les faits ; peu maniable dans une mission de presse ; a fortement contribué à l’intervention américaine ; ententophile ; préférence marquée pour l’Italie » pour le dernier.

  • 3  Ibid.

5Le capitaine Gouin pour sa part, chef de la mission de presse provisoire, expliquait le 5 août 1918 que cette mission différait des autres « du fait que les correspondants, n’y faisant qu’un court séjour, doivent être soumis à un travail assez intensif, pour obtenir un rendement intéressant : visite presque quotidienne sur le front, fréquentes conférences de l’officier de la mission, communication du plus grand nombre possible de documents susceptibles d’alimenter des articles sur la situation générale, les épisodes de guerre, les sujets spéciaux de propagande, etc. » 3. Au moment où il écrit ceci, les correspondants de la mission rentrent d’un séjour de huit jours dans les armées ; ils se sont rendus successivement aux armées que commandent les généraux Berthelot, Degoutte, Mangin et Gouraud, et ont visité le camp d’aviation de bombardement de jour du capitaine de Lamorlaye ainsi que le camp d’instruction des chars d’assaut du général Estienne.

  • 4  SHAT, 16N 1620.
  • 5  Ibid.

6Le 9 août, le capitaine Gouin écrit au commandant Moulin, chef de la section d’information du Grand Quartier Général 4, pour lui faire part de l’attitude déplorable des « correspondants argentins et mexicains faisant partie de la série actuelle de la mission ». Il reproche entre autres choses à ceux-ci, de s’affubler de costumes grotesques qui ridiculisent la mission lorsqu’elle se déplace « à la grande contrariété des correspondants sérieux ». Le capitaine Gouin conclut : « Il semble que le choix des correspondants pourrait être fait avec un plus grand soin afin de ne pas compromettre le succès de la mission qui, avec des correspondants de valeur, est susceptible de donner des résultats particulièrement intéressants ». Celui-ci parlait en connaissance de cause. La mission, en effet, avait déjà eu l’occasion d’accueillir des correspondants de valeur et on avait pu apprécier leur utilité pour la promotion de la cause française. C’est ainsi que passèrent notamment à la mission de presse provisoire – ou neutre – le grand écrivain italien Barzini, correspondant de guerre du Corriere della Serra de Milan (il séjourna à la mission du 27 juillet au 6 août 1918) perçu comme « un correspondant de haute valeur jugeant les opérations et les événements avec une justesse remarquable et [qui] se montre dans la presse mondiale un puissant avocat de la bonne cause » 5, et le jeune avocat espagnol Bolin, correspondant de guerre de La Epoca (à la mission du 11 au 22 juillet 1918),vu comme quelqu’un qui représente le plus important journal d’Espagne et qui est susceptible de rendre les plus grands services en matière de propagande.

4.2. La mission de presse française

7La mission de presse française séjourna pendant huit mois (de juin 1917 à mars 1918) au château d’Offémont, non loin de Compiègne. Et si elle résida ensuite à Provins, Nangis et au château des Moyeux, ce fut plus brièvement. Aussi paraissait-il logique de l’évoquer d’abord à travers le cadre du château d’Offémont.

4.2.1. Les sorties

  • 1  Ibid. Message du GQG (section d’information) à l’état-major Jonchery du 29 juin 1917.
  • 2  Compte-rendu sommaire des opérations de la mission de presse française pour la période du 31 juill (...)
  • 3  SHAT, 16N 1593.

8À Offémont, la vie comme on peut l’imaginer se partageait entre les sorties sur le terrain et les (longues) journées au château. Ces sorties étaient-elles fréquentes ? Il ne nous est pas possible de répondre avec précision. On peut simplement dire que celles-ci étaient d’abord fonction des opérations. Qu’il y en ait, et les correspondants pouvaient espérer se rendre dans la zone des combats. Sinon, ils restaient (le plus souvent) cantonnés à Offémont. Les premiers jours de la mission furent ainsi contrariés par l’absence d’opérations, les correspondants devant, semble-t-il, se contenter d’une visite de la région de Reims le 30 juin 1. Les choses, apparemment, allèrent mieux par la suite. On note en effet une sortie du 31 juillet au 4 août 1917 et une autre aux alentours du 15 août. Pour la première sortie dont nous faisons mention, un compte-rendu sommaire des opérations de la mission 2 donne des informations sur le déroulement des journées. Ainsi, le 2 août, la mission était reçue à Rixpoède par le général Anthoine. Le 3, elle visitait le centre d’aviation de Bergues où était stationné le groupe de chasse des Cigognes… La deuxième sortie (celle-ci concernait également les missions anglaise et américaine) fut préparée par une lettre du 11 août 3, dans laquelle le chef de la section d’information du Grand Quartier Général informait le général commandant la 1ère armée, de la venue prochaine dans son secteur des missions de correspondants de guerre français, anglais et américains.

