Version classiqueVersion mobile

Combattre et informer

 | 
Jean-Louis Maurin

Troisième partie : Les missions de presse

II. De la mise à l’écart des journalistes à la création des missions de presse

Texte intégral

  • 1  Thomas Émile, Histoires de guerre. Sous le brassard vert, op. cit., page 243.

1En août 1914, lorsqu’éclate la première guerre mondiale, personne, et surtout pas Joffre, comme nous venons de le voir, n’a oublié les indiscrétions de presse, qui lors du conflit franco-allemand de 1870 coûtèrent, semble-t-il, fort cher aux armes françaises. La presse va donc être placée en liberté surveillée. Les journalistes français et des pays alliés ne pourront se rendre sur le théâtre des opérations qu’à certaines conditions et tous les journaux seront soumis à une censure rigoureuse. Jusqu’à la bataille de la Marne en septembre 1914, les journalistes vont pouvoir tant bien que mal juger de la réalité des combats. Mais après ce sera l’impitoyable éloignement de tous les journalistes 1. Car, comme nous l’avons expliqué précédemment, Joffre, qui est désormais persuadé que la guerre sera plus longue que prévu, ne veut pas que les journalistes soient pour lui une épée de Damoclès. Aussi prend-il la décision de leur interdire l’accès de la zone des armées.

  • 2  Rapport au ministre de la Guerre sur le bureau des informations militaires du 30 décembre 1916. SH (...)

2Pour permettre malgré tout aux journaux d’être informés sur les actions de l’armée française, Joffre crée en novembre 1914, au Grand Quartier Général, alors que la guerre se fige, que les premières tranchées apparaissent, une section d’information dont il confie la responsabilité au lieutenant André Tardieu, rédacteur au Temps. Cette section, comme nous l’avons déjà noté dans le chapitre relatif aux services d’information, va même s’employer à « remplacer » les journalistes empêchés de se rendre au front (si ce n’est dans le cadre de brèves tournées organisées par le GQG) par un réseau de correspondants dans les armées, désignés sous le nom d’officiers informateurs. Ceux-ci, qui étaient avant la guerre écrivains ou publicistes, vont à partir de la fin de l’année 1915 alimenter la presse parisienne en récits et chroniques sur la vie au front. La création de cette section d’information est suivie en février 1915 par la mise en place, à la demande de Joffre, d’un bureau des informations militaires au ministère de la Guerre. Le général en chef, en effet, souhaite que les rapports du gouvernement et du haut commandement avec la presse s’affranchissent de la censure. Il convient, selon lui, de corriger par une action positive, les effets négatifs de cette dernière. Le nouvel organisme va donc devoir répondre à cette nécessité. Sa mission, exactement, consiste, rappelons-le, à établir « un contact permanent avec la presse française et étrangère, afin de la renseigner au jour le jour, le plus rapidement possible, et de la guider dans l’interprétation des faits militaires » 2. Cependant pour des raisons que nous avons déjà évoquées, une rivalité se fait jour entre la section d’information et le bureau des informations militaires, qui trouvera son épilogue en mai 1917 avec la création du service des informations militaires. Entre temps, en février 1916, Aristide Briand, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, soucieux de faciliter au maximum la tâche des journalistes, a créé une maison de la presse, dont l’existence sera de courte durée.

  • 3  Rapport du général commandant en chef au ministre de la Guerre sur le fonctionnement du service de (...)

