Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Troisième partie : Les missions de presse

III. La mise en place des missions de presse

Texte intégral

  • 1  Au 1er octobre 1917, le tirage des journaux parisiens dépassait les 6 500 000 exemplaires dont 4 5 (...)

1Les raisons qui expliquent la mise en place à partir de 1916 de missions de presse auprès de l’armée française sont multiples, même si une idée commune – faire pendant à la propagande allemande – a présidé à leur création. C’est ainsi que la mission de presse anglo-américaine (septembre 1916) semble avoir été voulue par les autorités civiles et militaires françaises pour rassurer l’allié britannique sur la capacité de la France à mener le combat et à gagner la guerre, et pour s’assurer la bienveillance – et à terme l’appui – des États-Unis d’Amérique. La mission de presse française (juin 1917), pour sa part, est simplement l’aboutissement d’un processus qui voit la presse française, restée puissante 1 en dépit de la censure, accepter les conditions du haut commandement. Quant à la mission de presse provisoire, sa création en juillet 1918 répond à des considérations d’ordre stratégique. En effet, du côté français comme du côté allemand on sent bien que la guerre est en train de se jouer, et la création d’une mission de presse provisoire, pense notamment Clemenceau, devrait aider la France à rallier les pays neutres à sa cause.

Missions de presse : les organismes de rattachement

Missions de presse : les organismes de rattachement

Les missions de presse se fixèrent d’abord au nord de Paris dans la région de Compiègne. Puis, en mars 1918 (première offensive de Ludendorff), elles vinrent s’installer au sud-est de la capitale, en Seine-et-Marne. Plus précisément, on sait de façon certaine qu’aux dates indiquées ci-après, les missions de presse résidaient aux endroits suivants : en septembre 1916, la mission anglo-américaine résidait à Senlis ; en août 1917, elle était à Royallieu ; en mars 1918 à Bray-sur-Seine ; et en juillet 1918 au château de Gurcy.

La mission de presse française, pour sa part, séjourna pendant huit mois – de juin 1917 à mars 1918 – au château d’Offémont ; puis elle eut successivement son port d’attache à Provins et à Nangis (printemps 1918), et au château des Moyeux (juillet 1918). Quant à la mission de presse provisoire, elle se trouvait en juillet et en août 1918 au château des Fossés.

3.1. Les missions de correspondants étrangers

  • 1  Jean de Pierrefeu, dans le tome 2 de son ouvrage GQG Secteur 1, déjà cité, note page 67 à propos d (...)
  • 2  Les articles que publiait Gerald Campbell dans ces trois journaux étaient repris aux États-Unis pa (...)
  • 3  SHAT, 16N 1623.

2Comparativement à ce que l’on sait sur la mission de presse française, on sait peu de chose sur la mission de presse anglo-américaine 1 et pratiquement rien sur la mission de presse provisoire. La mission de presse anglo-américaine, constituée à la fin du mois de septembre 1916, comprenait quatre correspondants de journaux anglais et deux correspondants de journaux américains, qui étaient encadrés par trois officiers français. Les correspondants de journaux anglais se nommaient Allen, Ahsmead Bartlett, Campbell et Lawrence. Les représentants des journaux américains s’appelaient Berry et Wood. Allen représentait le Morning Post, le Daily New et le Daily Graphic ; Ahsmead Bartlett le Daily Telegraph, le Daily Chronicle, le Daily Express, le Daily Sketch et divers magazines ; Campbell, le Times, le Daily Mail et le Daily Miror 2 ; Lawrence, Berry et Wood quant à eux représentaient d’abord les grandes agences de presse anglo-saxonnes. Lawrence était le correspondant de l’agence de presse britannique Reuter. Robert Berry et Henry Wood constituaient, pour leur part, une force capable d’influencer l’ensemble de l’opinion américaine. L’un et l’autre, en effet, représentaient les deux grandes agences de presse américaines. Berry était l’homme de l’Associated Press (1 800 journaux prennent son service en 1916), Wood celui de l’United Press (800 journaux prennent son service en 1916). Un rapport sur les correspondants de la mission anglo-américaine rédigé en 1918 par l’officier chef de mission 3 insiste sur le fait que Berry et Wood contribuèrent fortement à l’entrée en guerre des États-Unis en avril 1917.