9Le rédacteur de la lettre rappelle, à l’attention du général, que « ces missions se composent non pas de journalistes de passage, mais de correspondants permanents, dûment accrédités auprès du Grand Quartier Général et groupés en mission dont le cadre est composé d’officiers spécialement choisis ». Concernant la censure de leurs articles et télégrammes, le rédacteur laisse entendre qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir : « ceux-ci sont en effet soumis dans un premier temps au visa des officiers du cadre des missions, puis dans un deuxième temps à la censure du ministère, à Paris ». Il termine en insistant sur le fait que le rôle des correspondants « surtout à l’heure actuelle, est des plus importants. Il est donc indispensable, ajoute-t-il, que les plus larges facilités leur soient données pour se documenter et avoir accès auprès des troupes, même jusqu’aux premières lignes, s’ils le désirent. Il est d’ailleurs entendu que les officiers accompagnant les groupes, prendront toutes les dispositions pour n’apporter aucune gêne aux états-majors et aux troupes ».

  • 4  SHAT, 16N 1624.

10Les correspondants se rendirent donc dans la zone de la 1ère armée et, le 5 septembre 1917, le capitaine d’Arenberg, chef de la mission de presse française, écrivait au capitaine Sagot, chef du central militaire de Bar-le-Duc, la lettre suivante : « J’ai l’honneur de vous adresser au nom de Messieurs les correspondants de guerre accrédités auprès du Grand Quartier Général des armées du Nord et du Nord-Est nos très vifs remerciements pour toutes les facilités qui leur ont été accordées pendant leur séjour à Bar-le-Duc. Ils ont été particulièrement frappés de la rapidité et de la régularité des transmissions. Les dépêches sont parvenues à destination sans altérations, et bien qu’elles fussent écrites à la hâte et déposées à une heure tardive, tous les journaux ont pu insérer en temps utile et informer le public des détails des succès de nos troupes à Verdun » 4.

  • 5  Tardieu Eugène, « Le voyage en Italie », Sous le brassard vert, op. cit., pp. 217-218.
  • 6  Babin, Thomas, Barjean et Ginisty respectivement correspondants de L’Illustration, du Petit Marsei (...)

11En dehors des sorties, les correspondants, comme on l’a dit, étaient cantonnés au château où, il faut bien l’avouer, ils trouvaient le temps long. Aussi « lorsque dans la hautaine salle à manger du château d’Offémont, écrit Eugène Tardieu (à ne pas confondre avec André Tardieu), le capitaine prince d’A…, notre chef, nous annonça que nous étions autorisés à suivre en Italie les forces françaises placées sous le haut commandement du général Fayolle, pour aller donner un coup de main fraternel aux troupes de Cadorna débordées et retraitant sur le Piave, mes deux amis et moi nous échangeâmes à travers la table des coups d’œil joyeux. C’était en novembre 1917. On allait vers le pays du soleil, de l’art et de l’amour ». Celui qui fut le correspondant de guerre de L’Écho de Paris écrit encore : « Pour ceux qui comme nous avaient vu Verdun, Vaux, la côte du Poivre, le Talou, la côte 304, les bois bourrus et les franges infernales de l’Yser, le front qui s’étendait du lac de Garde à l’Adriatique, à travers les plaines de la Vénétie ne pouvait offrir que des tableaux de la guerre en dentelle » 5. Toute la mission cependant ne devait pas partir en Italie. Un groupe de correspondants resta en effet à Offémont avec les capitaines de Mirepoix et de Guerry 6.

  • 7  Aux armées, les correspondants de guerre allaient être guidés par ceux-là mêmes qui, jusqu’en 1917 (...)

12Ces sorties, quelle que soit leur importance, s’effectuaient toujours sous la direction d’un ou plusieurs officiers du cadre des missions qui servaient d’intermédiaires entre les correspondants et le commandement. Une fois dans la zone des armées, d’autres officiers – les officiers informateurs 7 – aidaient les correspondants à s’acquitter de leur tâche.