3En dépit des efforts qui sont faits par les autorités civiles et militaires pour les informer, les journalistes (notamment français) ne sont pas pour autant satisfaits. Ils veulent pouvoir, quand ils le désirent, juger par eux-mêmes de la situation, ne pas être simplement tributaires d’un intermédiaire, en l’occurrence donc les services d’information assujettis au gouvernement et au haut commandement. Joffre, à qui il appartient de décider de la présence des journalistes dans la zone des combats, comprend cela, mais il ne peut pas être question pour lui d’aller plus loin que la proposition qu’il a faite au ministre de la Guerre en janvier 1915 3. Joffre avait alors esquissé l’idée de missions de presse, c’est-à-dire de petits groupes de journalistes chargés de représenter et de fournir en nouvelles, l’ensemble des presses française, alliée et neutre. C’est, en effet, à un nombre restreint de journalistes que le général en chef entend confier éventuellement le soin d’informer sur la guerre. Ils se verraient assigner un lieu de résidence, signeraient un engagement par lequel ils s’interdiraient de critiquer les opérations et de divulguer des informations susceptibles de nuire à la défense nationale, et pourraient, encadrés par des officiers spécialement choisis à cet effet, se déplacer dans la zone des combats. En aucun cas, le général en chef n’acceptera au front un nombre important de journalistes ; sans quoi la situation deviendrait vite ingérable. Si quelqu’un doit changer d’attitude, si quelqu’un doit céder, ce sera la presse. Tout au plus Joffre consentira-t-il à élargir la représentation de celle-ci. Les journalistes anglais et américains ne s’y trompèrent pas. Ils allaient accepter, les premiers, de constituer une mission de presse. C’est ainsi qu’en septembre 1916 une mission anglo-américaine voyait le jour.

4Les journalistes français, pour leur part, ne voulaient pas céder, ce d’autant que le numerus clausus imposé par Joffre à travers le système des missions de presse ne manquerait pas de favoriser les journaux d’information au détriment des journaux d’opinion, les premiers ayant principalement l’avantage de toucher un plus large public que les seconds. En juin 1917 cependant, la presse française ne souffrant plus d’être exclue du front, et pis encore de devoir nombre de ses informations sur l’armée française aux correspondants anglais et américains, « capitulait » et acceptait les conditions du Grand Quartier Général. Bien que très tardive, la création de cette mission arrivait à point nommé, à un moment où il était plus que jamais nécessaire d’assurer une liaison intime entre l’avant et l’arrière, en raison de la crise du moral qui touchait l’armée française.

  • 4  Il s’agissait de journalistes français ou étrangers non accrédités auprès de l’armée française, qu (...)

5Les missions de presse anglo-américaine et française ne furent pas les seules missions accréditées auprès de l’armée française. En effet une troisième mission, la mission de presse provisoire, constituée de journalistes de certains pays alliés ou neutres, vit le jour en juillet 1918. À la différence des deux premières missions, elle accueillait d’abord des journalistes pour de courts séjours alors que les missions anglo-américaine et française étaient constituées de correspondants de guerre permanents, auxquels s’adjoignaient, à l’occasion, des correspondants invités 4. Hormis les missions accréditées auprès de l’armée française, d’autres missions de presse furent présentes sur le front occidental. C’est ainsi qu’existaient en 1917 auprès de l’armée anglaise une mission de correspondants français dirigée à Amiens par le major Lytton et une mission anglo-américaine composée de sept journalistes. Toutes ces missions jouèrent un rôle important. Les missions de presse accréditées auprès de l’armée française, dont on va maintenant exposer l’organisation (la mise en place et l’organisation proprement dite) et le fonctionnement, contribuèrent à soutenir le moral des troupes, et les autorités civiles et militaires ne se privèrent pas de les utiliser comme tremplin pour leur propagande, c’est-à-dire pour la promotion de la cause française.

Notes

1  Thomas Émile, Histoires de guerre. Sous le brassard vert, op. cit., page 243.

2  Rapport au ministre de la Guerre sur le bureau des informations militaires du 30 décembre 1916. SHAT, 5N 369.

3  Rapport du général commandant en chef au ministre de la Guerre sur le fonctionnement du service de la presse et de la censure de janvier 1915. SHAT, 5N 550.

4  Il s’agissait de journalistes français ou étrangers non accrédités auprès de l’armée française, qui étaient autorisés à séjourner dans les missions de presse pour une durée limitée. Instruction générale du ministre de la Guerre réglant le fonctionnement de la presse aux armées, du 12 mars 1918. SHAT, 16N 1596.

© Éditions Codex, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search