  • 4  Ibid.

3La création de la mission de presse anglo-américaine est annoncée le 24 septembre 1916 par le général Pellé, chargé, comme on l’a vu, des questions d’information auprès de Joffre. Celui-ci, dans une note pour les armées 4, explique « qu’une mission de correspondants de guerre étrangers fonctionnera à Senlis à partir du 25 septembre ». Ces correspondants pourront se rendre sur le front « avec des facilités beaucoup plus grandes que les journalistes ou les diverses personnalités qui s’y rendent avec des autorisations temporaires ». Il leur sera toutefois « interdit d’entrer dans les états-majors ou les postes de commandement à moins d’y être formellement invités et ils ne pourront avoir de conversation qu’en présence de l’officier de la section de la presse qui les accompagnera ». Les conditions ainsi consenties aux correspondants témoignaient d’une triple préoccupation :

  • permettre aux correspondants de remplir convenablement leur rôle, c’est-à-dire faire en sorte qu’ils puissent informer sur les événements du front français, si possible dans un sens favorable à la France ;

  • se protéger des indiscrétions et des actes d’espionnage en interdisant aux correspondants d’entrer dans les états- majors ou les postes de commandement ;

  • éviter que les responsables des différentes unités, tout entier absorbés par la guerre, ne soient inutilement dérangés dans leur travail par les correspondants.

  • 5  SHAT, 16N 1593.

4La mission de presse anglo-américaine qui devint après l’entrée en guerre des États-Unis la mission de presse alliée ne devait pas constituer, de septembre 1916 à la fin du conflit, un ensemble indissociable. En effet, une note sur la section d’information et les services s’y rattachant du 22 juin 1918 5 fait état d’une mission de presse anglaise sous la responsabilité du lieutenant de Liedekerke, et d’une mission de presse américaine commandée en l’absence du capitaine de Courcel par le capitaine de Meslon. Il semble cependant que ce dédoublement ait d’abord été d’ordre fonctionnel et n’ait duré qu’un temps. On retrouve en effet vers la fin de la guerre la mention « Mission de presse alliée ».

  • 6  Document de la section d’information du 11 juillet 1918. SHAT, 16N 1623.
  • 7  Ibid. Lettre de Clemenceau à Pétain du 28 juin 1918.

5Pour ce qui est maintenant de la mission de presse provisoire (elle porta aussi le nom de mission de presse neutre), on notera qu’elle fut installée au château des Fossés, près de Villeneuve-les-Bordes, le 11 juillet 1918 6. Cette mission avait été voulue par Clemenceau. Celui-ci y voyait le moyen de soutenir plus efficacement la cause française à l’étranger, à un moment où le sort de la guerre était susceptible de basculer en faveur de l’Entente. À cette fin, la mission de presse provisoire devait recevoir « pour des séjours d’une durée limitée, des correspondants de guerre des pays neutres, comme éventuellement des représentants de la presse alliée (Italie, Portugal, Brésil), choisis parmi ceux dont les tendances francophiles se sont affirmées de longue date » 7.

3.2. La mission de presse française

  • 1  Prévost Marcel, op. cit., page 1.

6« Trente mois après la mobilisation, écrit Marcel Prévost, il n’y avait pas encore de correspondants de guerre sur le front français… Pardon ! Il avait des correspondants de guerre anglais et américains, il n’y avait pas de correspondants français » 1. Cet académicien qui fut donc pendant la Grande Guerre inspecteur permanent des services d’information à l’intérieur et aux armées, résume bien l’absurdité de la situation de la presse française.

7Il est intéressant de voir dans le détail les étapes qui ont conduit à la création de la mission de presse française.

3.2.1. Vers la création de la mission

La pétition Sarraut

  • 2  Examen de la pétition Sarraut par la commission Hallouin. SHAT, 5N 363.