4.2.2. Aperçu des problèmes rencontrés par la mission

  • 8  SHAT, 16N 1620.

13Le 3 juillet 1917, soit une semaine après l’installation des correspondants de guerre à Offémont, le capitaine Moulin, chef du service des missions, rédige un rapport relatif au fonctionnement de la mission de presse française 8. Dans celui-ci, il reconnaît d’emblée que tout ne marche pas parfaitement, mais qu’il n’y a pas lieu pour autant de s’inquiéter, les difficultés actuelles étant le lot de « toute organisation nouvelle ». Cet officier explique que « les correspondants ont pu craindre par avance, qu’on ne leur laissât voir que des spectacles limités ou même conventionnels ». Mais d’ajouter aussitôt : « Lorsqu’ils se seront nettement rendu compte, après expérience, qu’ils sont accueillis en toute sincérité et que, aussi bien dans les armées qu’au Grand Quartier Général, règne la meilleure volonté pour leur faciliter la tâche, il n’y a pas de doute que les premières difficultés s’aplaniront d’elles-mêmes ».

  • 9  Ibid.

14En octobre 1917, alors que la mission de presse française a maintenant quatre mois d’existence, son chef, le capitaine d’Arenberg, vient à son tour faire le point. Dans un rapport 9 qu’il convient de considérer comme fondamental, le capitaine d’Arenberg expose très directement son point de vue concernant le rôle qui doit être celui des correspondants de guerre au sein d’une mission de presse. « La presse, écrit le capitaine pour introduire son propos, est une arme qu’il faut connaître pour pouvoir s’en servir utilement ; il faut en apprécier la portée, les effets et les qualités et défauts de chaque pièce. Il faut réformer sans pitié celles dont le rendement est insignifiant ou médiocre et surtout celles qui risquent de causer des pertes dans nos propres rangs ». Le capitaine met ensuite en avant le fait que la mission a un but d’intérêt général ; et celui-ci d’expliquer : « Il ne s’agit pas […] de fournir de la copie aux journaux ayant assuré les frais d’un correspondant au front, mais bien d’assurer une liaison intime entre l’avant et l’arrière, de tenir le public au courant de ce qui se passe au front et d’informer le combattant des efforts accomplis pour lui faciliter la tâche ». Le correspondant de guerre doit « se considérer comme le collaborateur constant du gouvernement et du haut commandement » et non pas comme un contrôleur aux armées. Après ces considérations d’ordre général, le chef de la mission d’Offémont entre dans les détails. Raisonnant en termes d’efficacité, il regrette que le groupe des correspondants soit trop important (selon lui un petit groupe de quatre ou cinq correspondants aurait suffi, du moins pour commencer) et si peu homogène. Le manque d’homogénéité, de cohésion est un handicap que le capitaine exprime, en constatant que certains, parmi les correspondants les plus âgés, ont « une certaine connaissance des milieux militaires », tandis que d’autres n’ont même pas les compétences journalistiques nécessaires. Toutefois, constate le capitaine, on peut, nonobstant la question des compétences, faire confiance aux correspondants actuellement à la mission, dont il importe que le rôle soit mieux reconnu. De toute façon, rappelle cet officier, « les instructions données par le haut commandement sont formelles : on leur montre tout et on fait appel à leur discrétion pour ne pas parler de question qu’il faut passer sous silence dans l’intérêt de la défense nationale. Jamais de ce côté il n’y a eu de difficultés avec les correspondants actuels de la mission ». La confiance d’ailleurs « est établie sur des bases solides, les éléments de désagrégation (sic) ayant été supprimés […] Du côté militaire, note encore le capitaine, toutes les portes sont ouvertes aux correspondants, on ne leur dissimule rien et ils sont souvent mieux renseignés que bien des officiers d’état-major ». En définitive, conclut le capitaine d’Arenberg, « pour que la mission puisse faire œuvre utile, il faut qu’elle soit homogène et composée d’hommes ayant la conception très nette de ce que l’on attend d’eux ». Cet officier – c’est le moins que l’on puisse dire – n’y va pas de main morte. Pour lui les correspondants français ne sont ni plus ni moins qu’une arme de guerre supplémentaire entre ses mains, aux mains de l’autorité militaire et, comme toute arme digne de ce nom, elle doit être la plus performante possible. Bref, les correspondants doivent savoir qu’ils appartiennent en propre à la défense nationale. Ils doivent abdiquer toute liberté, ne pas se considérer uniquement comme des journalistes.