8Le 10 février 1917, une commission comprenant le général Hallouin, M. Sorbier, les lieutenants-colonels Toutain et Carence, se réunit pour examiner la pétition transmise par Maurice Sarraut, directeur de La Dépêche. Objet de la pétition : « Les journalistes français se plaignent de n’avoir pas aux armées un statut analogue à celui des représentants de la presse étrangère ». Les membres de la commission observent que les syndicats de la presse étrangers ont de la cohésion et de la discipline alors que « les journalistes du syndicat français ne s’entendent pas, se refusent à nommer des délégués, veulent tous venir et tous être traités sur le même pied […] s’ils veulent rester sur ce terrain – note la commission – toute entente est impossible. Aucun commandant d’armée ne pourra admettre qu’une centaine de journalistes parcourent le front à leur guise, sans règle et sans frein ». La commission reconnaît cependant qu’il devient de plus en plus difficile d’exclure les journalistes français. Elle conclut : « Si une demande précise est renouvelée dans l’avenir, on proposera […] d’accepter un statut qui sera établi sur les bases du statut fixé pour la presse étrangère, après adaptation convenable en ce qui concerne les détails » 2. La commission allait être entendue. Dans les semaines qui suivirent l’examen des motifs de la pétition Sarraut, six journalistes et non des moindres (il s’agit d’édouard Helsey du Journal, d’Albert Londres du Petit Journal, d’Hubert Hayens de l’agence Havas, de M. Tessier de l’agence Radio, de Gaston Richard du Petit Parisien et de Jules Rathau de L’Écho de Paris) allaient reposer le problème.

La lettre de six journalistes

  • 3  Ibid.

9Les rédacteurs de cette lettre rappellent « qu’au début de la guerre, le gouvernement avait prévu l’organisation régulière d’un service de correspondants de guerre aux armées » auquel, selon eux, Joffre se serait opposé. « Actuellement, ajoutent avec amertume les auteurs de la lettre, nous sommes des civils égarés dans les armées. […] Nous n’avons jamais été que tolérés, tous nos confrères étrangers sont reconnus (anglais, italiens, russes) ». Et de conclure : « l’opinion publique a joué et jouera encore dans cette guerre un rôle considérable. C’est l’intérêt du pays que nous puissions travailler dans de bonnes conditions. Nous demandons, en un mot, une existence légale dans les rangs de l’armée » 3.

La note du 23 avril

  • 4  Ibid.

10Le 23 avril, une note 4 rédigée par le cabinet du ministre de la Guerre à l’intention de celui-ci, explique que l’organisation d’un groupe de correspondants de guerre permanents de la presse française aux armées a été réclamée à plusieurs reprises et constate que ce problème, ces derniers temps, est revenu avec plus d’insistance qu’auparavant. L’auteur de la note se demande si l’opinion continuera longtemps encore à accepter que seuls les journalistes français ne puissent pas être correspondants de guerre aux armées françaises. Selon lui, la réponse à cette question est négative. Aussi met-il Painlevé en garde. Si rien n’est fait, prévient-il, on peut redouter que la presse ne se mette bientôt en campagne pour exiger son dû.

L’intervention du général en chef

  • 5  Le 14 mai 1917, qui commande l’armée française ? Officiellement, c’est pour quelques heures encore (...)
  • 6  SHAT, 5N 363.
  • 7  « En 1917, Paul Painlevé, ministre de la Guerre, ayant convoqué les principaux directeurs de journ (...)

11Le 14 mai, le général commandant en chef 5 adresse une lettre au ministre de la Guerre 6 dans laquelle il propose de créer une mission de presse française. Il justifie cette création en arguant que la presse française n’utilise pas comme il serait souhaitable les informations que lui fournit le Grand Quartier Général. En outre, souligne-t-il, celle-ci fait une part de plus en plus grande aux opérations anglaises 7 « en négligeant les nôtres », ce qui « ne peut qu’agir fâcheusement sur le moral de la nation, sur l’opinion de l’étranger et entraîner des conséquences graves au moment de la discussion de la paix ». Il convient par conséquent de trouver une solution à ce problème, qui passe selon le général en chef par la création d’une mission de presse française. Cette mission serait composée de douze journalistes (mobilisés ou non) accrédités auprès du Grand Quartier Général, et alimenterait en informations, articles, récits… la presse française. Elle fonctionnerait dans les mêmes conditions que la mission de correspondants anglo-américains.