  • 10  Naud François, « Le grand reporter Albert Londres », Presse-Actualité, n°110, mai 1976, page 43.
  • 11  De Pierrefeu Jean, GQG Secteur 1, cité par François Naud, op. cit., page 43.

15Tout au long de son existence, la mission de presse française devait se trouver confrontée à différents problèmes dont beaucoup concernaient directement la relation armée-presse. Ces problèmes relationnels, selon François Naud 10, seraient imputables au fait que les officiers chargés de la liaison entre les autorités militaires et les journalistes étaient loin d’être avertis des règles élémentaires régissant les relations entre les deux corporations. De plus, les correspondants qui appartenaient pour la plupart à des journaux républicains admettaient difficilement de n’avoir pour interlocuteurs que des grands noms de la noblesse française. En effet, servirent à Offémont ou à la mission anglo-américaine en qualité d’officiers du cadre des missions, le prince d’Arenberg, le comte de Levis-Mirepoix, le comte de Guerry de Beauregard, le comte de Liedekerke-Beaufort, le marquis de Chabannes, le capitaine de Courcel, le lieutenant de Waubert de Genlis et le capitaine de Meslon 11. Suivent quelques exemples qui illustrent à leur manière ce que furent les relations entre militaires et journalistes.

4.2.3. Le journal La Liberté retire son correspondant

  • 12  SHAT, 16N 1596.

16Le 25 juillet 1917 (soit un mois jour pour jour après l’installation des correspondants à Offémont), le capitaine Pamard, chef de la mission de presse française, adresse une lettre au chef de la section d’information 12 dans laquelle il exprime ses regrets devant la décision prise par le directeur de La Liberté de ne pas maintenir à la mission le correspondant de ce journal, M. Chavance. Cet officier fait remarquer que « l’éducation d’un correspondant de guerre nécessite un certain temps » et que, en ce qui concerne M. Chavance, elle était presque terminée. Selon lui, le départ de ce correspondant est d’autant plus regrettable que M. Chavance se promettait d’exposer au public le résultat des études qu’il avait entreprises concernant les diverses organisations de l’armée.

4.2.4. Le cas Monejean : peut-on être officier et correspondant de guerre ?

  • 13  SHAT, 16N 1624.

17En octobre 1917, le lieutenant Monejean est désigné pour représenter le journal Le Temps au sein de la mission de presse française. Le chef de la mission, le capitaine d’Arenberg, dans une lettre qu’il adresse le 14 octobre au chef de la section d’information 13 s’élève contre cette nomination qui, selon lui, est pleine d’inconvénients.

18Le principal problème, au dire de cet officier, c’est la situation « peu nette » dans laquelle va se trouver le lieutenant Monejean et les conséquences que cet état de choses peut avoir sur le bon fonctionnement de la mission ; ce, même s’il ne se montre que sous son jour de correspondant de guerre (il est évidemment hors de question, comme le souligne le capitaine d’Arenberg, qu’il serve deux maîtres à la fois). En effet, ses confrères auront l’impression de travailler avec quelqu’un disposant de facilités plus grandes, quelqu’un qui pourra en raison de sa (double) situation obtenir des renseignements plus complets. Bref, on sent bien que le capitaine d’Arenberg ne tient pas à la présence du lieutenant Monejean, car si « la mission marche normalement à l’heure actuelle, ce n’est pas sans de nombreux heurts que ce résultat a pu être obtenu » Mais à tout prendre, s’il n’y a pas moyen de faire autrement, le capitaine d’Arenberg acceptera que le lieutenant Monejean vienne à la mission en tant que correspondant et seulement en tant que tel.

4.2.5. Des correspondants en accusation : les « affaires » Genty et Londres

19Parmi les problèmes qui se posèrent, il faut mentionner deux incidents imputables à des correspondants : les affaires Genty (été 1917) et Londres (juin 1918).

  • 14  Témoignage du lieutenant Surchamp sur l’affaire Genty. SHAT, 16N 1596.
  • 15  Ibid.