La réponse du ministre de la Guerre

  • 8  SHAT, 5N 363.
  • 9  Vincent Ernest, « Correspondants de guerre patentés et payants », La Libre Parole, 20 mai 1917.

12Le 21 mai, le ministre de la Guerre répond favorablement 8 à la lettre du général en chef, le gouvernement venant précisément d’étudier le problème. Painlevé écrit notamment : « La création de correspondants de guerre permanents à votre quartier général remédiera, j’en suis certain, à une lacune, et le gouvernement saisi d’une demande de la commission de la presse française, avait d’ailleurs résolu d’offrir 15 places de correspondants aux associations de la presse parisienne et départementale ». Ce projet néanmoins ne fait pas l’unanimité dans la presse. Le 20 mai, La Libre Parole, informée d’un projet de création de mission de presse, avait vivement réagi par la voix d’Ernest Vincent. Pour elle, celui-ci « est sorti tout préparé des sphères officielles sans que les bureaux des divers syndicats de presse intéressés aient été consultés ». Ce qui lui semble d’autant plus grave que « la presse est à n’en pas douter, un des plus importants facteurs de la défense nationale ». De plus, il apparaît que les journaux à grand tirage, « neutres par nécessité », seront favorisés au détriment des journaux d’opinion. Et La Libre Parole de s’interroger : « Le gouvernement méprise-t-il la presse d’opinion ? » 9.

13Le 9 juin cependant, la mission de presse française était créée. Le 25 juin, douze correspondants de guerre s’installaient au château d’Offémont à 25 km de Compiègne.

3.2.2. L’organisation de la mission

  • 10  SHAT, 5N 363.

14Dans la lettre qu’il adresse le 14 mai au ministre de la Guerre, le général en chef dit comment la mission de presse française doit être organisée. « Cette mission, explique-t-il à Painlevé, sera soumise aux instructions réglant la matière. Ses membres porteront un insigne distinctif. Elle sera logée à proximité du Grand Quartier Général et placée sous la direction d’un officier supérieur assisté de quelques officiers (deux capitaines, deux lieutenants) que vous désignerez et qui dirigeront les déplacements. La mission se déplacera soit en bloc, soit par fraction, pour visiter le front et assister aux opérations dans la limite que je jugerai possible. Les articles seront soumis au visa du Grand Quartier Général qui pratiquera les suppressions qui paraissent nécessaires, en raison des opérations. La censure définitive sera faite à Paris, bureau de la censure du ministère. Des autos militaires conduites par des chauffeurs militaires seront mises à la disposition de la mission. Tous les frais, logement, nourriture, ingrédients d’auto, seront supportés par les membres de la mission. Les officiers recevront l’indemnité de 20 F par jour ». Cinq semaines plus tard, le 23 juin 1917, Philippe Pétain, qui a remplacé Nivelle dans les fonctions de général en chef, s’adresse en ces termes aux commandants d’armée : « À partir [du 25 juin], écrit celui-ci, les correspondants commenceront à visiter les armées : il convient que les plus grandes facilités leur soient données pour l’accomplissement de leur tâche, dont l’importance ne vous échappera pas dans les circonstances actuelles » 10, Pétain faisant allusion à la crise d’indiscipline qui touche alors l’armée française.

  • 11  Prévost Marcel, op. cit., page 7.
  • 12  Vidal Henri, « Les quartiers généraux de la presse », Sous le brassard vert, op. cit., page 268.
  • 13  Marcel Prévost, op. cit., page 9 écrit : « Le plus dur moment pour la mission de presse – comme po (...)
  • 14  Rapport du capitaine d’Arenberg sur le transfert de la mission de presse française dans une autre (...)

15Le 25 juin, la mission de presse française s’installe au château d’Offémont, « vaste demeure au centre d’un paysage agreste » 11. Henri Vidal qui fut le représentant du Matin à la mission précise que le château est « morne, muet et ses toits ébréchés » 12. Le lieu de surcroît est isolé. C’est dans ce cadre, qui de prime abord ne semble pas être un endroit idéal, que vont vivre les correspondants de guerre français, jusqu’au moment où la première offensive de Ludendorff au printemps 1918 obligera la mission à évacuer Offémont 13. Un moment en octobre 1917, le capitaine d’Arenberg, chef de la mission, avait bien songé à transférer celle-ci dans un endroit présentant plus de facilités de relation avec Paris. C’est ainsi que la Croix-Saint-Ouen, une bourgade située à 8 km au sud de Compiègne sur la route de Senlis avait été pressentie. Mais le projet échoua, après qu’un certain Jean Prat eut refusé de louer une habitation « pouvant convenir à tous points de vue ». Le capitaine d’Arenberg devait donc décider de maintenir la mission à Offémont, qui, à défaut d’être un lieu agréable, présentait un avantage : celui d’être situé à proximité du Grand Quartier Général. « C’est précisément ce voisinage, explique le capitaine, qui donne de la vitalité à la mission ; c’est le contact avec les officiers de l’information soit du quartier général, soit des armées, qui permet de vivre dans une atmosphère nécessaire à un bon rendement » 14. Le château d’Offémont, selon cet officier, pouvait aussi se prévaloir de quelques avantages matériels : chauffage de très bonne qualité et économique de surcroît ; cheminées dans toutes les chambres, etc.

  • 15  Instruction générale réglant le fonctionnement de la presse aux armées, du 12 mars 1918. SHAT, 16N (...)
  • 16  Ces correspondants avaient pour noms, en novembre 1917 : Gustave Babin (L’Illustration), Hubert-Ja (...)

16La mission de presse française est placée sous l’autorité d’un officier désigné par le chef de la section d’information du Grand Quartier Général sur la proposition du chef du service des missions de presse aux armées. Le chef de mission est assisté par des officiers « choisis spécialement par le ministre de la Guerre en raison de leurs aptitudes, [qui] vivent en commun avec les correspondants, les renseignent sur la situation, les accompagnent toujours sur le terrain et exercent une première censure des articles, conformément aux indications du commandement aux armées 15. L’ensemble « chef de mission-officiers » constitue le cadre de la mission de presse. C’est avec celui-ci que doivent composer les correspondants de guerre. Ceux-ci sont les représentants de la grande presse d’information parisienne, de journaux de province, de l’agence Havas 16. Les correspondants se choisissent un président qui est leur intermédiaire auprès du chef de mission pour les demandes concernant l’ensemble de la mission. Il leur transmet de même les communications du chef de mission, ainsi que le relevé des frais incombant à chacun. De juin 1917 jusqu’à la fin de la guerre, le nombre de correspondants de la mission varia, semble-t-il, entre une dizaine et une quinzaine. Il est possible de temps à autre de donner un chiffre précis. Ainsi pendant l’été 1917, ils sont douze, comme l’atteste une lettre du chef de la section d’information, adressée au ministre de la Guerre.

Notes

1  Au 1er octobre 1917, le tirage des journaux parisiens dépassait les 6 500 000 exemplaires dont 4 500 000 revenaient aux cinq grands quotidiens d’information : Le Petit Journal, Le Petit Parisien, Le Matin, Le Journal et L’Écho de Paris. Tirage des journaux à la date du 1er octobre 1917. SHAT, 5N 369.

1  Jean de Pierrefeu, dans le tome 2 de son ouvrage GQG Secteur 1, déjà cité, note page 67 à propos des journalistes de cette mission : « Nos confrères partaient fort souvent en tournée sur le front et suivaient les offensives de nos troupes. Leurs dépêches étaient censurées au Grand Quartier Général. Ils ont rendu à la cause française d’éclatants services et se montrèrent toujours les amis dévoués de notre pays ».