20Au cours de l’été 1917, l’affaire Genty retient l’attention. L’autorité militaire reproche au correspondant de L’Information son manque de discrétion et sa critique du haut commandement. Plus précisément Genty est accusé d’avoir tenu le 30 août dans le train de Paris, en présence de civils, des propos dont le sens général – selon le lieutenant Surchamp qui l’accompagnait – était le suivant : « Napoléon n’aurait pas été prisonnier de la guerre de tranchées actuelle. Il nous manque dans cette guerre un homme de génie. Nous n’avons que des médiocrités. La guerre de tranchées paraît cependant être simple » 14. Le 4 septembre, le capitaine d’Arenberg (chef de la mission) adresse au commandant Moulin (chef du service des missions) une lettre 15 dans laquelle il relate les faits rapportés par le lieutenant Surchamp en soulignant que le correspondant de L’Information n’en est pas à son coup d’essai en la matière. Trois jours plus tard toutefois, le capitaine d’Arenberg mit un terme à l’affaire, après que le correspondant de L’Information eut fait amende honorable. Ce dernier ne fut donc pas exclu de la mission de presse française. Il ne devait pas en être de même dix mois plus tard pour le correspondant du Petit Journal, Albert Londres.

  • 16  Ibid. Rapport du chef de la section d’information pour le chef de cabinet civil du ministre de la (...)
  • 17  Pierre Assouline donne de l’affaire une version différente de celle relatée par les documents d’ar (...)

21L’affaire Albert Londres (juin 1918) eut un grand retentissement, en raison de la personnalité et de la stature de « l’accusé ». En effet depuis qu’un certain jour de septembre 1914 il avait adressé au Matin son récit du bombardement de la cathédrale de Reims par l’artillerie allemande, Albert Londres ne jouissait pas simplement d’une certaine notoriété. Il était célèbre. Albert Londres est accusé en juin 1918 d’avoir porté atteinte à l’honneur d’un officier français, en l’occurrence le capitaine de Levis-Mirepoix, chef de la mission de presse française, qu’il n’avait pas hésité à traiter de menteur. Le commandant Gonzalès, chef de la section d’information du Grand Quartier Général, explique 16 que le correspondant du Petit Journal, voulant profiter au maximum de la liberté donnée aux correspondants de circuler très en avant vers le front, partait chaque après-midi vers 15 heures avec quelques-uns de ses confrères pour ne rentrer que vers 1 heure ou 2 heures du matin. Il ajoute que, soucieux de ménager le personnel troupe de la mission, le capitaine de Levis-Mirepoix avait écrit au chef du service des missions qui avait décidé que désormais les correspondants devraient avoir rejoint la résidence de la mission à 21 heures. Cette mesure, explique encore le commandant Gonzalès, se justifiait d’autant plus qu’il convenait de ne pas faciliter la tâche des avions ennemis en circulant la nuit, ceux-ci pouvant repérer les routes grâce aux phares des voitures. Toujours selon cet officier, Albert Londres, Edouard Helsey et Eugène Tardieu élevèrent aussitôt de vives protestations contre cette mesure qui limitait leur marge de manœuvre. Albert Londres aurait alors qualifié le capitaine de Levis-Mirepoix de « menteur » 17 après que ce dernier eut affirmé que dans cette affaire il ne faisait qu’exécuter les ordres ; ordres qu’il aurait en fait donnés de sa propre initiative. Avant de s’en prendre de la sorte au capitaine de Levis-Mirepoix, Albert Londres aurait pris connaissance d’une note du capitaine d’Arenberg – adjoint au commandant, chef des missions – « commettant ainsi une indiscrétion blâmable ».

22Le 3 juin 1918, le général Pétain mit un terme à l’affaire en retirant à Albert Londres son permis de correspondant de guerre. Après onze mois de présence à la mission de presse française (du 28 juin 1917 au 3 juin 1918), le célèbre correspondant du Petit Journal s’en trouvait donc exclu.

  • 18  Rapport du commandant Moulin, du 11 février 1918. SHAT, 16N 1621.

23La mission de presse française, bien qu’ayant vu le jour tardivement et en dépit des quelques problèmes qu’elle rencontra – du genre de ceux évoqués ci-dessus – n’en rendit pas moins de grands services. En février 1918, le commandant Moulin, chef du service des missions de presse, reconnaissait déjà, alors même que le sort de la guerre était encore loin d’être joué, la portée de l’action des correspondants de guerre français : « Ils se sont donné pour tâche – écrit cet officier – au cours d’une période particulièrement difficile, et dans les limites où leur action pouvait s’exercer, de remonter et consolider le moral de la nation et de l’armée. Nul ne peut contester la part du résultat qui revient à leur patriotique effort » 18.

  • 19  Instruction confidentielle du 1er janvier 1919 sur le fonctionnement de la presse aux armées. SHAT (...)