2  Les articles que publiait Gerald Campbell dans ces trois journaux étaient repris aux États-Unis par le Philadelphia Evening Ledger.

3  SHAT, 16N 1623.

4  Ibid.

5  SHAT, 16N 1593.

6  Document de la section d’information du 11 juillet 1918. SHAT, 16N 1623.

7  Ibid. Lettre de Clemenceau à Pétain du 28 juin 1918.

1  Prévost Marcel, op. cit., page 1.

2  Examen de la pétition Sarraut par la commission Hallouin. SHAT, 5N 363.

3  Ibid.

4  Ibid.

5  Le 14 mai 1917, qui commande l’armée française ? Officiellement, c’est pour quelques heures encore le général Nivelle (le général Pétain lui succédera le lendemain). On peut toutefois se demander si le général Pétain, chef d’état-major général de l’armée depuis le 30 avril, n’est pas déjà, de facto, le véritable « patron » de l’armée française. Dès lors, à qui revient l’initiative de cette lettre. À Nivelle ou à Pétain ? Comme celle-ci porte simplement la mention « PO le major général », et que le ministre de la Guerre répond le 21 mai sans donner l’impression qu’il y ait eu un changement de général en chef, nous pouvons nous risquer à mettre en avant le nom de Pétain.

6  SHAT, 5N 363.

7  « En 1917, Paul Painlevé, ministre de la Guerre, ayant convoqué les principaux directeurs de journaux pour leur faire observer qu’ils parlaient plus des troupes anglaises que des troupes françaises, ils répondirent que l’état-major britannique aidait leurs envoyés à suivre les opérations tandis que du côté français, on n’agissait pas de même ». Manevy Raymond, op. cit., page 162.

8  SHAT, 5N 363.

9  Vincent Ernest, « Correspondants de guerre patentés et payants », La Libre Parole, 20 mai 1917.

10  SHAT, 5N 363.

11  Prévost Marcel, op. cit., page 7.

12  Vidal Henri, « Les quartiers généraux de la presse », Sous le brassard vert, op. cit., page 268.

13  Marcel Prévost, op. cit., page 9 écrit : « Le plus dur moment pour la mission de presse – comme pour l’armée et la France – fut le printemps 1918. La première offensive de Ludendorff provoqua l’évacuation d’Offémont ; ensuite, la mission suivit le sort du Grand Quartier Général et eut successivement son port d’attache à Provins et à Nangis ». En juillet 1918, la mission est au château des Moyeux, situé à proximité du village de la Chapelle-Rablais.

14  Rapport du capitaine d’Arenberg sur le transfert de la mission de presse française dans une autre localité ou éventuellement à Paris. SHAT, 16N 1620.

15  Instruction générale réglant le fonctionnement de la presse aux armées, du 12 mars 1918. SHAT, 16N 1596.

16  Ces correspondants avaient pour noms, en novembre 1917 : Gustave Babin (L’Illustration), Hubert-Jacques (Havas), Eugène Tardieu (L’Écho de Paris), Henri Vidal (Le Matin), Nadaud (La Liberté), Albert Londres (Le Petit Journal), Émile Thomas (Le Petit Marseillais et La Petite Gironde), Barjean (Le Journal), Paul Ginisty (Le Petit Parisien), Mommeja (Le Temps).

Table des illustrations

Titre Missions de presse : les organismes de rattachement
Légende Les missions de presse se fixèrent d’abord au nord de Paris dans la région de Compiègne. Puis, en mars 1918 (première offensive de Ludendorff), elles vinrent s’installer au sud-est de la capitale, en Seine-et-Marne. Plus précisément, on sait de façon certaine qu’aux dates indiquées ci-après, les missions de presse résidaient aux endroits suivants : en septembre 1916, la mission anglo-américaine résidait à Senlis ; en août 1917, elle était à Royallieu ; en mars 1918 à Bray-sur-Seine ; et en juillet 1918 au château de Gurcy.
URL http://books.openedition.org/codex/docannexe/image/832/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 307k

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search