24D’une manière plus générale on peut dire que l’ensemble des missions instituées au front français, contribuèrent largement à la victoire de la France et de l’Entente. En effet, sans les dépêches de journalistes comme Berry et Wood par exemple, est-on sûr que les États-Unis seraient entrés en guerre en 1917 ? Ce simple exemple suffit à attester de l’influence indéniable que les écrits des correspondants des missions de presse eurent sur l’opinion publique française et internationale. Le cadre des missions de presse, il faut le redire, permettait de contrôler l’activité des correspondants. Ceci explique sans doute que les correspondants qui appartenaient aux trois missions de presse que nous venons d’évoquer aient pu jouer un rôle à la mesure de ce qu’en attendait le haut commandement français : qu’ils soient une arme de guerre au service de la France et de l’Entente. Le système des missions de presse devait survivre au 11 novembre 1918. La fin de la guerre toutefois entraîna la disparition des missions de « composition fixe réunies de façon continue au Grand Quartier Général et envoyées collectivement sur certains points sous la conduite d’officiers » 19.

Notes

1  Mission de presse alliée, situation au 25 septembre 1917. SHAT, 16N 1620.

2  SHAT, 16N 1623.

3  Ibid.

4  SHAT, 16N 1620.

5  Ibid.

1  Ibid. Message du GQG (section d’information) à l’état-major Jonchery du 29 juin 1917.

2  Compte-rendu sommaire des opérations de la mission de presse française pour la période du 31 juillet au 4 août 1917. SHAT, 16N 1624.

3  SHAT, 16N 1593.

4  SHAT, 16N 1624.

5  Tardieu Eugène, « Le voyage en Italie », Sous le brassard vert, op. cit., pp. 217-218.

6  Babin, Thomas, Barjean et Ginisty respectivement correspondants de L’Illustration, du Petit Marseillais et de La Petite Gironde ; du Journal ; du Petit Parisien et de l’agence Havas restèrent à Offémont. Tardieu (L’Écho de Paris), Vidal (Le Matin), Londres (Le Petit Journal), Hubert-Jacques (Havas), Nadaud (La Liberté), Mommeja (Le Temps), Berton (Le Figaro et L’Œuvre), Boudouresque (Le Petit Marseillais), de Waleffe (Le Journal), de Maizières (Le Petit Parisien) et Rey (Les Débats et La Dépêche) partirent en Italie avec, pour les accompagner, le capitaine d’Arenberg et le lieutenant Surchamp. Lettre du capitaine d’Arenberg au chef du service des missions, du 10 novembre 1917. SHAT, 16N 1624.

7  Aux armées, les correspondants de guerre allaient être guidés par ceux-là mêmes qui, jusqu’en 1917, avaient été en quelque sorte leurs « remplaçants ».

8  SHAT, 16N 1620.

9  Ibid.

10  Naud François, « Le grand reporter Albert Londres », Presse-Actualité, n°110, mai 1976, page 43.

11  De Pierrefeu Jean, GQG Secteur 1, cité par François Naud, op. cit., page 43.

12  SHAT, 16N 1596.

13  SHAT, 16N 1624.

14  Témoignage du lieutenant Surchamp sur l’affaire Genty. SHAT, 16N 1596.

15  Ibid.

16  Ibid. Rapport du chef de la section d’information pour le chef de cabinet civil du ministre de la Guerre, du 5 juin 1918.

17  Pierre Assouline donne de l’affaire une version différente de celle relatée par les documents d’archives, documents dont on trouvera une reproduction dans les annexes de cet ouvrage. S’appuyant sur l’ouvrage de Florise Londres (Londres Florise, Mon père, Albin Michel, Paris, 1934), il explique que le capitaine d’Arenberg refusa d’octroyer à Londres et à Helsey une voiture après que ceux-ci eurent ramené du front un blessé, contrevenant ainsi gravement au règlement. Celui-ci aurait donné comme motif de son refus le fait qu’il n’avait plus d’essence, à la suite de quoi le correspondant du Petit Journal l’aurait traité de menteur. Assouline Pierre, Albert Londres. Vie et mort d’un grand reporter, 1884-1932, Balland, Paris, 1989, page 197.

18  Rapport du commandant Moulin, du 11 février 1918. SHAT, 16N 1621.

19  Instruction confidentielle du 1er janvier 1919 sur le fonctionnement de la presse aux armées. SHAT, 16N 1597.

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search